[Jeunesse] 20, allée de la Danse, La Sylphide et Le Lac des cygnes.

20664415_974706059336529_2181924980408372906_n

La série 20 allée de la danse (en partenariat avec l’Opéra de Paris) continue de s’étoffer, pour le plus grand plaisir de ses lecteurs.

L’envol d’une discrète :

20, allée de la danse : L'envol d'une discrète

Cette fois-ci, on retrouve les péripéties de Sofia, la jeune danseuse Italienne.

Loin de l’Italie, son pays natal, Sofia n’a pas tous les jours le moral. Elle est fière d’avoir intégré l’École de Danse de l’Opéra de Paris, institution qui la faisait rêver depuis longtemps, mais le quotidien n’y est pas toujours facile. Elle est timide, très naïve et le français n’est pas sa langue maternelle, ce qui complique les choses en cours, mais aussi avec ses camarades de sixième division… Elle a l’impression d’être en permanence la cinquième roue du carrosse. La petite danseuse finira-t-elle par trouver sa place et prendre confiance en elle ?

Petit rat malgré tout :

Ce nouveau tome nous parle de l’histoire de Bilal.

Bilal a un parcours hors du commun : issu d’un milieu peu tourné vers la culture, rien ne le destinait à la danse. Externe, il vit un peu en marge de ses amis, gardant une certaine part de mystère sous ses dehors bravaches et rigolos. Harcelé par ses anciens copains à l’extérieur, il garde tout pour lui et ne raconte même pas à son meilleur ami Colas que son père méprise son choix. Ses amis pourront-ils l’aider à faire face à l’hostilité des autres ? Réussira-t-il à convaincre son père que la danse est un métier ?

Dans ces deux livres, d’autres thèmes que la danse sont mis en avant (l’amitié, l’intégration, le regard des autres, etc…) ce qui est très bien pour les enfants et évitent toute lassitude.

Enfin, deux livres racontent l’histoire de deux ballets célèbres : Le Lac des Cygnes et La Sylphide (que je ne connaissais pas). Les histoires sont très bien racontées et tiennent en haleine le lecteur.

De quoi ravir les amateurs de danse, et ceux qui aiment lire, tout simplement !

[Jeunesse / ado] Le lien du faucon, Delphine Laurent

Le lien du faucon par Laurent

 

Mélissandre rêve de devenir maître fauconnier. Son stage à la Volerie des Rapaces du château de Kratzberg va lui permettre de concrétiser son vœu le plus cher. Alors qu’elle prend soin de Gemma, une vieille fauconne qui semble habiter les lieux depuis toujours, la jeune fille découvre un journal de dressage rédigé trois siècles auparavant par un fauconnier du nom de Louis. Que cache ce carnet dont de nouvelles pages s’écrivent chaque nuit, comme par enchantement ? Et si, défiant les siècles et unis par la même passion, les destins de Mélissandre et de Louis étaient liés à celui de Gemma ?

Mon avis :

Voici le second roman de Delphine Laurent. Comme j’avais aimé le premier (Nous sommes ceux du refuge), j’avais hâte de découvrir ce nouveau roman, publié aussi aux éditions Oskar.

Mélissandre, Louis, deux époques (21ème siècle et 18ème) un même lieu : le château de Katzberg. Alors que la première vient d’arrêter ses études et souhaite plus que tout devenir fauconnier, le second connait déjà le métier, excelle en sa matière, et rêve de servir le roi de France.

Quand Mélissandre rejoint la fauconnerie, elle sent que son rêve se rapproche. Si le premier jour elle a déjà l’honneur de porter le gant et d’y recevoir un faucon, la suite s’annonce moins intéressante : elle sera essentiellement chargée des basses besognes, notamment celle de nettoyer la cage d’une vieille fauconne.

Rapidement, elle comprendra que la fauconne est bien plus qu’un simple oiseau et qu’une aura magique l’entoure : qui est ce Louis, ce jeune homme dont elle a trouvé le journal et qui lui apparait chaque soir ?

