[Jeunesse – Sainte Beuve 2018] Ma mère, le crabe et moi, Anne Percin

CVT_Ma-Mere-le-Crabe-et-Moi_6516.jpeg

J’aurais préféré que ma mère me dise : « Tu sais, je crève de trouille et je ne peux rien te promettre. » Ou bien qu’elle pleure franchement, à gros bouillons. Oui, qu’elle pleure !
Au lieu d’afficher ce sourire de façade. Le sourire « tout-va-bien-je-gère ». J’aurais voulu qu’elle crie, qu’elle hurle, qu’elle se roule par terre en tapant des pieds,
qu’elle fasse un truc pas calculé du tout, un truc qu’on ne voit pas dans les séries françaises à la télé, un truc pas bien élevé, pas conseillé par le guide J’élève mon ado toute seule, au chapitre « Comment lui annoncer votre cancer ?  »

Entre rires et larmes, Tania nous raconte six mois de complicité avec sa mère malade, mais aussi les nouveaux défis qu’elle s’est lancés : devenir championne de cross… et tomber amoureuse.

Mon avis :

Vous avez peut-être déjà entendu parler de ce roman, et c’est une très bonne chose qu’il soit présent dans la sélection Sainte-Beuve. Le cancer, quand on est adolescent, c’est quelque chose de très abstrait, comme la maladie en général et plus encore la mort.

Tania se moque de sa mère au début du roman. Cette dernière donne sur son blog l’image d’une femme heureuse, excellente cuisinière, avec une famille parfaite. Sauf qu’en réalité son mari l’a quittée, ses talents de cuisinière sont encore à démontrer, et elle vit seule avec sa fille. Pourquoi alors se plait-elle à présenter une autre vie ? Tania ne le comprend pas. Elle aussi, elle a un blog, mais il n’a rien à voir avec celui de sa mère. Elle y poste des photos de loup-garou, de vampires et d’autres créatures, et des poèmes tristes.

Un soir, alors que sa mère rentre anormalement tard, Tania décide d’aller lire l’historique de l’ordinateur : elle avait vu peu de temps avant que sa mère était restée longuement sur internet, mais pas sur son blog. Et là, elle comprend aussitôt : sa mère a un cancer, un cancer du sein.

A partir de ce moment, Tania voit les choses différemment. Elle se pose des questions sur le corps de sa mère, sur le sien, sur les causes de la venue d’un cancer dans l’un des seins de sa mère. Une situation injuste. Sa mère devra se faire retirer le sein et suivre une chimiothérapie. Si au début cette dernière semble tenir le coup, rapidement son état se dégradera (fatigue, perte des cheveux, etc…). Tout ça mettra Tania dans un état d’angoisse important. Elle trouvera une solution plutôt étonnante et intelligente pour faire de sa souffrance une force.

Anne Percin réussit avec brio à se coller dans la peau d’une  adolescente (franc-parler et langage familier) et à retranscrire ses émotions (peur, incompréhension, mais aussi l’amour qu’elle porte à sa mère). Tout ne se résume pas au cancer, on suit aussi la vie de Tania, notamment au collège, son rapport avec les autres (les garçons, ses amies) mais aussi les relations avec son père et sa nouvelle compagne. Le ton reste positif et plein d’espoir, aucune dramatisation.

Le roman d’Anne Percin est partenaire de la campagne officielle de sensibilisation de l’Association «Le Cancer du Sein, Parlons-en !». Cette opération a lieu tous les ans en octobre, son symbole officiel est le ruban rose (information sur le dépistage précoce, soutien de la recherche contre le cancer du sein). http://www.cancerdusein.org/

Retrouver le roman sur le site de la maison d’édition Le Rouergue !

Pour en savoir plus sur le prix Sainte-Beuve, c’est là !

Publicités

La petite herboristerie de Montmartre, Donatella Rizzati

Donatella-Rizzati-La-petite-herboristerie-de-Montmartre-240x371

Paris, novembre 2004.

