La femme au manteau violet, Clarisse Sabard

9782368125076

2018.

À la suite d’un accident, Jo apprend qu’elle risque la rupture d’anévrisme, et que l’opération qui pourrait la sauver n’est pas sans risques. Persuadée qu’elle va mourir, elle se réfugie chez son grand-père. Elle découvre alors qu’il a reçu quinze ans plus tôt un pendentif, accompagné de quelques mots griffonnés : « De la part de Charlotte, qui n’a jamais oublié Gabriel. Ce souvenir vous revient de droit. » Déterminée à percer ce secret de famille, Jo se rend en Angleterre, sur les traces du mystérieux bijou.

1929.

Charlotte et son mari se rendent à New York en voyage d’affaires. Là-bas, la jeune femme s’éprend du charmant Ryan… Lorsqu’il apprend qu’elle l’a trahi, son époux, pris d’un violent accès de rage, la laisse pour morte. À son réveil, Charlotte comprend, effondrée, qu’il est parti avec ses papiers : il lui est désormais impossible de rentrer en France et de rejoindre son fils Gabriel.

Un roman qui traverse les océans, les générations, et s’interroge sur la maternité dans la vie d’une femme.

Mon avis :

Voici un roman dans lequel je me suis plongée avec délice.

Nous embarquons d’un côté dans le New York des années 30, une période que je connais peu mais que l’autrice décrit suffisamment bien pour que l’on puisse s’y imaginer. Au programme : la prohibition, les gangsters, la crise de 29 et les catastrophes économiques qui en découlent avec notamment un taux de chômage effarant, la violence envers les personnes noires de peau… C’est l’univers de Charlotte, qui a été abandonnée par son mari. Elle vit une histoire d’amour complexe mais forte avec Ryan. Elle avancera, malgré les tempêtes et trouvera de l’aide auprès de Curtis, un musicien de jazz, et de Norma, sa cousine, deux personnages que j’ai beaucoup aimés.

Charlotte est un personnage au caractère fort, qui m’a rappelé par certains aspects Tess, le personnage du roman « Baby Jane à Broadway », écrit par Ahava Soraruff. Cette histoire avait été un coup de cœur du prix du livre Romantique des éditions Charleston.

Puis, nous revenons dans le présent avec le personnage de Jo. Elle part sous la demande de son grand-père trouver la réponse à une question : pourquoi son aïeul a-t-il reçu un médaillon quelques années plus tôt ? Elle sera accompagnée d’une amie. Jo m’a moins touchée, sans que je ne sache vraiment pourquoi. Il faut dire que l’histoire de Charlotte est tellement forte qu’il est difficile de rivaliser à côté. Néanmoins, la double temporalité fonctionne très bien.

Ce roman est une belle réussite. C’est, pour moi, le meilleur texte de Clarisse Sabard et je vous conseille de le noter pour aller l’acheter quand les librairies relèveront le rideau, ou de l’acheter en numérique. Vous passerez un merveilleux moment et oublierez le temps de quelques heures le quotidien.

D’autres romans de l’autrice :

La vie est belle et drôle à la fois

Le jardin de l’oubli

La plage de la mariée

Les lettres de Rose

Des lectures pour l’été !

Voici quelques livres que j’ai aimés et qui seront parfait pour vous tenir compagnie cet été !


415ktxE0RHL._SX195_

Les copains, les fêtes étudiantes et les travaux que l’on termine au petit matin… À l’université, Bérénice, Tennessee et Zola étaient inséparables. C’était le temps de l’insouciance, des espoirs et d’un avenir plein de promesses. Pour « les audacieuses », tout paraissait possible. Une décennie plus tard, la réalité de la vie est passée par là. Ont-elles trouvé le bonheur qu’elles espéraient tant ? Tennessee vit avec un homme violent qu’elle ne parvient pas à quitter. Bérénice et Zola, quant à elles, ne se sont jamais revues. Dix ans plus tôt, à l’université, un événement les a séparées. Un drame dont elles n’ont jamais reparlé et qui les a éloignées. Pourtant, pour aider Tennessee, les amies sont de nouveau réunies. En dépit du passé, l’heure est venue de se réconcilier, de pardonner et peut-être, enfin, de trouver le courage de vivre pleinement…

J’avais adoré le premier roman de l’autrice, Baby Jane à BroadwayAhava a l’art de créer des personnages qui prennent vie sous nos yeux, au moment même où on les découvre. Avec ce second opus, l’autrice confirme son indéniable talent et la richesse de son imagination !

