Si je me souviens bien, Hélène Le Bris

CVT_Si-je-me-souviens-bien_6167

 

Marthe a 60 ans, et l’esprit confus. Elle le sait, se défend, s’organise pour mieux résister à Al – c’est ainsi qu’elle nomme le fauteur de ses troubles : son Alzheimer précoce. Pour retenir ses souvenirs récents, elle les note dans un cahier. Son passé lui échappe : elle ne sait plus pourquoi elle a déménagé, ni ce qu’est devenu le compagnon de sa vie. Le cahier restitue ses efforts pour comprendre, ses doutes, ses émotions qui mêlent frustration, culpabilité et désir de rattraper le temps perdu.
Un indice découvert au hasard dans une revue bouscule son quotidien : elle croit retrouver la piste de son mari disparu… Elle s’improvise alors détective et mène l’enquête à l’insu de ses proches, sa voisine cinéphile et son neveu adoré.

Mon avis :

Marthe, c’est le type de personnage auquel on peut facilement s’identifier. Peut-être est-ce à cause du « je » narrateur, de la fluidité de l’écriture ou de la rapidité avec laquelle on s’y attache. Certainement un mélange des trois. Marthe nous émeut aussi, tout comme elle peut nous faire rire ou nous inquiéter. C’est une battante. La préoccupation principale de Marthe, c’est retrouver la trace de Adrien, son mari. Pour le faire, elle s’improvisera détective.

Heureusement, elle peut toujours compter sur Vincent, son neveu, l’un des seuls à la comprendre. C’est lui qui lui a donné l’idée de noter tout ce qui lui arrive dans un carnet, afin de ne plus oublier.

Un joli texte sur la question de la mémoire et de l’oubli.

 

[Développement personnel] Vise la lune et au-delà ! Marilyse Trécourt.

 

sans-titre

Estelle a 39 ans et, en apparence, tout pour être heureuse. Pourtant, elle rêve d’une vie plus belle dans laquelle son mari ferait attention à elle, son fils travaillerait à l’école et son chef de service reconnaîtrait sa vraie valeur. Lors d’une insomnie provoquée par les ronflements de son conjoint, Estelle googlise « changer de vie ». Elle tombe sur un article, inspiré par la loi d’attraction, d’après lequel il suffirait de visualiser ce que l’on souhaite et de l’écrire. Sans y croire une seconde, elle formule son vœu : « je souhaite avoir un mari beau, charmeur, attentionné, comme Brad Pitt ». Le lendemain matin, quand Brad se réveille à ses côtés, Estelle découvre qu’elle a souscrit, bien malgré elle, à un programme de réalisation de rêves. Se prenant au jeu, elle émettra un ensemble de souhaits pour transformer sa vie. Mais, alors que tout change autour d’elle selon ses désirs les plus fantasques, Estelle se sent toujours insatisfaite… A quoi tient donc le bonheur ?

Mon avis :

J’apprécie beaucoup Marilyse. C’est une personne positive et dynamique, à l’image de son livre et j’avais très envie de la lire une nouvelle fois.

L’histoire d’Estelle ressemble à un tas d’autres : qui n’a pas rêvé d’une vie meilleure, avec un mari qui serait plus « ceci », moins « cela », un autre travail, parfois complètement une autre vie ? Ce rêve reste souvent pieu, sauf pour l’héroïne de notre livre qui voit tout à coup ses rêves les plus fous se concrétiser. Sera-t-elle plus heureuse ?

Ce roman se lit avec plaisir. L’écriture de Marylise est fluide, l’histoire est prenante et comprend son lot de rebondissements. La réflexion sur le bonheur et les choix en filigrane apporte une touche de profondeur à ce qui semble être au début une simple comédie romantique. A l’instar d’Estelle, nous nous poserons des questions et comprendrons que, souvent, tout est une question d’interprétation…

En résumé : un très chouette roman qui, sous couvert d’une histoire plaisante, propose des conseils judicieux sur la façon de regarder notre vie !

Autre roman de l’auteure : Otage de ma mémoire, Marilyse Trécourt