[Jeunesse] Bye bye Bollywood, Hélène Couturier

 

CVT_Bye-Bye-Bollywood_2023

Présentation de l’éditeur :

Une comédie de mœurs aux bienfaits prodigieux : rire et sagesse garantis !

Quand ma mère nous a annoncé qu’on partait en vacances en Inde, ma sœur s’est direct imaginée en mode « Bollywood », façon princesse indienne. Plus mesurée, j’ai pensé que j’avais la meilleure maman du monde, ce qui n’arrive pas souvent. Puis j’ai compris qu’elle nous emmenait dans un ashram. Traduction : délire yoga-méditation, riz complet et partage des tâches ménagères ! Ça m’a anéantie. Et encore, j’ignorais qu’une fois là-bas, il n’y aurait pas de réseau et que le seul jeune de mon âge, Jésus, serait un matheux sans pitié. Mais…
… Comme le dit le proverbe indien : « Tant qu’il y a de l’amour, tout est possible » !

Mon avis :

Ce roman fait partie de la sélection 2019 du prix Ruralivres de Fruges, et je pense qu’il aura un beau succès !

Nina se sent en décalage avec sa famille, que ce soit avec sa petite sœur Garance ou avec sa mère Valentine (ses parents sont séparés). Pourtant, quand sa mère leur annonce qu’elle a réservé un séjour en Inde, la joie est au rendez-vous pour tout le monde… Mais Nina sent que les vacances ne seront pas si idylliques que ça, et que sa mère lui cache quelque chose… et elle a raison ! Pas de New Delhi, de rêve bollywoodien ou d’hôtel au programme, mais un ashram (un lieu spirituel pour se recentrer) dans un petit village…

Mais, on s’en doute, le voyage ne sera pas si pénible que ça. Est-ce à cause des activités ? Grâce à Jésus, un jeune ado de quinze ans venu lui aussi avec sa petite sœur, Zaouïa, et sa mère ? La rencontre avec Sampat Pal (une militante indienne) ? La découverte de Garance en regardant par la fenêtre de sa chambre ?

Un roman frais et agréable à lire qui nous ouvre les yeux sur un univers différent mais qui parle aussi du droit des femmes et des relations mère / fille. De l’amitié, de l’amour, du dépaysement : un très chouette roman !

Aux éditions Syros !

 

 

Publicités

Ruralivres 2019 à Fruges : les dévoreurs !

Je vous ai parlé il y a quelques jours de la sélection grignoteurs. Voici celle pour les dévoreurs !

Appuyez sur étoile, Sabrina Bensalah

etoiel

Après une vie de bonheur passée dans un bar à champagne, la grand-mère d’Avril n’a plus beaucoup de temps à vivre. Ni elle ni sa petite-fille ne se résolvent à attendre la fin dans une chambre d’hôpital sans âme. Avril déploie toute son énergie pour réaliser le rêve de la vieille femme : s’éteindre en beauté, près des étoiles, au sommet d’une montagne.

Quand vient la vague, Manon Fargetton

la vague

Bouleversée, Nina a quitté sa famille et s’est volatilisée. Quelques mois plus tard, son frère Clément part à sa recherche. De Lacanau à Paris, en passant par Bordeaux, il découvre les raisons de la fuite de sa sœur.

Marie et Bronia, le pacte des sœurs, Natacha Henry

sans-titre

En Pologne, suite à la mort de leur mère, Marie Curie et sa sœur Bronia décident de tout faire pour aller à l’université afin de réaliser leurs rêves, devenir chimiste et médecin. Mais les femmes n’y étant pas admises, elles font alors un pacte : Bronia part la première faire des études de médecine à Paris et, une fois installée, fait venir Marie pour que celle-ci suive des études à son tour.

Uppercut, Ahmed Kalouaz

uppercut

 

Erwan est dans un pensionnat pour garçons difficiles. Après une fugue, il est envoyé en stage dans un centre équestre. Bagarreur, il doit apprendre à ne pas réagir aux blagues racistes qu’il entend à longueur de journée.

