Tout foutre en l’air, Antoine Dole

20150225_115850

Quatrième de couverture :

« Je ne veux pas faire marche arrière, je ne veux pas rentrer à la maison. Ma main serre la sienne plus fort encore quand il me murmure « Vas-y, suis-moi ». Et moi, sans rien dire, je suis ses pas dans la nuit noire, nos ombres se confondant dans une ombre plus grande encore. Flaque d’obscurité, comme une nuit liquide. Sauf que j’y vois clair, dans mon cœur il fait jour ».


Pourquoi Antoine Dole ? Parce qu’à force de lire Stephie (une blogueuse que j’adore, que vous pouvez retrouver sur son site Mille et une frasques) faire son éloge, j’ai bien eu envie de le lire à mon tour. Mais, je ne suis pas la seule à avoir été contaminée, et ce livre est une lecture commune (la première depuis que je suis passée sur ce blog ! ) avec une autre blogueuse que j’adore, Leana Gey (Quelques bouts de pages).

C’est un livre de littérature jeunesse, paru chez  Actes Sud junior. Antoine Dole n’en est pas à son coup d’essai puisqu’il a déjà multiplié les publications (vous pouvez retrouver la liste sur son site, à mettre dans vos favoris : Antoine Dole).

Et quelle lecture. J’ai adoré.

La narratrice est une gamine qui vient de fuir le domicile de ses parents. En bas l’attend Olivier et, ça y est, elle est sûre d’elle : elle va le faire. Ce soir. Elle est prête, ils sont prêts. C’est le moment où jamais. Grâce au titre, j’avoue ne pas avoir eu de difficultés à trouver à quoi pouvait renvoyer ce le. Mais qu’importe, on est happé par la lecture, sans ce suspens. Olivier, elle l’a connu par internet. Il a quatre ans de plus qu’elle. Ils ont discuté pendant des heures une fois la nuit tombée, à l’abri des regards, mais les parents de la narratrice l’ont su et ont voulu couper court à cette relation, sans y parvenir.

C’est une écriture forte, percutante. Le rythme des phrases est en parfaite harmonie avec les actions des personnages et ça, j’adore. L’histoire et la syntaxe sont en osmose, pour un petit livre que l’on dévore. Petit livre oui (une cinquantaine de pages, beaucoup d’espaces), mais il y a tant de choses pourtant à l’intérieur. Pas de fioritures, de détails inutiles, l’auteur va droit au but et nous percute. Le sujet est difficile mais parfaitement maîtrisé. C’est aussi un livre qui ouvre la voix à des tas de discussions (que ce soit sur le thème du livre, que je ne révélerai pas au cas où vous auriez un petit doute, mais aussi sur les dangers du net, sur l’isolement et la souffrance des adolescents etc …).

Bref, commencer ce livre d’Antoine Dole, c’est devenir accro. C’est ne plus pouvoir le fermer. C’est se sentir obligée de tourner les pages, les unes après les autres, avec une main fébrile, une respiration haletante et une petite boule d’angoisse pour la narratrice au creux de l’estomac. C’est vivre sa lecture, être transporté. Je m’arrête là, je pense que vous avez compris.

Retrouvez l’avis de Leana Gey !


Mais, vous attendez quoi là ? Vous n’êtes pas encore parti l’acheter ? 😉

Publicités

4 commentaires sur « Tout foutre en l’air, Antoine Dole »

Un petit mot

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s