Rentrée littéraire 2015 #3 : 19 août et 20 août

Suite des sorties du 19 et 20 août, toujours françaises …

Au programme : Olivier Poivre d’Arvor chez Grasset et de nombreuses sorties chez Robert Laffont : Jean d’Ormesson, Eugène Green, Jean-Marie Rouart, Julien Suaudeau, Sorour Kasmaï, Jean-François Kervéan

L’amour à trois, Olivier Poivre d’Arvor, Grasset

L_amour_a_trois.jpg

Victime d’un accident cérébral, Léo Socrates, archiviste en chef du ministère des Affaires étrangères, voit s’effacer des pans entiers de sa vie mais réapparaître a contrario un souvenir soigneusement refoulé. Le voici parti pour un périlleux voyage en Guyane, de Cayenne à Maripasoula – au pays des orpailleurs et des indiens Wayanas- afin de retrouver la trace de Frédéric Salomon, l’ami de jeunesse, et du grand amour qu’ils ont partagé, Hélène, leur professeur de philosophie et leur initiatrice érotique, qui vient de mourir à Rouen. Trente ans plus tard, à la surface de sa brumeuse mémoire, ressurgit la géographie dangereuse, belle et imprécise du désir de trois jeunes gens dans les années 70. Un étrange désir à trois, qui s’était construit alors sur l’imitation de celui de l’autre. Que s’est-il vraiment passé entre eux à l’époque ? En remontant le cours du fleuve Maroni et celui du temps, Léo caresse la nostalgie de cet âge d’or, ce rêve perdu de la jeunesse baigné de refrains musicaux des seventies : fragile, blessé, amnésique, il s’obstine à retrouver l’homme qui pourra, peut-être, résoudre l’énigme de sa propre existence.

Dieu, les affaires et nous, Chroniques d’un demi-siècle, Jean d’Ormesson, Robert Laffont

DIEU__LES_AFFAIRES_ET_NOUS__Chronique_d_un_demi-siecle.jpg

Il est démocrate, il est libéral : cet écrivain n’a jamais cessé d’affirmer ses convictions. Si l’idée de faire de la politique ne lui a pas traversé l’esprit, le spectacle de la politique, du combat des idées, de la marche du monde l’a fasciné. Il s’est toujours engagé. Nous sommes liés au monde et il nous faut participer au grand jeu des événements qui nous entourent parce que nous dépendons de l’histoire et que l’histoire dépend de nous. Ces textes surprennent par leur fraîcheur et leur allant. Dix ou trente ans après, ils continuent d’exciter l’esprit et de donner les causes des événements actuels. On y trouvera des portraits de grands hommes, des reportages à l’étranger, bien sûr des commentaires et des prises de position sur la politique intérieure française. Il faut relire les écrits passés (et toujours actuels). Sinon comment juger ceux qui jugent et voir s’ils ont eu tort ou raison ?
Comment savoir si un commentateur de l’actualité porte un regard juste sinon en vérifiant après coup ses analyses et ses prévisions ? Pour dire s’il est équitable, il faut attendre que la passion tombe et que l’histoire ait au moins commencé à faire son oeuvre.
C’est donc un bel exercice de vérification auquel se livre l’auteur. Il s’est parfois trompé. Sur plusieurs points, les faits lui ont donné raison. Pendant toutes ces années, Jean d’Ormesson a observé le monde et les hommes et les femmes qui nous gouvernent. Prenez parti, dit-il, et trompez-vous sans trop de bassesses. Ceux qui ne défendent pas leurs amis sont ignobles. Ceux qui ne défendent que leurs amis sont aveugles. Il faut se débrouiller dans ce labyrinthe. C’est ce qu’on appelle l’honneur des hommes.

L’inconstance des démons, Eugène Green, Robert Laffont

L_inconstance_des_demons.jpg

« Dans la première partie de ma vie, je fus heureux. » C’est ainsi que Nikolau Aztera commence son récit. Jeune neurologue, Nikolau s’installe avec son épouse et leur enfant unique à Saint-Jean-de-Luz. À l’âge de quinze ans, son fils disparaît inexplicablement. Peu après, sa femme meurt de chagrin. Nikolau abandonne alors la médecine et se retire dans le village d’Ossès, en Basse-Navarre. Il transforme sa passion pour la bibliophilie en métier, devenant antiquaire de livres, dans ce qu’il envisage comme une retraite du monde, et une attente de la mort. Or un jour il reçoit la visite d’une dame dont le fils adolescent subit depuis peu des crises effrayantes, où il semble dialoguer dans un basque archaïque avec une voix parlant un français étrange. Elle demande à Nikolau de l’aider.
L’enquête va le plonger dans l’abîme d’un mystère où sa vie prendra un nouveau sens. Ce roman, qui comporte une énigme, des crimes, et un véritable suspense, s’ouvre également sur des voies spirituelles et, à travers les plaisirs du récit policier, s’offre comme une réflexion sur le Mal et la grâce. Il soulève aussi, dans le cadre précis du Pays basque, la question générale du passé historique comme force du présent évoquant les grands procès en sorcellerie du début du XVIIe siècle et la caste des cagots.

