Un tour du côté des romans « premières lectures », aux éditions Nathan ! « L’apprenti chevalier », « La tour Eiffel » et « Les animaux de Lou » !

J’ai un faible pour les romans « premières lectures », car ce sont souvent les premiers livres que dévorent nos enfants. Dans cette collection, Nathan propose trois niveaux de lecture : je déchiffre, je commence à lire, je lis comme un grand. Ces trois livres appartiennent à la troisième catégorie « je lis comme un grand » : les enfants peuvent lire ce qu’il y a dans les bulles, et les parents le texte ! Si l’enfant sait lire seul, il se fera un plaisir de tout dévorer !

004723820

Au village du chevalier Bernard et de son écuyer Solal, c’est jour de match ! L’équipe de Bernard affronte au rugby l’équipe de l’affreux Sire Donald. Mais celui-ci est un vilain tricheur et le match dégénère…

Heureusement, Solal est là !

 

004830180

Lou se promène en forêt avec Réglisse, sa chienne. Elles rencontrent alors un jeune faon, mais il est tout seul. Que va-t-il lui arriver ? Lou a une nouvelle mission : retrouver la maman de son nouvel ami !

Et à la fin : deux pages sur le faon !

004772755

La tour Eiffel a une nouvelle mission. Son amie la pyramide du Louvre rêve de rencontrer ses célèbres grandes sœurs, les pyramides de Gizeh. Direction l’Égypte ! Mais le Voyage n’est pas de tout repos et à leur arrivée, les deux célébrités sont prises dans une tempête de sable…

Et à la fin : deux pages sur l’Égypte !

**

Les histoires sont très intéressantes à lire et faciles à comprendre. Les illustrations colorées attirent l’œil. Trois livres pour tous les goûts, qui ne manqueront pas de plaire aux enfants, mais aussi aux grands 🙂

Publicités

[Jeunesse – Sainte-Beuve 2018] L’anneau de Claddagh, tome 1, Béatrice Nicomède.

L'anneau de Claddagh, Tome 1 : Seamrog par Nicodème

Irlande, comté de Galway, 1846. Keira est la fille d’une cuisinière irlandaise, Arthur le fils d’un grand propriétaire anglais. Ils ne devraient pas se rencontrer, et encore moins s’aimer. Mais le destin les réunit et menace de les séparer. Sur quel avenir commun peuvent-ils compter ? Dans un pays ravagé par la famine, Keira peut s’estimer heureuse d’être employée dans une maison où l’on ne manque de rien. Et l’âme de sa grand-mère veille sur elle grâce à un anneau à la puissance mystérieuse. Saura-t-il la guider parmi les drames qui s’apprêtent à bouleverser son existence ?

Mon avis :

Voici un roman jeunesse sélectionné pour le prix Sainte-Beuve 2018, paru aux éditions Gulf Stream.

Nous plongeons rapidement au cœur de l’Irlande du XIXème siècle, alors que la famine et la maladie font rage. Un fossé se creuse entre les riches propriétaires anglais et les pauvres paysans.

Keira, fille d’une cuisinière, travaille comme femme de chambre au manoir de Ballinrobe. Elle porte toujours sur elle un anneau, héritage de sa grand-mère qu’elle n’a pas connue. Un jour, elle rencontre Arthur, le fils d’une riche famille anglaise, qui rêve de partir pour New-York. L’attirance est immédiate, malgré la différence sociale. Quand il lui propose de partir avec lui, la tentation est forte… mais cela pourra-t-il se réaliser ?

Cette histoire est très intéressante et prenante. Les premières pages s’ouvrent sur un prologue qui nous envoie en 1828 à Galway, lors de la naissance de Keira. J’ai été happée aussitôt, et j’ai tourné les pages. L’immersion est totale : on est aux côtés des paysans, on souffre de leurs maux, rien n’est minimisé (l’histoire de la famille Dunnan est terrifiante). Des histoires de jalousie et de manigances enrichissent l’ensemble.

Un très bon premier tome où se mêlent le mystère, le fantastique, la romance et la tragédie. J’ai hâte de lire le suivant !

PS : un pendentif représentant l’anneau est offert pour l’achat du premier tome !

