[Jeunesse – ado ] Le vol d’Icare, Christine Deroin et Angélique Excoiffier

Valentin a dix ans quand il arrive dans sa nouvelle école. Sur un mur de sa classe est affichée une reproduction du collage de Matisse « Icare ». Valentin fera comme Icare, il volera. Valentin fera mieux qu’Icare, il volera loin, très loin. Il en est certain.

Enfin, pas toujours. Parfois, il est aussi certain d’être le plus nul des garçons.

Mon avis :

C’est certainement l’un des romans de la collection « saison psy » qui m’apprend le plus de choses. Je n’ai jamais été confrontée en tant qu’enseignante à un élève bipolaire, ni dans mon entourage personnel proche et j’ai particulièrement apprécié la façon dont le trouble est présenté ici.

Valentin a des crises de colère assez surprenantes. Il en sort complètement vidé, épuisé. Il n’arrive pas à se contrôler, c’est plus fort que lui. A côté, il y a des moments pendant lesquels il se pense invincible, comme quand il est persuadé qu’il pourra voler.

Nous voyons aussi la façon dont est vu Valentin par son entourage scolaire, qui ne parvient pas forcément à le comprendre. Si au début ils amusaient les autres, ils ont commencé à s’en éloigner, et même à en avoir peur. Ses parents sont très aimants, mais on sent aussi qu’ils sont dépassés.

Comme toujours dans ces livres, des « moments psys » s’intercalent entre les chapitres pour expliquer les réactions du personnage principal et nous donner plus d’informations sur le trouble en question (explication de la bipolarité chez l’enfant, les difficultés dans la vie sociale, les comportements à risque…). Ces conseils sont toujours aussi précieux et très éclairants (dans celui-ci, ils sont rédigés par Angélique Excoiffier)

A retrouver sur le site de la maison d’édition Le Muscadier!

D’autres romans de la collection « Saison psy » :

Sur le fil (trouble bordeline)

(Dé)connexions

Caméléon (trouble Asperger)

[Jeunesse] Mon père fait des montagnes russes dans sa tête [La bipolarité] Christine Deroin, Angélique Excoffier

Mon père fait des montagnes russes dans la tête

Présentation :

Sous forme de roman épistolaire, Victoire, 14 ans, écrit à Karine, sa tante. Elle lui confie ses joies, ses peines et surtout elle lui parle de son père. Ce dernier, professeur de musique, a changé de comportement et d’humeur : lui si gentil d’habitude est devenu une personne agressive. Puis, l’indifférence, la tristesse et la déprime se sont installées en lui. Son père souffre en effet de troubles bipolaires. Et pour Victoire, cette maladie n’est pas facile à appréhender..

Mon avis :

Suite de la présentation de la collection « Pas de panique, c’est la vie » !

La bipolarité n’est pas une maladie que je connais bien, et j’ai été interpellée par ce texte qui nous montre à quel point ce mal peut être violent voire dangereux.

Victoire écrit à sa tante, la sœur de son père. Elle lui confie l’étrange comportement de ce dernier depuis quelques temps : une violence soudaine et surprenante, un langage odieux (il l’insulte), des prises de risque incompréhensibles (il brule des feux rouges en voiture alors qu’il est avec sa fille). Puis, d’autres événements suivent : son père, un jour, ne veut plus se lever de son lit, un médecin diagnostiquera une dépression. Quelques jours plus tard, il est au contraire extrêmement euphorique. Puis, lors d’un diner de famille, il craque et envoie même valser un vase contre un mur. Il sera hospitalisé et un mot sera mis pour expliquer son comportement : la bipolarité.

De son côté, Karine avoue à sa nièce que cette maladie est déjà présente dans la famille puisqu’elle a touché leur père, mais aussi sa sœur qui s’est défenestrée, même si le mot n’était pas encore employé. En effet, dans le pire des cas, une personne bipolaire peut vouloir se donner la mort.

Un roman bien écrit, qui nous permet de comprendre une maladie encore méconnue, avec des mots simples.

A la fin, comme pour les autres livres de la collection, un entretien avec un spécialiste permet de répondre à certaines questions autour de la bipolarité.

Collection « Pas de panique, c’est la vie ! »

La collection « Pas de panique, c’est la vie ! » a été créée pour sensibiliser les adolescents face aux différents troubles du comportement et maladies psychiatriques dont peuvent souffrir des membres de leur famille (parents, frères, sœurs, amis proches).

Autres romans qui traitent de la souffrance :

Ma sœur n’a plus goût à la vie [La dépression des ados] Christine Deroin.

Mon frère n’est plus connecté dans sa tête [La schizophrénie] Christine Deroin

Mon frère, mon enfer, mon bel enfer [L’autisme], Sandrine Andrews et Christine Deroin

De la phobie scolaire