Les animaux fantastiques et les fantastiques cadeaux !

Vous avez déjà tous entendu parler du film Les animaux fantastiques, je sais aussi que nous sommes nombreux à nous être rendus dans les salles obscurs dès la mi-novembre (date de sortie du film) pour le visionner.

Exit Harry Potter et ses lunettes rondes, Les animaux fantastiques (premier film écrit par J.K. Rowling) nous amène des années en arrière (1926) et a pour héros un magizoologiste nommé Norbert Dragonneau.

En attendant le texte du scénario original du film par J.K Rowling, prévu au printemps 2017, Gallimard Jeunesse s’est associé au film pour vous proposer onze magnifiques livres en rapport avec ce nouvel univers. Une très bonne idée pour les cadeaux de Noël, non ?

Je vous en présente quelques-uns :

Le carnet magique !

C’est l’album de voyage de Norbert Dragonneau. On parcourt ainsi les rues de New-York dans les années vingt et y découvrons tout un tas de créatures qui sont classifiées. Des fac-similé en trois dimensions sont à détacher et à plier : l’idéal pour se plonger dans le décor !

La magie du cinéma

102 pages qui nous offrent une présentation complète et très agréable sur l’univers du film Les Animaux fantastiques, mais aussi sur celui d’Harry Potter ! Secrets de tournage, informations sur les acteurs, les décors, avec une nouvelle fois la possibilité de manipuler des fac-similé en trois dimensions ! En ce qui me concerne, j’ai été ravie de feuilleter mon premier Chicaneur 😀

Le Niffleur !

Parmi ces magnifiques livres (oui, ils me font craquer 🙂 ), on trouve un kit collector du Niffleur, cette petite créature noire au museau allongé qui creuse dans le sol, capable de récupérer des trésors. Ce livre dévoile toutes les étapes qui ont donné vie au Niffleur, mais aussi des informations sur la valise magique par exemple, celle qui contient toutes les créatures fantastiques ou sur des personnages (Jacob Kowalski, Tina Goldstein ou encore Quennie Goldstein).

Et surtout à la fin le mode d’emploi pour fabriquer et personnaliser notre propre Niffleur ! La maquette est jointe, évidemment. Il faudra de votre côté vous munir d’un pinceau et de peinture pour lui donner quelques couleurs. Je n’ai pas encore fait la mienne, j’attends les fêtes et vous montrerai !

Enfin, une gamme de papeterie qualitative a aussi été lancée pour l’occasion. Quatre carnets sont proposés dont le « Stupefix » ou encore le « Oubliettes ».

De quoi régaler les fans pour Noël !

[Ado / YA] Sunshine, épisode 1, Paige McKenzie

Sunshine - Épisode 1 par McKenzie

 

Présentation de l’éditeur :

L’univers tranquille de Sunshine, 16 ans, bascule à cause du déménagement que lui impose sa mère adoptive Kate. Pour des raisons professionnelles, Kate conduit sa fille à l’autre bout des États-Unis, dans une maison qu’elle choisit sur Internet. Sunshine constate que rien n’est à son goût : la maison est décrépie, l’intérieur est moche et sombre. Pour couronner le tout, une odeur de moisi flotte dans l’air, l’humidité imprègne les moquettes, la température ambiante donne la chair de poule en permanence. La première nuit, Sunshine entend des pas et des pleurs à l’étage. Bizarrement, sa mère n’entend rien. Sunshine constate aussi que ses affaires ne restent jamais à leur place, sur les étagères de sa chambre. Aucun doute, la maison est hantée. Bientôt Sunshine découvre qu’il s’agit de l’esprit d’une fillette de 10 ans, auquel elle va peu à peu s’habituer. Mais, un autre esprit rôde, bien plus maléfique… Au cours d’une nuit particulièrement angoissante, sa mère entend cette fois aussi des hurlements en provenance de la salle de bains. De l’eau brune coule à flots sous la porte bloquée. Pourtant il n’y a personne derrière, quoique des traces de lutte soient visibles. Kate semble enfin reconnaître qu’il se passe des choses bizarres dans cette maison. Malheureusement pour Sunshine, dès le lendemain matin, Kate a tout oublié et se comporte de plus en plus étrangement…

Mon avis :

La présentation de ce livre dévoile juste ce qu’il faut. Que dire de plus ? Ce livre est énorme. Non par sa taille, mais par la qualité de l’histoire et le suspens qui rode tout au long des pages. C’est bien simple : une fois le livre commencé, impossible de m’arrêter.

Sunshine découvre un nouveau village, une nouvelle maison, une chambre hideusement rose bonbon. Elle sent bien que quelque chose ne tourne pas rond, mais elle est loin d’imaginer à quel point. Petit à petit, elle découvre qui elle est vraiment, et nous aussi. Elle sera aidée par différents personnages, tantôt drôles et fantasques, tantôt attachants.

Adepte des histoires de fantôme, j’ai aimé que celle-ci ne soit pas la pâle copie d’un livre ou d’un film qui existerait déjà. L’originalité est présente, la qualité aussi.

Une chose est sûre : j’attends la suite avec impatience !

Sunshine est paru aux éditions Hachette Black Moon en février 2016.

Sombreterre, tome 1, Cassandra O’ Donnell

51+CsUEqfTL._SX360_BO1,204,203,200_

Orphelin, Victor n’est pas un garçon comme les autres. Il parle avec les fantômes et voit des choses que personne d’autre ne perçoit. Quand la jolie et captivante Alina fait irruption dans sa classe avec son horrible monstre invisible sur son épaule, le monde de Victor est bouleversé. Qui est-elle ? D’où lui viennent ses étranges et terribles pouvoirs ? Et surtout, pourquoi a-t-il l’impression de la connaître et qu’un lien ancien et magique les relie l’un à l’autre ?

Mon avis :

J’avais déjà dévoré la trilogie Malenfer de Cassandra, j’en ai fait tout autant avec ce premier tome.

Victor vit dans une famille d’accueil. Il est discret, solitaire, attachant. Il est différent des autres, mais ne sait pas encore à quel point. Il n’a qu’un ami, Lucas, qui n’accorde pas d’importance aux bizarreries de Victor (il voit tout de même des fantômes !).

Puis Alina arrive dans leur classe, avec un étrange compagnon que seul Victor peut voir. Aussitôt elle se dirige vers les deux garçons, s’assiéra à côté d’eux et ne quittera plus Victor.  D’ailleurs, elle semble encore plus étrange que lui ! Pourquoi vient-elle le voir ? Pourquoi, alors qu’il cherche plutôt la solitude, ressent-il tout de suite un lien qui les unit ?

Aucune longueur dans ce livre, qui plaira autant aux gamins d’onze ans (même à ceux qui n’aiment pas beaucoup lire) qu’aux grands de quarante ans (non, non ce n’est pas mon âge :p). Je peux même vous confier que depuis que le livre est arrivé au CDI, mes élèves se ruent auprès de la documentaliste pour pouvoir le lire : on a frôlé l’émeute !

Bref, à découvrir !

NB : je suis toujours aussi fan des illustrations de Jérémie Fleury !