De son côté Louis s’étonne aussi de l’apparition magique de cette fille, plutôt jolie, du futur. Il ne pense plus qu’à elle. Alors quand on lui offrira l’opportunité de rejoindre le roi de France, sera-t-il toujours intéressé ?

L’histoire est bien menée, habilement construite et originale. On a envie de connaitre l’évolution de l’histoire entre Mélissandre et Louis mais aussi le rôle que va avoir un troisième intervenant, Thomas, dont je ne parlerai pas plus ici pour vous laisser la surprise.

J’ai aimé les variations de langage entre les deux personnages principaux (on ne parle pas de la même façon quand des siècles nous séparent), j’ai accepté de me laisser bercer par la magie et, même si des points me semblent trop faciles et peu crédibles (le coup de foudre un peu trop rapide entre les deux personnages, l’aveu qui sort tout à coup de la bouche de Matthias  , etc…) le tout donne une très agréable lecture.

A découvrir !

D’autres romans publiés aux éditions Oskar :

[Jeunesse] Zamir, Josette Wouters

[Jeunesse / YA] Fani, Christophe Léon

[Jeunesse] Je suis boloss, mais je me soigne, Arthur Ténor

[Jeunesse] 20 ans pour devenir Nelson Mandela, Rolande Causse

[Chronique jeunesse] L’enfant mitrailleuse, Fabien Fernandez

 

 

[Jeunesse / ado] Quelques romans jeunesse …

Aujourd’hui je vous présente trois romans ado que j’ai lus il y a quelques temps, et qui n’ont pas (encore) eu le droit à leur chronique.

  • Divergente raconté par Quatre, Véronica Roth, aux éditions Nathan
  • Jack Bright, Cédric Janvier, aux éditions Oskar
  • Les prisonniers du musée, Xavier Armange, aux éditions Oskar

Ce sont trois romans que j’ai appréciés, sans être complètement emballée non plus, mais dont je suis certaine qu’ils ont trouvé/ trouveront leurs lecteurs.

Divergente raconté par Quatre

Divergente : Quatre par Roth

Les fans de la série divergente seront ravis par quatre: cinq histoires courtes, « Le transfert», «L’Initié », « Le Fils », « Le Traître » et « Quatre gratuit », qui explorent l’univers de la série à travers les yeux du mystérieux mais charismatique Tobias Eaton, révélant des facettes inconnues de sa personnalité, les trames de fond et ses relations.

Nous sommes quelques années avant que Tris ne vienne bouleverser le système des factions. Lors de la cérémonie du Choix, un jeune Altruiste se dresse contre sa famille et choisit de quitter sa faction pour rejoindre celle des Audacieux. Il abandonne son prénom, Tobias, et devient Quatre. Une nouvelle vie s’offre à lui, faite de liberté, mais aussi de dangers. Car ce qu’il découvre chez les Audacieux est propre à mettre en péril son avenir, et celui de la ville tout entière.

Deux ans plus tard, Quatre est en charge de l’initiation des novices. La première à relever le défi, la première à se jeter dans le vide, est une jeune Altruiste ; elle se prénomme Tris et pourrait bien être celle qui va changer sa vie…

Un tome spin-off raconté du point de vue de Quatre, le héros masculin de DIVERGENTE, qui commence avant les événement du TOME 1 jusqu’à sa rencontre avec Tris.

Jack Bright

Jack Bright par Janvier

Leo et Pierre ne s’attendaient pas à vivre une rentrée en 5e aussi intense. Le très redouté professeur de français, monsieur Dray, féru de piraterie, leur demande d’étudier les aventures de Jack Bright, un pirate sanguinaire. Les deux amis se passionnent à leur tour et découvrent qu’il serait pris au piège dans le livre ensorceleur. Et si ce livre existait vraiment ? Commence alors pour eux un périple plein de mystères et de suspense sur les traces de ce corsaire hors du commun.

