Ripley’s, l’encyclopédie de l’incroyable 2017

ripleys_2017_c1_large

Encore une idée cadeau ! ça tombe bien, nous sommes au mois décembre 🙂

Voici le cadeau à découvrir et à lire, seul ou en famille, pour passer un bon moment de détente. L’encyclopédie est divisée en plusieurs parties :

  1. Incroyable
  2. Monde
  3. Animaux
  4. Sports
  5. Corps
  6. Culture pop
  7. Transports
  8. Exploits
  9. Art
  10. Miam !
  11. Fou fou fou

Les histoires sont garanties 100% vraies, sans exagération et les photos sans trucage. Pourtant, on pourrait le croire tant certaines histoires sont bluffantes (certaines drôles, d’autres flippantes !).

Allez, rien que pour vous, quelques anecdotes que j’ai aimées :

  • Un jumper russe, Stanislas Aksenov a sauté d’une falaise de 400 mètres de haut près de Berne, en Suisse, et s’est posé sur le sol avec un parachute attaché à des piercings métalliques fixés dans la chair de son dos. (image  à voir, page 173)
  • Les deux occupants d’un véhicule qui circulait à 105 km/h sur une autoroute fréquentée au nord de Boston l’ont échappé belle quand une hache s’est envolée du camion qui les précédait et a détruit leur pare-brise pour se planter dans le tableau de bord. (page 145).
  • 1 achat = 1 chat. La banque russe Sherbank fournit gratuitement un chat pour chaque achat immobilier. On peut choisir entre 10 races, mais on ne garde l’animal que deux heures au plus : juste le temps pour le char d’entrer en premier dans la maison, une tradition qui porterait chance (page 82).
  • Bière zombie : La Dock Street Brewing Company de Philadelphia en Pennsylvanie propose une bière dite de « zombie » brassée avec de la véritable cervelle fumée de chèvre. Selon le brasseur ‘il ne faut pas s’étonner si la mousse est vite avalée’ ! (page 210).

Il y en a pour tous les goûts : de la simple information cocasse à l’événement plus trash (je ne vous parlerai pas du voleur de peau humaine ni de l’homme qui a créé des trous géants dans ses joues, permettant de voir ses dents). Le livre a un beau succès ici, et je sais qu’il y en aura sous les sapins 🙂

Découvrez un extrait en vous rendant sur le site des éditions Leduc !

Les animaux fantastiques et les fantastiques cadeaux !

Vous avez déjà tous entendu parler du film Les animaux fantastiques, je sais aussi que nous sommes nombreux à nous être rendus dans les salles obscurs dès la mi-novembre (date de sortie du film) pour le visionner.

Exit Harry Potter et ses lunettes rondes, Les animaux fantastiques (premier film écrit par J.K. Rowling) nous amène des années en arrière (1926) et a pour héros un magizoologiste nommé Norbert Dragonneau.

En attendant le texte du scénario original du film par J.K Rowling, prévu au printemps 2017, Gallimard Jeunesse s’est associé au film pour vous proposer onze magnifiques livres en rapport avec ce nouvel univers. Une très bonne idée pour les cadeaux de Noël, non ?

Je vous en présente quelques-uns :

Le carnet magique !

C’est l’album de voyage de Norbert Dragonneau. On parcourt ainsi les rues de New-York dans les années vingt et y découvrons tout un tas de créatures qui sont classifiées. Des fac-similé en trois dimensions sont à détacher et à plier : l’idéal pour se plonger dans le décor !

La magie du cinéma

102 pages qui nous offrent une présentation complète et très agréable sur l’univers du film Les Animaux fantastiques, mais aussi sur celui d’Harry Potter ! Secrets de tournage, informations sur les acteurs, les décors, avec une nouvelle fois la possibilité de manipuler des fac-similé en trois dimensions ! En ce qui me concerne, j’ai été ravie de feuilleter mon premier Chicaneur 😀

Le Niffleur !

Parmi ces magnifiques livres (oui, ils me font craquer 🙂 ), on trouve un kit collector du Niffleur, cette petite créature noire au museau allongé qui creuse dans le sol, capable de récupérer des trésors. Ce livre dévoile toutes les étapes qui ont donné vie au Niffleur, mais aussi des informations sur la valise magique par exemple, celle qui contient toutes les créatures fantastiques ou sur des personnages (Jacob Kowalski, Tina Goldstein ou encore Quennie Goldstein).

Et surtout à la fin le mode d’emploi pour fabriquer et personnaliser notre propre Niffleur ! La maquette est jointe, évidemment. Il faudra de votre côté vous munir d’un pinceau et de peinture pour lui donner quelques couleurs. Je n’ai pas encore fait la mienne, j’attends les fêtes et vous montrerai !

