Jules, Didier Van Cauwelaert

Présentation :

« À trente ans, Alice recouvre la vue. Pour Jules, son chien guide, c’est une catastrophe. Et en plus on les sépare. Alors, il se raccroche à moi. En moins de vingt-quatre heures, ce labrador en déroute me fait perdre mon emploi, mon logement, tous mes repères. Il ne me reste plus qu’une obsession – la sienne : retrouver la jeune femme qui nous a brisé le cœur. »

Entre une miraculée de la chirurgie et un vendeur de macarons, une histoire de renaissance mutuelle et de passion volcanique orchestrée, avec l’énergie du désespoir, par le plus roublard des chiens d’aveugle.


Mon avis :

Pas de suspens, ce livre est un gros coup de cœur. Je l’ai dévoré en deux jours. Je connaissais l’auteur de nom mais je n’avais encore rien lu de lui. Je peux vous assurer que ma seule envie est, maintenant, de découvrir ce qu’il a pu écrire avant.

Zibal est vendeur de macarons, à l’aéroport d’Orly. C’est là qu’il croise pour la première fois Alice, une jeune femme très jolie, aux vêtements colorés, accompagnée d’un chien : Jules. Alice est aveugle. Zibal ne le sait pas mais elle part se faire opérer pour retrouver la vue. Après qu’elle soit passée à son stand, Zibal entend des cris et les aboiements d’un chien : Jules. Il se précipite et les aidera tous les deux, notamment en réussissant à faire sortir Jules d’une cage dans laquelle on l’avait placé. Alice, comme Jules, se souviendront de cet acte de bravoure.

C’est une comédie romantique, par vraiment mon genre de lecture, mais j’ai vite été intéressée par le sort des personnages, je me suis prise d’affection pour Jules et d’amitié pour notre héros qui cumule les problèmes depuis que Jules est arrivé dans sa vie. Toutefois, hors de question de broyer du noir pour Monsieur Macaron – surnom affectueusement donné par Alice à Zibal – (pourtant il y a de quoi : plus de boulot, plus de logement ….) : il décide de prendre les choses du bon côté, et d’aller de l’avant.

Ce n’est pas un livre à suspens, on se doute bien de la fin, mais ce n’est pas pour autant qu’on veut arrêter le livre, tant la lecture est agréable. J’ai aimé suivre les réactions de Jules, découvrir grâce à ce livre un peu plus le comportement des chiens d’aveugles et leurs relations avec les hommes.

Jules, c’est vraiment le point fort de ce livre. Les sentiments de ce chien sont intenses, c’est un personnage fort. J’ai été complètement surprise par quelques unes de ses réactions (l’histoire avec le bus notamment, comprendra qui a lu/lira le livre … ). Je me suis dit plusieurs fois que ce n’était pas possible, mais l’auteur nous confirme à la fin du livre que cela peut l’être. C’est vraiment étonnant de telles capacités ( à la fois ce que le chien peut faire à la place d’Alice, mais aussi sa capacité à prédire certains événements et à retrouver l’autre, etc ….). Je trouve ça vraiment extraordinaire.

J’ai aussi aimé la narration de ce livre que Zibal et Alice se partagent.

Un gros coup de coeur que je recommande ! C’est aux éditions Albin Michel.

Publicités

16 commentaires sur « Jules, Didier Van Cauwelaert »

Un petit mot

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s