[Jeunesse] Pas bête(s), Christophe Léon.

betes-christophe-leon-L-c5Y3eg

Une poule pondeuse et frondeuse. Les pensionnaires étranges d’un zoo extraordinaire. Un mouton mégalomane. Un père et son fils en guerre contre les blattes. Un jeune cadre dynamique jouant les toreros. Les animaux curieux d’une ferme pédagogique ultramoderne. Un chien retraité pas mordu de téléréalité. Voilà les rencontres étranges que vous ferez dans ce livre.

Sept fables contemporaines dont les héros, qu’ils aient deux, quatre ou six pattes, n’agissent pas exactement comme l’on pourrait s’y attendre. Un savant mélange de raison et de folie, de causticité et de gravité, pour saliver de plaisir et se gratter la tête.

Mon avis :

Pas bête(s) ! regroupe sept nouvelles publiées dans les recueils Pense bêtes et Bêtes de pensée, qui étaient déjà parus au Muscadier.

Si les textes ne m’étaient pas tous inconnus, j’ai pris beaucoup de plaisir à en relire certains et à en découvrir d’autres. Les animaux sont au centre des nouvelles, mais pas pour des descriptions idylliques. L’auteur dénonce,  sur un ton caustique non dénué d’humour, les élevages actuelles qui ne sont pas conçus pour le bien-être des animaux, mais qui ne sont pensés qu’en terme de rentabilité. On ne peut s’empêcher de sourire à certains passages et de se désoler à la lecture d’autres.

Le point fort de Christophe Léon, c’est sa capacité à dénoncer quelque chose, sans être moralisateur. Ici, ce sont des constats accablants pour la plupart qui sont contés par les animaux. J’aime beaucoup l’idée que ce soit eux les narrateurs. Le lecteur est amené à se poser des questions sur les habitudes prises par certains agriculteurs mais aussi sur sa propre consommation.

En bref : un recueil savoureux et caustique, qui trouve parfaitement sa place dans la collection « Rester Vivant« .

D’autres romans de l’auteur :

[Jeunesse] Argentina, Argentina, Christophe Léon

[Jeunesse / YA] Fani, Christophe Léon[Jeunesse / JA]

Hoax, Christophe Léon

D’autres textes de la collection « Rester Vivant » :

[Jeunesse / ado] Station sous-paradis, Jean-Luc Luciani

[Jeunesse/ ado] Trouver les mots, Gilles Abier

[Jeunesse]La peau noire des anges, Yves-Marie Clément

 

 

Arithmétique de la chair, Macha Méril

Arithmétique de la chair

 

Bettina n’est pas une femme comme les autres. Expert-comptable, elle pèse 96 kilos, est passionnée par les mathématiques et vit seule, en compagnie de ses ordinateurs et de ses idoles d’Internet : les chercheurs et les savants. Un jour, elle ose se présenter à un concours de calcul mental télévisé, le gagne et sa vie bascule. Elle devient une star médiatique et rencontre l’amour. Où la conduiront ces succès et cette gloire rapides ? Que désire-t-elle vraiment ? Connaît-elle le bonheur ? Voici une fable moderne où Cendrillon gouverne son destin et se pose les grandes questions de l’existence : où allons-nous, que devenons-nous, qui sommes-nous ?

Mon avis :

Voici un petit livre, qui se lit avec plaisir. Bettina est une femme qui ne passe pas inaperçu avec ses 96 kilos. Elle ne comprend pas d’où ils viennent, personne ne semble d’ailleurs le comprendre. Bettina accepte ses kilos en trop, ce qui l’interroge, surtout, c’est de savoir ce qu’il se passe dans son corps, comment agissent ses cellules :

« Les kilos sur la balance de sa salle de bains n’obéissent, eux, à aucune règle connue d’elle. En un sens, elle accepte la nouvelle énigme, comme un problème à résoudre. Son expérience mathématique lui souffle qu’il n’existe pas de problème insoluble, pas d’équation folle, rebelle à la logique. Il suffit de poser la question convenablement, et une réponse inévitable se dégage, au prix d’une réflexion opiniâtre, assurée du succès. Les capacités surdéveloppées de l’homme depuis les derniers siècles ne laissent pas de brèche. Une solution apparaît à tout problème, à toute interrogation. Elle découvrira donc, un jour, le pourquoi du surpoids qui la touche. »

Tout doit avoir une explication scientifique, et c’est ce qu’aime Bettina. Elle adore les chiffres, elle se régale de différents calculs, éprouve un plaisir immense à trouver le chiffre juste.

Quand elle se présente au concours de calcul mental, après avoir réussi avec succès les sélections, elle s’invente une autre personnalité : elle décide de devenir Isolde, une enfant trouvée qui a été élevée dans un couvent. Vêtue d’une grande djellaba blanche, elle marque les esprits. Très vite, elle aura beaucoup de succès.

Et puis, elle rencontrera Damien, un journaliste producteur tombé sous son charme, il lui proposera d’autres émissions, ce sera le début d’une histoire d’amour, mais aussi la fin de sa prise de poids, et le début d’un amincissement spectaculaire, qui transformera la jeune femme : pour le meilleur, ou pour le pire ?

C’est le premier livre que je lis avec une telle histoire, ce qui est vraiment agréable. C’est aussi le premier roman que je lis de Macha Méril, qui n’est pourtant pas à son coup d’essai … (mieux vaut tard que jamais 😉 ). Je vous le conseille vivement : c’est touchant, drôle, bien écrit, et cette fin … j’ai adoré.

Puis, il y a toutes ces questions qui sont soulevées, indirectement, comme la place d’une personne en surpoids, le regard des autres sur elle, ou encore le milieu télévisuel.

Une très belle découverte, merci !