Constance, Rosie Thomas

 

Très loin de son Angleterre natale – et d’un chagrin d’amour auquel elle ne pourra jamais vraiment échapper –, Connie (Constance) s’est créé une nouvelle vie à Bali, dans un endroit idyllique à la végétation luxuriante. Mais lorsqu’elle reçoit un appel de sa sœur Jeannette, mourante, elle se doit de retourner à Londres. Pourtant les sentiments qui les lient ne sont pas des plus simples. L’une était ténébreuse, l’autre, un véritable soleil. Jusqu’à ce qu’elles tombent amoureuses du même homme… Avec l’amertume de la trahison entre elles, les deux sœurs doivent apprendre à se pardonner. Pourront-elles retrouver les liens partagés lors de leur enfance et dépasser les mensonges ?

Mon avis :

Le livre s’ouvre sur un triste fait divers passé : alors que deux jeunes se promènent dans la rue, le soir, ils sont interpellés par d’étranges sanglots. Il ne faut pas longtemps pour que la jeune femme comprenne d’où ils proviennent : ce sont les pleurs d’un bébé, abandonné dans un buisson. L’intrigue est posée et le narrateur reprend le cours de l’histoire.

Constance est une anglaise qui vit à Bali depuis quelques années. On découvre progressivement sa vie. Elle a une sœur sourde, Jeannette, qui est mourante. Quand elle l’apprend, Constance se précipite aussitôt chez cette dernière, malgré leur rapport compliqué. En effet, l’amour n’a pas toujours au centre de leur relation. Et, surtout, Jeannette est mariée à un homme qui n’a jamais laissé Constance indifférente : Bill.Puis, il y a aussi une histoire secondaire entre Roxanna, une étrangère au caractère bien trempé, qui rêve de devenir une vraie anglaise, et Noah, le fils de Bill. Une seconde histoire sympathique, que j’ai commencé à apprécier quand un lien s’est créé entre Constance et Roxanna.

L’histoire est narrée tout en douceur. On s’attache progressivement aux personnages, on s’imprègne de leurs histoires, on fait les liens entre eux, avec le prologue aussi.

J’ai beaucoup aimé le personnage de Constance, une femme forte et fragile, bien différente je trouve des héroïnes habituelles, peut-être à cause de son passé qui l’a faite grandir et murir autrement. J’ai aimé les analepses qui posent les bases de sa relation avec Bill, et qui donne une idée des rapports qu’elle entretenait aussi avec sa sœur.

Autre point fort de ce livre  : les descriptions. J’ai adoré les paysages de Bali, j’avais l’impression de pouvoir en sentir les odeurs, d’en visualiser les couleurs.

En résumé : un roman fort, tendre, aux thèmes variés (l’amour, la maladie, le deuil, le courage, la différence, l’oubli…), avec des personnages forts et attachants. Un roman sur la vie.

Retrouvez le roman sur le site de la maison d’édition Charleston !

D’autres romans publiés chez Charleston :

Tu peux toujours courir, Valérie Chevalier

La plage de la mariée, Clarisse Sabard

Les lettres de Rose, Clarisse Sabard

La belle italienne, Lucinda Riley

 

Clarisse Sabard, La plage de la mariée

La plage de la mariée De Clarisse Sabard - Éditions Charleston

Coup de cœur !

2015, Nice.

Zoé, 30 ans, est en pleine dispute avec sa conseillère Pôle Emploi lorsque sa vie bascule. Ses parents viennent d’avoir un grave accident de moto. Son père est décédé sur le coup, sa mère est trop grièvement blessée pour espérer survivre, mais encore assez lucide pour parler. Elle va révéler à Zoé qu’elle lui a menti depuis toujours : l’homme qui l’a élevée n’est pas son véritable père. Elle donne un seul indice à sa fille pour retrouver son père biologique : « La Plage de la mariée ».

Après quatre mois de déni, Zoé finit par craquer et part à la recherche de la vérité. Elle atterrit en Bretagne et se fait embaucher dans une « cupcakerie » tenue par une ancienne psychologue franco-américaine, Alice. Dans ce salon de thé, plusieurs personnages se croisent et voient leurs destins se mêler, tandis que Zoé part à la recherche de son père et tente de comprendre pourquoi sa mère lui a menti durant toute ces années.

Mon avis :

La plage de la mariée est le second roman de la talentueuse Clarisse Sabard, auteure du roman à succès Les lettres de Rose (maintenant disponible en format poche pour les amateurs !), que j’avais beaucoup apprécié.

Zoé part en Bretagne quand elle apprend par sa mère, quelques moments avant son décès, que celui qu’elle appelle papa n’est pas son père biologique. Si dans un premier temps la jeune femme préfère oublier ce secret, elle finira par s’avouer qu’elle a besoin de comprendre quelle est la véritable histoire de sa famille. Comment poursuivre comme si de rien était quand on s’aperçoit qu’un voile s’abat sur nos racines ?

En Bretagne, elle rencontrera de belles personnes, aux caractères entiers et variés, toutes attachantes. Elle trouvera aussi un travail dans une cupcakerie, ce qui lui permettra de poser des questions à certains habitués. Les premières pistes finissent par arriver, mais le secret sera difficile à découvrir dans son intégralité :  un pacte de silence semble avoir sellé les lèvres.

Si l’histoire est simple – en apparence – elle n’en est pas moins addictive (oui ! ). J’avais de la peine à poser le livre, et un plaisir immense à le retrouver. Je me suis habituée à Zoé, Alice, Jérémy et à tous les autres : c’était un peu comme si je les connaissais. Puis, j’ai ralenti ma lecture lors des dernières pages, ne voulant pas les quitter.

