Mer agitée, Christine Desrousseaux

Mer agitée

 

Sur une plage désertée par les estivants, Jean se plonge dans l’eau glacée. Quel que soit le temps, il part nager, pour oublier son corps trop vieux, oublier son petit-fils Léo, enfermé dans sa chambre et replié sur lui-même depuis son retour d’Afghanistan. Léo qui crie la nuit, Léo qui lui fait peur. À quel moment s’est envolé l’enfant rieur dont il était si proche ? Le jour où sa mère a disparu sans laisser de traces ? Ou lors de l’une de ses missions ?
Un soir, Léo, ivre, agresse une jeune fille. Il s’en tire à condition de présenter ses excuses. Mais quand une adolescente disparaît quelques jours plus tard, Jean va devoir affronter les gens du village qui voient en Léo un suspect idéal et deviennent de plus en plus hostiles. Il commence lui-même à douter : et si ce petit-fils tant aimé avait commis l’irréparable ?

Sur une presqu’île battue par les vents du Nord, un homme essaie de prouver l’innocence de son petit-fils, envers et contre tout. Christine Desrousseaux nous offre un roman prenant et émouvant, rythmé par les saisons et les marées.

Mon avis :

J’ai rencontré la talentueuse Christine Desrousseaux lors d’une dédicace sur Saint-Omer, à la librairie Alpha B. En plus d’être talentueuse, elle sait donner l’envie de découvrir son livre et, au passage, elle est d’une extrême gentillesse. C’est donc avec beaucoup d’envie que j’ai commencé à lire Mer agitée, que j’ai beaucoup aimé.

Jean aime plonger son corps dans l’eau froide, peu importe le temps. Une manie un peu étrange pour certains, une nécessité pour l’homme qui rédige consciencieusement – presque – tous les jours son journal de baignade.

Jean ne vit pas seul. Chez lui se trouve Léo, son petit-fils, qui a bien changé depuis qu’il est revenu d’Afghanistan. S’il prétend être là le temps d’une permission, Jean apprendra vite que le retour est définitif. Léo a un comportement étrange : il parle peu, souffre de cauchemars, ne souhaite pas se mêler aux autres, ne dit jamais un mot sur sa vie de soldat, refuse les convocations de l’armée. Alors quand une jeune fille est retrouvée morte, il ne faut pas longtemps pour qu’un coupable soit désigné par les habitants du village : cela ne peut être que cet étrange soldat qui a déjà agressé une jeune fille. De son côté Jean refuse de croire en la culpabilité de son fils. Pourtant, des éléments semblent l’accabler… A quel point Léo a-t-il pu changer depuis son retour en Afghanistan ? Qu’a-t-il vécu dans ce pays ? Pourquoi ce silence inquiétant ?

Christine Desrousseaux est une habituée des polars, et nous le comprenons rapidement en lisant ce roman. Si l’histoire semble d’abord classique, rapidement l’enquête arrive, et le scénario tourne au thriller, bien ficelé.

Un roman sur l’amour, le stress post-traumatique, les jugements et les regards de autres…

Découvrez les premières pages ici !

Publicités

Un commentaire sur « Mer agitée, Christine Desrousseaux »

Un petit mot

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s