[Les tout-petits] La belle et la bête

 

Aujourd’hui je vous présente un magnifique album de la collection « Coucou ! Mes contes de fées » paru aux éditions Usborne. Vous aviez déjà beaucoup apprécié l’album du Petit Chaperon rouge si je me fie aux statistiques et, bonne nouvelle, ce nouvel album est tout aussi beau.

Encore une fois, les couleurs sont vraiment magnifiques et attirent l’œil, tout comme les illustrations en découpe qui apportent aussi du relief.

WP_20170814_001

Quelques rabats sont à soulever pour suivre la suite de l’histoire et les trous qui laissent apparaitre un morceau de la page précédente ou suivante amuseront les enfants.

En ce qui concerne l’histoire, le récit est fidèle au conte.

WP_20170814_002

Encore une belle réussite aux éditions Usborne !

Publicités

Le mystère du Gué Gorand, Karine et Didier Giroud Piffoz

wr52h76w

Amoureux fous, Loëla et Goran sont les « amants de Vérone » de l’ouest vendéen. Au-delà de la haine qui sépare leurs familles depuis des générations, une terrible malédiction, lancée quelques siècles auparavant, au moment de la peste noire, leur interdit à tout jamais d’être un jour réunis et de pouvoir s’aimer librement. À moins que leurs amis, Ervyn et Elféia, un elfe et une fée, puissent trouver le moyen de briser le maléfice…
Telle est la légende du Gué Gorand. Tel est le mystère du Gué Gorand.

Didier Giroud-Piffoz, auteur d’une quinzaine d’ouvrages, roman, essai, biographie, lettres et recueils de poésie, poursuit simultanément un travail d’écriture et un engagement humanitaire en Inde, dans le cadre de l’association Regards et Alliance, qu’il a créée en 1987, avec son épouse Maeva.

Karine Giroud-Piffoz, sa fille, passionnée de littérature, après ses études de lettres modernes, partage son temps entre l’écriture et diverses activités liées à l’enfance. Karine est l’auteur, notamment, de deux romans, La lumière de l’Isalie et Chroniques d’un monde oublié.

Mon avis :

J’aime beaucoup les contes, c’est certainement pour cette raison que j’ai décidé de lire ce livre à peine reçu.

L’histoire se lit facilement, l’écriture est fluide et agréable. L’histoire d’amour impossible nous rappelle évidemment Roméo et Juliette avec ces deux familles que rien ne semble pouvoir réconcilier (vous me pardonnerez de prendre l’exemple le plus connu).

Mais ici, il est aussi question de magie : le cours d’eau qui sépare les deux familles est ensorcelé, nul ne peut le traverser sans mourir. Heureusement, des créatures magiques sont là pour prodiguer les soins aux arbres touchés par la malédiction.

Parmi ces créatures magiques se trouvent un elfe et une fée, Ervyn et Elféia. Depuis de longues années ils assistent à la rencontre d’un petit garçon, Gorant et d’une petite fille, Loëla, de chaque côté du cours d’eau, deux enfants qui accompagnent leur mère pour laver le linge. Ils les voient devenir un jeune homme et jeune femme et, surtout, voient naitre leur amour. Alors quand les deux amoureux ont l’idée de traverser le cours d’eau, les petites créatures vont chercher à les aider.

Si plus haut j’ai parlé d’amour impossible en littérature, on retrouve aussi le thème des métamorphoses, cher à Ovide. En effet les pères, contre l’amour de leurs enfants, sont punis  en étant transformés en arbre.

Une belle histoire, joliment racontée, à découvrir !

 

Retrouvez Le mystère du Gué Gorand sur le site de l’édition de l’Onde.

[Jeunesse] Petit Tom au pays de Séréna

Petit Tom au Pays de Serena par Serrat

Petit Tom est content : aujourd’hui, c’est son anniversaire, il a sept ans ! Et sa maman lui fait confiance : ce matin, elle lui a donné les clés de la maison. Tom s’amuse avec mais CATASTROPHE, son trousseau tombe dans le ruisseau et est emporté par le courant ! Heureusement, le Professeur Grenouille et ses amis vont l’aider à le récupérer… Une mission riche en surprises et en rebondissements !

Cet album accompagné de son CD de 30 minutes va t’aider à :
– te détendre
– calmer tes colères
– te sentir bien
– ne plus avoir peur
– bien respirer

Mon avis :

Gros coup de coeur pour ce conte musical.

Ma petite fille de deux ans est fan des illustrations douces et colorées (elle me pique le livre pour aller le feuilleter dans son coin), ma filleul de quatre ans a été conquise par l’histoire, son rythme et la musique, bien qu’il ne soit conseillé qu’à partir de six ans. Tout donc dans ce livre converge vers un seul point : la relaxation et l’harmonie.

Tom, angoissé à l’idée d’avoir perdu ses clefs, rencontre différents personnages qui l’aideront à se relaxer tout au long de son parcours : techniques de relaxation, savoir comment se calmer, ne plus avoir peur, se sentir mieux, avoir confiance en soi… Il s’agit pour les enfants de mieux appréhender la réalité, et de se défaire des tensions du quotidien.

Un bel album à ne pas oublier sous le sapin, à retrouver sur le site de la maison d’édition Zéthel !

