[Atelier d’écriture #7] Petit mais pas bête.

C’est la rentrée ! Et pas uniquement celle des classes, mais aussi ma reprise de l’atelier d’écriture de Leiloona, sur son blog Bric a Book.

Cette semaine, la jolie blondinette nous propose de partir de cette photo de Julien Ribot :

une-photo-quelques-mots

  • Reste-là Paul, ils sont trop bizarres, je te dis qu’ils ne sont pas humains!
  • Arrête Amine, tu dis n’importe quoi ! Même ma sœur de dix ans a moins les chocottes que toi ! Et dire que tu entres bientôt en 5ème.
  • Oh, ça va, poursuivit le petit garçon, vexé. T’as qu’à y aller, mais débrouille-toi avec eux. Moi, je rentre chez Nina. Elle a fait des crêpes, ça va être trop bon.
  • Lâcheur ! Compte pas sur moi pour récupérer le ballon alors, je le garde, et tu joueras tout seul ou aux poupées avec ta sœur, se moqua Paul, qui tremblait pourtant dans ses baskets. C’est de ton âge !
  • Un ange passe, on dirait, reprit Paul.
  • Où tu as vu un ange toi, questionna Amine, intrigué, regardant tout autour de lui.
  • Pppfff, mais on apprend rien à ton âge ?
  • Arrête de te la ramener, tu as juste deux ans de plus que moi.
  • Et l’intelligence qui suit !
  • Mais il est où ton ange alors?
  • Mais il n’y a pas d’ange, crétin, c’est une façon de dire que personne ne parle, soupira le garçon.
  • Et tu peux pas dire ça normalement plutôt que de sortir tes phrases à deux balles ? grogna Amine.
  • Au moins, tu auras appris quelque chose. Allez, moi, j’y vais. Rentre chez Nina si tu veux, je dirai que tu as eu les chocottes.

Paul avança, le pied incertain, dans le petit chemin qui longeait la maison. Il essayait d’écouter les bruits autour de lui, craignant que quelqu’un arrive. Au bout du chemin, il s’arrêta un petit moment et regarda le vélo qui ressemblait à une antiquité. Derrière, il aperçut son ballon. Le garçon avança tout d’abord rapidement, puis se cacha derrière un premier buisson. Manque de chance, au même moment, la baie vitrée s’ouvrit et laissa apparaître un homme d’un certain âge, marchant difficilement, le dos courbé. Sa peau était pâle, son nez aquilin, ses joues creuses. L’homme se dirigea vers le ballon, se baissa lentement et finit par se redresser, l’objet rond bloqué au creux de son bras, avant de retourner à l’intérieur de la maison. Paul, apeuré, resta de longues minutes recroquevillé derrière le buisson, n’osant plus sortir de son abri. Une rumeur courrait, arguant que le couple qui résidait dans cette maison n’était pas humain, mais un couple de vampires.

Au bout de dix minutes, il entendit des sifflements, ceux d’Amine. Il respira profondément, prit son courage à deux mains – de toute façon il ne pouvait plus récupérer le ballon, hors de question d’aller dans la maison, il inventerait quelque chose – et courut  vers la sortie, se heurtant au passage au vélo qui tomba dans un bruit sourd.

  • Qu’est-ce que tu as, Paul, tu as vu un fantôme ? se moqua Amine. T’es tout blanc !

Paul cherchait une réponse, mais son regard s’arrêta sur les mains d’Amine, dans lesquelles se trouvait le ballon.

  • Comment l’as-tu eu ? demanda le garçon, d’une voix étranglée.
  • Quand tu as commencé à avancer, l’homme est sorti. Donc je lui ai demandé s’il pouvait me rendre le ballon. Je me suis dit que si c’était un vampire, il fondrait au soleil, et que s’il était dehors, c’est qu’il n’en était pas un. On oublie tout à ton âge, conclut-il, un sourire amusé aux lèvres. Rassure-toi, je ne dirai rien à ta petite sœur.

 

 

 

 

Publicités

Une phrase, un texte #8

atelier-écriture

Bonjour, en ce lundi je vous propose un extrait de La dynamique des fluides de Mathieu Tazo :

« Sophie continue son monologue d’une voix lasse, la fatigue lui pèse, l’ascenseur tourne sur lui-même, elle ne sait plus très bien où elle est. »

dynamique-fluides-1529542-616x0

Les textes seront publiés le dimanche matin, à 11h, environ ! La nouvelle citation sera publiée chaque lundi.

Vous voulez participer ? Quelques consignes :

  • Faire un lien vers le blog dans votre article.
  • Précisez qui est l’auteur de la citation.
  • Ne publiez vos textes que dimanche matin, pas avant !
  • Donnez-moi le lien de votre article sous cet article, et le titre de votre texte.
  • Si vous n’avez pas de blog, envoyez-moi votre texte par mail (lesbilletsdefanny[at]gmail.com)
  • N’hésitez pas à commenter les textes des uns et des autres, ça fait toujours plaisir:)

Et n’hésitez pas à partager l’article, plus on est de fous, plus on lit !

 

Une phrase, un texte #7 : les textes

Bonjour,

Alors cette semaine, je vous ai proposé un extrait de Laura Kasischke, tiré du livre Un oiseau dans le blizzard, qui a été adapté au cinéma que voici :

 » Le téléphone sonne un matin pendant que je me prépare pour aller au lycée; je suis en train de tirer mes collants jusqu’à ma taille, en sautillant dans la salle de bains pour faciliter l’opération ».

