La fille des templiers, Mireille Calmel, tome 2

 

SG_RAS 10_FILLE DES TEMPLIERS TOME 2.indd

Juillet 1322. Royaume de France.

« Tous qui avez péché par orgueil, par cupidité, vous mourrez. Et Flore Dupin délivrera le baume sacré à qui, d’une autre lignée, l’aura mérité ! »

Ainsi s’est abattue la malédiction sur les derniers Capétiens, coupables d’avoir fait brûler en place publique le grand maître de l’ordre du Temple.

Charles IV doit retrouver à tout prix cette Flore qui détiendrait le secret des Templiers : la clé, pour tout souverain, de la protection divine. Le début d’une traque implacable, des palais parisiens aux faubourgs de Londres.

Alors que l’étau se resserre autour de Flore, la rumeur enfle : et si la jeune femme avait pour mission de remettre le baume sacré au prince d’Angleterre ?

Un seul roi pour les deux royaumes.

L’ultime vengeance…

Des rois maudits, une confrérie mystérieuse, des femmes de courage, avec ce tome II de La fille des Templiers, Mireille Calmel nous révèle l’extraordinaire dénouement d’un grand roman d’aventure.

Mon avis :

J’avais dévoré le premier tome dont je vous ai parlé il y a quelques semaines, et j’en ai fait autant de ce second opus.

Nous retrouvons nos personnages là où nous les avions laissés, j’étais encore inquiète de savoir Flore entre de mauvaises mains, c’est-à-dire celles des hommes de l’inquisiteur. Pourtant, elle ne se laissera pas abattre : elle peut, elle doit s’en sortir et découvrir toute la vérité.

Les actions s’enchainent, ne laissant pas de place à l’ennui. Aucune hésitation sur la fin en ce qui me concerne, mais l’envie de savoir comment les personnages évoluent vers ce final aura suscité jusqu’à la dernière page mon intérêt.

L’écriture est toujours fluide et addictive, le suspens présent, comme l’amour et les trahisons. Un précieux mélange pour une dilogie palpitante!

A retrouver sur le site de la maison d’édition, XO !

[Jeunesse] La nouvelle, Cassandra O’ Donnell

9782081477766

« Je vous présente une nouvelle élève, annonça le prof, elle s’appelle Haya. Elle vient de Syrie… »

C’est drôle, songea Gabriel, il y a des gens qui attirent l’attention sans qu’on sache pourquoi… Cette fille, il ne la connaissait pas, mais elle l’intriguait à cause de ses yeux graves et la manière dont elle relevait fièrement le menton comme un défi…

Mon avis :

Je suis toujours intéressée par les livres qui traitent de l’intégration. C’est tellement difficile pour un enfant qui ne parle pas toujours notre langue de se retrouver au sein de nos établissements scolaires, sous des regards qui ne sont pas toujours bienveillants. Souvent, ils ont enduré des choses qu’on n’est même pas capables d’imaginer et leur vécu leur donne une maturité précoce.

C’est le cas de Haya, qui vient de Syrie. Ses nuits sont peuplées de cauchemars dans lesquels les bombes claquent comme les tirs de mitraillettes, et les images d’horreur sont imprimés dans ses rétines.

Pourtant, elle est pleine de vie, d’envies, aussi. Elle n’est pas touchée par les méchancetés des autres enfants contrairement à Gabriel, son plus grand soutien à l’école. Pourquoi ? Parce qu’elle sait qu’ici elle est plus sereine, et que le reste n’est qu’enfantillage…  Mais, grâce à ce dernier et à sa famille, elle se sentira accueillie, et aimée. La présentation de Haya à la famille de Gabriel sera aussi l’occasion pour le petit garçon de découvrir un secret de famille…

J’avais hâte de lire ce roman. A cause du sujet, comme je l’ai écrit plus haut, mais aussi parce qu’il est écrit par Cassandra O’ Donnell, une autrice aussi gentille que talentueuse, et qu’elle signe avec ce titre son premier roman jeunesse réaliste. Touchée par ce sujet, elle est sortie de sa zone de confort pour nous offrir un roman nécessaire et actuel, un beau message d’ouverture.

Les thèmes : la différence, les migrants et le racisme, l’exil, l’amitié, la tolérance. Un roman paru aux éditions Flammarion !

