La tresse, Laetitia Colombani

imagesTrois femmes, trois vies, trois continents. Une même soif de liberté.

Inde. Smita est une Intouchable. Elle rêve de voir sa fille échapper à sa condition misérable et entrer à l’école.

Sicile. Giulia travaille dans l’atelier de son père. Lorsqu’il est victime d’un accident, elle découvre que l’entreprise familiale est ruinée.

Canada. Sarah, avocate réputée, va être promue à la tête de son cabinet quand elle apprend qu’elle est gravement malade.

Liées sans le savoir par ce qu’elles ont de plus intime et de plus singulier, Smita, Giulia et Sarah refusent le sort qui leur est destiné et décident de se battre. Vibrantes d’humanité, leurs histoires tissent une tresse d’espoir et de solidarité.
Mon avis :

A moins de vivre dans une grotte, vous avez forcément entendu parler de ce roman, qui suscite beaucoup d’intérêt et d’enthousiasme. Et j’ai à mon tour beaucoup aimé. Si au début je n’ai pas compris complètement ce qui pouvait unir ces trois histoires, j’ai aimé émettre des hypothèses, et lire ces moments de vie jusqu’à la dernière ligne.

Ce sont trois histoires très fortes. Celle de Sarah me semble la moins étrangère : elle vit dans une société dont je connais bien les travers, notamment l’absence de scrupule quand il s’agit d’écraser l’autre pour atteindre son objectif. Cela ne veut pas dire qu’elle ne m’a pas touchée, mais c’est certainement celle qui m’a le moins étonnée, et le plus désolée.

L’histoire de Sarah trouve aussi des échos dans notre petit univers : l’histoire d’une faillite passée sous silence, et la difficulté qu’on peut rencontrer quand on veut moderniser une société familiale, dans une famille conservatrice.

Enfin, l’histoire de Smita m’a bouleversée, certainement parce qu’elle m’a ouvert un peu plus les yeux sur un monde que je ne connais peu, dur et impitoyable. J’ai senti mon ventre se nouer quand Smita a découvert le dos de sa fille, j’ai eu mal quand elle a reçu sa gifle. Et toutes les informations, glaçantes, sur le sort de certaines femmes…

Le livre est bien construit, et j’ai aimé que les récits soient enchâssés : cela n’a fait qu’attiser ma curiosité.

Trois beaux parcours, des femmes battantes, prêtes à tout pour garder leur liberté, leur dignité.

4 commentaires sur « La tresse, Laetitia Colombani »

Un petit mot

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.