CVT_Ceux-qui-voulaient-voir-la-mer_7834

Quand Lilou décide de quitter Paris pour Nice avec son fils Marius, elle ne se doute pas que son arrivée dans le Sud sera plus mouvementée que prévue ! Entre ses cours de yoga un peu particuliers, sa vie de mère célibataire, son original de père et son métier d’agent de bibliothèque, la jeune femme n’a pas le temps de chômer. Pourtant, c’est avec beaucoup de douceur qu’elle discute avec Aurore, une vieille dame de 90 ans rencontrée dans le parc voisin. Aurore qui attend toutes les semaines son grand amour, Albert, parti à New York tenter sa chance après la guerre. Lilou décide alors de tout faire pour retrouver le grand amour de son amie. Mais à trop vouloir remuer le passé, c’est le présent qui va la rattraper…

Dernier roman de Clarisse Sabard et une nouvelle fois, c’est un sans-faute. L’autrice nous entraine avec elle dans le passé d’Aurore et Albert et éveille tout au long des pages notre intérêt. Les descriptions sont jolies et les personnages attachants.

Autres romans de l’autrice chroniqués sur le blog : La vie est belle et drôle à la fois, Le jardin de l’oubliLa plage de la mariéeLes lettres de Rose.

 

51zwImYSWFL._SX195_.jpg

Violette mène une vie calme et rangée entre son métier d’ophtalmologue et ses jumeaux. Elle a soigneusement posé un couvercle hermétique sur son passé, les blessures, la passion. Jusqu’au jour où Joachim Calderon sonne à sa porte, après de longues années d’absence, pour lui demander de cacher cinq millions d’euros en petites coupures. D’où vient cet argent ? Dans quel jeu dangereux son grand amour d’adolescence est-il impliqué ? Contre toute raison, Violette accepte de l’aider. Et les ennuis commencent.

Quand elle comprend, quelques jours plus tard, que Joachim a de nouveau disparu sans laisser d’adresse, Violette décide de partir à sa recherche. Car si Joachim cache un secret… elle aussi !

Une comédie romantique, pleine d’humour et d’émotions. Le personnage de Violette m’a bien amusée, et j’ai suivi l’histoire avec un grand plaisir ! C’est frais, ça fait du bien !

CVT_Le-Doux-Parfum-de-lAvenir_8551.jpg

Sarah se retrouve à la croisée des chemins, ce moment excitant et terrifiant où tout est encore possible, le pire comme le meilleur. Alors qu’elle doit se marier et que tout ne se passe pas comme prévu, le destin lui joue un tour complètement fou en mettant sur sa route son premier amour, celui qui a éveillé ses sens et fait exploser son cœur. Le sort se montre souvent fantasque et cruel. Mais, parfois, on peut essayer de le dompter. Et s’il n’était pas trop tard ?

Une histoire comme je les aime : de la romance, de l’humour, des émotions en pagaille, l’importance des choix, la force de l’amitié, et de l’amour. Je découvre avec ce roman la plume d’Angélique Féjean et j’en suis ravie. J’ai aimé découvrir Sarah a deux époques : la femme qui va se marier, et l’adolescente qu’elle était des années plus tôt. Un feel-good qui nous donne envie de croquer la vie !

La vie est belle et drôle à la fois, Clarisse Sabard

 

La_vie_est_belle_et_drole_a_la_fois_c1

« Il me reste quelques rêves à réaliser et le moment est venu de m’y atteler. Je vous aime très fort. À très bientôt ! Maman. »

Léna n’en revient pas. Comment sa mère, qui l’a convoquée pour passer Noël dans la maison de son enfance, a-t-elle pu disparaître en ne lui laissant que ce message sibyllin ? La voilà donc coincée dans le petit village de Vallenot au cœur des Alpes de Haute-Provence et condamnée à passer la fête qu’elle hait plus que tout, entourée de sa famille pour le moins… haute en couleur ! Mais les fêtes de famille ont le don de faire rejaillir les secrets enfouis. Les douloureux, ceux qu’on voudrait oublier, mais aussi ceux qui permettent d’avancer…

« LAISSEZ-VOUS HAPPER PAR LA MERVEILLEUSE PLUME DE CLARISSE SABARD ET ENSORCELER PAR DES PERSONNAGES DES PLUS ATTACHANTS. » Manon, du blog Vibration Littéraire

Mon avis :

Recevoir un livre de Clarisse Sabard, c’est un peu comme un cadeau de Noël : on saute de joie, on trépigne d’impatience avant de pouvoir le commencer et une fois qu’on l’a ouvert, on ne le quitte plus. Avec La vie est belle et drôle à la fois, le charme a encore opéré.

