[Dys au collège] Dysfférent : un roman pour reprendre confiance en soi

Dysfférent, Le Muscadier, fin 2018.
9791096935116

La quatrième de couverture :

Quelle étrange idée d appeler un enfant Charlemagne ! Sans cet étrange prénom, Charly en est sûr, il serait un enfant comme les autres… à quelques adjectifs près. On le dit en effet trop distrait, dissipé, dispersé, voire discourtois, au grand dam des adultes qui l’entourent. Et cela lui vaut souvent les moqueries de ses camarades. Charlemagne est dyslexique, dysorthographique et dyspraxique. Mais qui a dit que les enfants multi-dys étaient bons à rien ? Tout le monde a un talent qui ne demande qu’à être révélé. C’est peut-être une chance d’être différent ! À partir de 11 ans.

Voici mon troisième roman jeunesse, publié comme le premier aux éditions Le Muscadier. La police utilisée est Open-Dyslexic, afin de faciliter la lecture.

Dans ce texte, j’ai voulu mettre en avant un enfant multi-dys, qui perd confiance en lui à cause de ses troubles. On attend souvent des élèves se dénigrer, alors que souffrir d’une dyslexie ou d’une dysgraphie n’est pas synonyme « d’être nul » ! En témoignent les personnes célèbres qui ont plutôt bien réussi (Steven Spielberg, Winston Churchill, Léonard de Vinci, Jules Verne et même Louis Pasteur !). Plus près de chez nous, ça peut être un boulanger, un mécanicien, ou même un kiné !

EXTRAIT

Il m’arrive d’être nostalgique de l’école primaire. J’étais comme les autres… enfin, c’est ainsi que je me sentais. On jouait tous ensemble, j’avais les mêmes activités que ceux de ma classe, même si j’avais parfois du mal à comprendre, ce qui exaspérait Madame Chamy, ma professeur en CM1 et en CM2 ! Je me suis arraché les cheveux sur les tables de multiplication. Impossible de les retenir. J’y ai pourtant passé des heures. Les triangles ? Ils m’agressaient avec leurs trois côtés et leurs angles pointus. Les opérations ? Une horreur ! Quand on me demandait de trouver à quelle heure le train A rejoignait le train B, j’avais oublié l’horaire du premier en lisant celui du second. « Avec toi, on risque l’accident ferroviaire » vociférait toujours Madame Chamy. Au début, je n’avais pas compris, et je suis sûr que les autres non plus, même s’ils riaient. Comprendre que la maîtresse se moquait de moi était suffisant pour provoquer leur hilarité. Ce n’est que le jour où Clément a ouvert le dictionnaire à la page 354, celle avec les mots en « f » (comme ferroviaire), que j’ai enfin saisi.

CE QU’EN PENSE LA CRITIQUE

« Ce récit positif ouvre des pistes diverses : l’écoute de son enfant bien sûr afin de bien cerner ses spécificités, mais aussi la mise en place d’aides avec des stratégies adaptées et la possibilité de constituer un dossier afin de bénéficier d’une aide de vie à l’école. » M. Utésa, Nouveautés Jeunesses

« Je vous recommande ce livre et bien plus largement cette auteure. Elle sait toucher là où les émotions se réveillent, son style est envoûtant, tant pour les enfants que pour les adultes. le cocktail fonctionne au top et bien sûr ce livre, sur un sujet aussi fort est une perle. C’est une bouffée d’humanisme, un effluve d’humanité. » L’instant des lecteurs.

« Ce récit positif ouvre des pistes diverses : l’écoute de son enfant bien sûr afin de bien cerner ses spécificités, mais aussi la mise en place d’aides avec des stratégies adaptées et la possibilité de constituer un dossier afin de bénéficier d’une aide de vie à l’école. » Orbe (Babelio)

[Mes romans jeunesse] Mon cœur en confettis, aux éditions Ravet-Anceau !

Capture.PNG

Demain va sortir mon deuxième roman jeunesse, Mon cœur en confettis. Il verra le jour aux éditions Ravet-Anceau, une maison d’édition que j’aime beaucoup, basée dans le Nord de la France. S’ils sont surtout connus en jeunesse pour leur Polars en Nord (des noms comme Gaylord Kemp, Christine Vauchel, Josette Wouters ou encore Eric Callens doivent vous dire quelque chose) ils s’ouvrent à une littérature jeunesse plus générale.