Vol 508 : à la vie, à la mort, Pascale Perrier : chronique.

vol

Lima, décembre 1971. Juliane et sa mère prennent un avion de ligne pour aller fêter Noël en famille. Mais l’appareil s’écrase dans la forêt péruvienne et la jeune fille est la seule survivante. Pendant onze jours, elle erre dans la jungle pour trouver un village tout en cherchant de quoi se nourrir et se soigner. Une histoire inspirée de faits réels.

Dans la forêt de Hokkaïdo, Eric Pessan

foret

 

Les anges gardiens n’existent pas qu’en rêve. Lorsque Julie plonge dans le sommeil, son monde bascule et la voilà dans la forêt de l’île de Hokkaido, reliée physiquement à un petit garçon abandonné par ses parents. Grand prix SGDL du roman jeunesse 2018.

Bonnes lectures à tous !

 

 

 

Ruralivres 2019 à Fruges : les grignoteurs !

Je vous ai déjà parlé de Ruralivres (2018, 2017, 2016). Cette année j’ai la chance d’y participer avec toujours ma super prof doc, mais aussi avec une classe de 6ème (pour les grignoteurs) et une classe de 4ème (pour les dévoreurs), dont je vous parlerai dans un autre article.

Du côté des grignoteurs, je ne peux m’empêcher de commencer par ce roman :

Phobie, Fanny Vandermeersch

Phobie

Si vous venez régulièrement sur le blog – ou si vous me connaissez – vous avez déjà vu cette petite frimousse quelque part… puisqu’il s’agit de mon premier roman ! Quelle joie et quelle surprise de le trouver dans la sélection !

La présentation :

Sophia est une élève brillante mais, lorsqu’elle fait sa rentrée au collège, tout change. Elle est angoissée, ses amis la laissent de côté et ses notes baissent, au point qu’elle n’arrive plus à passer la grille de l’école. Elle souffre de phobie scolaire.

Lise et les hirondelles, Sophie Adriansen

9782092576069

Sophie Adriansen a écrit notamment « Max et les poissons » que vous connaissez certainement. C’est une autrice très talentueuse et sympathique que je suis ravie de trouver dans la sélection.

Présentation :

Paris, 1942. La passion pour les hirondelles de Lise, 13 ans et juive, ne lui fait pas oublier la rigueur de l’Occupation. Le 16 juillet, toute sa famille est arrêtée et elle parvient de justesse à sauver ses deux petits frères de la rafle du Vel’ d’Hiv’. Sans nouvelles de leurs parents, ils doivent se cacher pour échapper au danger, entre moments d’angoisse, de doute et d’espoir.

Offense dans la cité, Gwladys Constant

51AVrOuRgZL._SX195_

Présentation : Dans son quartier, Morgan et ses amis se font respecter par tout le monde, ou presque. Amédée le vieillard ne craint rien ni personne. Momo n’a plus qu’une idée en tête : lui faire peur.

De cette auteure j’avais adoré  Passionnément … à ma folie, je vais découvrir celui-ci sous peu.

Bye bye Bollywood, Hélène Couturier

CVT_Bye-Bye-Bollywood_2023

Nina, 15 ans, entretient des rapports houleux avec sa mère. Un soir, en rentrant du travail, celle-ci lui annonce qu’elle l’emmène avec sa petite sœur Garance en vacances en Inde. Nina a du mal à contenir sa joie jusqu’au moment où elle réalise que le séjour se passera dans un ashram, entre yoga et méditation, et surtout sans Internet ni portable.

Les Aériens, Marie-Catherine Daniel


51B8nKtQfUL._SX195_

Alexandre entre en 5e. Ses amis l’ont laissé tombé car son frère, Romain, est responsable de la mort d’un lycéen dans un accident de moto. Une nouvelle élève, Sarah, lui propose son aide. Chez elle, ils font la connaissance d’un Aérien, une étrange créature qui ressemble à un nuage de particules. Il les prévient que la bande d’un autre Aérien arrive pour détruire la ville.

