La bête des Saints-Innocents, Jean d’Aillon

Présentation :
Après l’assassinat d’Henri III, Henri de Navarre s’attela à conquérir son royaume que la Sainte Ligue lui refusait. Ayant écrasé l’armée de la Ligue, Henri mit le siège devant Paris. La famine qui s’ensuivit provoqua la mort de dizaines de milliers d’habitants. En examinant la dépouille d’une femme trouvée dans le cimetière des Saints-Innocents, on s’aperçut qu’elle avait été en partie dévorée. D’autres découvertes toutes aussi macabres devaient suivre : chaque fois des femmes vidées de leur sang ou des enfants détranchés. S’agissait-il de crimes perpétrés par des lansquenets affamés, ou plus effrayant, de forfaits commis par un loup-garou ? Le commissaire Louchart, forcené ligueur, est persuadé de l’existence de la Bête, selon lui un animal venu des enfers pour meurtrir les Parisiens à la demande de l’hérétique Henri de Navarre. D’ailleurs, la Bête ne s’attaque-t-elle pas surtout aux femmes des ligueurs ? Mais le commissaire Louchart en sait plus qu’il n’en dit. Quand le cousin du capitaine de la Ligue découvre la vérité sur la Bête des Saints-Innocents, Louchart le fait enfermer et exige son exécution. Désormais beaucoup doutent du loup-garou. Aussi, pour sauver sa vie, Louchart va entraîner les Seize, ces bourgeois de la Ligue qui dirigent Paris, dans une lutte à mort non seulement contre le roi de France mais aussi contre le duc de Mayenne, son maître.

Mon avis :
Ce livre appartient à la série des aventures d’Oliver Hauteville, vous pouvez retrouver les autres ici.
Si je n’ai pas du tout aimé le dernier livre que j’ai lu de Jean d’Aillon ( Rome 1202), ce n’est pas le cas de celui-ci.
C’est évidemment un roman historique, nous sommes en 1590, Henri de Navarre (futur Henri IV) met le siège aux portes de Paris afin d’empêcher tout ravitaillement dans la ville. Paris est alors dirigée par seize bourgeois, les hommes de La Ligue. Face à la famine, les esprits s’affolent : on cherche par tous les moyens à se nourrir et l’horreur apparaît : on retrouve des corps en partie dévorée, des femmes vidées de leur sang. Rapidement, les esprits s’échauffent : certains pensent à une bête, à un loup-garou, pour d’autres le responsable est forcément un homme. Mais comment expliquer la présence de cette bête ? Comment expliquer, aussi, le choix de ses victimes ? C’est l’une des questions à laquelle Oliver Hauteville, proche d’Henri de Navarre, va chercher à résoudre. Mais ce n’est pas la seule, tant les aventures sont multiples … Ces 570 pages ont leur lot  d’enquêtes,  de trahison, de manipulations : c’est bien une question de pouvoir qui est en jeu : les Ligueurs vont-ils réussir à garder Paris? Qu’en est-il du « béarnais », Henri de Navarre ? Et quel sera le rôle des espagnols ?
J’ai été assez vite captivée par l’histoire, alors que je partais plutôt négative suite à ma dernière lecture de cet auteur. Beaucoup d’histoires se mêlent, mais elles donnent une richesse au récit  et on ne se retrouve en aucun cas perdu.
J’ai aimé trouver à la fin du livre deux pages, intitulées « vrai ou faux ?  » qui répondent à nos questions sur la véracité de ce récit : comme dans tout roman historique, il y a l’Histoire et l’histoire …
Petite précision : c’est le premier livre narrant les aventures d’Olivier Hauteville que je lis : cela n’a en rien gêné ma lecture …. Si vous êtes tentés, rassurez-vous donc : vous n’allez pas être obligés de lire tous les livres précédents (sauf si l’envie vous en dit !).
Le livre est sorti  aux éditions Flammarion.
Publicités

2 commentaires sur « La bête des Saints-Innocents, Jean d’Aillon »

Un petit mot

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s