Enfin, une gamme de papeterie qualitative a aussi été lancée pour l’occasion. Quatre carnets sont proposés dont le « Stupefix » ou encore le « Oubliettes ».

De quoi régaler les fans pour Noël !

Dire, ne pas dire, volume 3

livre_moyen_314

 

Présentation :

Dit-on se revendiquer ou se réclamer d’une longue tradition ? Se départit-on de son calme ou s’en départ-on ? Il est de nature protectrice ou protecteur ? Enjoindre quelqu’un ou à quelqu’un ? Comment féminiser les noms de métier ? Comment accorder les adjectifs de couleur ? Que faire de ces tics de langage qui nous ont envahis : positiver, de manière à ce que, rapport à, poser problème ? Et les anglicismes : switcher, hot spot, biopic, matcher, par quoi les remplacer ?
À toutes ces interrogations, les académiciens et les linguistes du Quai Conti apportent des réponses claires et passionnantes. Plus de 150 emplois fautifs, abus de sens, néologismes ou anglicismes sont ici exposés et commentés à travers des cas concrets et quotidiens.
Un précieux ouvrage, un vif hommage à l’intelligence et aux subtilités de la langue française.

Mon avis :

 

Voici le troisième volume de la série « Dire, ne pas dire », qui revient aux éditions Philippe Rey.

La langue française est souvent malmenée (vous allez me dire qu’elle le cherche, à être si compliquée) et, si vous me connaissez déjà, vous savez que j’aime beaucoup cette petite série qui nous rappelle à l’ordre sur l’emploi de certains mots ou expressions, mais aussi sur des accords ou qui nous donne seulement quelques conseils. Une explication est à chaque fois fournie, avec parfois des exemples de ce qu’on dit et de ce qu’on ne dit pas.

Quelques exemples :

On ne dit pas « Du matériel high tech » mais « du matériel de haute technologie »

On ne dit pas « En regard de la loi, tous les hommes sont égaux » mais « Au regard de la loi… « , l’expression « au regard de » signifiant « compte tenu de » alors qu’ « En regard de » veut dire « en vis-à-vis de », « en face de ».

J’avoue que je consulte régulièrement les deux précédents volumes, j’en ferai autant avec celui-là !

Une série qui devrait trouver sa place entre les encyclopédies et les dictionnaires !

 

Ah les crocrocro, les crocrocro, les crocodileuh …

…  sur le bord du Nil, ils sont partis n’en parlons plus ! (Oui, oui, je plaide coupable : je suis une maman. Et non, je ne m’excuserai pas si vous avez cette chanson en tête tout la journée !).

Je joue peu au concours en général. Pourtant,  quand j’ai vu sur facebook qu’un livre à propos du harcèlement scolaire était en jeu sur la page des auteurs Audrey et Natacha Ajasse, je n’ai pas hésité. Et j’ai eu raison, car j’ai gagné !

A vrai dire, je n’ai pas gagné un livre, mais une croc-box, soit le livre mais avec un tas d’autres petits cadeaux. Je vous les présente :

 

WP_001243

– Le livre, évidemment ! Et un sac aux couleurs du livre.

– Des baguettes et un petit livre sur les sushis

– Une carte avec une jolie citation « Les erreurs sont les portes de la découverte », un marque-page.

– Un porte-clef crocodile !

– Du thé

– Des bonbons, dont un paquet de « crocodiles », si, si, à droite sur la photo. A l’origine il était centré, mais une petite main a tenté de chiper le paquet pendant que je prenais la photo.

Tout a un rapport avec le livre… Si, pour certains j’ai compris, pour d’autres, je trouverais certainement la réponse en le lisant ! Et vous, si vous voulez le retrouver, c’est là !

Et, pour les plus curieux, la quatrième de couverture :

C’est l’été, la classe de Première L du lycée Jean Cocteau de Kenmare, petite ville bretonne, part en voyage scolaire à La Rochelle.

En apparence, c’est le paradis : trois semaines dans une auberge de jeunesse, ensemble, loin des parents. Pourtant, une ombre plane sur le séjour : Marie-Odile, le bouc émissaire de la classe, est aussi de la partie.
Et un événement inattendu risque bien de faire voler en éclats le fragile équilibre…

Un roman à plusieurs voix où chaque personnage donne sa version de l’histoire au fil du récit.

 

 

J’ai participé au Mazarine Book Day

Le Mazarine Book Day, c’était samedi, à l’Alcazar.

Le but ? Présenter le pitch d’un de vos manuscrits, devant deux personnes, à tour de rôle : une blogueuse, et une éditrice de la maison d’édition Fayard. Et il faut faire vite, car on a que cinq minutes pour plaire … ou pas.

mazarine_986x355

J’ai eu la chance de passer dans les premiers, avec mon petit numéro 12. Sortie du TGV et du métro depuis à peine une heure, la pizza fraîchement ingurgitée, voilà que je me suis retrouvée à l’Alcazar, en excellente compagnie (merci à ma jolie Anne Véronique de m’y avoir accompagnée !).