Notre reine des secrets de famille innove une nouvelle fois dans ce domaine. Léna doit s’armer de courage pour rejoindre la maison familiale pour les fêtes de fin d’année. Elle déteste ces moments qu’elle lie à des instants douloureux de sa vie. Une fois sur place avec son frère (en froid avec sa femme) et sa fille, la surprise est grande quand ils réalisent que leur mère n’est pas là : elle est partie dans un endroit qui ne leur est pas précisé, pour une durée indéterminée : pourquoi ?

Avec un peu de mauvaise volonté, Léna finit par se mettre à la préparation de Noël, en commençant notamment par l’achat d’un sapin de Noël, qui lui fera retrouver un ami perdu de vue depuis des années… mais il ne sera pas le seul.

Mais, ce n’est pas ce qui perturbera le plus notre héroïne : des bribes d’un accident auquel elle a assisté de loin plus jeune lui reviennent en mémoire, un passé que son inconscient avait enterré, sans que ses proches cherchent à lui rappeler les faits, certainement pour ne pas raviver des moments douloureux. Que s’est-il réellement passé ?

J’aime beaucoup les histoires de secrets de famille, comme vous le savez déjà. Ici, on sent à quel point les non-dits pèsent sur les relations familiales, et comme la mémoire peut modifier certains événements passés.

Un excellent roman qui vous accompagnera avec délice pour ce début d’automne ou qui fera fureur sous vos branches de sapin !

D’autres romans de l’autrice :

Le jardin de l’oubli, Clarisse Sabard

Clarisse Sabard, La plage de la mariée

Les lettres de Rose, Clarisse Sabard

Clarisse Sabard, La plage de la mariée

La plage de la mariée De Clarisse Sabard - Éditions Charleston

Coup de cœur !

2015, Nice.

Zoé, 30 ans, est en pleine dispute avec sa conseillère Pôle Emploi lorsque sa vie bascule. Ses parents viennent d’avoir un grave accident de moto. Son père est décédé sur le coup, sa mère est trop grièvement blessée pour espérer survivre, mais encore assez lucide pour parler. Elle va révéler à Zoé qu’elle lui a menti depuis toujours : l’homme qui l’a élevée n’est pas son véritable père. Elle donne un seul indice à sa fille pour retrouver son père biologique : « La Plage de la mariée ».

Après quatre mois de déni, Zoé finit par craquer et part à la recherche de la vérité. Elle atterrit en Bretagne et se fait embaucher dans une « cupcakerie » tenue par une ancienne psychologue franco-américaine, Alice. Dans ce salon de thé, plusieurs personnages se croisent et voient leurs destins se mêler, tandis que Zoé part à la recherche de son père et tente de comprendre pourquoi sa mère lui a menti durant toute ces années.

Mon avis :

La plage de la mariée est le second roman de la talentueuse Clarisse Sabard, auteure du roman à succès Les lettres de Rose (maintenant disponible en format poche pour les amateurs !), que j’avais beaucoup apprécié.

Zoé part en Bretagne quand elle apprend par sa mère, quelques moments avant son décès, que celui qu’elle appelle papa n’est pas son père biologique. Si dans un premier temps la jeune femme préfère oublier ce secret, elle finira par s’avouer qu’elle a besoin de comprendre quelle est la véritable histoire de sa famille. Comment poursuivre comme si de rien était quand on s’aperçoit qu’un voile s’abat sur nos racines ?

En Bretagne, elle rencontrera de belles personnes, aux caractères entiers et variés, toutes attachantes. Elle trouvera aussi un travail dans une cupcakerie, ce qui lui permettra de poser des questions à certains habitués. Les premières pistes finissent par arriver, mais le secret sera difficile à découvrir dans son intégralité :  un pacte de silence semble avoir sellé les lèvres.

Si l’histoire est simple – en apparence – elle n’en est pas moins addictive (oui ! ). J’avais de la peine à poser le livre, et un plaisir immense à le retrouver. Je me suis habituée à Zoé, Alice, Jérémy et à tous les autres : c’était un peu comme si je les connaissais. Puis, j’ai ralenti ma lecture lors des dernières pages, ne voulant pas les quitter.

Du côté de la narration, l’écriture est fluide et agréable. J’ai énormément apprécié les pointes d’humour, plus présentes dans ce roman que dans Les lettres de Rose. J’ai l’impression que l’écriture de Clarisse Sabard progresse et s’affirme. J’ai aussi apprécié le côté mystérieux avec la légende qui entoure la plage de la mariée.

