[Album] Le destin de Fausto, Oliver Jeffers

sans-titre

 

Il était une fois un homme qui croyait que tout lui appartenait. Un jour, il décida d’aller faire l’inventaire de ce qui était à lui.
Une fable intemporelle sur la tyrannie et le désir de possession par l’auteur de Nous sommes là.

Mon avis :

Fausto est un homme hautain et colérique. Il pense que tout lui appartient, ou qu’il suffit de se mettre en colère en tapant des pieds et des poings pour obtenir ce qu’il désire. Si au début rien ne lui résiste ( une fleur, un mouton, un arbre… qui font preuve d’une belle humilité), il finira par tomber sur plus fort / plus malin que lui.

Fausto n’est pas capable de se contenter de ce qu’il a. Il en veut toujours plus. Si l’album est pour les enfants, on ne peut que remarquer un parallèle avec le comportement des adultes qui estiment que la nature leur appartient… A l’instar de Fausto, il faut en subir les conséquences. On est en plein dedans.

Le titre, Le destin de Fausto, me fait penser à la légende de Faust. Vous savez, ce savant qui contracte un pacte avec le diable…. Lui aussi doit en subir les conséquences.

La mise en scène est minimaliste, ce qui donne encore plus de force aux mots de Fausto.

20200428_133916 (1)

Un album publié à l’école des loisirs !

 

[6 ans] Deux jolis albums : « Cornebidouille » et « Juste à temps »

Aujourd’hui je vous présente deux albums parus aux éditions l’école des loisirs, qui raviront vos enfants dès 6 ans !

Non Cornebidouille, pas mon doudou !  Magali Bonniol et Pierre Bertrand

006927942

 

Pierre ne veut toujours pas manger sa soupe… et pour cause : il a craché la sorcière Cornebidouille toute rétrécie dedans, la dernière fois ! Condamné à vider la soupière maudite dans les toilettes, Pierre va dormir tranquille. Mais voilà qu’au beau milieu de la nuit il est réveillé par une Cornebidouille en furie, bien décidée à lui infliger la pire souffrance de sa vie : lui voler son doudou !

Une nouvelle fois, on est charmé par l’histoire pleine de rebondissements et par le courage de notre petit héros !

DZDZA

Juste à temps, Tomi Ungerer

006918303

L’humanité s’est enfuie sur la Lune. Sur terre, tout est hostile, froid, rectiligne. Dans les rues désertes, Vasco suit son ombre. Elle le guide, le met en garde, et le sauve de mille et un dangers, à chaque fois juste à temps ! Fidèle comme une ombre, elle le conduit aussi à accomplir deux missions : remettre une lettre et sauver la vie de Poco l’orphelin.

Un bel album, plus profond que le précédent, qui parle de la vie sur la Terre, où plutôt de l’absence de vie. Les dessins sont épurés, en lignes droites.

ZE

[4 ans] Boucle Rousse et les 3 ours, Fabienne Morel et Debora Di Gilio

9782748526578

Une version pittoresque et détonante du conte plébiscité par les enfants : Boucle d’Or et les trois ours !

De part et d’autre de la rivière, les Ours et les Renards sont fâchés depuis très longtemps. Sauf Boucle rousse et Petit Ours, qui s’envoient des baisers depuis leur fenêtre. Un jour, popopopopom… les Ours partent manifester pour sauver les abeilles ! Alors Boucle Rousse, même si « y a pas le droit », traverse la rivière et arrive chez Petit Ours.

Mon avis :

Les Renards et les Ours sont fâchés depuis tellement longtemps qu’ils ne savent plus pourquoi. Pourtant, une petite Renarde, Boucle Rousse, a repéré de l’autre côté de la rivière un ours au regard doux : Petit Ours. Les histoires de grands ? Ils s’en moquent. Ils se contentent de se regarder et de se sourire.

 

br

Un matin, alors que les Ours partent au rassemblement international pour la défense des abeilles, Boucle Rousse se rend au bord de la rivière, plonge, et arrive de l’autre côté ! Elle entre dans la maison de Petit Ours, essaie les trois paires de chaussons, les trois pots pour faire pipi, goute les trois pots de miel, et essaie les trois lits. Elle finit par s’endormir dans celui de Petit Ours, comme dans l’histoire originale. Mais que va-t-il se passer quand la famille de Petit Ours va rentrer ?

Un indice : tout est bien, qui finit bien 🙂

Nous avons pris beaucoup de plaisir à découvrir cette adaptation.

Un album paru aux éditions Syros !

[Album – 3 ans] Laissez moi tranquille, Galia Bernstein

 

9782092590737

Un nouvel album plein d’humour et de douceur, par l’autrice-illustratrice de La grande famille !

