Les chemins de l’école : Carlos, Zahira, Samuel et Jackson

« Les chemins de l’école » est une série publiée aux éditions Nathan. Elle s’inspire du film « Sur le chemin de l’école », un documentaire sorti en 2013 (qui a reçu le césar du meilleur documentaire !) réalisé par Pascal Plisson et adapté par Sophie Nanteuil. Ils y  présentent quatre enfants : Zahira, Carlos, Samuel et Jackson, qui vivent à des milliers de kilomètres les uns des autres mais qui partagent un point commun : l’envie de réussir à l’école pour espérer un bel avenir, même s’ils doivent parcourir des kilomètres à pied, à cheval ou encore à fauteuil roulant pour se rendre dans leur établissement. Un trajet qui s’apparente à un véritable périple.

Petite présentation :

Je m’appelle Carlos, mais tout le monde m’appelle Carlito. J’ai onze ans et j’habite une région de l’Argentine appelée Patagonie, qui se situe le plus au sud de la planète.
Je vis avec mes parents et ma petite sœur de six ans.
Tous les jours, je parcours à cheval les dix-huit kilomètres qui séparent ma maison de l’école. Ce périple à travers les grandes plaines et les montagnes de l’avancée de la Cordillère des Andes prend une heure trente.

Je m’appelle Jackson, j’ai onze ans et je vis au Kenya, un pays situé à l’est de l’Afrique. Je vis avec mes parents, ma sœur et mon frère dans la savane, au milieu des animaux sauvages. Tous les matins, ma petite sœur et moi marchons deux heures pour rejoindre l’école, située à quinze kilomètres de la maison.

 

Je m’appelle Samuel, j’ai douze ans. Je vis en Inde, dans une région appelée Tamil Nadou, au sud-est du pays. J’ai deux petits frères, Emmanuel et Gabriel.
Mes parents ont dû déménager pour se rapprocher de la seule école qui m’acceptait avec mon fauteuil roulant. Tous les matins, avec mes frères, nous parcourons quatre kilomètres à pied… et à roues. Il nous faut une heure et quart pour rejoindre l’école.

Je m’appelle Zahira, j’ai douze ans et je vis dans la région du Haut-Atlas, au Maroc. C’est une chaîne de montagne, appelée « toit du Maroc ». Je vis avec ma famille le week-end et en internat le reste de la semaine. Tous les lundis, je pars à l’école située à vingt-deux kilomètres. Le trajet dans les montagnes dure quatre heures.


 

J’ai adoré lire ces petits livres (une soixantaine de page, beaucoup d’illustrations) qui nous apprennent beaucoup de choses sur la vie de jeunes (autour de onze ans) bien loin de chez nous. J’apprécie la diversité des pays représentés, l’optimisme sans faille de ces jeunes qui ne doivent pas se contenter de prendre le bus ou de s’asseoir dans une voiture pour se rendre à l’école, qui ont soif d’apprendre, sont disciplinés, et ont conscience de l’importance de l’éducation. Une vie bien différente de celles qu’on connait en France ou dans d’autres pays européens. Les photographies sont jolies, vivantes, elles nous aident à nous représenter ces différents lieux.

Le plus : à la fin de chaque livre se trouve un petit dossier qui propose d’en savoir plus sur le pays concerné, sur certaines pratiques et des chiffres sur la scolarisation.

D’autres livres sont déjà parus dans cette série, tirés cette fois-ci non pas du long-métrage de Pascal Plisson, mais de la série télévisée, aussi inspirée du film. Cette série raconte aussi l’histoire d’autres enfants qui parcourent des kilomètres dans des paysages hostiles pour arriver à l’école.

Des petits livres indispensables pour s’ouvrir au monde !

Publicités

6 commentaires sur « Les chemins de l’école : Carlos, Zahira, Samuel et Jackson »

Un petit mot

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s