Autres romans de la sélection Sainte-Beuve 2018 :

[Jeunesse – Sainte-Beuve 2018] Aussi loin que possible, Eric Pessan

[Jeunesse – Sainte Beuve 2018] Ma mère, le crabe et moi, Anne Percin

[Jeunesse – Sainte Beuve 2018] Et mes yeux se sont fermés, Patrick Bard

[Jeunesse – premiers romans] Classe verte, copains et beurre salé, Sandrine Beau et Marie Caudry

70119187

Présentation :

Pour Coline, la vie n’est pas facile : elle vient d’arriver dans une nouvelle école où elle ne connaît personne et voilà que la maîtresse décide d’emmener ses élèves en classe verte !

Les classes vertes, c’est l’idéal pour vaincre sa timidité et se faire des copains. Les parents de Coline en sont convaincus, leur fille, moins ! Passer 192 heures en Bretagne en tête à tête avec sa classe, c’est le pire des cauchemars selon Coline !

Voyage en bus, distribution des chambres, premier dîner au réfectoire… Tout paraît insurmontable à la timide Coline, jusqu’à sa grande découverte : un piano.

Mon avis :

Encore un roman écrit par Sandrine Beau ! J’ai l’impression qu’elle ne s’arrête jamais, pour notre plus grand plaisir !

Coline n’est pas très enthousiaste à l’idée de se rendre en classe verte en Bretagne pendant huit jours soit « centre quatre-vingt-douze heures, onze mille cinq cent vingt minutes. » Elle n’a aucune envie de rester autant de temps avec ceux de sa classe, d’ailleurs, elle les connait à peine puisqu’elle vient d’arriver dans cette nouvelle école. Fini le jardin, les plaisirs au grand air, la jolie maison, bonjour l’appartement.

Une fois dans le bus, Coline reste en retrait malgré la bonne ambiance. Quand on vient lui parler, elle bafouille, la bouche sèche. Mais, une fois arrivée au centre de vacances, tout se déroulera pour le mieux. Au programme donc : de la musique, des crêpes et des amies !

Les illustrations sont réalisées par Marie Caudry, qui a un talent indéniable pour retranscrire les émotions des personnages (j’adore l’illustration de la page 14, qu’il vous faudra chercher 🙂 )

Petit plus : à la fin du roman, une double page « le coin des experts » est consacrée à quelques mots sur le premier voyage scolaire.

Un roman à découvrir aux éditions Belin !

D’autres romans de l’auteure :

[Les petits] Sandrine Beau, Églantine Ceulemans : Lasco de la Grotte

[Jeunesse] Traquées, Sandrine Beau

[Jeunesse] Mon grand frère tombé du ciel, Sandrine Beau

[Jeunesse] La porte de la salle de bain, Sandrine Beau

 

[Jeunesse] Argentina, Argentina, Christophe Léon

51VuRHPO21L._SX210_

Pascal Forte prépare un article documenté pour le magazine qui l emploie. Sujet : les enfants volés par les militaires argentins durant la junte. Il s’envole pour l’Argentine à la rencontre d’un de ces enfants devenu adulte, Ignacio Guttierez. Au cours d’entretiens enregistrés, Ignacio dévoile son histoire au journaliste, la vie avec ses parents et grands-parents, son arrivée à Buenos Aires, comment il a été séparé de sa famille, la disparition du père et de la mère, son placement/adoption chez le colonel Guttierez et les années passées chez eux. Puis la fin de la junte et la fuite des militaires. S’ensuit pour le jeune garçon/homme une recherche d’identité et la découverte au Paraguay d’un frère, Abel, qu’il va tenter de joindre.

Mon avis :

Un nouveau livre de Christophe Léon, qui se dévore. Enfin, pas si « nouveau » que ça, puisqu’il est sorti aux éditions Oskar en 2011.

L’histoire d’Igniacio / Pablo est doublement intéressante. Du point de vue de l’histoire, on est captivé par ce personnage, on a envie de découvrir ce qu’il s’est passé pour lui, et on ne peut pas s’empêcher de tourner les pages. Mais elle l’est aussi d’un point de vue historique, puisque le livre parle d’un fait qui a existé : en 1976, en Argentine, un coup d’état renverse le pouvoir en place qui tombe aux mains de la junte militaire. Les opposants sont arrêtés, tués (certains sont jetés, drogués, dans la mer, depuis un avion) alors que des enfants sont arrachés aux mains des parents pour être élevés par les familles des militaires.