Mon texte :

 Le téléphone sonne un matin pendant que je me prépare pour aller au lycée; je suis en train de tirer mes collants jusqu’à ma taille, en sautillant dans la salle de bains pour faciliter l’opération.

  • ça sonne !

Une voix inconnue provenant de la chambre à coucher me fait sursauter. Oui, j’avais bien vu la forme longue et ronflante dans mes draps ce matin mais, je m’étais dit que si j’en faisais abstraction et que je partais avant son réveil, mon cerveau aura vite fait de supprimer cet épisode de ma vie. Paul, mon coloc, lui aurait gentiment proposé de prendre un café, et lui aurait fait comprendre qu’il n’était pas un garçon pour moi. Rien en lui n’était mémorable : il lapait plus qu’il n’embrassait et si sa queue frétillait, on ne sentait pas grand chose … et en plus il ronflait et grognait pendant son sommeil : un chien eut été de meilleure compagnie.

J’étais presque prête. Mes cheveux étaient presque secs, j’étais habillée, encore deux ou trois touches de maquillage, et je me sauvais. Je commençais les cours dans une heure, je prendrai le temps de prendre un café avant d’aller au lycée. Paul allait rentrer de l’hôpital dans dix minutes, le timing serait parfait.

  • tu veux que je décroche ?

La sonnerie du téléphone reprenait. Bordel, qui pouvait bien vouloir m’appeler si tôt un lundi matin ? Et voilà que j’entendais une nouvelle fois la voix du canidé qui remuait dans mes draps. Il faudra à tout prix que je les change ce soir, sinon je n’arriverai pas à dormir. Mais quelle idée j’ai eu hier soir .. En même temps, si Marc ne m’avait pas cherché, rien de tout cela ne ce serait passé.

Les vôtres :

Celui d’Anne Véronique Herter

Celui de Sarah !

Le texte de Damebreizh !

Une phrase, un texte #7

atelier-écriture

Reprise de l’atelier d’écriture !

Cette semaine, on va  partir d’un extrait de Laura Kasischke, tiré du livre Un oiseau dans le blizzard, qui a été adapté au cinéma. Voici :

 » Le téléphone sonne un matin pendant que je me prépare pour aller au lycée; je suis en train de tirer mes collants jusqu’à ma taille, en sautillant dans la salle de bains pour faciliter l’opération ».

Les textes seront publiés le dimanche matin, à 11h, environ ! La nouvelle citation sera publiée chaque lundi.

Vous voulez participer ? Quelques consignes :

  • Faire un lien vers le blog dans votre article.
  • Précisez qui est l’auteur de la citation.
  • Ne publiez vos textes que dimanche matin, pas avant !
  • Donnez-moi le lien de votre article sous cet article, et le titre de votre texte.
  • Si vous n’avez pas de blog, envoyez-moi votre texte par mail (lesbilletsdefanny[at]gmail.com)
  • N’hésitez pas à commenter les textes des uns et des autres, ça fait toujours plaisir :)

Et n’hésitez pas à partager l’article, plus on est de fous, plus on lit !

Une phrase, un texte #6

atelier-écriture

Reprise de l’atelier d’écriture !

Cette semaine, on va  partir d’un auteur classique, Musset, suite à la proposition d‘Agnès Boucher ! Et plus précisément d’une partie d’une réplique de Lorenzo de Médicis (Lorenzaccio !) :

« Tu me demandes pourquoi je tue Alexandre ? Veux-tu donc que je m’empoisonne, ou que je saute dans l’Arno ? »

Les textes seront publiés le dimanche matin, à 11h, environ ! La nouvelle citation sera publiée chaque lundi.

Vous voulez participer ? Quelques consignes :

  • Faire un lien vers le blog dans votre article.
  • Précisez qui est l’auteur de la citation.
  • Ne publiez vos textes que dimanche matin, pas avant !
  • Donnez-moi le lien de votre article sous cet article, et le titre de votre texte.
  • Si vous n’avez pas de blog, envoyez-moi votre texte par mail (lesbilletsdefanny[at]gmail.com)
  • N’hésitez pas à commenter les textes des uns et des autres, ça fait toujours plaisir 🙂

Et n’hésitez pas à partager l’article, plus on est de fous, plus on lit !

 

 

 

Une phrase, un texte #5

Déjà le 5ème atelier ! Merci à celles (et celui 😉 ) qui participent à ce rendez-vous.

Cette semaine, nous partirons sur un extrait de « Zou« , d’Anne-Véronique Herter. J‘avais beaucoup aimé le livre, et j’adore l’auteure … Deux bonnes raisons !

Voici :

Qui suis-je maintenant ? Comment dire d’où je viens et où j’aime aller si je n’ai plus la base de mon histoire pour m’y appuyer ?

Les textes seront publiés le dimanche matin, à 11h, environ ! La nouvelle citation sera publiée chaque lundi.

Vous voulez participer ? Quelques consignes :

  • Faire un lien vers le blog dans votre article.
  • Précisez qui est l’auteur de la citation.
  • Ne publiez vos textes que dimanche matin, pas avant !
  • Donnez-moi le lien de votre article sous cet article, et le titre de votre texte.
  • Si vous n’avez pas de blog, envoyez-moi votre texte par mail (lesbilletsdefanny[at]gmail.com)
  • N’hésitez pas à commenter les textes des uns et des autres, ça fait toujours plaisir 🙂

Et n’hésitez pas à partager l’article, plus on est de fous, plus on lit !