 

[Les tout-petits] Le petit chaperon rouge et Le Jardin !

Mercredi, c’est la journée des petits !

Aujourd’hui je vous propose deux livres parus aux éditions Usborne.

Tout d’abord, « Le petit chaperon rouge ».

L’auteure est Anna Milbourne  et l’illustratrice Julia Sarda Portabel. Il appartient à la collection « Coucou ! Mes contes de fées », c’est même le premier livre !

WP_001146

Replongez avec votre presque-plus-bébé dans le monde des contes de fée, pour retrouver notre célèbre Petit Chaperon rouge.

L’histoire est la même : la grand-mère de la fillette est malade, cette dernière est invitée par sa mère à aller lui apporter un panier, tout en lui disant d’être prudente et de ne pas quitter la forêt, car un grand méchant loup y serait …  Vous connaissez la suite : elle sort du chemin pour aller cueillir des fleurs pour sa grand-mère, et elle rencontre le loup, qui finira par se précipiter dans le lit de la grand-mère pour y prendre sa place, souhaitant ainsi duper la petite  fille et la croquer ! Heureusement, le bucheron n’a pas été oublié dans l’histoire, et les deux personnages s’en sortent saines et sauves.

J’ai un coup de coeur pour ce livre qui est vraiment très bien illustré.

WP_001148

Les illustrations sont modernes, vivantes, et donnent un coup de fouet à ce conte traditionnel.

WP_001147.jpg

Les petits aimeront toucher les rabats à soulever mais aussi les différentes découpes.

PS : la tête de Sophie la girafe n’est pas envoyée avec le livre 😉

Format : cartonné, 14 pages, 190 x 160 mm.

Pour quel âge ? A partir de 3 ans !

Autre livre aux éditions Usborne, « Le jardin« , à partir de 6 mois.

WP_001149

Voici un livre auquel ma fille semble accorder un 20/20.

Il fait partie de la collection « avec mon doigt ». Les couleurs sont vives et contrastés, bébé peut s’amuser à suivre du doigt différentes formes et les rabats.

A vous de choisir !

 

L’océan au bout du chemin, Neil Gaiman

20141026_152424

Présentation :  « J’aimais les mythes. Ils n’étaient pas des histoires d’adultes et ils n’étaient pas des histoires d’enfants. Ils étaient mieux que cela. Ils étaient, tout simplement. » De retour dans la maison de sa famille pour des obsèques, un homme encore jeune, sombre et nostalgique, retrouve les lieux de son passé et des images qu’il croyait oubliées. Le suicide d’un locataire dans une voiture au bout d’un chemin, sa rencontre avec une petite voisine, Lettie, qui affirmait alors que l’étang de derrière la maison était un océan.
Et les souvenirs de l’enfance, qu’il croyait enfuis, affluent alors avec une précision troublante…
Ce sont les souvenirs d’un enfant pour qui les histoires existent dès qu’on les croit et qui se réfugie dans les livres pour échapper aux adultes, un enfant pour qui les contes sont sa réalité. Gaiman nous plonge ainsi l’univers de l’enfance en même temps que dans celui des contes anglo-saxons, dont il a une connaissance érudite.
Mais plus encore, il nous convie à une relecture de l’influence des contes sur notre enfance, une réflexion sur la mémoire et l’oubli, et ce qui demeure d’enfance en nous. Fidèle à son imaginaire féérique, Neil Gaiman est un créateur d’archétypes que Stephen King qualifie de « trésor d’histoires ». Il épure ici sa phrase et ses possibilités narratives pour nous procurer une émotion toute nouvelle, inédite, dans ce roman court, très personnel, qui dévoile sans doute beaucoup de lui et démontre tout le génie littéraire qui lui a valu le convoité Book of the Year décerné à ce roman par les lecteurs anglais.


Mon avis : C’est le premier livre que je lis de Neil Gaiman, et quel plaisir ! La présentation est très bien faite et reprend tout à fait les points forts de ce livre. C’est un livre difficile à présenter. Le narrateur revient sur son histoire quand il avait 7 ans, et sur toutes ces choses étranges qu’il a vécues. Avec son amie Lettie, ils vont partager de belles aventures, effrayantes pour un garçon de son âge, mais pas du tout pour Lettie, qui a quelques années de plus (11 ans), mais qui, surtout n’est pas une petite fille comme les autres. Elle vit avec sa mère et sa grand-mère : tout un mystère les entoure. Au programme de ce monde fantastique :  une goule qui devient gouvernante, un papa qui tente de noyer son fils, une mare qui est un océan ou encore un seau d’eau dans lequel on pleut plonger complètement.

C’est un conte que l’auteur nous fait découvrir, avec sa situation initiale, sa transgression, ses péripéties, son dénouement. Neil Gaiman a l’étrange pouvoir de nous faire adhérer à son monde pourtant enfantin et et de nous y faire croire alors que c’est complètement irrationnel. Je pense qu’il doit être un parent éloigné de la famille de Lettie, pour nous ensorceler ainsi …. Je m’attendais à aimer ce livre mais ça a été bien plus que ça : j’ai été captivée, et je lui suis encore. Qu’ajouter de plus sinon qu’il faut courir l’acheter, et le lire …

Aux éditions du Diable Vauvert.