Jeunesse / YA] Juliette et Roméo, Yves-Marie Clément

 

julietteetroméo

Guyane 1916. Juliette, 16 ans, est fiancée à un homme de quinze ans son aîné qu’elle n’aime pas. Roméo est un bagnard de 22 ans qui cherche à retrouver la jeune métisse dont il s’est épris. Juliette et Roméo ne se connaissent pas, tout les sépare. Pourtant, le soir de la fête pour annoncer le mariage de l’adolescente, un seul regard suffit à faire naître les sentiments entre les deux jeunes gens… Dès lors, ils n’auront de cesse que de se retrouver. Leur amour parviendra-t-il à les réunir ?

Yves-Marie Clément nous livre ici une réécriture détonnante du Roméo et Juliette de Shakespeare, dans un décor au délicieux goût d’exotisme.

Mon avis :

Tout le monde connait le roman de Shakespeare, Roméo et Juliette, ou tout au moins l’histoire d’amour tragique qui aura uni ces deux amants qui ont eu le malheur de naitre dans deux familles ennemies.

Se frotter à ce classique pour une adaptation est risqué : l’histoire est déjà tellement belle, puissante, elle transmet  un message fort… Mais, cela n’a pas effrayé Yves-Marie Clément, auteur jeunesse connu et reconnu, qui s’est même payé le luxe de transposer l’histoire en Guyane, du côté du bagne, sous fond de premier guerre mondiale.

Et alors ? Réussite ou échec ?

Réussite, ma chère / mon cher !

Entre les deux personnages, c’est tout de suite le coup de foudre. Pourtant, à première vue, ils n’ont pas grand chose en commun : Juliette est fiancée à un officier, Rodolphe, parti à la guerre mais, surtout, c’est la fille du commandant du bagne, tandis que Roméo en est l’un des prisonniers…

Rapidement, ils n’auront qu’une obsession : se retrouver pour vivre leur amour…

L’histoire est aussi écrite en actes, et on attend le dénouement avec impatience, avec une question, tout au long des pages, à laquelle on essaie de répondre : leur destin sera-t-il aussi tragique que celui des personnages originels ?

Un roman qui pourrait être une bonne lecture cursive en 4ème ou en 3ème !

A découvrir aux éditions Le Muscadier !

 

 

 

 

 

 

D’autres romans de l’auteur :

[Jeunesse] Le réveil de Zagapoï, Yves-Marie Clément

[Jeunesse]La peau noire des anges, Yves-Marie Clément

[Jeunesse] Moins que rien, Yves-Marie Clément

[BD] Notre-dame de Paris, Victor Hugo : Claude Carré et Jean-Marie Michaud

C’est la deuxième BD que je lis dans la série des « incontournables de la littérature en BD », chez Glénat. En effet, je vous avais parlé, il y a quelques semaines de l’adaptation du Livre de la jungle, de Kipling.

J’avais aimé lire cette première BD, même si je n’avais pas été complètement conquise, ici, c’est la même chose. Si l’histoire reste globalement la même (on retrouve bien Quasimodo, Esméralda et sa chèvre, Phoebus, etc … ), je la trouve difficile à lire et à comprendre. On passe parfois d’un moment à un autre de l’histoire sans transition, je me suis surprise plusieurs fois à regarder si je n’avais pas sauté une page, ou s’il n’en manquait pas une …

On retrouve une nouvelle fois, à la fin, un dossier pédagogique plutôt bien fait pour rappeler quelques éléments importants : la vie de Victor Hugo, le roman Notre-dame de Paris, et la présentation de la France au XVème siècle.

Les dessins sont de Jean-Marie Michaud. Je n’y suis pas très réceptive, je trouve les expressions trop sèches. Capture

C’est la BD de la semaine et ça se passe chez ici !

la bd de la semaine

[BD] Le livre de la jungle, Rudyard Kipling

Cette BD fait partie de la collection « les incontournables de la littérature en BD », leur but est de faire découvrir les plus grandes œuvres de la littérature mondiale à travers la bande dessinée.  C’est la première de la collection que je découvre, j’avais envie de voir ce que ça donnait. Pourquoi celle-là ? C’est simplement la première que j’ai trouvée au CDI ;). Elle est parue en avril 2010.