-> Un livre qui devrait plaire, un pirate voleur de livre, qui se retrouve avec un étrange livre entre les mains… Une histoire que j’ai appréciée dans les premières pages, mais que j’étais contente de refermer (suite trop facile, sans réelle surprise).

Les prisonniers du musée.

Les prisonniers du musée

Alors qu’ils visitent un musée avec leur classe, Marion et Victor s’aperçoivent que les tableaux bougent et qu’on les observe. Et si ce lieu étrange était hanté par des personnages hors du commun ? Pour en avoir le cour net, les deux collégiens vont traverser le miroir de l’éternité. Commencera alors pour eux un dangereux périple, peuplé de rencontres improbables dans le monde de l’art, qui les entraînera jusqu’à New York dans un des plus grands musées du monde..

-> J’aime l’idée de faire découvrir l’univers des Arts au plus jeunes ! Mais l’histoire ne m’a pas emballée. Je le conseillerai pourtant, car il est vraiment ludique.

Point fort : le dossier en fin d’ouvrage qui nous présente de grands artistes.

[Jeunesse] Traquées, Sandrine Beau

Maman avait tout préparé, le sac de voyage, l’itinéraire… Au cas où elle ne reviendrait plus, m’avait elle dit. J’ai toujours pensé que cela n’arriverait pas. Jusqu’à aujourd’hui. Me voilà seule avec ma petite sœur, toutes les deux sur la route pour retrouver maman, avec un tueur à nos trousses…

Mon avis :

Sandrine Beau va bientôt devenir, je pense, l’auteure que j’aurai le plus chroniqué sur ce blog. Il faut dire que ses livres se suivent et ne se ressemblent pas, excepté sur un point : la qualité. Dans Traquées, elle s’attaque à un nouveau genre : le roman policier.

Annabelle et Marjolaine sont sans nouvelles de leur mère depuis deux jours. Annabelle, la plus grande, sait ce que cela veut dire : elle doit partir, avec sa sœur, et vite. L’itinéraire, elle le connait, elle l’a appris. Il faut dire que sa mère lui avait déjà plusieurs fois évoqué la possibilité qu’elles soient obligées de fuir, mais Annabelle espérait de tout cœur que cela n’arriverait pas. Et voilà qu’une petite fille se retrouve sur les routes, accompagnée de sa petite sœur et de son doudou Pimpim, pour rejoindre un premier lieu qui l’éclairera sur la suite. Mais la peur les a retardées et un homme dans une voiture blanche les a repérées et est à leur recherche. Va-t-il réussir à les capturer ? Pourquoi le souhaite-t-il ? Où est partie leur mère ? Beaucoup de mystères et d’angoisses pour deux enfants.

L’histoire est crédible, et intéressante à lire. On tremble pour les petites filles, jusqu’à la fin, on a envie de museler Marjolaine tant elle est parfois pénible (comme toutes les filles de son âge !), mais aussi de la prendre dans nos bras pour lui donner du courage, Annabelle aussi.  Évidemment, on souhaite aussi découvrir la fin de l’histoire, espérant de tout cœur que tout finira bien.

Encore un roman réussi pour l’auteure, un policier prenant à mettre dans les petites mains dès 11 ans !

Traquées est paru aux éditions Alice, collection Deuzio !

 

 

[Jeunesse / ado] Jours de soleil, Claire Mazard

Jours de soleil par Mazard

Présentation :

Sénégal, Tunisie, Côte d’Ivoire, Maroc, île du bout du monde… Après ses Jours de neige, parus en mars 2016, Claire Mazard promène cette fois-ci ses lecteurs par jours de soleil dans les pays chauds. Par petites touches colorées et acidulées, elle observe, constate, dénonce. Cinq nouvelles inspirées de faits réels qui surprennent, interrogent… et inquiètent même un peu parfois !

