Le mystère du Gué Gorand, Karine et Didier Giroud Piffoz

wr52h76w

Amoureux fous, Loëla et Goran sont les « amants de Vérone » de l’ouest vendéen. Au-delà de la haine qui sépare leurs familles depuis des générations, une terrible malédiction, lancée quelques siècles auparavant, au moment de la peste noire, leur interdit à tout jamais d’être un jour réunis et de pouvoir s’aimer librement. À moins que leurs amis, Ervyn et Elféia, un elfe et une fée, puissent trouver le moyen de briser le maléfice…
Telle est la légende du Gué Gorand. Tel est le mystère du Gué Gorand.

Didier Giroud-Piffoz, auteur d’une quinzaine d’ouvrages, roman, essai, biographie, lettres et recueils de poésie, poursuit simultanément un travail d’écriture et un engagement humanitaire en Inde, dans le cadre de l’association Regards et Alliance, qu’il a créée en 1987, avec son épouse Maeva.

Karine Giroud-Piffoz, sa fille, passionnée de littérature, après ses études de lettres modernes, partage son temps entre l’écriture et diverses activités liées à l’enfance. Karine est l’auteur, notamment, de deux romans, La lumière de l’Isalie et Chroniques d’un monde oublié.

Mon avis :

J’aime beaucoup les contes, c’est certainement pour cette raison que j’ai décidé de lire ce livre à peine reçu.

L’histoire se lit facilement, l’écriture est fluide et agréable. L’histoire d’amour impossible nous rappelle évidemment Roméo et Juliette avec ces deux familles que rien ne semble pouvoir réconcilier (vous me pardonnerez de prendre l’exemple le plus connu).

Mais ici, il est aussi question de magie : le cours d’eau qui sépare les deux familles est ensorcelé, nul ne peut le traverser sans mourir. Heureusement, des créatures magiques sont là pour prodiguer les soins aux arbres touchés par la malédiction.

Parmi ces créatures magiques se trouvent un elfe et une fée, Ervyn et Elféia. Depuis de longues années ils assistent à la rencontre d’un petit garçon, Gorant et d’une petite fille, Loëla, de chaque côté du cours d’eau, deux enfants qui accompagnent leur mère pour laver le linge. Ils les voient devenir un jeune homme et jeune femme et, surtout, voient naitre leur amour. Alors quand les deux amoureux ont l’idée de traverser le cours d’eau, les petites créatures vont chercher à les aider.

Si plus haut j’ai parlé d’amour impossible en littérature, on retrouve aussi le thème des métamorphoses, cher à Ovide. En effet les pères, contre l’amour de leurs enfants, sont punis  en étant transformés en arbre.

Une belle histoire, joliment racontée, à découvrir !

 

Retrouvez Le mystère du Gué Gorand sur le site de l’édition de l’Onde.

Publicités

2 commentaires sur « Le mystère du Gué Gorand, Karine et Didier Giroud Piffoz »

Un petit mot

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s