Viola Consalvi passe pour la première fois la porte d’une herboristerie tout près de la rue Lepic, à Montmartre. Pour cette passionnée de naturopathie, la découverte de ce lieu hors du temps est un véritable coup de foudre. Au contact de cet endroit magique et de sa propriétaire, Gisèle, la jeune étudiante est confortée dans son choix d’étudier la médecine alternative, choix que n’a hélas pas accepté sa famille. Son diplôme en poche, Viola retourne à Rome et rencontre l’amour en la personne de Michel. S’ensuivent six ans de bonheur, qui volent en éclat quand Michel décède brutalement d’un arrêt cardiaque. Bouleversée, anéantie, Viola se sent basculer. Au plus fort de la tourmente, une idée lui traverse soudain l’esprit : et si elle retournait à Paris, là où tout a commencé ?

Mon avis :

Voici une lecture dont je me souviendrai longtemps.

Viola, jeune trentenaire italienne, est dévastée quand elle perd son grand amour, Michel. Leur amour était profond et sincère. Alors on suit son deuil, sans larmoiements inutiles, mais avec une tendre émotion.

Pour faire ce dernier, Viola ressent le besoin de retourner à Paris où elle a fait ses études de naturopathe. Elle se rend chez Gisèle, la gérante d’une jolie boutique traditionnelle d’herboristerie, qui est devenue son amie. Petit à petit, elle se concentrera à nouveau sur la naturopathie mais aussi le reiki (une technique de placement des mains qui vise à remettre en contact l’énergie universelle et notre force vitale)  et l’iridologie (étude de l’iris), la spécialité de son défunt époux.

Au fil du texte, des fiches récapitulatives présentent des recettes (infusions, etc) ou encore les bienfaits d’une plante : un plus qui plaira à celles et ceux qui seraient tentés par les bienfaits des produits naturels.

Mais le deuil ne sera pas le seul obstacle qu’elle devra surmonter. Et c’est là l’un des points forts de ce roman complexe. Il est fidèle à la vie, rien ne se résout d’un coup de baguette magique. D’autres personnages sont aussi attachants, notamment Gisèle pour laquelle tout n’est pas facile non plus, et j’ai eu un coup de cœur en particulier pour la pétillante Camille.

C’est un texte bourré d’émotions, avec des mots qui sonnent juste, une écriture fluide et poétique. J’ai passé des moments merveilleux en compagnie de Viola, Gisèle, mais aussi Sophie, Camille et Romain. Un coup de maitre pour un premier roman !

Retrouvez le roman sur le site des éditions Charleston !

 

 

Celui d’après, Jessica Cymerman

Présentation :

Jean et Anna, c’est le couple que tout le monde envie. Jeunes, beaux, follement amoureux, tout leur réussit. Le mariage est prévu, la route est tracée.

Mais Jean meurt dans un accident. La vie de la jeune femme s’effondre. Les mois passent, le deuil se fait, petit à petit. Alors Anna décide qu’il faut qu’elle aille de l’avant. Et elle veut trouver l’homme parfait.

Mais l’homme parfait, c’était Jean, et Jean, elle l’a perdu. Alors elle se met en tête de trouver son parfait sosie. Et quand elle rencontre Frédéric, sa vie va changer…

Le premier roman de la célèbre blogueuse Serial Mother !

Mon avis :

Le roman s’ouvre sur la mort de Jean et la souffrance d’Anna. Le couple devait se marier un mois plus tard mais le destin en a décidé autrement : Jean s’est tué en voulant trouver les plus belles roses blanches pour celle qu’il aimait (il a chuté dans des escaliers). Ces premières pages sont belles et touchantes. Pas de larmoiements insupportables.

Puis, au bout d’un temps, Anna comprend qu’il est temps de passer à autre chose. Elle doit faire de nouvelles rencontres. Une nouvelle rencontre même : elle veut trouver un nouveau Jean. Plutôt étrange, non ? En tout cas, elle ne va pas lésiner sur les efforts et trouvera tout un tas de façon pour mettre son plan à exécution : sorties, rencontres virtuelles et d’autres choses encore, que je vous laisse la surprise de découvrir. De fil en aiguille, elle rencontre Frédéric. Elle voudrait qu’il soit Jean. Qu’il porte les chaussettes vertes de Jean. Qu’il récite les mêmes phrases que Jean. Mais dans cette histoire, où se trouve la vérité ? Jusqu’où peut-on aller pour faire taire sa peine ? A partir de quel moment acceptons-nous de regarder la vérité en face ?

