On regrettera plus tard, Agnès Ledig

zoom

Cela fait bientôt sept ans qu’Eric et sa petite Anna Nina sillonnent les routes de France. Solitude choisie. Jusqu’à ce soir de juin, où le vent et la pluie les obligent à frapper à la porte de Valentine. Un orage peut-il à lui seul détourner d’un destin que l’on croyait tout tracé ?
Avec la vitalité, l’émotion et la générosité qui ont fait l’immense succès de Juste avant le bonheur et Pars avec lui, Agnès Ledig explore les chemins imprévisibles de l’existence et du coeur. Pour nous dire que le désir et la vie sont plus forts que la peur et les blessures du passé.

Mon avis :

J’ai découvert Agnès Ledig grâce à son livre, Juste avant le bonheur, une petite pépite. J’avais vraiment envie de découvrir son nouveau livre, et, encore une fois, je l’ai dévoré.

Valentine vit seule chez elle, une maison dans la campagne, elle est institutrice. Une nuit d’orage, alors qu’elle était tranquille chez elle, prête à dévorer un bon bouquin, quelqu’un sonne. En ouvrant la porte, elle découvre une homme accompagné de sa petite fille, malade. Très rapidement, et naturellement, Valentine leur ouvre sa porte et les accueille, laissant dans un premier temps les questions de côté. Elle sait seulement qu’Eric, l’homme, vit avec sa petite fille, Anna Nina dans une roulotte. Plus tard, elle apprendra que c’est ainsi depuis le décès de la femme d’Eric, peu de temps après la naissance de leur fille Anna Nina. Chaque soir pratiquement,  Eric lui écrit, sur un petit cahier. Il ne parvient pas à oublier sa femme, et ne peut s’empêcher de se demander s’il fait bien les choses.

En parallèle, on découvre l’histoire de Suzanne, une jeune femme enceinte, sous la seconde guerre mondiale. Elle est aux mains des ennemis, qui veulent savoir où est Léon, son conjoint.

C’est une histoire qui commence d’une façon vraiment surprenante, avec l’accueil rapide d’Eric et Anna Nina chez Valentine. Si au début j’ai craint un manque de vraisemblance, ce n’est pas le cas du tout : plus on lit le texte, plus on apprend à connaitre Valentine et son comportement dès les premières lignes lui correspond tout à fait.

L’auteure met en scène des personnages aux vies différentes, mais elle arrive à nous les rendre tous touchants : que ce soit Eric, le père veuf qui est perdu, la petite Anna Nina (pas si petite que ça dans sa façon de réagir), Gustave, ce vieil homme mystérieux qui habite près de chez elle,  ou même Gaël, le collègue et ami de Valentine, qui se demande si on peut aimer deux femmes à la fois. Et c’est vraiment ça, l’une des puissances de l’écriture d’Agnès Ledig : prendre des personnages ordinaires, et en faire ressortir des émotions fortes et sincères.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur, Albin Michel !

 

 

 

Publicités

18 commentaires sur « On regrettera plus tard, Agnès Ledig »

  1. J’ai téléchargé sur ma liseuse le début de ce roman. J’avoue que, même si j’ai aimé l’écriture, j’ai tiqué comme toi, sur le manque de vraisemblance de la situation de départ. J’ai donc hésité à acheter la suite. Mais tu me redonnes envie!

    J'aime

Un petit mot

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s