Cyanure, Camilla Läckberg

Quelques jours avant Noël, sa petite amie, Lisette Liljecrona, invite Martin Molin (collègue de Patrick Hedström) à venir passer le week-end avec sa famille sur la petite île de Välo en Suède. L’idée ne l’enthousiasme guère et c’est à contrecœur qu’il accepte de l’accompagner. Ses appréhensions se voient confirmées lorsqu’il fait la connaissance des Liljecrona. Avec plus ou moins d’élégance, tous s’acharnent à obtenir les faveurs du patriarche dont la fortune s’élève à plusieurs milliards de couronnes. Cette course à l’héritage tourne court lorsque, le soir même, Ruben, déçu et furieux contre les membres de sa famille, affirme les avoir déshérités. Gagné par son emportement, le vieil homme meurt soudainement, vraisemblablement victime d’un malaise cardiaque. Une tempête de neige fait rage dans la région et les hôtes sont dans l’impossibilité de regagner le continent. Martin prend alors la situation en main et constate que Ruben a été empoisonné. Personne n’a pénétré dans la maison, le meurtrier est donc forcément parmi les convives. En les interrogeant, le jeune policier tente avec peine de démêler les vieilles rancœurs familiales des pistes plus sérieuses. Seul Matte, l’un des petits-enfants de Ruben, semble sincèrement affecté par sa mort. Comme tous les moyens de communication avec l’extérieur sont coupés, Martin se retrouve livré à lui-même face à sept suspects. Bientôt, un nouveau meurtre est commis. Le cadavre de Matte est retrouvé étendu dans sa chambre, une blessure par balle déchirant sa poitrine… Mêlant heureusement les influences de Conan Doyle et d’Agatha Christie, Camilla Läckberg nous offre dans ce spin-off une variation réjouissante et glaçante sur le roman policier classique.


Mon avis :

C’est mon premier livre de Camille Läckberg, j’ai commencé par un livre court pour découvrir le style de l’auteur, et ça me plait bien. Bon, ici l’histoire n’est pas extraordinaire, c’est plutôt une histoire banale de meurtre, mais j’avoue que je ne m’attendais pas à la fin : peut-être parce que ce n’est pas vraiment le genre de livre que j’ai l’habitude de lire ? Je me demande si les fans du genre ont senti cette fin rapidement ou non …

Le livre se lit très facilement, je n’ai pas ressenti la moindre sympathie pour les personnages, on reste complètement externe à l’histoire : on se contente de suivre l’enquête de Martin Molin, et je ne peux pas m’empêcher de me dire que grâce à ce meurtre, au moins, il n’aura pas eu un week-end trop ennuyeux 😉

D’ici quelques semaines je vais certainement me laisser tenter par La Princesse des glaces !

Et vous, l’auteur, vous l’appréciez ?


Quelques mots justement sur cet auteur pour celles et ceux qui ne la connaissent pas :

Née en 1974, Camilla Läckberg est l’auteur d’une série de romans policiers – tous parus ou à paraître chez Actes Sud – mettant en scène le personnage d’Erica Falck et de son compagnon le commissaire Patrik Hedström. L’intrigue se situe toujours à Fjällbacka, ancien port de pêche de la côte ouest en Suède, reconverti en station balnéaire, qui sous des apparences tranquilles cache de sordides relations humaines.
Après La Princesse des glaces (2008 ; Babel noir n° 61), Le Prédicateur (2009 ; Babel noir n° 85), Le Tailleur de pierre (2009), L’Oiseau de mauvais augure (2010), L’Enfant allemand (2011) et La Sirène (2012), tous parus en “Actes noirs”, Le Gardien de phare est le septième volet de la série policière la plus attachante du moment.
En 2011 a également paru en « Actes noirs » son roman policier Cyanure (hors série).

Publicités

5 commentaires sur « Cyanure, Camilla Läckberg »

  1. Pour ma part, j’ai lu les trois premiers romans de l’auteur : La princesse des glaces, qui nous permet de rencontrer et de nous familiariser avec les personnages principaux, le prédicateur et le tailleur de pierre. J’ai commencé le premier il y a trois ans et je continue de suivre les enquêtes et vies des personnages et de la bridage au rythme d’un roman par été et alterne avec d’autres genres. On y retrouve la Suède, ses traditions et amateurs de la trilogie Millénium apprécieront je pense. Certes ce n’est pas de la grande littérature mais l’auteur a sa marque, griffe? de narration que j’apprécie, de plus, elle sait tenir son lecteur en haleine. On passe un bon moment de lecture : c’est ce qui compte en fait ! Enfin selon moi 😉

    Aimé par 1 personne

Un petit mot

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s