Autre roman qui traite du même sujet : Les hirondelles se posent sur les filles électriques, Gaëtan Serra

D’autres romans de l’autrice :

[Jeunesse] La légende des quatre, Cassandra O’Donnell

Sombreterre, tome 1, Cassandra O’ Donnell

Malenfer : la forêt des ténèbres, Cassandra O’Donnell

Malenfer tome 3, Cassandra O’Donnell

[Jeunesse/ado] L’école me déteste, Julie Jezequel et Baptiste Miremont

 

9791096935246-165x250

« Dès la première récréation, j’ai compris que ma vie ne tenait qu’à un fil. Éric s’est affirmé tout de suite comme le roi de la cour. Il a organisé deux équipes de foot, les plus grands d’un côté, les plus petits de l’autre. Inutile de préciser de quel groupe je faisais partie. Les filles, elles, sont allées jouer plus loin, à côté de la barrière. Les règles du foot, normalement, tout le monde les connaît. Pas celles décidées par Éric. Il confond foot et bowling. Lui et son équipe étaient des lanceurs, et nous, les plus maigres, on était les quilles. »

Mon avis :

Les romans sur le harcèlement scolaire commencent à être nombreux, ce qui n’est pas une mauvaise chose. C’est un fléau difficile à endiguer, dont on doit parler. Le point important de ce livre est de montrer que cela peut se produire dès l’école primaire, n’importe où.

Ferdinand est en CM1, il a sauté une classe. Malheureusement pour lui, il devient la cible d’Eric, un grand gaillard de sa classe qui ne semble connaitre que le langage des poings. Dans la cour, il est le roi. L’enseignante, « Madame « Grosses fesses », ferme les yeux sur son attitude et quand Ferdinand vient se plaindre, elle prétend qu’il affabule,que tout se passe bien, que c’est lui qui n’est pas adapté.

Le petit garçon va finir par en parler à ses parents. Aussitôt, la mère se rend dans la classe de l’enseignante, et elle en ressort rassurée. Pourtant, quand Ferdinand arrive à son tour en classe, la sanction tombe : il doit rester dans la classe pendant la récréation : une drôle de façon de le protéger.

A la cantine, ce n’est pas mieux. Un homme, Roland, est chargé de venir surveiller les lieux. Toujours accompagné de sa bouteille de vin rouge, il passe son temps à crier et à insulter les élèves. Il va même jusqu’à les faire manger dans un cagibi s’ils font trop de bruit (faire tomber un couvert suffit).

Les parents de Ferdinand ne baissent pas les bras : ils contactent l’inspection académique, se tiennent au courant de tout ce qu’il se passe mais ils comprennent rapidement qu’ils ne peuvent rien faire, à part changer leur enfant d’école.

L’enseignante m’a vraiment agacée : elle punit Ferdinand pour rien, met des bonnes notes à tous les élèves pour ne pas être importunée par les adultes, n’ose pas s’en prendre à Eric car elle craint la colère de ses parents, notamment du père qui est violent. Quant à Roland, il devrait savoir qu’il est interdit d’apporter de l’alcool dans une école (je ne comprends pas d’ailleurs ce qu’il fait là, un maire avec un minimum de cerveau ne devrait pas envoyer un homme connu pour son penchant pour la boisson dans une école primaire).

L’histoire de ce roman est intéressante. Elle illustre bien la façon dont un enfant peut devenir, sans raison apparente, un bouc-émissaire et comment un seul élève peut gâcher la scolarité d’un camarade, sous les regards silencieux des autres, soulagés de ne pas être à la place de l’élève harcelé. On comprend à demi-mot qu’Eric ne fait que reproduire le schéma qu’il voit chez lui, j’aurais bien aimé qu’on parle un peu plus de ses parents.

Un roman paru dans la collection « Rester Vivant », aux éditions Le Muscadier : n’hésitez pas à aller y lire les premières pages !

[Cahier d’activités / Les petits] Mes activités avec Pop

cahieractivitespop

Vous connaissez Pop ? Ce petit dinosaure multicolore aux allures de Denver ! Pour être honnête, moi c’était la première fois que je le rencontrais. Mais, quand ma fille l’a vu, elle a hurlé avec tellement de joie « POoooooooooooOOOOooooOOOOoooooooooooooppp », que j’ai compris que dans son domaine, c’était une petite célébrité.

