[Jeunesse / YA] Le prix de chaque jour, Mireille Disdero

 

CVT_Le-prix-de-chaque-jour_2006

 

Laurie, 16 ans, rentre de vacances avec sa mère. Pendant le trajet, elles ont un accident. Le choc est violent, le résultat aussi : l’adolescente est transférée en urgence à l’hôpital Nord de Marseille. Là, un autre choc l’attend : « Face au miroir… je me suis observée.… Tout semblait normal, le nez, les yeux, un bandage léger.… Mais quand j’’ai souri à mon reflet, avant de retourner dans la chambre, il m’’a renvoyé la moitié de moi-même seulement… qui souriait. »

Laurie va-t-elle se laisser submerger ou, au contraire, se battre pour guérir et sourire à nouveau en entier ? Son amie Claudia et son copain Fred, amoureux d’elle depuis l’’enfance, ainsi qu’’une vieille dame seule au monde, vont l’aider dans son combat, chacun à sa façon.

Mon avis :

Comment réagirions-nous en réalisant qu’une partie de notre visage est devenue immobile ? Que notre sourire n’est qu’une moitié de lèvres qui se hissent ? Comment se reconstruire ? D’ailleurs, le veut-on vraiment ? Voici une série de questions auxquelles Laurie va devoir répondre, alors qu’elle s’en serait bien passée.

Laurie est en vacances avec sa mère. Le mauvais temps étant de la partie, elles décident de rentrer plus tôt que prévu : une bonne nouvelle pour Laurie, puisqu’elle pourra ainsi revoir un jeune garçon qui l’a prévenue : il ne l’attendra pas éternellement.

Emmenée aux urgences, elle ne doit pas seulement faire face à ce défigurement suite à l’opération : sa mère a été transférée dans un autre hôpital. Heureusement, elle a du soutien autour d’elle : le personnel de l’hôpital, mais aussi Claudia et Fred, qui organisent même pour elle des fugues nocturnes, et une autre patiente

Un jour, on lui apprend que la partie fixe de son visage risque de s’affaisser, puisqu’elle n’est plus musclée. S’offre alors à elle un choix : accepter la chirurgie esthétique ou rester dans cet état, en espérant secrètement que les muscles de son visage finissent par se réveiller.

Dans sa chambre d’hôpital, l’adolescente aura le temps de réfléchir à sa vie et à ses choix.

Un beau roman sur la reconstruction.

Une publication parue au Muscadier, collection Rester Vivant !

Autre roman chroniqué de l’autrice :

[Jeunesse / ado] Orient extrême, Mireille Disdero

[Jeunesse] Vol 508, Pascale Perrier

image

Lima, 24 décembre 1971.

Juliane, 17 ans, et sa mère, viennent de décoller. Mais l’avion est pris dans un orage tropical et s’écrase dans la forêt péruvienne. Juliane se réveille attachée à son siège d’avion. Elle semble être la seule rescapée. Malgré ses blessures, la jeune fille erre à travers la jungle en attendant les secours. Mais comment survivre piégée dans cette forêt équatoriale hostile alors que l’épuisement et le désespoir la gagnent ?

Mon avis :

Voici un roman qui s’avale vite et qui plaira aux adolescents. Juliane se réveille assise sur un siège d’avion, enfoncé dans le sol. Personne autour d’elle. Elle se sent faible, une douleur lancinante lui arrache la tête. Régulièrement, elle perd connaissance. Petit à petit, elle se souvient ce qu’il s’est passé : l’avion, le retard, les turbulences, la chute, le bruit du vent, les arbres. Le noir.

Elle va réussir à se détacher du siège et à tenter d’explorer l’endroit où elle se trouve. Petit handicap : elle a perdu ses lunettes et voit flou, ce qui ne l’aide pas. Elle cherche sa mère qui était assise à côté d’elle dans l’avion. Elle comprend rapidement qu’elle devra mettre en pratique les conseils de son père pour réussir à survivre quelques jours en attendant qu’on vienne la sauver, si quelqu’un vient.

Le texte est très bien écrit. On suit les errances de Juliane, on sent son angoisse et parfois son désespoir, retranscrit aussi par la mise en page du texte lors des moments les plus difficiles. Comme Juliane, on cherche des indices prouvant que d’autres personnes ont survécu.

Un joli roman, prenant, issu d’une histoire vraie, à découvrir aux éditions Oskar.