Au sommaire : Jean-Paul dit “Pape” • Le vieux Tunisien • Partout dans le monde • Irénée • Le pizzaïolo

Mon avis :

Jours de soleil est le troisième livre paru en même temps que Phobie. Comme Orient extrême de Mireille Disdero, ce livre est un recueil de cinq nouvelles.

La première nouvelle Jean-Paul dit « Pape » nous raconte le voyage d’Audrey et Mathias pour le Sénégal. Hors de question pour eux de visiter le pays comme de simples touristes, ils « tenaient à côtoyer les indigènes ». Ils passent leur séjour dans une maison près du village, prêtée par une de leurs amie. C’est cette même amie qui leur a proposé l’aide de Pape, un sénégalais, pour la visite du pays. Tout se déroule comme ils l’avaient souhaité : loin des touristes, loin des « blancs », une visite qu’ils pensent différentes de celles de leurs compatriotes… mais est-ce vraiment le cas ?

Le vieux tunisien nous emmène à Hammamet, auprès de Marie et Sophie dans un grand hôtel, pour le voyage annuel, rituel instauré depuis le décès de Jean, le mari de Marie. Sur la plage Djamel, un vieux tunisien, ratisse le sable. Tous les matins, elles le voient, s’abaisser pour ramasser les déchets que les touristes jettent, parfois même aux pieds du vieil homme. Pour Sophie, il n’est qu’un « homme a l’attitude servile », qui agit « comme au temps de la colonisation », mais pas pour Marie…

Je détaillerai moins les suivantes pour ne pas gâcher le plaisir de la lecture, mais les nouvelles sont tout aussi bien écrites, et appellent au voyage, tout en glissant quelques mots sur certains comportements que nous devrions revoir. « Partout dans le monde » est particulièrement saisissante, Irénée nous emmène dans le quotidien de trois frères à Abidjan qui ont pour point commun la lecture et l’écriture, tandis que Le pizzaïolo nous narre un moment de vie entre Yanis et Rose-Marie, le premier devant annoncer une très bonne nouvelle à la seconde.

Claire Mazard prouve, une fois de plus, qu’elle excelle dans l’art de la nouvelle. Un plaisir à lire.

Retrouvez Jours de soleil sur le site de la maison d’édition Le Muscadier !

[Jeunesse] Théo, chasseur de baignoires en Laponie, Pascal Prévot

Le comte Krolock Van Rujn a un gros problème… Une des baignoires de son immense château en Laponie est redevenue sauvage et sème la terreur parmi ses habitants. Heureusement pour lui, il existe une personne pouvant l’aider : le père de Théo qui est le plus célèbre, le plus redouté, le plus incroyable chasseur de baignoires au monde !

Mon avis :

Voici une histoire plutôt originale : Théo, apprenti chasseur de baignoires, accompagne son père, chasseur chevronné, pour une mission risquée : en Laponie, au château du comte, une baignoire est redevenue sauvage. Le comte n’aurait pas fait attention aux premiers signes de transformations de l’objet, une situation de plus en plus fréquente dans le monde.

Et il faut faire vite ! En effet, la salle de bains a déjà disparu, et la contamination est possible….  étant donné la taille de la maison (je vous rappelle qu’il s’agit d’un château), les baignoires et lavabos sont nombreux ! Et s’il est déjà compliqué d’attraper une seule baignoire sauvage, imaginez s’il y en a deux…

Père et fils vont mettre en place des pièges, après avoir tenté de localiser la baignoire sauvage. Vont-ils y parvenir ? Les invités présents dans le château, oseront-ils encore mettre le nez dans les couloirs ?

Le sujet est complètement loufoque, l’histoire aussi. Et ça fait du bien ! Le récit est drôle, surprenant. J’imagine bien demander à mes élèves par la suite d’inventer une histoire avec pour point de départ le retour à l’état sauvage d’un autre objet de la maison !