L’adaptation est de Djian, les dessins de Tieko et les couleurs de Catherine Moreau. L’histoire est assez fidèle au livre, plus qu’au dessin animé, ce qui n’est pas pour me déplaire. La BD est moins « univers de disney »  (tout le monde est beau, tout le monde est gentil), et montre plus les difficultés et la violence de la jungle.

Question illustration, je m’attendais à trouver un Mowgli avec des traits plus enfantins, plus lisses. Là, c’est bien un homme qu’on voit, avec un visage aux traits durs, qui correspond mieux à un enfant qui grandit dans la jungle …

20150512_154916

Ce qui a pu me déranger : il n’y a parfois pas de liens directs entre l’illustration et les bulles …

A la fin, on trouve un dossier pédagogique dans lequel on peut lire une biographie de l’auteur, des commentaires sur ses oeuvres, des précisions sur la vie économique et sociale de l’époque (la vie en Inde, sa structure politique au XIXème siècle, les castes …). C’est intéressant et honnêtement, ça m’a fait une bonne dose de rappel.

En tout cas j’ai bien envie de découvrir d’autres adaptations de cette collection !

C’est la BD de la semaine et ça se passe chez Stephie !

la bd de la semaine

[Cinéma] Dark Places

Cette semaine sort Dark Places, une nouvelle adaptation d’un livre de Gillian Flynn, les lieux sombres. C’est la deuxième adaptation de l’auteure dont je vous parle ici, je vous rappelle que la première était le film Gone Girl, une adaptation du livre Les apparences.

C’est un livre que j’ai lu il y a quelques semaines mais que je n’ai pas eu le temps de chroniquer (ou alors, je ne retrouve plus la chronique sur le blog ^^). Je me souviens l’avoir beaucoup aimé, et dévoré, comme Les apparences, le livre qui m’a fait découvrir Gillian Flynn.


Synopsis :

1985. Libby Day a huit ans lorsqu’elle assiste au meurtre de sa mère et de ses sœurs dans la ferme familiale. Son témoignage accablant désigne son frère Ben, alors âgé de seize ans, comme le meurtrier.
30 ans plus tard, un groupe d’enquêteurs amateurs appelé le Kill Club convainc Libby de se replonger dans le souvenir de cette nuit cauchemardesque.
De nouvelles vérités vont émerger, remettant en cause son témoignage clé dans la condamnation de son frère.


La bande-annonce :


C’est Charlize Theron qui joue le rôle de Libby Day !

Et vous, l’avez-vous lu ? Le film vous tente ?

Conception, Chase Novak

Conception

Alex et Leslie Twisden mènent une vie radieuse : jobs en or, luxueux hôtel particulier en plein Manhattan, et mariage passionnel. Ce qui leur manque en revanche, c’est un enfant, et, après l’échec d’innombrables traitements, leur désir de progéniture vire à l’obsession. Dans une dernière tentative désespérée, Alex et Leslie se rendent en Slovénie afin d’essayer une procédure médicale très particulière. Et là, c’est le miracle. Dix ans plus tard, couvés et dorlotés mais vivant dans une maison habitée par des secrets, Alice et Adam, les jumeaux Twisden, se retrouvent chaque soir enfermés dans leur chambre, tandis que des bruits de plus en plus perturbants proviennent de celle de leurs parents. Un jour, ils décident de chercher à comprendre la vraie nature de ceux qui les élèvent. Leur découverte aura de quoi les épouvanter.


Mon avis :

J’ai adoré ce livre quand je l’ai commencé : c’est original, drôle, très prometteur. La narrateur intervient beaucoup ce qui offre une touche de complicité avec le lecteur et j’aime beaucoup ça (je vous ai mis un extrait du livre à la fin de la chronique).

Alex et Leslie ont donc une vie presque parfaite : il leur manque un ou plusieurs enfants afin de former une famille complète. Ils testent tout ce qu’ils peuvent, ils en ont les moyens, mais sans une once de résultats. Alors que Leslie voulait baisser les bras, Alex a peut-être trouvé la solution à leur problème : Leslie accepte de le suivre en Slovénie pour une dernière tentative. Ce sera la bonne, mais ce n’est peut-être pas exactement ce à quoi ils s’attendaient … et la vie des jumeaux ne sera pas  un long fleuve tranquille …

Arrivée à une centaine de pages du livre, j’avais l’impression d’avoir déjà tout lu à cause de la quatrième de couverture. J’imaginais que la suite n’allait être que répétitions et que l’ennui allait me submerger … mais non. Si à ce moment-là le livre souffre de quelques longueurs, la suite est plus dynamique et mêle allègrement situations comiques et sanglantes. C’est un livre tout en dualité avec un côté sérieux, grave, réaliste et un autre plus fantastique. Un univers d’horreur face à un monde de rire et de dérision. Un mélange mordant parfait pour vous donner envie de le finir, jusqu’à la dernière page !