Ce roman, j’ai commencé à l’écrire il y a deux ans. Il était enfoui dans un tiroir (ou plutôt, dans un fichier 😉 ) depuis un an, jusqu’à ce qu’une éditrice de la maison d’édition me demande si j’ai un texte en stock. On l’a un peu retravaillé, l’histoire est restée la même dans l’ensemble, mais elle a gagné en intensité.

Comme à chaque sortie de roman (dit comme ça, ça fait comme si j’en avais déjà sortis des dizaines alors que je ne suis qu’à trois), j’ai le trac. Trouvera-t-il ses lecteurs ? La maison d’édition a-t-elle raison de croire en  moi ? Les lecteurs l’aimeront-ils ? Et si tout ça n’était qu’une blague  ? Imaginez : demain, en me levant, je reçois un mail dans lequel on m’écrit « haha, tu as vraiment cru qu’on allait te publier ? Retourne te coucher ! »

L’horreur.

Ce roman, il est différent de Phobie, mon premier roman jeunesse qui a pour sujet la phobie scolaire – un sujet plutôt sérieux – ou de Aux livres exquis, une romance contemporaine, axée feel-good. Ici, ce sont les tribulations d’une jeune adolescente, Axelle, qui sont racontées. Elle débarque fraichement dans un nouvel établissement scolaire, suite au divorce de ses parents, et enchaine les catastrophes !

Bref, demain Axelle commence sa nouvelle vie, je vous la confie.

Je reviens vers vous d’ici quelques mois, pour vous donner des nouvelles !

http://edition.ravet-anceau.fr/produit/mon-coeur-en-confettis/

https://www.amazon.fr/Mon-coeur-confettis-Fanny-Vandermeersch/dp/235973699X/ref=asap_bc?ie=UTF8

[Mes romans] Aux livres exquis, 1 mois après

06 novembre 2017.

Mon roman, « Aux livres exquis », est paru aux éditions Charleston depuis un mois tout rond : c’est le moment du premier bilan !

aux_livres_exquis_c1

Petit rappel : avant de paraitre aux éditions Charleston, ce texte a été proposé sous le titre « Les livres exquis » pour le Prix du livre romantique, organisé par cette même maison d’édition. Le roman n’avait pas été retenu parmi les finalistes, mais j’ai su qu’il avait plu. Les éditions Charleston m’ont alors proposé d’auto-éditer mon livre via le site Librinova. Ces derniers endossent le rôle d’agent littéraire une fois qu’un livre atteint les 1000 ventes numériques.

Et ensuite ?

En un peu plus de deux mois, vous avez été plus de 1000 à acheter mon roman : MERCI ! J’ai été contactée par Andrea de l’équipe Librinova, qui devenait alors mon agent littéraire. Les éditions Charleston ont été prévenues du succès numérique, et ils m’ont proposé un contrat ! Dans ma tête, c’était ça :

Résultat de recherche d'images pour "image fete"

Par la suite, mon texte a été retravaillé. J’ai été aidée par Stéphanie Pélerin, correctrice, mais aussi auteure et blogueuse (rien que ça !). Et mon roman a vu le jour avec la magnifique couverture que vous connaissez déjà…

Le bilan ?

En terme de chiffres, je ne peux pas vous dire grand chose. Contrairement à l’auto-édition, on ne peut pas les connaitre et ça a un petit côté frustrant ! (mais rien ne m’empêche de regarder régulièrement les classements sur les sites de vente en ligne).

Par contre, je sais que le prequel, « Lucy et Chloé », a été téléchargé un peu plus de 700 fois en un mois : j’en suis ravie ! Vous pouvez d’ailleurs vous le procurer gratuitement ici !