Des livres et moi, Matt7ieu Radenac


51AaHNkDMWL._SX195_

J’avais adoré ce livre (chronique à lire ici)

Alex décide de contacter par courrier électronique le célèbre écrivain Filippe Cavreini, pour tenter de remonter dans l’estime de son professeur de français. Après six messages laissés sans réponse, Filippe, interloqué par la ténacité du jeune élève, décide à son tour de se mettre au clavier afin d’entamer une correspondance.

 

[Jeunesse – Ruralivres] Qui décide, tous les soirs, d’allumer les étoiles ? Carine Bausière

DecideEtoiles_02.indd

Résumé :

Moi, c’est Camille. Je ne peux pas dire que je nage dans le bonheur. Mon père n’y comprend rien aux trucs de filles, mon petit frère Babar me colle constamment et je n’ai toujours pas de chéri. Mais surtout, surtout, je n’ai plus de maman. Elle est morte brutalement et nous a tous laissés complètement déboussolés. Heureusement, je peux compter sur Benjamin pour me remonter le moral avec ses blagues presque drôles. Benjamin, c’est mon meilleur ami. Ce serait aussi mon amoureux idéal s’il ne préférait pas les garçons. J’ai un grand rêve : quitter Roubaix pour découvrir New York, ses buildings et son effervescence permanente. Mais avant de le réaliser, je dois régler mes problèmes. Ça, ce n’est pas une mince affaire.

Mon avis :

Voici un livre que j’ai lu un peu avant les fêtes, mais j’ai préféré attendre que la nouvelle année passe pour vous le présenter : je sais que la chronique aura plus de visibilité, et ce livre le mérite.

Camille, 13 ans, vient de perdre sa mère brutalement. Elle vit désormais avec son père et son frère, qui ont autant de mal qu’elle à se remettre de cette brutale disparition.

Comment vivre quand on perd l’une des personnes qu’on aime le plus au monde ? Comment vivre sans celle qui nous a mise au monde ?

La question est délicate, et douloureuse. Camille est profondément meurtrie, mais elle fait de son mieux pour réconforter son petit frère, son « faux jumeau » qui est né le même jour qu’elle, à quelques années près. Et pourtant, il le faut. Avec l’aide de son meilleur ami, mais aussi de voisins, elle va découvrir petit à petit que le bonheur est à portée de main, et que sa vie continue. Elle ne sera pas la seule à suivre ce cheminement, et c’est un point fort de ce texte : en effet, nous suivons aussi les souffrances et réactions de son père, qui est décrit avec ses forces et ses faiblesses, chose que j’apprécie vraiment, et celles de son petit frère.

Les émotions sont extrêmement fortes. J’ai pleuré à plusieurs reprises à chaudes larmes en lisant le premier tiers du texte. La souffrance décrite m’a bouleversée. L’incompréhension de Camille face à ce drame nous heurte, on a envie de la cajoler, de la prendre dans nos bras.

Je ne peux pas résister à l’envie de vous mettre un extrait :

« Maman, très sportive, n’aurait pour rien au monde raté son cours de danse moderne du lundi. Ce soir-là, c’était le dernier de la saison, avec l’apéritif entre copines. Elle a pris son sac, a passé la tête dans l’entrée de la chambre et nous a dit : 
– A tout à l’heure ! Soyez prêts pour 20 h 30, je ramène les pizzas !
C’est la dernière fois qu’on l’a vue. Trois quarts d’heure plus tard, on a sonné à la porte. Papa a lâché son pinceau plein de colle en grommelant pour aller ouvrir. J’en ai profité pour me chercher un petit truc à grignoter dans la cuisine. J’avais un verre de lait et un biscuit dans les mains quand je suis arrivée dans le salon. C’est là que je l’ai vu. Appuyé contre le secrétaire, Papa était livide. J’ai senti mon cœur s’emballer. 
– Qu’est-ce qui se passe ? ai-je demandé.
Il n’a pas répondu. Il n’a même pas relevé la tête. 
– Papa, qu’est-ce qu’il y a ?!
J’ai  presque crié. J’ai entendu Babar accourir, inquiété par le bruit. 
– Maman a eu… un malaise. 
J’ai vacillé comme si j’avais pris un coup de poing dans le ventre. J’avais tellement peur d’entendre la suite. Mes oreilles se sont mises à bourdonner de plus en plus fort, j’ai eu l’impression de rapetisser de l’intérieur.
– Maman a eu un malaise, a répété mon père, les mâchoires serrées. Elle… elle ne rentrera pas ce soir. 
Il a fixé Babar, dont les lèvres ont commencé à trembler. Puis, il m’a regardée, le visage tordu de douleur. 
– Elle … est morte. 
Deuxième coup de poing. Plus de souffle. J’ai laissé tomber mon verre. J’aurais voulu crier, dire que ce n’était pas possible, qu’on l’attendait avec les pizzas, qu’elle allait rentrer, forcément, mais je n’ai même pas pu ouvrir la bouche… » page 19.

