Petit éloge du charme, Harold Cobert

Quatrième de couverture :
« Il a du charme » concède-t-on quand on ne peut pas dire de quelqu’un qu’il est beau tout en lui reconnaissant un certain attrait. Mais quand on nous somme de nous expliquer, voilà que l’on bafouille. Tel est le charme : multiple, fuyant, se soustrayant sans cesse à l’analyse. Le romancier Harold Cobert a relevé le défi. S’appuyant sur l’étymologie, la philosophie, l’histoire et la littérature, il examine tous les aspects de cette notion volatile dans un style aérien, ludique et bien sûr charmant. »
Mon avis :
Quelle joie j’ai ressentie quand j’ai reçu ce livre !. Je garde un si bon souvenir de Dieu surfe au Pays basque de ce même auteur que l’idée de replonger dans un de ses livres m’a d’emblée ravie. Après la joie vient l’inquiétude : oui, j’ai adoré son dernier livre, mais quid si je n’apprécie pas celui-là ? Après tout on peut aimer certains auteurs sans pour autant apprécier l’ensemble de leurs écrits. Me refusant à une telle possibilité, j’ai rapidement essayé de mettre de côté cette idée, idée qui s’est d’ailleurs vite dissipée à la lecture des premières pages.
Ce n’est pas un roman dont je pourrai vous expliquer l’histoire mais un essai dans lequel Harold Cobert nous livre ses réflexions sur un mot que nous employons tous assez souvent, sans, comme il en fait pertinemment la remarque, pouvoir pour autant le définir. En effet, qu’est-ce que le charme ? S’aidant de l’étymologie, analysant les divers moments lors desquels le mot a pu / peut être employé, le comparant avec d’autres mots qui lui sont souvent associés (la beauté, la séduction par exemple), c’est avec brio qu’il parvient à définir cette notion qui semble pourtant tant indéfinissable, le tout sans lasser son lecteur. Le style est agréable et même si les références à la philosophie ou à la littérature sont nombreuses, elles se comprennent facilement : l’auteur ayant pris soin de les expliquer. Si le terme « essai » vous rebute, comme il peut parfois être le cas, soyez donc  rassurés : il est accessible à tous les lecteurs et vous pouvez d’ailleurs en découvrir gratuitement le premier chapitre ici.
Merci à Harold Cobert de m’avoir permis de découvrir ce livre : charmante attention d’un auteur charmant (pas étonnant que ce soit lui qui traite de la notion de charme !)  et merci à François Bourin Editeur.

Quelques phrases …  :
« Tel est le charme : toujours fuyant, jamais fixe, esquivant avec un air narquois toutes nos tentatives de l’enfermer dans le carcan d’une définition claire et distincte. » (page 8)
– « Le charme, tel que son étymologie nous l’indiquait déjà, nous invite à réenchanter le monde. Il est un appel à la résistance. A ce titre, il est hautement insurrectionnel et séditieux. » (page 109)

Publicités

2 commentaires sur « Petit éloge du charme, Harold Cobert »

Un petit mot

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s