L’histoire : Leyla a une mère, un père, neuf tantes et trente-trois cousins. C’est trop! Et ils sont toujours en train de parler, de s’agiter, de lui faire des câlins… Elle ne peut pas faire la sieste en paix ! Alors, Leyla s’en va.
À la lisière du désert, elle rencontre un lézard. Il est très occupé à sentir le soleil sur sa peau et ne rien faire du tout. Patiemment, le lézard lui apprend à trouver le calme en elle-même pour profiter de chaque instant et trouver une place dans sa famille.

Mon avis :

Leyla a une grande famille attentionnée, mais malgré tout l’amour qu’ils lui portent, elle n’en peut plus et préfère s’en aller loin du clan : elle a besoin de silence. En chemin, elle croisera un lézard qui lui donnera quelques conseils de méditation (apprendre à ne rien faire, profiter de la chaleur des rayons du soleil, écouter le vent et le bruit des feuilles … )mais rapidement, elle se rend compte que la vie loin de sa famille n’est pas ce qu’elle souhaite.

J’aime beaucoup cet album. Les expressions du visage sont bien travaillées et reflètent les différentes humeurs de Leyla. Elle apprend qu’elle a le droit d’avoir besoin d’un peu de solitude, et que la méditation peut l’aider à s’apaiser.

Une histoire intéressante, haute en couleur et pleine de bons sentiments.

erftghgedfg

 

A retrouver sur le site des éditions Nathan !

[3 ans] Et le lapin m’a écouté, Cori Doerrfeld

 

41T+dB6MwvL._SX195_

Catastrophe, le château de Camille s’est effondré! Les animaux défilent un à un avec leurs conseils, en vain. Arrive alors le patient lapin…

Mon avis :

Voici un merveilleux album, publié aux éditions Gallimard dans la collection « L’heure des histoires ».

Le château de Camille s’est effondré : comme il est triste ! Tour à tour, des animaux arrivent avec de vains conseils, et repartent, laissant l’enfant seul avec sa tristesse. Ils ne l’écoutent pas, ne cherchent pas à savoir ce qu’il ressent. Puis, c’est au tour du lapin. Pas de conseil avec lui, il commence seulement par un tout petit câlin… un moment de chaleur, puis d’écoute attentive.

Ce livre est sublime. Il met en avant un élément essentiel : on n’a pas forcément besoin de conseils, mais aussi d’empathie et de tendresse… un rappel indispensable, pour les petits comme pour les grands !

Un album que je recommande chaudement !

 

 

é&

[Les petits – 3 ans] Adieu odieux diner, Delphine Bournay

 

adieu-odieux-diner-1281274779_ML

Flora n’a pas du tout l’intention de finir son assiette ce soir. Ni même de la commencer. Car ce que son Papa lui a cuisiné, c’est une verte et berk purée de brocolis. La goûter pour savoir si elle aime ? Inutile. Flora connaît très bien ses goûts. Et ce dîner-là est dégoûtant, c’est tout. Mais voilà que, vexé, le dîner s’en mêle et se met à parler… On aura tout vu ! Oh là là, il devient agressif ! Au secours !

Mon avis :

Flora ne veut pas manger son repas… une excellente purée de brocolis ! Or, ce dernier se met à lui parler, et à lui faire la leçon, à coup de  » Moi, une gamine comme ça, c’est une fessée et au lit » !

Flora, en colère, ne se laisse pas faire… et dévore sa purée !

Et, en récompense, elle a le droit à un délicieux dessert !

Une histoire drôle et originale, qui donnerait envie aux parents de donner la parole aux brocolis, choux, et autres légumes qui n’ont pas la cote auprès des enfants !

Saluons au passage les jolies illustrations, simples et épurées, qui mettent bien en valeur les émotions ressenties par Flora !

ppokpoko

 

A retrouver sur le site de l‘école des loisirs !

[Les tout-petits] Mon ours, Ilya Green

 

9782092589441

Voici un petit album en carton, de quatorze pages.

La petite fille s’imagine vivre une vie sauvage, en compagnie de son ours alors qu’elle reste dans le cocon de son jardin. Le chat devient un tigre, une petite piscine se transforme en rivière…

EE

Un texte poétique qui met en scène un enfant qui grandit et découvre le monde qui l’entoure.

Un album tout doux publié aux éditions Nathan !

[Les petits] Un barbecue de folie, Elsa Devernois et Anne Isabelle Le Touzé

1559833422

Il fait si beau que Madi et Toussaint organisent un barbecue dans leur jardin. Il faut tout préparer pour les invités. Ça tombe bien, Barbosine, les fêtes, elle adore ça. Elle voudrait porter le charbon, allumer le feu, couper les carottes… « Non, tu es trop petite », réplique Toussaint… Barbosine part bouder.

Mon avis :

Qu’il est joli cet album ! Barbosine aimerait tant aider Madi et Toussaint pour préparer le barbecue… mais que ce soit pour aller chercher le sac de charbon, allumer le feu ou encore couper les carottes, on lui répond toujours la même chose : elle est trop petite. Fâchée et déçue, elle part bouder dans le salon… Mais elle finira par trouver la place qui lui revient !

bb

Les dessins sont simples mais magnifiques, les couleurs vives et l’ensemble respire le soleil et la bonne humeur !