Handicap … Le défi d’être Miss

Handicap_Couv

Présentation de l’éditeur :

L’histoire de Laura, jeune mannequin victime d’un accident de voiture qui la laisse paraplégique, est une histoire de vie, de glamour, de larmes et de séduction. Et cela fait un bien fou !
Après son accident, Laura devient Laurana, une jeune femme courageuse dans l’acceptation de son handicap, pleine d’humour et de charme. Son nouveau combat : se battre pour changer les mentalités sur le handicap.
De ses débuts dans le mannequinat à la terrible nuit de l’accident, l’hôpital, la rééducation, l’insensibilité du conducteur responsable, le procès, sa médiatisation, ce témoignage hors du commun permet de suivre et de partager pas à pas le combat de cette magnifique jeune fille pour faire tomber les préjugés sur les handicapés.
Elle nous dévoile également l’envers du décor d’un concours de miss.
Laura est, entre autres, la première candidate en fauteuil à une élection de beauté pour valides et revendique l’égalité et la mixité entre les valides et les non-valides. Elle se bat contre l’exclusion de la différence.
On vous le dit : c’est une Miss extraordinaire qui se livre ici !

Mon avis :

Ce n’est pas un roman que je vous présente cette fois-ci, mais un témoignage plutôt touchant de Laura, une jeune femme, mannequin, devenue paraplégique suite à un accident de voiture. Ce n’est pas elle qui écrit mais Cindy, sa sœur. Si je craignais une histoire plombante qui tombe dans le pathos ou le simple voyeurisme, ce n’est pas absolument pas le cas.

J’ai été agacée les premières pages, à cause d’une overdose de signes de ponctuation (rien que huit points d’exclamation en deux pages au début du premier chapitre), et quelques répétitions aussi. Mais, rapidement, tout ça a disparu, et j’ai été complètement absorbée par l’histoire.

Laura nous est donc présentée par sa sœur, mais, elle veut garder un point de vue objectif, autant que possible :

« Si je l’écris, c’est que cet accident, j’avais besoin de le digérer : Laura était là dans toutes mes pensées. Écrire seulement sur son accident m’aurait soulagée, aurait apaisé mes peines, libéré mes colères et même mon esprit; s’apitoyer sur son sort, ce n’est absolument pas elle. Décrire sa paraplégie n’aurait consisté qu’en une fade imitation de ceux qui, paraplégiques, écrivent leurs propres ressentis … Je devais écrire ce que je voyais, ce qui me coupait le souffle … »

Elle nous raconte l’accident, les conséquences, mais aussi la volonté rapidement marquée par sa sœur de vouloir s’en sortir et de ne pas être juste un corps dans un fauteuil. Elle décidera même de participer, après avoir été poussée par son entourage, à l’élection de la Reine du Muguet, élection à laquelle elle avait déjà participé pour s’amuser, avant l’accident. L’auteure nous raconte les difficultés que sa sœur a rencontrées, comme le choix de la robe ou encore des chaussures. Et puis, le regard des autres, ce qui se dit, ce qui se murmure, ce qui se lit. Et le procès, celui du chauffeur de la voiture, qui roulait bien trop vite et qui semble être victime d’amnésie ce jour-là. Lui n’a rien. Seule Laura sera touchée véritablement, Laura, cette seule jeune femme qui ce soir-là avait attaché sa ceinture de sécurité, qui ne devait pas être dans cette voiture avec les cinq autres jeunes, qui portait Julie sur ses genoux après avoir changé de place. Et comment ne pas penser : si je n’avais pas changé de place, si j’étais allée dans une autre voiture, si … Mais, les « si » ne font pas avancer l’histoire et ça, les deux sœurs l’ont bien compris. Alors Laura va de l’avant, ne reste pas enfermée chez elle, a des projets.Elle doit se reconstruire, autrement.

Malgré des moments à vide (comment pourrait-il en être autrement ? ) je la trouve d’une force assez incroyable, voire admirable. Parce qu’être en fauteuil, ce n’est pas cessé de vivre, qu’on ne se fond pas dans l’objet, que ces roues sont là pour soutenir un corps, et c’est corps qui est important. Mais encore faut-il ne pas l’oublier, le rappeler.

Et il y a Cindy, Cindy qui était enceinte de six mois au moment de l’accident de sa soeur. Elle écrivait ce qu’elle ressentait alors, ce qu’il se passait : elle avait donc de la matière quand sa soeur lui a demandé d’écrire un livre sur son histoire !

Livre témoignage, livre d’espoirs, c’est aussi un livre d’amour. On ressent les émotions, on a l’impression de vivre les choses en même temps que les deux sœurs. On est touché, agacé, amusé par le caractère de Laura.

Merci pour ce précieux témoignage.

Vous pouvez soutenir Laura sur la page facebook et retrouver le livre sur le site des éditions la boîte à pandore !