L’écriture est fluide, quelque peu différente des écrits récents de l’auteur que je connais mieux (son écriture s’est affinée, elle a plus de piquant maintenant), mais ça reste un régal à lire. On suit les années noires de la dictature, l’éducation nouvelle que suit Ignacio, parfois violente, ses rapports avec ses parents adoptifs. Et puis, comme lui, on se pose une question, à la réponse très difficile : quels sentiments ressentir face à eux ?  Peut-on avoir un peu de sympathie, voire plus, pour les meurtriers de nos parents ? Comment retrouver son identité ? J’ai apprécié que la fin soit ouverte, ce qui laissera libre cours à l’imagination des lecteurs.

Un roman à découvrir, dès 13 ans !

D’autres romans de l’auteur :

Fani

Hoax

[Jeunesse – ados] Le 9ème continent, Dominique Corazza

Couverture du livre "Le 9e continent" - Dominique Corazza - ISBN 9791090685956

Présentation :

Êtes-vous déjà entré dans une de ces serres en plastique qui couvrent nos campagnes ? Attention : danger ! Avez-vous déjà vu des maisons de vacances gardées par de vrais nains de jardin en chair et en os ? Non, vous êtes sûrs ? Méfiez-vous des visites organisées dans des villages idylliques où l’on reconstitue la vie d’autrefois : elles peuvent virer au cauchemar. Et si, au printemps, vous n’entendez plus le coucou chanter, ne vous étonnez pas, ça devait arriver…

Quatre histoires qui donnent à voir un visage inquiétant de cette nouvelle ruralité qui bouleverse profondément nos paysages et nos vies.

Mon avis :

Je découvre la plume de Dominique Corazza avec ce roman, et quel plaisir ! Pour l’amatrice de nouvelles que je suis, c’est un sans-faute.

Chaque nouvelle a un but précis : éveiller la conscience du lecteur sur des incohérences ou des problèmes qui rongent le milieu rural. Ainsi, on retrouve des tonnes de plastique là où on devrait trouver des cultures de fraises à même le sol, les bruits qui nous assomment là où il ne devrait y avoir que de la tranquillité, les préjugés désolants d’une femme qui a une vision archaïque et désespérante de la campagne.

Quatre textes qui nous rappellent l’importance de préserver nos campagnes, les cultures, son calme, son authenticité, sans pour autant laisser de côté une certaine modernité. Quatre textes grinçants qui ne manqueront pas de faire sourire leurs lecteurs (ma préférée est celle avec « Prof » et ses autres amis les nains). Quatre textes à l’écriture parfaitement maitrisée et agréable à lire, teintée d’humour et de dérision.

A découvrir !

Retrouver le 9ème continent sur le site de la maison d’édition Le Muscadier !

[Forme et santé] Tout doux les abdos, Nadine Lebreuil

J’inaugure une nouvelle catégorie sur le blog, intitulée « Forme et santé ». Et je suis ravie de faire une première chronique avec un livre publié aux éditions Leduc, une référence en la matière.

Tout doux les abdos ! De Nadine Lebreuil - Leduc.s éditions

Présentation :

Vous en avez marre de souffrir le martyre en faisant des abdos… mais vous ne voulez pas renoncer à vous muscler ? Parce que non, « il ne faut pas souffrir pour être belle ! », Nadine Lebreuil vous propose des exercices et des routines ciblés pour enfin se muscler sans se faire mal, dans la douceur, et en préservant son périnée !

  • Des pas-à-pas illustrés de tous les exercices de musculation abdominale à pratiquer.
  • Des programmes ciblés suivant les résultats escomptés.
  • Des conseils santé et des réponses à toutes vos questions.

Pour vous muscler à votre rythme, chez vous, sans matériel et sans se faire mal, pour une silhouette parfaite !

Mon avis :

Vous l’aurez compris, c’est un livre pour travailler les abdos. Pourquoi ? Parce que la maman d’un petit enfant que je suis en avait marre de faire des abdominaux sans voir le moindre résultat, malgré le temps passé et les douleurs engendrées.

Alors, c’est vrai, les livres sur les abdos sont légions. Alors pourquoi celui-ci ? Parce qu’il promet de se muscler efficacement, sans se faire mal (chose importante, notamment pour le dos).

Le livre se divise en trois parties :

1 – 5 bonnes raisons de passer à ces nouveaux exos
2 – Mes 20 exos préférés 21
3 – Mes abdos, où ? quand ? comment ?