 

Un roman que devraient dévorer les participants au concours Ruralivres, à retrouver sur le site de la maison d’édition Ravet-Anceau !

 

[Jeunesse – Ruralivres 2018] Les mondes de l’arbre, tome 1, Sophie Henrionnet

les-mondes-de-l-arbre---celeste-et-la-prophetie---tome-1-880770-264-432

Céleste, 13 ans, et son petit frère Anatole viennent de déménager à contrecœur. Dans leur nouvelle maison, d’étranges phénomènes se produisent et les deux adolescents découvrent une porte mystérieuse dans le cabanon du jardin. En la franchissant, ils plongent dans le monde de l’Arbre cosmique dont l’équilibre est menacé par des forces contraires. Désignée comme l’élue, Céleste va devoir constituer une guilde pour sauver l’Arbre… et le monde des Humains qui en dépend. En parallèle, rien ne se passe comme prévu dans « son » monde et la rentrée en quatrième est chaotique. Entre l’acquisition de nouveaux pouvoirs et des rencontres surprenantes, la double vie de Céleste va la mener vers des aventures inoubliables !

Mon avis :

Voici un roman que j’ai pris beaucoup de plaisir à lire. Céleste et son frère nous ouvre les portes d’un univers fantastique dans lequel on a plaisir à plonger.

Célestine a trouvé dans sa chambre une petite boite d’une grande beauté. Pour l’ouvrir, elle a besoin d’une clef, étrangement ramassée quelques instants plus tôt par son frère du côté du cabanon. Quand elle ouvre la boite, elle finit par découvrir, dans le fond, un pendentif qu’elle s’empresse de porter autour de son cou. C’est à ce moment-là que des manifestations étranges vont apparaître, du côté du cabanon du jardin : une porte apparaît, seulement en la présence de Célestine, et le chat prend une drôle d’apparence une fois qu’ils pénètrent dans le couloir derrière cette fameuse porte… Ce sera le début d’une belle aventure, surprenante et un peu terrifiante. Une rencontre avec des drôles de créatures qui vivent dans d’autres mondes  : les mondes de l’arbre. C’est là que les aventures commenceront vraiment. Une sorcière maléfique, aux pouvoirs grandissants, est prête à semer la terreur et à anéantir les différents mondes de l’arbre, dans lequel on trouve celui des hommes. Mais, un espoir est là : Céleste est l’élue. Accompagnée de plusieurs guides, qu’elle trouvera le long de l’histoire, elle pourra affronter sa destinée.

L’histoire est vraiment prenante, et l’entrée dans cet univers parfaitement bien écrit pour que le lecteur n’ait ni l’impression de s’ennuyer, ni que ça aille trop vite. Si l’histoire est purement fantastique, les réactions des enfants sont réalistes, ce qui permettra aux enfants de s’identifier. L’écriture est fluide, dynamique et teintée de pointes d’humour.

Petit plus : le livre est vraiment joli. La couverture est attirante, et des petits dragons sont dessinés en bas de chaque page.

En bref : un roman à découvrir et que les ado devraient dévorer en une bouchée !

 

Pour en savoir plus sur Ruralivres, c’est là !

 

Ruralivres 2018 : La sélection !

Cette année, mon collège participe une nouvelle fois au prix Ruralivres ! Je dois dire que je suis particulièrement enthousiaste : la sélection pour cette année est une nouvelle fois géniale !