Les retours sont déjà nombreux, et plutôt enthousiastes, j’en ai choisis quelques extraits :

France Dimanche :

22860001_1016437401830061_5914066597382954433_o

Dans La Fringale Culturelle, interview page 144 https://issuu.com/christophemangelle3/docs/merged.compressed_6_/144

23130475_1016436985163436_8859650926087636734_n

Le Webzine Songe d’une nuit d’été : « Fanny Vandermeersch a une écriture prenante, sa plume est d’une douceur exquise. On se met à rêver en compagnie de Chloé et surtout de découvrir un endroit comme Aux livres Exquis. Je pense que j’y passerai tout mon temps. »

A touch of Blue.. Marine « En résumé, un roman super sonic que vous lirez plus vite que votre ombre et qui vous redonnera confiance en vous. Rien n’est impossible. Ni retrouver un travail après être restée maman au foyer pendant des années, ni retomber amoureuse après un divorce, et encore moins renouer avec ses origines afin d’en connaitre plus sur une famille qu’on n’a jamais connu. Un très bon moment ! »

Anamor « Une histoire qui parle du deuil, du manque de communication, de problèmes de couple, le tout avec une écriture fluide, agréable et sur un ton plutôt léger (…). Un vrai « feel good book » pour se vider la tête cet été ! »

Les petites lectures de Scarlett : « Une histoire gourmande (les muffins et les chocolats chauds m’ont fait terriblement envie), avec des personnages sympathiques et avec quelques jolis rebondissements. »

Psych3 des livres « Une héroïne pétillante qui se bat pour obtenir ce qu’elle veut, une pointe de mystère avec cette étrange femme au carnet, et une petite dose de dépaysement avec ce voyage au Maroc. La plume de l’auteure est légère, fraîche et nous emporte immédiatement dans cette lecture rapide et attendrissante, d’une jeune femme à la recherche de ses origines, plongée dans ses secrets familiaux tout en devant gérer sa vie de femme active moderne, de maman. Un moment agréable de lecture, à la fois rafraîchissant, simple et touchant. »

Histoire du soir : « Grâce à des personnages touchants, drôles et sincères, Fanny Vandermeersch a trouvé la recette idéale pour faire fondre les cœurs de toutes les lectrices ! En mêlant drôlerie et émotion, elle a su incarner à la perfection le genre du feel-good . On tourne les pages à toute vitesse, on sourit, Aux livres exquis fait partie de ces romans divertissants qui font du bien au moral et dont on sort le sourire aux lèvres.

Une comédie à prescrire d’urgence à tous les cœurs brisés ainsi qu’à toutes celles qui ont le moral dans les chaussettes ! »

Carobookine « En bonne gourmande que je suis, j’ai particulièrement aimé le lieu « Aux livres exquis », pour ses recettes à nous faire saliver et pour le concept de café littéraire – que j’adore ! »

Bookinnsofa : « Une histoire optimiste. Idéale pour une soirée cocooning et un dodo le cœur léger. Un livre tout moelleux à déguster goulûment ! »

Onirik : « Aux livres exquis est un vrai enchantement vivement recommandé ! »

Les tribulations de Coco « Entre romance et histoire familiale, ce petit roman à l’écriture fluide et légère pleine de bons sentiments se lit d’une traite. Parfait pour se détendre et plonger dans un happy end. »

Les mille et une pages de LM « Bref, une histoire facile à lire, pas très longue, donc on veut arriver à la fin et voir ce qui va arriver à Chloé, et sans que l’on s’en rende compte, on arrive à la dernière page. Un petit roman qui fait du bien, qui fait sourire le cœur ! Je vous le recommande !  »

Les lectures de Mylène : « En  bref, j’ai passé un bon moment avec ce roman même si j’aurais apprécié qu’il soit plus long. Les protagonistes sont très attachants, j’ai beaucoup aimé Chloé et sa force de caractère, sa manière de ne jamais baisser les bras même quand tout semble compliqué et d’aller de l’avant quand tout est perdu… Le fil rouge que représente le mystérieux carnet est très sympathique et nous permet d’apprécier d’autant plus ce que l’on découvre sur les personnages. Une lecture rapide mais qui met du baume au cœur !  »

Lectrice Lambda « En conclusion, « Aux livres exquis » est une histoire douce et tendre qui se déguste et s’apprécie. Le style de l’auteur est simple, mais arrive avec beaucoup de facilité à nous faire ressentir des émotions. On s’attache aisément aux personnages et les thèmes abordés parleront à n’importe quel lecteur. »

Bettie Rose Books : « Aux livres exquis, incarne le livre feel-good au dénouement heureux par excellence. »

La bibliothèque de Jake : « Le roman feelgood par excellence ! Et d’ailleurs, il est arrivé à point nommé pour moi puisque je l’ai commencé et fini dans le train alors qu’une grosse baisse de moral me taraudait !  »

 

Bref, un premier mois plutôt positif !