Du côté de la narration, l’écriture est fluide et agréable. J’ai énormément apprécié les pointes d’humour, plus présentes dans ce roman que dans Les lettres de Rose. J’ai l’impression que l’écriture de Clarisse Sabard progresse et s’affirme. J’ai aussi apprécié le côté mystérieux avec la légende qui entoure la plage de la mariée.

En résumé : un style qui s’affirme, une histoire bourrée de sentiments, et un énorme coup de cœur.

Emily Blaine, Toi, Moi, Maintenant ou Jamais, épisode 1

9782280364621

Présentation de l’éditeur :

Comme si sa vie n’était pas assez chaotique ! Entre les cours, l’examen du barreau qui approche dangereusement et sa relation avec Kyle qui bat de l’aile, Charlotte n’avait vraiment pas besoin d’une complication supplémentaire. Mais l’enveloppe est arrivée. Une enveloppe au papier crème épais, tamponnée d’un blason sophistiqué et reconnaissable entre mille. A l’intérieur ? Une invitation pour une soirée de retrouvailles entre lycéens diplômés de la promo 2005. Alors, les souvenirs ont afflué, la douleur s’est réveillée et son cœur, ce pauvre organe qu’elle croyait guéri, s’est gonflé d’un espoir coupable. Jérémiah… Son amour de jeunesse, un amour aussi intense et passionné qu’éphémère. Dix ans plus tard, osera-t-elle prendre le risque de le revoir ?

Mon avis :

Vous connaissez suffisamment mon blog (pour celles et ceux qui passent régulièrement) pour savoir que j’aime la chick lit et la romance. Et pourtant, je ne m’étais encore jamais laissée tenter par Emily Blaine, une auteure Harlequin (HQN plus précisément) dont on parle énormément.

Je ne vais pas vous faire attendre : je déteste Emily Blaine. Elle fait partie de ces auteurs qui tentent de nous rendre accros à leur série, pour mieux dévorer les saisons suivantes, et elle réussit l’exercice avec brio.

Dans ce premier épisode, le décor est planté : Jérémiah et Théo sont deux frères issus d’une famille riche. Ils préparent un grand rassemblement pour les lycéens diplômés de la promo 2005. L’ambition de Jérémiah est clairement indiquée : reconquérir Charlotte.

Charlotte est une étudiante brillante, qui prépare l’examen du barreau pour devenir avocate. Elle est en couple avec Kyle, mais leur relation n’est pas au beau fixe.Quand elle reçoit, avec ses amies, l’invitation pour la soirée organisée dans la demeure de Jérémiah, des souvenirs remontent, plus ou moins douloureux. Va-t-elle accepter de si rendre ?

Un premier épisode bien écrit, intéressant, qui met l’eau à la bouche et augure de beaux rebondissements pour la suite !

Et bonne nouvelle ! Vous pouvez le lire gratuitement, ici !

PS : Je précise que c’était ironique quand j’ai écrit « je déteste Emily Blaine » ?

La petite brune dans la prairie, Eve Borelli

La Petite Brune dans la Prairie  par Borelli

J’ai lu ce livre il y a quelques semaines déjà (voire quelques mois ..;), et n’avais pas eu le temps de le chroniquer. Rencontrer l’auteure au salon du livre de Paris m’a donné envie de le relire, avant de commencer Le goût du thé, celui du vent , son dernier roman paru aux éditions Nisha il y a quelques jours …

L’histoire :

Participer à une émission de télé-réalité pour trouver l’amour auprès d’un charmant homme des campagnes ? Même pas en rêve. Sauf que ma mère a un penchant naturel pour s’immiscer dans ma vie. Et une irrépressible envie de me caser, histoire d’avoir des petits enfants à pouponner. Résultat, me voilà inscrite pour tenter de séduire Romuald, grand brun ténébreux et très sympathique vigneron-oenologue au regard qui sent bon le fut de chêne. Bon, j’avoue : c’est plus la perspective de faire un peu de pub à mon entreprise de colliers pour chiens Ouaf-ouaf que celle de rencontrer l’homme de ma vie qui m’a convaincue d’effectuer la grande transhumance jusqu’à Issy-l’Évêque. Mais on ne sait jamais, il paraît que l’amour pousse parfois dans les champs !

Mon avis :

J’adore ce livre. Non, j’A-DO-RE. Eve Borelli, je l’aime autant que je la déteste (parce qu’elle a juste une écriture qui déchire) quand je la lis (je l’aime plus que le contraire, rassurez-vous !). Elle a une plume drôle, gentiment décalée, rafraichissante, pleine de punch. La lire, c’est se prendre un concentré de plaisir et de bonne humeur. Et, comme c’est bon !

Anna est une fille qui ne se prend pas vraiment la tête, elle est naturelle, et pleine de charme.  C’est sa mère donc qui l’a inscrite à cette émission de télé-réalité, et sa meilleure amie l’a poussée à accepter. C’est sans grande conviction donc qu’Anna se rend chez Romuald, l’homme en quête de l’amour, où elle fera une entrée fracassante … Mais, elle ne sera pas seule : une concurrente, Jenny, bimbo blonde à la plastique parfaite, est déjà là, et ne compte pas perdre … Que les anti télé-réalité se rassurent : l’émission est surtout un prétexte à une jolie et cocasse histoire.

Évidemment, les choses ne vont pas se passer comme il faudrait, mais c’est bien là l’intérêt du livre … Je peux juste vous dire que Jenny va se révéler aussi belle que méchante, qu’un beau médecin fera irruption dans le récit, et même un petit garçon attachant.

Pour le trouver, c’est par ici !