Un livre qui plait aux jeunes et pour preuve, il a reçu le prix Gulli du roman 2016 ! Retrouvez-le sur le site de la maison d’édition, Le Rouergue !

[Jeunesse / ado] Station sous-paradis, Jean-Luc Luciani

cvt_station-sous-paradis_4483

Présentation :

Après avoir racheté une station-service moribonde, Gorki y végète en prenant le temps de vivre, sous le regard critique de Gus, un enseignant en dépression.

Mais bientôt, de nouveaux venus vont perturber la tranquillité de la petite commune… Leur présence dans ce coin jusqu’à présent bien tranquille serait-elle liée à la construction de ce terrain de golf que le maire de la ville tient absolument à installer… en dépit de tout bon sens écologique ?

Mon avis :

Voici un livre que j’ai dévoré en deux soirées. Certes il ne fait pas beaucoup de pages ( un peu plus de 100), mais le thème n’est pas très courant en littérature jeunesse, et l’histoire très plaisante à lire.

Ce sont les vacances. Max et Eddy, deux frères jumeaux, végètent sur leur canapé, au grand désespoir de leur amie Miranda, en quête d’actions. Et ça tombe bien : après deux jours d’absence, Miranda contacte les jumeaux et leur demande de la rejoindre, en se munissant de leur matériel d’escalade.

Gus, ancien enseignant en congé longue maladie et soigné pour dépression nerveuse, passe ses journées à la station service Sous-Paradis, rachetée par Gorki. Ce dernier n’a aucune envie de se faire de l’argent, il a racheté les locaux pour une somme modique et continue à distribuer de l’essence, en attendant de trouver ce qu’il pourrait faire du lieu.

Alexandre a remporté un appel d’offre lancé par la mairie, contrat obtenu après avoir tiré ses tarifs vers le bas, pris à la gorge par ses besoins financiers : il doit déboiser vingt-cinq hectares de forêt d’ici la fin de l’année. Heureusement son fils, Stéphane, sera là pour l’aider.

Mais rien ne se passera comme prévu.

Quand Alexandre se rend sur le terrain, le panneau « Zone à déboiser » est devenu « Zone à défendre » : des activistes occupent le terrain, certains sont harnachés aux arbres. C’est là qu’on retrouvera Miranda, Max et Eddy. C’est non loin de là que se trouve la station de Gorki, une station qui deviendra un lieu de rassemblement pour les activistes.

Mais les élus ne comptent pas se laisser faire : un golf doit y être construit. Ils demandent au préfet de faire intervenir les forces de l’ordre, avec ordre de dégager les manifestants. Et du sang coulera.

Ce roman est dédié en souvenir à Rémi Fraisse, dont le nom est malheureusement connu de tous. Le texte est d’actualité (les endroits où l’homme n’a rien construit sont de moins en moins nombreux), les thèmes multiples : l’écologie et l’environnement, la lutte, la solidarité, la violence… Le texte est facile à lire et à comprendre, ce qui le rend parfaitement adapté aux adolescents, mais je le trouve aussi très intéressant pour les adultes, comme la plupart des livres qui paraissent dans la collection « Rester Vivant » du Muscadier. Bref, foncez !

La collection « Rester Vivant », qu’est-ce que c’est ?

La collection Rester vivant est constituée de nouvelles et de romans qui parlent du monde d’aujourd’hui, en abordant sans détour les questions écologiques, sociales et éthiques qui émergent au sein de la société dans laquelle nous évoluons. Elle s’adresse en priorité aux pré-ados, aux ados… et plus généralement à tous les lecteurs qui résistent encore à l’asservissement des esprits, quel que soit leur âge. Ces livres ont pour ambition, en plus d’attiser l’imaginaire du lecteur, d’éveiller son sens critique et de poser un regard incisif sur nos comportements individuels et collectifs.

Retrouver Station sous-paradis sur le site de la maison d’édition Le Muscadier !