J’ai beaucoup aimé ce roman. La première partie de l’histoire est classique, mais la suite vraiment originale. Anna part avec une idée que je trouve fantasque, mais vraiment touchante puisqu’elle lui est encore dictée par l’amour qu’elle ressent pour Jean. Elle donne l’impression de ne pas vouloir avancer, inquiète ses parents et son entourage. Mais, si elle donne uniquement l’impression de survivre, son cheminement l’amène bien à une chose : reprendre le goût à la vie.

Un roman qui trouvera sa place dans votre sac cet été !

D’autres romans aux éditions Charleston :

Clarisse Sabard, La plage de la mariée

Constance, Rosie Thomas

 

Constance, Rosie Thomas

 

Très loin de son Angleterre natale – et d’un chagrin d’amour auquel elle ne pourra jamais vraiment échapper –, Connie (Constance) s’est créé une nouvelle vie à Bali, dans un endroit idyllique à la végétation luxuriante. Mais lorsqu’elle reçoit un appel de sa sœur Jeannette, mourante, elle se doit de retourner à Londres. Pourtant les sentiments qui les lient ne sont pas des plus simples. L’une était ténébreuse, l’autre, un véritable soleil. Jusqu’à ce qu’elles tombent amoureuses du même homme… Avec l’amertume de la trahison entre elles, les deux sœurs doivent apprendre à se pardonner. Pourront-elles retrouver les liens partagés lors de leur enfance et dépasser les mensonges ?

Mon avis :

Le livre s’ouvre sur un triste fait divers passé : alors que deux jeunes se promènent dans la rue, le soir, ils sont interpellés par d’étranges sanglots. Il ne faut pas longtemps pour que la jeune femme comprenne d’où ils proviennent : ce sont les pleurs d’un bébé, abandonné dans un buisson. L’intrigue est posée et le narrateur reprend le cours de l’histoire.

Constance est une anglaise qui vit à Bali depuis quelques années. On découvre progressivement sa vie. Elle a une sœur sourde, Jeannette, qui est mourante. Quand elle l’apprend, Constance se précipite aussitôt chez cette dernière, malgré leur rapport compliqué. En effet, l’amour n’a pas toujours au centre de leur relation. Et, surtout, Jeannette est mariée à un homme qui n’a jamais laissé Constance indifférente : Bill.Puis, il y a aussi une histoire secondaire entre Roxanna, une étrangère au caractère bien trempé, qui rêve de devenir une vraie anglaise, et Noah, le fils de Bill. Une seconde histoire sympathique, que j’ai commencé à apprécier quand un lien s’est créé entre Constance et Roxanna.

L’histoire est narrée tout en douceur. On s’attache progressivement aux personnages, on s’imprègne de leurs histoires, on fait les liens entre eux, avec le prologue aussi.

J’ai beaucoup aimé le personnage de Constance, une femme forte et fragile, bien différente je trouve des héroïnes habituelles, peut-être à cause de son passé qui l’a faite grandir et murir autrement. J’ai aimé les analepses qui posent les bases de sa relation avec Bill, et qui donne une idée des rapports qu’elle entretenait aussi avec sa sœur.

Autre point fort de ce livre  : les descriptions. J’ai adoré les paysages de Bali, j’avais l’impression de pouvoir en sentir les odeurs, d’en visualiser les couleurs.

En résumé : un roman fort, tendre, aux thèmes variés (l’amour, la maladie, le deuil, le courage, la différence, l’oubli…), avec des personnages forts et attachants. Un roman sur la vie.

Retrouvez le roman sur le site de la maison d’édition Charleston !

