[Pédagogie] Mieux comprendre les DYS- de leur émergence aux neurosciences, Michèle Mazeau

Présentation de l’éditeur :

Le docteur Michèle Mazeau le prouve dans ses mémoires : les DYS- relèvent de la NEUROLOGIE et pas de la psychologie, ni de la pédagogie, ni même de la pédiatrie, et encore moins des opinions « éducatives » des uns ou des autres.

Les DYS- ne sont pas nés de rien, mais des progrès des neurosciences dans les années 1980-2000…

Aussi a-t-il fallu réviser de véritables dogmes établis depuis plus d’un siècle, et les remettre en question à la lumière des nouvelles connaissances et contredire nombre d’affirmations péremptoires comme « rien de ce que nous savons du cerveau adulte ne peut nous être utile pour comprendre l’enfant », « surdité et dysphasies s’excluent mutuellement », « déficience mentale ou haut potentiel intellectuel excluent un dys- », etc.

Les DYS-, ce n’est pas une façon de renommer l’échec scolaire ! C’est la mise à jour de particularités, d’atypies du développement cérébral de l’enfant qui lui sont défavorables pour telle ou telle sorte d’apprentissages. Donc les dys-, c’est une pathologie neurologique et il y a forcément une interaction, un lien fort entre ces nouvelles connaissances du développement du cerveau de l’enfant et les apprentissages à l’école.

Mais ne sombrons pas dans la paranoïa : il ne s’agit pas de savoir si « le médical veut prendre le pouvoir à l’école », si « on veut médicaliser l’échec scolaire » ! Il s’agit de prendre en compte des pathologies neuro-développementales qui se manifestent essentiellement lors des apprentissages scolaires : soignants et éducateurs, nous allons être o-b-l-i-g-é-s de travailler ensemble et de collaborer pour le bien de l’enfant… et de leurs parents.

Bref, arrêtons de comprendre les dys-, de les diagnostiquer et de les rééduquer comme il y a trente ans. Depuis, les neurosciences sont passées par là. Cette discipline, encore récente, demande de nouveaux spécialistes en nombre terriblement insuffisant encore aujourd’hui.

Écrites sans concessions, mais non sans humour, ces mémoires sont le récit de l’évolution d’une science par un médecin qui en a vécu ses avancées, ses combats et ses espoirs, de sa préhistoire à nos jours.

Mon avis :

Ce livre, comme vous pouvez le constater avec la présentation de l’éditeur, est très riche. En suivant le parcours – ô combien passionnant et atypique – de Michèle Mazeau, nous suivons l’évolution de la recherche (ou plutôt, des recherches) qui ont permis de pouvoir affirmer que les troubles dys relèvent de la neurologie. Ils ne sont pas la conséquence d’une déficience, d’un manque d’intérêt parental ou d’une insuffisance de travail.

Dans ce manuel, l’autrice nous explique aussi les combats qu’elle a dû mener pour faire connaitre ses idées. Les scientifiques ne sont pas toujours d’accord entre eux, et ce n’est pas facile de convaincre ses pairs en présentant de nouvelles thèses, comme si tout était déjà figé.

En résumé, ce manuel n’est pas un livre qui définit clairement les troubles dys (vous en trouverez d’excellents sur le site des éditions Tom Pousse). Il retrace le parcours d’une femme, Michèle Mazeau, qui a su écouter ses intuitions, se faire confiance, prendre des passerelles ou sauter des ponts. Ce parcours lui a permis de s’ouvrir à plusieurs disciplines et de tenter des rapprochements entre des univers qui pouvaient sembler éloigner, ce qui est une véritable richesse.

A retrouver sur le site des éditions Tom Pousse !

Un petit mot

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.