Au programme, 24 pages d’activités variées :

  • Relier un dinosaure à son aliment préféré
  • Trouver dans une double page les Pop identiques
  • Remettre les couleurs de Pop
  • Un jeu des 7 erreurs
  • Coller des autocollants de Pop et ses amis
    20190226_162257.jpg
  • Dessiner un portrait de Pop
  • Tracer les chiffres de 1 à 10
  • Compter jusqu’à 10
  • Tracer des formes en suivant les pointillés
  • Travailler l’alphabet
20190226_162321
Sur cette double page il fallait rajouter les dessins qui n’avaient pas été mis

A la fin, on trouve une page avec les solutions.

Les plus de ce cahier : les activités sont variées et les couleurs sont très attirantes !

A découvrir dès 4 ans, publié par L’école des loisirs !

[Jeunesse] Chère Bertille… et la lune en gruyère, Clémentine Mélois et Rudy Spiessert

 

ookok

Bertille a huit ans et un rêve : aller sur la lune. Comme c’est une petite souris déterminée, elle écrit à M. Pavel, dont l’arrière-arrière-arrière-arrière grand-mère Laïka était une pionnière de l’espace. Mais lui, qui est pâtissier, connaît très bien le gâteau aux myrtilles, pas trop les fusées spatiales. Par contre le petit-fils de sa voisine, Younès, lui est un super bricoleur. Et bientôt, c’est toute la ville qui se prépare au décollage.

Mon avis :

Voici une très belle histoire, pleine de rêves et d’humanité. M. Pavel, descendant de  Laïka (chienne du programme spatial soviétique et premier être vivant mis en orbite autour de la Lune), boulanger qui adore les gâteaux à la myrtille (et qui ne peut s’empêcher d’en manger malgré son régime), Younès, un « spécialiste de la mécanique », Madame Hortense Villanova, chanteuse d’opéra et descendante d’une pionnière de l’espace, Thierry Waddington, le journaliste : tous sont emballés par le projet de Bertille  et répondent présents pour l’aider et la soutenir. Pas un seul ne manquera à l’appel pour le lancement de la fusée, prévu le jour de l’anniversaire de Bertille…

A la fin du roman, Bertille a un nouveau projet : voyager au centre de la Terre avec des amis… ce sera justement le sujet du prochain tomme tome !

L’histoire est vraiment jolie et pleine de naïveté enfantine. Bertille est persuadée que la Lune est en fromage, mais un débat subsiste (est-elle en gruyère ou en emmental ?) Tous les personnages communiquent par lettre, ce qui donne une bonne dynamique au texte. L’humour est présent autant dans le texte que dans les illustrations très réussies de Rudy Spiessert.

Un roman idéal pour les premières lectures, dès 7 ans !

 » Si la Lune est faite en gruyère et que les volcans crachent du feu, ça doit faire du fromage fondu, comme une raclette, non ? « 

 

Un roman paru à l’école des loisirs !

 

 

[Les petits] Le grand livre-jeu pour sauver la planète, Gaëlle Bouttier-Guérive et Gwé

1

L’éditeur :

Un album-jeu animé pour les écolos en herbe !
9 grands jeux pour découvrir les bons gestes du quotidien en s’amusant :
« le grand jeu des animaux », « Vrai ou Faux ? », « À toi de jouer au jardinier écolo », « Choisis les bons produits », « Cherche et trouve comment économiser de l’énergie », « Choisis tes cadeaux écolos préférés », « Quiz : quel écolo es-tu ? »…
A travers des petits gestes du quotidien, chacun peut « sauver  » la planète et devenir un petit héros de l’écologie !
Mon avis :
Quel livre intelligent ! Le temps de plusieurs jeux les enfants apprennent les bons gestes pour ne pas abîmer la planète, tout en apprenant des choses intéressantes.
Tout d’abord, on découpe les quatre pions, ils ont chacun la forme d’un animal (un furet, un loup, un panda et un macareux). Ensuite, au fil des pages, on découvre des jeux divers :
–  deux « cherche et trouve », un sur les habitants de la terre, le second sur comment économiser de l’énergie,
– un jeu de dé dans lequel l’enfant apprend de bon gestes pour la planète (ici les pions entrent en jeu)
2
– un vrai ou faux sur l’environnement
– un « à toi de jouer » dans lequel l’enfant doit réaliser un jardin écolo
– une double page dans laquelle il devra trouver les bons produits à acheter
1
– une autre dans laquelle il doit choisir ses cadeaux préférés !
 – on lui demande de correctement trier les déchets
– enfin, un test pour savoir quel type d’écolo il est !
Un livre à offrir dès 7 ans, aux éditions Nathan, collection Kididoc !