Si au début j’étais un peu perdue, très rapidement on est venu vers moi me dire comment les choses allaient se dérouler (en même temps, j’étais arrivée un peu en avance, avec les copines).

Il était à peine 13h45 que je me trouvais déjà face à une éditrice. Je lui ai présenté mon pitch, mais franchement, je n’étais pas sûre de moi, pas trop en confiance non plus. Le sablier a été mon pire ennemi, il me narguait en faisant couler ses petits grains de sable bien trop rapidement. Bref, je me suis embrouillée, je ne suis pas certaine que mon interlocutrice ait aimé ce que j’ai raconté, j’en suis sortie un peu dépitée, avec l’idée que si j’étais passée plus tard, j’aurais peut-être réussi à mieux gérer en regardant les autres passer avant moi (on se console comme on peut – mais en même temps, j’aurais attendu longtemps, et n’aurais pu rencontrer autant de monde à Livre Paris)

Puis, un peu paumée après les cinq minutes avec l’éditrice (je vais où ? A gauche ? A droite ? Et ma copine, Ghaan Ima, elle est où ??), je croise une très gentille dame brune (celle qui répartissait les participants au sein des différents jurys), qui me ramène vers le droit chemin, et cinq minutes après, j’étais face à la blogueuse (celle aux collants d’enfer, si jamais vous avez vu des photos !). Là, ça s’est mieux passé, j’étais plus détendue, face à une blogueuse que je connais via internet, et grâce à son grand sourire bienveillant et plein de chaleur.

Soulagement.  Je n’étais pas ravie de moi, mais, je l’avais fait, je ne pourrai pas regretter quoi que ce soit.

Au milieu de toute l’agitation, des serveurs venaient nous proposer régulièrement quelque chose à boire, et des petites pâtisseries (j’ai cédé à l’appel du macaron !). J’ai rencontré des membres adorables de l’équipe Fayard (je pense à David, cet homme qui courait partout,  et qui répondait avec bienveillance et gentillesse à la moindre de mes questions, et à une autre femme dont j’ai oublié le prénom, une attachée de presse brune aux cheveux courts, avec des lunettes, adorable aussi).

Puis, cerise sur le gâteau : j’ai rencontré Julie de Lestrange, cette auteure qui vient de sortir son premier livre aux éditions Mazarine, que j’ai pu me faire dédicacer (bon, je l’ai un peu aidée pour trouver quoi écrire sur la dédicace, l’émotion des premières signatures je pense !).

Un bilan donc très positif. Une équipe ( que ce soit du côté des éditeurs, des auteurs ou des blogueuses) très sympathique, ouverte, bienveillante et rassurante. Une ambiance douce, agréable. E si je ne me fais aucune illusion sur la suite, je ne laisserai pas pour autant tomber mon roman : je continuerai de le travailler, jusqu’à ce qu’il soit terminé.

N’hésitez pas à aller jeter quelques coups d’oeil sur leur compte Instagram pour les photos (vous y verrez les collants de Leiloona ! ) ou à retrouver l’avis de Stéphie, l’une des blogueuses présente dans le jury.

 

 

 

Comme un dernier goût de Noël …

Pendant les fêtes, je me suis amusée à jouer à quelques concours …  et je ne le regrette absolument pas ! Quel plaisir de découvrir en rentrant chez soi quelques cadeaux qui nous attendent patiemment ….

Le premier concours, c’est celui d’Anne Sophie, du blog Mes Lectures page après page. J’ai gagné le premier lot, soit un colis contenant livres et surprises … et les surprises, comme vous j’imagine, j’aime ça ! Avant d’expédier son colis, elle a pris soin de m’envoyer un petit questionnaire pour être sûre de ne pas se tromper … et, en effet, tout est PAR-FAIT !

 

WP_001074

Sur chaque petit cadeau, soigneusement emballé, un petit mot grâce auquel j’essayais d’imaginer ce qu’il contenait. Et, après quelques minutes d’arrachage minutieux, voici l’ensemble !

WP_001076

Des livres que j’ai déjà envie de dévorer, un livre pour ma fille, des marques-pages, un crayon, un joli carnet et une boite de chocolats (que j’adore !). Bref, je suis vraiment gâtée ! Encore merci, Anne Sophie !

Sans compter qu’un autre cadeau m’attendait aussi, bien chaudement, dans sa grande enveloppe :

 

WP_001077

 

J’ai gagné ce livre grâce aux instants gagnants (pourtant, je n’ai essayé que deux fois). Je ne connais ni le livre, ni la série : une découverte ! Merci aux éditions Harlequin !