[Jeunesse / Documentaires] Nez à nez avec … les romains et les égyptiens, James Davies

 

9782092589236

Présentation :

Tu as rendez-vous avec les Égyptiens ! Ça commence en 3 200 avant J.-C. , et c’est toute une histoire !

Pars à la rencontre des Égyptiens de l’Antiquité, qui ont inventé le calendrier, le dentifrice et … les momies !

28 chapitres courts pour découvrir l’importance du Nil, la vie de la famille, les vêtements, la nourriture, les hiéroglyphes, les pharaons, les dieux, les étapes de la momification, la construction des pyramides…

Des illustrations qui croquent les Égyptiens sous toutes leurs facettes et les rendent très vives et proches des jeunes lecteurs.
Un joli portrait, fidèle à l‘Histoire! Avec une chronologie express.

 

9782092589243

À la rencontre des Romains de l’Antiquité, qui ont inventé les routes droites, les gladiateurs, les bains et les centres commerciaux !

28 chapitres courts pour découvrir la naissance de Rome, de Jules César, les légions romaines, les dieux, et aussi la vie de la famille, les vêtements, la nourriture, le théâtre, la musique, les jeux du cirque sous l’Empire…

Des illustrations qui croquent les Romains sous toutes leurs facettes et les rendent très proches des jeunes lecteurs.
Un joli portrait, fidèle à l‘Histoire! Avec une chronologie express.

Ces deux livres feront le bonheur des petits curieux. Nous partons à la découverte des égyptiens et des romains, deux peuples qui fascinent souvent les enfants.
zzzz
Les points forts de ces livres : de nombreux aspects sont abordés pour capter l’intérêt des enfants, mais aussi les illustrations et le ton humoristiques qui ne manqueront pas de séduire les lecteurs.
A découvrir dès 8 ans !

Les poètes morts n’écrivent pas de romans policiers, Björn Larsson

Les poètes morts n'écrivent pas de romans policiers Björn Larsson ...

Présentation :

Par une brumeuse nuit de février, l’éditeur Karl Petersén arrive, non sans quelques inquiétudes, dans le port d’Helsinborg, avec une bouteille de champagne et le contrat du poète Jan Y. Nilsson, qui vit à bord d’un bateau de pêche. L’éditeur l’a persuadé d’écrire un roman policier, futur best-seller, déjà vendu aux plus prestigieuses maisons d’édition le

Lorsque Petersén découvre Jan Y. pendu, la réponse semble évidente. Le commissaire Barck, chargé de l’enquête, n’a aucun doute: les poètes ne se font pas assassiner, ils se suicident. Pourtant, les mobiles ne manquent pas…
A l’âge d’or du roman policier nordique, Björn Larsson signe ce qu’il appelle un « genre de roman policier », jeu littéraire raffiné et ironique sur l’essence même de l’écriture poétique et romanesque. Dans une pétillante satire du monde éditorial continuellement à la recherche du prochain succès, seul un policier-poète a l’expérience et la sensibilité pour saisir les vérités cachées derrière les apparences…


Mon avis :

Un livre qui mêle poésie et enquête policière, ça a de quoi intriguer. Comme je suis dans ma période littérature suédoise (il y a quelques jours je chroniquais Cyanure de Camille Läckberg), j’ai voulu me laisser tenter. Puis, il faut avouer que le titre aussi est accrocheur, même si j’ajouterai qu’il n’y a pas que les poètes qui, une fois morts, ne peuvent plus écrire des romans policiers, ni écrire quoi que ce soit d’ailleurs !

C’est le commissaire Martin Barck qui mène l’enquête, un commissaire plutôt original puisqu’il est féru de poésie. Il en écrit aussi. Le poète Jan Y. Nilsson est retrouvé mort sur son bateau par Petersen, son éditeur. Tout porte à croire qu’il s’agirait d’un suicide puisqu’il a été retrouvé pendu. Petersen craint que tout soit de sa faute : il a poussé le poète, cet homme qui ne vit que pour la poésie, à écrire un roman policier,  roman dont les droits sont déjà vendus dans plusieurs pays. Une oeuvre qui serait enfin rentable pour la maison d’édition : la poésie de de Jan Y. Nilsson ayant beau être d’une grande qualité littéraire et stylistique, elle se vend peu. Sur la table, une coupe de champagne : peut-être s’en serait-il servi quelques coupes pour se donner un peu de courage ? Après avoir enfin repris ses esprits, l’éditeur se décide à appeler la police. Une rencontre malheureuse mais qui pourrait être intéressante : un commissaire-poète qui rencontre un éditeur … ça peut donner des idées. Mais le poète s’est-il vraiment donné la mort ? Son livre, « L’homme qui n’aimait pas les riches » (un clin d’œil à un autre auteur suédois, Stieg Larsson ? 🙂 ) promettait une belle polémique : il y critique et y dénonce les abus financiers de personnes haut placées, à la réussite économique plus que contestable.

Outre cette enquête, c’est aussi une réflexion sur la poésie que nous pouvons lire en filigrane : pourquoi écrit-on de la poésie ? La poésie doit-elle servir ? Doit-on la comprendre ?  etc. On n’est pas loin de la composition française du CAPES de lettres modernes … ce qui n’a pas été pour me déplaire. On retrouve aussi une petite réflexion sur les maisons d’édition.

Ce n’est donc pas uniquement un roman policier que nous lisons, d’ailleurs, il est bien qualifié en quatrième de couverture de « genre de roman policier ». J’ai apprécié cet ensemble hétéroclite qui donne finalement une belle homogénéité, un récit original et agréable à lire, même pour une passionnée de littérature qui n’aime -quasiment- que la poésie d’Artaud. L’intrigue (qui est finalement sans grande surprise) n’est pas le seul élément qui nous intéresse, comme c’est souvent le cas dans les romans policiers.

A découvrir !