[Jeunesse] Zéphyr et l’usine à rêves, Sylvain Tristan

 

zephyr-grand
« Zéphyr, je possède un super-pouvoir ! me confia un jour papa. Le pouvoir des rêves ! » Il me révéla alors que, normalement, seuls les enfants pouvaient rêver. J’étais émerveillé.

Mais depuis quelque temps, papa ne rêve plus. Il n’’a plus la tête dans les étoiles, il n’’imagine plus de belles histoires, il ne parle plus que du boulot. Maman dit qu’’il a attrapé une maladie de grands. Une maladie qui rend triste et qui glisse des nuages dans la tête. Son âme d’enfant se serait même envolée…. Heureusement, j’’ai la solution ! Il faut que je comprenne comment fonctionnent les rêves pour guérir papa et lui rendre son super-pouvoir. Mais par où commencer ? Comment fabrique-t-on les rêves ?

Mon avis :

Voici un très chouette roman jeunesse que j’ai eu énormément de plaisir à lire.

Le papa de Zéphyr a gardé son âme d’enfant.  Un jour, il annonce à son fils une nouvelle surprenante : il a un super pouvoir… Celui de rêver !

« Le pouvoir des rêves permet d’imaginer et d’inventer les plus incroyables folies ! »

Mais, un beau matin, alors qu’il a reçu à son travail une promotion, tout change. Il perd sa joie de vivre et son travail. Il passe sa journée assis dans le canapé, sous le regard inquiet de sa femme, et de son fils, Zéphyr. La cause ? Il ne rêve plus.

Zéphyr, petit garçon de 9 ans, aimerait aider son père à retrouver ses rêves. Mais comment faire ? Après un séjour à la bibliothèque, Zéphyr se rendra chez un vieil homme qui semble un peu fou Ce dernier, Hantz, surnommé le loup-garou, note toujours tout dans ses cahiers, de peur de ne plus se souvenir de ce qui s’est passé : il a des pertes de mémoire. Quand Zéphyr repart de chez lui, il a entre ses mains la recette pour le cocktail des rêves, dans lequel on trouve notamment des fraises Tagada (miam !).

Cet étrange cocktail permettra à Zéphyr de découvrir un nouveau monde au sein duquel se trouve l’usine à rêves.

« Me voici devant l’usine à rêves. BABOUM, BABOUM, mon cœur frappait fort contre ma poitrine. Et une légère frousse me tiraillait l’estomac. Ben oui, faut se mettre à ma place aussi. Un petit garçon tout seul dans la nuit dans un monde bizarre où vos parents ne se réveillent pas ! Avouez-le, vous auriez la pétoche à ma place ? « 

Il y rencontrera Cassiopée, Sirius et la binocle, responsables de la création des rêves. Or, ces derniers sont de moins en moins présents, les adultes ne rêvent plus, au point que l’usine risque de fermer. Zéphyr arrivera-t-il à les aider ? Pourra-t-il sauver son père ?

J’ai beaucoup aimé ce roman loufoque. On est pris par l’histoire qui a son lot de rebondissements, les illustrations de la talentueuse Zelda Zonk ajoutent une touche de fantaisie. L’écriture est drôle et rafraichissante. Le thème de la dépression est traité avec délicatesse, tout comme la maladie d’Alzheimer dont souffre Monsieur Hantz.

« Hélas, dans la foulée, il avait attrapé une nouvelle maladie. Une maladie qui ne provoque ni fièvre, ni boutons, ni mal de gorge, ni vomissements. Une maladie de grand. Une maladie qui rend malheureux. Papa était devenu aussi triste que la météo. Il avait des nuages dans la tête ! C’étaient les mots de maman. »

Vous pouvez découvrir le premier chapitre ici, sur le site de la maison d’édition Gulf Stream !