D’autres romans publiés chez Charleston :

Tu peux toujours courir, Valérie Chevalier

La plage de la mariée, Clarisse Sabard

Les lettres de Rose, Clarisse Sabard

La belle italienne, Lucinda Riley

 

Le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie, Virginie Grimaldi

index

Présentation :

« Je ne t’aime plus. »
Il aura suffi de cinq mots pour que l’univers de Pauline bascule. Installée avec son fils de quatre ans chez ses parents, elle laisse les jours s’écouler en attendant que la douleur s’estompe. Jusqu’au jour où elle décide de reprendre sa vie en main.
Si les sentiments de Ben se sont évanouis, il suffit de les ranimer.
Chaque jour, elle va donc lui écrire un souvenir de leur histoire. Mais cette plongée dans le passé peut faire resurgir les secrets les plus enfouis.
Avec une extrême sensibilité et beaucoup d’humour, Virginie Grimaldi parvient à faire revivre des instantanés de vie et d’amour et nous fait passer du rire aux larmes. Une histoire universelle.

Mon avis :

En ce moment, j’ai la chance de tomber que sur de très bons livres comme le dernier roman d’Amélie Antoine, ou encore le second roman de Clarisse Sabard, La plage de la mariée.

J’avais déjà beaucoup aimé les précédents romans de Virginie Grimaldi  (Le premier jour du reste de ma vie et Tu comprendras quand tu seras plus grande). Pour moi, l’attente était grande ! Ce qui n’a pas empêché l’auteure de me surprendre : j’ai rarement été aussi émue à la lecture d’un livre, ni autant pleuré.

Ce roman est une pure merveille. Virginie Grimaldi plante le décor et, l’air de rien, on se retrouve absorbé par l’histoire. Combien sommes-nous à nous retrouver dans un comportement, dans une parole ? Elle dresse avec brio le portrait de femmes qui nous ressemblent, qui cherchent leurs forces, pansent leurs blessures. Le talent de l’auteure n’est plus à démontrer. Aucune longueur dans ce roman, mais un suspens qui nous tient en haleine, et une fin qui ne déçoit pas.

Que dire de plus ? J’ai été bouleversée et séduite.

Un roman vrai, sincère et touchant, aux couleurs de l’auteure. Une pure réussite.

 

[Jeunesse / YA] Fani, Christophe Léon

Présentation :

Bac en poche, Fani, 17 ans, « monte » à Paris pour poursuive des études supérieures. À la recherche d’un petit boulot pour payer sa colocation, elle rencontre Flore, une vieille dame aisée. Fani sera sa mamy-sitter du samedi. Jusqu’au jour où tout bascule…

Mon avis :

Entre Fani (joli prénom, non ? :p) et Flore, le coup de foudre n’est pas tout de suite au rendez-vous. Il faut dire que Fani n’avait pas prévu d’être appelée par une grand-mère quand elle a déposé, un beau matin, une annonce à la boulangerie de son village pour proposer ses services en tant que baby-sitter.

La première rencontre n’a pas été une franche réussite. La seule envie de Fani était de fuir les lieux, alors que Flore était persuadée d’avoir rencontré la personne idéale. Et, surtout, Fani n’a pas tout de suite compris ce qu’elle faisait là : où étaient les enfants ? Finalement, Flore lui avouera la raison de son appel : elle aimerait que Fani passe les samedis en sa compagnie, en échange d’une rémunération plutôt encourageante : 250 euros par samedi. Si le besoin d’argent pousse Fani à vouloir accepter l’offre, l’idée de se coltiner toute une journée une vieille dame ne la fait pas rêver. Flore parviendra finalement à la convaincre.

Flore est une grand-mère solitaire, qui souffre de l’absence de sa famille.

Fani est une jeune adolescente mal dans sa peau, qui préfère se camoufler que d’être dans la lumière, qui se laisse porter par sa vie.

Ces samedis transformeront les deux femmes, surtout Fani, bien plus qu’elle n’aurait pu l’imaginer. Et pas seulement à cause de Flore. Une rencontre bouleversera la routine qui s’est installée entre les deux femmes : Simon, le fils de Flore.