Je suis toujours aussi ravie d’être publiée aux éditions Charleston, une maison que j’affectionne tout particulièrement. L’équipe est formidable et disponible !

 

 

 

Librinova et moi, #1

Je  vous propose pendant quelques jours, semaines, mois, de suivre l’aventure de mon livre « Les livres exquis », mis au chaud chez Librinova, que vous pouvez retrouver sur Amazon ou Kobo.

 

Librinova

 

Vous connaissez peut-être déjà Librinova, une agence créée par Laure Prételat et Charlotte Alibert. Il propose aux auteurs de se publier en format numérique moyennant 50 ou 75 euros (50€ pour un manuscrit de moins de 45 000 mots 75€ au-delà), et en contrepartie votre manuscrit se trouve publié dans 90 librairies en ligne (dont Amazon, Kobo, Fnac, Furet…), vous touchez 100% des ventes au prix net (il faudra tout de même retirer les commissions des sites) jusqu’à ce que vous atteigniez le fameux seuil des 1000 ventes. Une fois les 1000 ventes réalisées – en moins de deux ans – vous ne touchez plus que 90% des ventes mais votre livre prend une autre direction : « en route vers le papier ». C’est à ce moment-là que Librinova endosse son rôle d’agent littéraire, et part à la quête de votre futur éditeur papier. D’autres services sont disponibles, vous pouvez les retrouver ici.

Les Livres Exquis2.jpg

Et j’ai sauté le pas.

Pourquoi ?

Parce que j’ai participé à un concours d’écriture avec mon manuscrit « Les livres exquis » et que, lors de l’annonce des résultats, on m’a suggéré cette plateforme (vous vous doutez bien que si j’y ai envoyé mon livre, c’est qu’il n’a pas été retenu pour le concours).

Au début, j’étais sceptique. J’ai déjà entendu parler de Librinova, notamment suite au parcours de Carène Ponte, créatrice du blog Des mots et moi, et auteure du désormais connu « Un merci de trop« . Puis, j’ai commencé à me renseigner auprès d’amies auteurs – dont Carène – l’idée commençait à me plaire. Puis, j’ai envoyé un long mail à Librinova, avec une idée en tête : si je ne reçois pas de réponse, j’oublie. Si j’en reçois une, je fonce – sauf réponse du type « vous nous faites ch*** », évidemment.

Et j’ai reçu une réponse, dès le lendemain. Une belle réponse claire, pleine de bienveillance, et j’ai été séduite.

J’ai relu mon manuscrit soigneusement, j’ai enregistré la dernière version et j’ai inscrit mon livre en ligne (c’est très rapide : quelques renseignements sur moi, une biographie, un résumé du livre qui figurera par la suite sur les librairies), il a été mis en ligne quelques instants plus tard.

Et là, le stress commence.

Et si personne ne veut du livre ?

Et si je ne dépasse pas les 2 ventes (comptez parmi ces deux ventes l’achat de ma maman adorée, première fan, et celle de mon poisson rouge) ?

Et si…

Ce que je ne vous ai pas encore dit, c’est que j’ai un bouton magique, un petit bouton qui me permet de connaitre le nombre de ventes de mon livre, grâce à un code remis par une maison d’édition (celle pour laquelle j’avais envoyé mon manuscrit).

Alors, je fais ma pub, sur Facebook notamment. Je vais sur les différentes librairies en ligne partenaires, je cherche mon livre, le trouve, parfois non (rassurez-vous, il y était le lendemain !). Et là, je vois que le classement Amazon et Kobo s’est lancé, signe de ventes. J’actualise frénétiquement mon bouton magique qui reste à zéro. Et c’est là que je découvre, grâce à des auteurs Librinova, qu’il faut attendre quelques jours pour que les ventes des différents sites paraissent (4 jours chez Amazon il paraît).  Alors, je garde un œil sur le classement Amazon, qui ne veut pas dire forcément grand chose, mais je ne peux pas m’empêcher.

Puis, je reçois un premier avis…

(la suite dans le prochain épisode !)