Rien ne s’oppose à la nuit, Delphine de Vigan

rien-ne-s-oppose-a-la-nuit-couverture

Présentation : « La douleur de Lucile, ma mère, a fait partie de notre enfance et plus tard de notre vie d’adulte, la douleur de Lucile sans doute nous constitue, ma sœur et moi, mais toute tentative d’explication est vouée à l’échec. L’écriture n’y peut rien, tout au plus me permet-elle de poser les questions et d’interroger la mémoire.
La famille de Lucile, la nôtre par conséquent, a suscité tout au long de son histoire de nombreux hypothèses et commentaires. Les gens que j’ai croisés au cours de mes recherches parlent de fascination ; je l’ai souvent entendu dire dans mon enfance. Ma famille incarne ce que la joie a de plus bruyant, de plus spectaculaire, l’écho inlassable des morts, et le retentissement du désastre. Aujourd’hui je sais aussi qu’elle illustre, comme tant d’autres familles, le pouvoir de destruction du Verbe, et celui du silence.
Le livre, peut-être, ne serait rien d’autre que ça, le récit de cette quête, contiendrait en lui-même sa propre genèse, ses errances narratives, ses tentatives inachevées. Mais il serait cet élan, de moi vers elle, hésitant et inabouti. »

Dans cette enquête éblouissante au cœur de la mémoire familiale, où les souvenirs les plus lumineux côtoient les secrets les plus enfouis, ce sont toutes nos vies, nos failles et nos propres blessures que Delphine de Vigan déroule avec force.

Mon avis :

Rien ne s’oppose à la nuit est sorti en 2011, il a été récompensé de nombreuses fois (prix du roman Fnac, prix Renaudot des lycées, prix France Télévisions 2011 et le Grand Prix « roman » des lectrices de Elles en 212). Je souhaitais le lire depuis quelques temps, et j’ai cédé quand j’ai vu qu’il m’attendait, bien sagement, à la bibliothèque de mon village.

Le livre se découpe en trois parties, Delphine de Vigan nous présente tout d’abord l’enfance de Lucile, sa mère, une enfance marquée par les épreuves, aux côtés de ses frères et sœurs. Puis, la vie de Lucile adulte, qui commence à peu près à la naissance de Delphine. Et, enfin, la dernière partie nous raconte la fin de la vie de Lucile, aux côtés de ses deux filles, Manon et Delphine, et de ses frères et sœurs qui sont encore là. Parmi ces chapitres, l’auteure en insère d’autres dans lesquels elle présente ses recherches et explique la difficulté de son entreprise, ainsi que les réactions de certains membres de sa famille.

C’est un livre touchant, doublement : l’auteure m’a émue quand elle explique le besoin qu’elle ressent d’écrire ce livre, pour ne pas expliquer (le peut-elle ? ) mais au moins pour essayer d’y voir plus clair, surtout en ce qui concerne le suicide de sa mère, ses réveils en sursauts, ses démarches auprès des membres de sa famille. Puis, la présentation des nombreux drames qu’a connus la famille, l’amour sans borne de sa grand-mère envers ses enfants, mais surtout envers son mari, laissant de côté ses aventures régulières, refusant de croire aux reproches d’incestes.

Lucile est un personne atypique, on croirait d’ailleurs plutôt qu’il s’agit d’un personnage. D’emblée, en sent une personne fragile, un peu différente du reste de sa famille, sur laquelle son père porte un regard particulier. Elle sera diagnostiquée bipolaire, certains scènes racontant ses moments de folie sont absolument subjuguants ( pour celles et ceux qui l’ont déjà lu, j’ai l’image de Lucile, recouverte de peinture blanche, quand elle se retrouve seule avec Manon, aiguilles en main, vers sa fille …. ).

C’est une histoire bouleversante, touchante. Un coup de cœur. Je pense qu’il fera partie de ces livres que je n’oublierai pas.

 

 

Vouloir toucher les étoiles, Mike Horn

9782845636347

Présentation :

« On ne grimpe qu’une fois la montagne de la vie. Il faut savoir faire un pas de côté, vivre ses rêves, ne pas se laisser emprisonner. L’homme ne doit jamais se sentir plus grand que la vie. Chaque jour, je le répète à mes filles : en gardant les pieds sur terre, on peut toucher les étoiles. »

Mike Horn est un aventurier de l’extrême connu dans le monde entier pour repousser les limites du possible. Il a descendu l’Amazone, suivi la ligne d’équateur sur 40 000 kilomètres, bouclé le tour du Pôle Nord durant la longue nuit polaire.
Il a marché sur la glace, parcouru le désert, descendu des rapides, frayé son chemin dans la jungle.

Jusqu’à ce pari fou : gravir, avec trois amis montagnards, quatre 8 000 mètres à la suite dans l’Himalaya. Sans oxygène, sans cordes, en « style alpin » le plus pur, à la seule force de la volonté…

Pour la première fois aussi, ce conquérant de l’impossible se dévoile. Il nous parle de ses motivations profondes, de ses inspirations : son père qui, à l’âge de huit ans, lui a appris à « regarder au-delà du mur » ; Cathy, sa femme, sa Croix du Sud, récemment emportée par la maladie et dont l’esprit accompagne chacun de ses pas.

Mon avis :

Mike Horn commence son dernier livre en dressant un parallèle entre ses aventures en Himalaya et son parcours depuis son enfance en Afrique du Sud jusqu’à aujourd’hui. Le livre est un véritable témoignage sur ce qu’il a vécu et pourquoi il l’a fait. Dans ce récit autobiographique, l’auteur alterne les passages où il narre ses exploits avec des passages plus intimes et touchants sur sa vie personnelle. Le sud africain nous décrit sa vision de l’aventure mêlant un minimum de préparation mais avec toujours une part d’imprévu.

A travers Vouloir toucher les étoiles, Mike Horn souhaite avant tout transmettre au lecteur les valeurs qui l’ont formé, qui continuent à le guider, qui lui permettent d’avance, coûte que coûte. Ce fut notamment le cas lors de sa traversée du pôle nord ou dans les milieux les plus hostiles et dangereux pour l’être humain aux quatre coins du monde. Sans vouloir s’afficher comme un surhomme et se sachant toujours vulnérable face à la nature, l’aventurier sait faire preuve d’humilité face aux éléments dans les conditions les plus extrêmes, c’est ce qui lui a permis d’être encore en vie aujourd’hui malgré ses nombreuses péripéties. Plus qu’une autobiographie, ce livre est un véritable témoignage d’un individu hors-norme et chaque lecteur pourra trouver à travers ce récit des enseignements. A noter qu’au milieu du livre figurent des photos qui illustrent les chapitres du livre et sont un plus non négligeable.

Une belle leçon de vie.

Le livre est paru le 01 octobre, aux éditions XO.