En résumé : un style qui s’affirme, une histoire bourrée de sentiments, et un énorme coup de cœur.

Les lettres de Rose, Clarisse Sabard

Les Lettres de Rose par Sabard

 

Lola a été adoptée à l’âge de trois mois. Près de trente ans plus tard, elle travaille dans le salon de thé de ses parents, en attendant de trouver enfin le métier de ses rêves : libraire.

Sa vie va basculer lorsqu’elle apprend que sa grand-mère biologique, qui vient de décéder, lui a légué un étrange héritage : une maison et son histoire dans le petit village d’Aubéry, à travers des lettres et des objets lui apprenant ses origines.

Mais tous les habitants ne voient pas d’un bon œil cette étrangère, notamment Vincent, son cousin. Et il y a également le beau Jim, qui éveille en elle plus de sentiments qu’elle ne le voudrait…

Mon avis :

Ce livre a gagné l’année dernière le concours du Prix du livre romantique, organisé par Charleston. Depuis quelques semaines, je commence à le voir partout, à lire un certain enthousiasme à son sujet, alors, je me suis laissée tenter (et si vous me suivez sur facebook, vous devez savoir que l’auteure m’a demandée en « amie » facebook à peine quelques heures après mon achat, que je n’avais encore divulgué : surprenant, non ?)

Lola, une jeune femme de trente ans, travaille dans la sandwicherie de ses parents, en attendant de trouver mieux (mais le souhaite-t-elle vraiment ? ). Elle a été adoptée à l’âge de trois mois, ses parents ne lui ont jamais caché. Souvent, elle fait un même rêve : elle est dans une maison, peu solide, qui finit par s’effondrer. Une femme, au même regard qu’elle, tente de l’aider à s’en échapper.

Un jour, elle reçoit l’appel d’un notaire : sa grand-mère biologique, Rose, l’a couchée sur son testament. Il l’attend à Aubéry. Après quelques réflexions (A-t-elle vraiment envie de savoir quelque chose sur cette famille qui n’a pas voulu d’elle au point de la faire adopter ? Mais savoir d’où elle vient ne pourrait-il pas l’aider à comprendre son présent et à avoir des bases plus solides pour son futur ?). Finalement, elle décide de prendre quinze jours de vacances et de s’y rendre. Que va-t-elle y découvrir ? Comment accepter ce qui lui a toujours été caché ?

L’histoire est très plaisante à lire. Deux temps s’offrent à nous : en 2015, le présent avec l’annonce du décès de Rose, et plus largement le XXème siècle qui retrace dans les grandes lignes l’histoire de la famille de la jeune trentenaire. Cette histoire, Rose la fait découvrir à Lola au fur et à mesure, le temps d’une grande chasse au trésor : en effet, c’est à elle de retrouver les informations dispersées dans la maison qu’elle lui a léguée. Et quand Vincent et Jim entrent dans l’histoire, c’est un tout autre avenir qui semble s’offrir à elle, avec l’aide du notaire.

Si le thème du secret au sein de plusieurs générations d’une même famille n’est pas nouveau, la plume de Clarisse est très agréable à lire. Les transitions entre les époques sont bien faites, on est vite attaché à l’histoire. Je me suis étrangement plus attachée à Rose, qui a eu une vie difficile, qu’à Lola qui m’a une paire de fois agacée. J’ai aussi parfois trouvé pas mal de répétitions dans la description de ses émotions (elle sent qu’elle doit se trouver, etc … je ne sais plus en détail, mais l’idée était vraiment redondante). Qu’importe, c’est un excellent premier roman, qui a trouvé et trouvera encore son public. Bravo à toi, Clarisse, et continue à nous faire rêver (j’espère que le numéro 2 est en gestation 😀 ).

Par contre, une chose m’a embêtée dans ce livre, mais d’un point de vue strictement personnel : Tristan, le meilleur ami homosexuel, ressemble au Tristan d’une histoire que j’ai terminée il y a peu. Il est aussi homosexuel et devient le meilleur ami de mon héroïne, et il est aussi question d’une librairie. Moi qui envisageais de présenter mon roman au Prix du livre Romantique, je pense que je vais m’abstenir !

Petit cadeau ! Vous voulez découvrir Lola et l’écriture de l’auteure avant de vous lancer ? Vous avez adoré ce livre et voulez en connaître plus ? Lola, le prequel du roman est disponible gratuitement sur le site de Charleston. Il suffit de cliquer !