Petit rappel : comme tous les ans, il y a deux sélections, selon l’âge des ado qui y participent : les grignoteurs (celle à laquelle je participe avec ma super collègue prof doc et une classe de sixième) et celle des dévoreurs, plutôt pour le niveau 4ème.

Du côté des grignoteurs, les heureux sélectionnés sont :

Le goût sucré de la peur, d’Alexandre Chardin, aux éditions Magnard.

9782210962408-g.jpg

Celle qui voulait conduire le train, Catherine Cuenca, aux éditions Talents Hauts

celle-qui-voulait-conduire-le-tram

Les mondes de l’arbre, Sophie Henrionnet, éditions Play Bac

les-mondes-de-l-arbre---celeste-et-la-prophetie---tome-1-880770-264-432

Les hirondelles se posent sur les fils électriques, Gaëtan Serra, éditions du Dahu

51OTcG+u1GL._SX195_

Y a pas de héros dans ma famille, Jo Witek, éditions Actes Sud Junior

9782330072476

Les ombres de Kerohan, N.M. Zimmermann, l’école des loisirs.

9782211224338

Et du côté des dévoreurs ? On se régale aussi !

Qui décide, tous les soirs, d’allumer les étoiles ? Carine Bausière, Ravet Anceau.

DecideEtoiles_02.indd

 

La maison des reflets, Camille Brissot, aux éditions Syros

9782748523256

Hugo de la nuit, Bertrand Santini, Grasset jeunesse

9782246860259-001-T

Lumière, le voyage de Svetlana, Carole Trébor, aux éditions Rageot.

9782700250930-001-GLes valises, Sève Laurent-Fajal, éditions Gallimard

product_9782070587551_195x320

Le collège des éplucheurs de citrouille, Laure Deslandes école des loisirs.

9782211231008

[Jeunesse] Chevaux de foudre, Aurélie Wellenstein

Chevaux de foudre par Wellenstein

Alix a tout perdu. Son père, sa terre, et même son nom. Devenue esclave à Rome, elle est précipitée dans le monde des courses du Déluge. Ces compétitions violentes et sans pitié voient s’affronter les fulgurs, des chevaux de foudre dont le corps s’électrise quand l’orage éclate.

Monter sur leur dos, c’est mettre sa vie en jeu, mais la liberté couronne les vainqueurs. Aidée par Marcus, le prodige de son équipe, Alix va lier son destin à Ira, un étalon indomptable, aussi beau que mortel…

Mon avis :

Autre livre de la sélection Ruralivres, et encore une fois une très bonne lecture ! Alors qu’Alix rentre chez elle avec son père, un immense orage éclate. Rapidement, on comprend que les orages là-bas ne sont pas l’équivalent des nôtres : plus violents, plus dangereux, plus mortels. Pourtant, les prévisionnistes n’avaient rien détecté. Que se passe-t-il ? Quelques instants plus tard, ils comprennent : une horde de chevaux de foudre, les fulgurs, arrivent à toute vitesse ! Alix ne les craint pas autant que les autres, elle sent un lien qui les unit à eux. Est-ce parce qu’on lui a raconté que, petite, elle a été touchée par l’un d’entre eux, sans conséquence funeste, au grand étonnement de toute le monde ? En effet comment résister à la puissance de leur énergie électrique ? Plus d’un en sont morts, foudroyés, brûlés. Alors, quand un fulgur fonce droit vers elle, elle reste figée et l’attend.

Si Alix et son père ne sont pas tués par les fulgurs, le père connaitra la mort face aux romains, qui les accompagnent pour les capturer. Alix restera en vie et prise en tant qu’esclave pour s’occuper des fulgurs, l’un des romains ayant remarqué son aptitude à savoir calmer l’un d’entre eux. Alors, elle rencontrera Marcus, un expert du monde des courses, et elle finira même par monter sur le fulgur, qui sera nommé Ira …

Une très belle histoire qui nous emmène ailleurs, bien écrite, qui captivera mes collégiens ! Un livre publié aux éditions Magnard.