Rouen 1203, Jean d’Aillon

Saint-Jean-d’Acre, 1203. Une nef génoise arrive à Marseille. Elle débarque un templier infidèle, une jeune veuve, un arbalétrier et un clerc en mission pour Aliénor d’Aquitaine. Cette dernière, à la veille de sa mort, a émis l’ultime désir de voir le saint linceul du Christ. Une lutte sourde s’engage autour de cette précieuse relique, qui échappe tour à tour à ceux qui la pourchassent. Certains souhaitent la posséder pour son caractère sacré, d’autres veulent s’en servir pour asseoir leur pouvoir perdu. Guilhem d’Ussel se retrouve, malgré lui et pour venger les siens, emporté dans ce combat. Les destins se croisent à Rouen, où Arthur, le jeune duc de Bretagne, est tenu prisonnier par son oncle Jean sans Terre. La ville devient le théâtre des intrigues, des meurtres, des complots qui se trament autour de la sainte relique.Qui finira par la posséder ? Arthur sera-t-il délivré par ses fidèles ? Guilhem découvrira-t-il le félon qui le trahit ?


Mon avis :

Je n’avais pas aimé Rome 1202 qui  présentait déjà les aventures de Guilhem d’Ussel, que  nous retrouvons dans ce livre. J’avais par contre aimé La bête des Saints-Innoncents, toujours du même auteur. Là, j’avoue que j’étais inquiète à l’idée de me sentir perdue comme cela avait été le cas pour Rome 1202. Ouf, il n’en est rien. A nouveau beaucoup de personnages, mais j’étais déjà familières avec certains d’entre-eux et je ne sais pas pourquoi j’ai trouvé qu’il était plus facile de se repérer (peut-être sont-ils plus détaillés).

L’auteur nous emmène rapidement en Terre Sainte, retrouver l’esprit des croisades, avant de nous retrouver à Rouen. Aliénor d’Aquitaine veut absolument voir avant de mourir ce linceul du Christ, une relique qui serait vraie … Parmi les personnes qu’elle envoie pour le retrouver se trouve un jeune clerc, non dénué d’ambition (un personnage que j’ai beaucoup aimé découvrir). Ce livre, c’est un peu une chasse au trésor avec son lot de manipulations et d’intrigues. En toile de fond : la guerre, évidemment.

J’ai apprécié la découverte progressive des différents personnages, les présentant chacun dans leur univers, avant de voir leurs destins se lier. Tout se fait naturellement. Et j’ai été particulièrement amusée de lire la provenance des reliques …

C’est un roman vraiment intéressant, plaisant à lire, qui ne laisse pas place à l’ennui (malgré le nombre de page !). Le rythme est régulier, le contexte clairement délimité ainsi que les nombreux détails nous permettent de nous plonger facilement au début de ce 13ème siècle.  A conseiller aux amateurs de romans historiques (même si dans ce livre l’auteur focalise plus sur les personnages et leurs actions que sur le contexte historique) ou à ceux qui aiment les histoires de complot …

Ce livre participe au challenge 1 pavé par mois, organisé chez Bianca : challenge-un-pave-par-moisOctobre 2014, Flammarion.

Publicités

6 commentaires sur « Rouen 1203, Jean d’Aillon »

Un petit mot

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s