Un bel album paru aux éditions de l’école des loisirs, collection Pastel !

 

[Les petits] Fantomelette, Charlotte Erlih et Marjolaine Leray

 

product_9782075105538_244x0

Fantomelette est inquiète… Elle a tout essayé, mais rien n’y fait: elle ne fait peur à personne! Et un fantôme qui ne file pas la frousse, c’est comme une sorcière sans pustules: c’est ridicule!

Une histoire hilarante pour apprendre à s’accepter tel que l’on est !

Mon avis :

J’ai plusieurs albums à vous présenter, mais celui-ci est un tel coup de cœur, qu’il a bien le droit à un seul article rien que pour lui…

Quand j’ai vu cette couverture la première fois, lors d’un salon, je me suis dit successivement :

  • Haaaaaaaan ! Il est trop beaaaaaaaaau !
  • Haaaaaaaan ! C’est écrit par  Charlotte Erlih ! LA Charlotte Erlih qui a écrit (entre autres) Bacha Posh !

Alors je suis allée voir les deux artistes en fin de matinée. J’avais sous les yeux l’album, magnifique : un petit fantôme dessiné avec simplicité, mais qui nous donne tellement d’émotions, et leurs mamans en arrière plan. Je n’en menais pas large ! En fait, pour tout vous avouer, j’étais un peu intimidée. Il y avait quelqu’un ensuite à ma table, donc je les ai quittées, dans l’idée de mieux les retrouver plus tard…

MAIS, ce ne fut pas le cas. Le temps que je lève la tête, l’après-midi, et BOUM ! Elles s’étaient envolées. J’ai hésité entre : pleurer (mais j’ai la larme timide en public) ou me consoler avec l’album. J’ai opté pour la deuxième solution.

Et, vous l’avez compris, ce livre est un petit trésor. Le pauvre fantôme n’arrive pas à faire peur, malgré toutes ses (vaines) tentatives.

 

fanto.jpg

Bref, elle a un peu l’impression d’être un sous-fantôme…

Mais rassurez-vous, tout se termine bien pour elle !

Le texte est poétique et drôle. J’ai adoré le lire, il fait d’ailleurs beaucoup rire ma fille, comme les dessins. J’adore tous les visages et toutes les formes que prend notre petit fantôme.

A travers ce petit personnage original, l’enfant comprendra qu’il faut apprendre à s’accepter tel que l’on est, et à faire de nos faiblesses une force. Exit les complexes !

Un magnifique album, publié aux éditions Gallimard, que je vous recommande chaudement !

Et si, comme moi, vous tombez sous le charme des dessins de Marjolaine Leray, son site est !

 

[Jeunesse] Inventer les couleurs, Gilles Paris et Aline Zalko

 

product_9782075116039_195x320

Hyppolite vit avec son papa à Longjumeau. La vie pourrait être grise, avec un papa qui s’échine entre les quatre murs d’une usine, et l’école où Hyppolite fait l’apprentissage d’une vie avec ses copains Gégé et Fatou. Seulement voilà Hyppolite dessine et les couleurs transfigurent tous ceux qui l’approchent. Et si un enfant pouvait faire grandir les adultes autour de lui?

Mon avis :

L’immeuble dans lequel vit Hyppolite n’est pas des plus lumineux. Situé en banlieue parisienne, du côté de Longjumeau, le petit garçon n’y trouve pas beaucoup de distractions. Alors, pour pallier l’ennui, il a une solution : colorier le monde, à sa façon.

Ainsi, il peut colorier une maison avec les couleurs de l’arc-en-ciel, laisser la mer en blanc, ou colorer en rouge le soleil.

« Pauvre Jérôme. Une vie sans couleurs. Avec un chien pas à lui qui pisse sur son paillasson. Pas drôle ». 

Le rouge, comme la couleur des joues de son père, à cause de l’alcool qu’il boit, certainement pour oublier le départ de sa femme avec un autre homme, et son travail. Hyppolite l’aime beaucoup, son papa, même s’il sent souvent la bière et la cigarette. La relation qui les unit est tendre et touchante.

On découvre d’autres personnages, des amis d’Hyppolite qui ont aussi leurs maux : Fatou dont les parents sont violents, Gégé qui voit défiler des hommes dans sa maison, les jumelles ou encore Antar, qui a toujours la bonne réponse.

Les dessins d’Aline Zalko, que je découvre par la même occasion, sont magnifiques. Ils sont évidemment remplis de couleurs mais, surtout, ils ajoutent de la douceur et une certaine poésie à ce joli texte.

Avec Inventer les couleurs, Gilles Paris signe son premier roman illustré pour la jeunesse. Quelque chose me dit que ce ne sera pas le dernier, pour notre plus grand plaisir.

Une parution Gallimard jeunesse.