Ce livre est sorti début janvier aux éditions Préludes. Et on raconte qu’il serait adapté au cinéma bientôt par Summit, le producteur de Twilight ...


« Qu’importe si elle l’aime, qu’importe s’il l’aime (elle en est certaine), qu’importe si elle a presque trente ans (d’accord : vingt-huit), et un excellent job (d’accord : pas mauvais) dans une grande maison d’édition new-yorkaise (d’accord : en développement) le fait qu’elle ait dix-huit ans de moins qu’Alex, qu’il soit riche, sans enfants et probablement (d’accord : absolument) en quête d’un héritier a fait de Leslie une épouse potiche, ce qui, dans le jargon des riches de Manhattan, suggère qu’elle pratique une forme haut de gamme et socialement admise de prostitution »

[Cinéma] White Bird, Gregg Araki

WB

White Bird est sorti au cinéma hier. C’est un film réalisé par Gregg Araki (Kaboom, Mysterious Skin), adapté d’un roman de Laura Kasischke paru en 2012 Un oiseau blanc dans le blizzard, actuellement disponible au format poche  :

Un oiseau blanc dans le blizzard

Nous sommes au début des années 80, fin des années 90. Kat Connors est une adolescente de 17 ans quand, un jour, sa mère disparait sans laisser de trace. Kat, plutôt préoccupée par sa sexualité, ne semble pas en être affectée  tout comme son père. Mais cela ne durera qu’un temps : bientôt, les souvenirs de sa mère vont la hanter et elle ne cessera de s’interroger sur cette étrange disparition.


La musique est très présente dans ce film, et vous pouvez retrouver la playlist de Gregg Araki (avec un tas de petits bijoux musicaux, ce qui correspond bien à l’époque !) ici.


Le film est en compétition officielle au Festival de Deauville 2014!


Casting :

Shailene Woodley dans le rôle de l’adolescente Kat Connors

Eva Green joue la mère de l’adolescente : Eve Connors

Christopher Meloni le rôle du père : Brock Connors


Un film que j’ai très envie de voir. Et vous ?

[Film] Gone girl

GG

Aujourd’hui sort au cinéma Gone Girl, une adaptation du livre Les apparences de Gillian Flynn (dont vous pouvez retrouver la chronique ici). Le film est réalisé par David Fincher. On retrouve Ben Affleck dans le rôle de Nick et Rosamund Pink dans le rôle d’Amy.


La bande-annonce :


Synopsis : A l’occasion de son cinquième anniversaire de mariage, Nick Dunne signale la disparition de sa femme, Amy. Sous la pression de la police et l’affolement des médias, l’image du couple modèle commence à s’effriter. Très vite, les mensonges de Nick et son étrange comportement amènent tout le monde à se poser la même question : a-t-il tué sa femme ?


J’avais adoré ce livre, je me souviens que je ne pouvais pas le quitter, tant je voulais connaitre le fin mot de l’histoire. Dans le livre, les voix s’alternent : on passe de celle de Nick à celle d’Amy, via un journal. Je suis assez curieuse de voir comment cela a été reproduit, mais aussi de voir si le rythme est conservé et si les rebondissements sont bien amenés. J’ai hâte de retrouver la tension psychologique qui nous submergeait dans le livre.

Les critiques sont très bonnes dans l’ensemble. Et vous, ça vous dit ?


Quelques informations :

Les apparences est paru en 2012 aux éditions Sonatine. Il a reçu le grand prix des lectrice Elle, dans la catégorie des romans policiers.

Un autre livre de Gillian Flynn devrait être adapté au cinéma : Les lieux sombres.

Grâce à Gone Girl, David Fincher réalise son meilleur démarrage avec 38 millions de dollars de recettes.

On retrouve dans le film Neil Patrick Harris, l’acteur qui joue le rôle de Barney dans la série How i met your mother. Il joue le rôle de Desi Collings.