Au programme : de l’amour, de l’amitié, des rencontres, de la manipulation, le regard de l’autre… J’ai aimé ce livre, lu en deux soirées. L’histoire est intéressante et crédible, les personnages attachants. J’ai aimé l’évolution de ces derniers, j’ai eu peur pour Flore, puis pour Fani. L’histoire a pris au cours de la lecture une direction à laquelle je ne m’attendais pas, et je n’ai pu lâcher le livre avant de savoir comment allaient Fani et Flore. Une belle réussite !

Seul bémol (je chipote) : je me suis emmêlée les pinceaux au début en lisant le nom de « Françoise Duvauchelle », alors qu’avant et après le narrateur ne parle que de « Fani », à quelques exceptions près. Si on comprend qu’elles ne sont qu’une seule et même personne et que Fani est le surnom du personnage, surnom donné par son père, je n’ai pas compris l’intérêt de ne pas appeler tout simplement le personnage « Fani », mais j’ai dû louper un truc.

D’autres romans de Christophe Léon :

[Jeunesse / YA] Des cailloux à ma fenêtre, Jessie Magana

[Jeunesse / JA] Hoax, Christophe Léon

D’autres romans publiés aux éditions Oskar :

[Jeunesse] Ils veulent tuer Henri IV, Isabelle Wlodarczyk

[Jeunesse] Je suis boloss, mais je me soigne, Arthur Ténor

[Jeunesse] 20 ans pour devenir Nelson Mandela, Rolande Causse

[Jeunesse] Nous sommes ceux du refuge, Delphine Laurent

Les larmes de la maîtresse, Véronique Delamarre Bellégo

Tu peux toujours courir, Valérie Chevalier

Présentation :

Le quotidien de deux copines, entre amour, amitié, ruptures et rencontres !

Chanteuse dans un bistro, Alice commence à trouver sa vie un peu monotone quand on lui propose d’intégrer un groupe se produisant dans des soirées privées. Sur le plan affectif, le meilleur reste à venir.

Maud vit en colocation, travaille dans une salle de gym et rêve de l’amour avec un grand A. Elle a du caractère et sait ce qu’elle veut mais, côté cœur, elle a tendance à baisser la garde trop vite et se trouve souvent prise au dépourvu.

Entre deux cinq-à-sept, nos héroïnes courent après le bonheur. Une quête qui affecte leur rapport aux hommes, trame de fond de cette fenêtre ouverte sur leur quotidien tantôt rocambolesque, tantôt douloureux, mais jamais dénué d’humour et d’autodérision.

La comédie romantique de l’été !

Mon avis :

Quelle bonne lecture ! J’ai passé un très bon moment en compagnie d’Alice et Maud, deux jeunes amies, toujours là l’une pour l’autre, touchantes, et  auxquelles on s’attache très rapidement, et qu’on regrette de laisser une fois le livre terminé.

Alice chante dans un café, avant de trouver sa place dans un groupe qui tourne beaucoup lors des mariages. Maud travaille dans un cour de gym. Les voix des deux jeunes femmes alternent selon les chapitres. Elles sont amies, confidentes. Au début du roman, l’un enchaine les rencontres et les coups d’un soir alors que l’autre se fait larguer par son compagnon, qui a découvert son homosexualité tardivement. Quasiment en même temps, elles vont se remettre en couple : Alice tout d’abord avec Alexis, le bassiste de son groupe, puis Maud avec un homme qui fréquente le club de sport où elle travaille. Dans les deux cas, l’histoire tournera mal, pour deux raisons différentes. Mais seront-ils se retrouver ?

 

Valérie Chevalier est une auteure québécoise. On s’en rend compte assez vite avec l’utilisation de mots comme « chum » ou « ma blonde », qui dépaysent.

L’humour est présent tout au long du texte, peu importe la voix de la narratrice. Les situations cocasses, recherchées, bien racontées. Les histoires sont complémentaires, vivantes, et pleines d’énergie. Des touches d’imprévu s’ajoutent à l’ensemble, pour le plus grand plaisir de la lecture.

Une chose est sûre : j’en garderai un bon souvenir !

Retrouvez Tu peux toujours courir sur le site de la maison d’édition Charleston !