J’ai tout de suite été intéressée par ce passage, car c’est l’un des exercices que je faisais le plus : les crunchs, exercice vain pour avoir le ventre plat.

crunch

Plusieurs exercices nous sont donc présentés, avec à chaque fois les mêmes objectifs : ne pas solliciter le périnée, ne pas se faire mal au dos, travailler en profondeur. Une illustration nous permet de comprendre rapidement la position qu’il faut adopter.

exo abdosDes séries d’exercices sont proposés, à adapter selon le niveau.

Et, j’ai testé pendant les vacances. Les exercices sont faciles à faire, peu contraignants, pas très douloureux (sauf le gainage 😉 ), et le résultat est bien présent au bout de quelques semaines. Évidemment, il vous faudra aussi de la motivation, qui n’est pas livrée avec le manuel (la mienne est partie peu avant la rentrée scolaire, certainement pour traîner avec Monsieur le Temps, qui m’échappe aussi). Pourtant, si on s’organise bien, on peut facilement caser ses exercices trois fois par semaine (dans l’idéal).

Bref, des exercices qui fonctionnent, bien pensés, sans risques de se blesser.

Retrouver le livre sur le site des éditions Leduc (vous pourrez y télécharger un extrait).

[Jeunesse – Sainte-Beuve 2018] Aussi loin que possible, Eric Pessan

Antoine et Tony n’ont rien prémédité, rien comploté. Ce matin-là, ils ont fait la course sur le chemin du collège. Comme ça, pour s’amuser, pour savoir qui des deux courait le plus vite. Mais au bout du parking, ils n’ont pas ralenti, ni rebroussé chemin, ils ont continué à petites foulées, sans se concerter. La cité s’est éloignée et ils ont envoyé balader leurs soucis et leurs sombres pensées. Pour Tony, la hantise de se faire expulser vers l’Ukraine et d’avoir à quitter la France.
Pour Antoine, la peur de prendre une nouvelle dérouillée parce que son père a envie de passer ses nerfs sur lui. Depuis ce matin où tout a basculé, ils courent côte à côte, en équipe.
Ils se sentent capables de courir pendant des jours, tant qu’il leur restera une once de force. Fatigués mais terriblement vivants.

Mon avis :

Voici un autre roman de la sélection 2018 du prix Sainte-Beuve, roman qui a déjà reçu le prix NRP de la littérature jeunesse 2015-2016.

Anthony et Tony courent. C’est venu comme ça, un beau matin, après qu’ils aient posé leur sac de cours dans un coin. Ils sont tous les deux en quatrième, plutôt bons élèves, pas vraiment perturbateurs, parfois en retard. L’un s’est mis à courir, l’autre a suivi, d’abord à une vitesse de sprint avant de ralentir à une allure plus raisonnable pour durer. Ils ne parlent pas, ou peu. Les mots sont inutiles pour le moment, ils viennent en temps voulu, avec parcimonie souvent. Ils sentent l’un comme l’autre qu’ils ont besoin de courir. Mais pourquoi ? Envie de se défouler ? Envie de fuir ? Fuir quoi ?

Anthony est battu par son père. Les parents de Tony, sans-papiers, ont reçu l’obligation de quitter le territoire français dans un mois : ils doivent retourner en Ukraine, un pays que le jeune homme ne connait pas. L’un est en colère, l’autre en proie à la tristesse. L’inverse est vrai aussi.

Anthony est le narrateur. Il revient sur leur trajet, leurs arrêts, leurs rencontres, mais c’est aussi lui qui nous révèle ses pensées. Ces dernières ne sont pas linéaires et varient en fonction du rythme de la course. Ils courent d’abord une heure, puis deux, puis plusieurs jours, volant ce qu’il faut pour qu’ils puissent se nourrir, trouvant abri la nuit dans un maison abandonnée ou dans un endroit déserté. Ils ont froid, chaud, des ampoules aux pieds, le corps douloureux mais la tête de plus en plus légère. Et cette douce sensation de liberté, de pouvoir s’échapper…

Un livre surprenant, d’une belle profondeur malgré un sujet qui semble à la base léger. J’ai aimé le rythme de narration parfois mimétique de la foulée des deux adolescents. J’ai remarqué que j’accélérais ma lecture quand, au début, ils étaient proches du sprint, et que j’ai ralenti quand ils en ont fait tout autant.

Autres romans sélectionnés pour le prix Sainte-Beuve :

[Jeunesse – Sainte Beuve 2018] Ma mère, le crabe et moi, Anne Percin

[Jeunesse – Sainte-Beuve] Et mes yeux se sont fermés, Patrick Bard