Ces amis qui enchantent la vie, Jean-Marie Rouart, Robert Laffont

Ces_amis_qui_enchantent_la_vie.jpg

Ouvrage original, puisqu’il mêle portraits d’écrivains et morceaux choisis de leurs meilleurs livres, Ces amis qui enchantent la vie est l’aboutissement et le fruit d’une longue histoire d’amour. Jean-Marie Rouart a toujours eu la passion de la littérature. Depuis sa prime adolescence, elle n’a cessé de l’accompagner. Il a même écrit qu’elle lui avait sauvé la vie, sauvé du désespoir en donnant un sens à une existence qui commençait sous les pires auspices. Grâce à elle, il a pu faire d’une passion une vie, puisqu’il s’y est consacré avec enthousiasme comme écrivain et en tant que directeur du Figaro littéraire pendant vingt ans.
Rassemblant 120 écrivains français et étrangers, ne visant pas à rivaliser avec la critique universitaire, ce livre est avant tout celui d’un écrivain. À ce titre, il est subjectif, arbitraire, et cherche moins à donner des notes, des prix d’excellence, à établir des hiérarchies, qu’à mettre en valeur des créateurs sur le seul critère du plaisir qu’ils donnent, de la magie qu’ils font naître. Cet enchantement qui fait d’eux les plus indispensables et les plus fidèles des amis. C’est pourquoi, délaissant souvent les grands boulevards des auteurs consacrés, Jean-Marie Rouart n’hésite pas à suivre les chemins buissonniers qu’empruntent des écrivains plus rares comme Joseph Delteil, Malcolm de Chazal, Luc Dietrich ou Carson McCullers.
Il a ainsi voulu rendre hommage à un grand nombre d’entre eux, notables ou non, qui ont fait plus que jalonner son propre parcours de romancier. De ces lectures il a tiré non seulement de grands moments d’ivresse littéraire, mais aussi une leçon de vie. Car c’est bel et bien la vie qui est au cœur de cette entreprise, comme il s’en explique dans sa préface : « Je demandais aux livres : comment fait-on pour vivre, pour aimer, pour être heureux ? »

Le français, Julien Suaudeau, Robert Laffont

LE_FRANCAIS.jpg

Qu’y a-t-il dans la tête et le coeur de ces petits Français « de souche » qui partent se faire tuer en Syrie au nom du djihad ? Le Français est la réponse romanesque à cette interrogation. Le narrateur, dont on ne connaîtra pas le nom, broie du noir dans sa Normandie natale, zone grise entre province et grande banlieue de Paris. La belle Stéphanie éclaire un temps la monotonie de ses jours, mais elle n’est qu’un mirage. Puisque l’horizon est sans issue, pourquoi ne pas fuir ? Ce sera d’abord l’Afrique, au Mali, dans le sillage d’individus peu recommandables. Aux portes du désert, il suffit de se rêver grand pour le devenir. Cette illusion-là non plus ne dure pas longtemps. Le rêve se termine quelque part en Syrie, dans une forteresse djihadiste où les hommes ont oublié leur humanité. Le Français, dont nous avons suivi pas à pas le chemin, y devient un monstre presque contre son gré. Sa lucidité d’enfant perdu est un cri déchirant dont l’écho se prolonge bien après la dernière page. En faisant parler son anti-héros à la première personne, Julien Suaudeau nous oblige à partager ses sentiments, ses peurs, ses envies. L’horreur du monde contemporain, vue mille fois dans les médias, devient une matière complexe et riche en nuances. Au-delà de sa résonance avec la réalité, ce parti pris audacieux donne un texte puissant, porté par une voix autre, un sens du détail et des dialogues qui évoque les grands naufragés du roman américain.

Un jour avant la fin du monde, Sorour Kasmaï, Robert Laffont

Un_jour_avant_la_fin_du_monde.jpg

L’histoire se passe à Téhéran, le premier hiver après la révolution islamique.
Mariam, une jeune fille de 16 ans, découvre la date de sa mort dans le livret de famille. Son père lui explique qu’elle était dans le ventre de sa mère lorsque celle-ci est morte du fait de l’effondrement du toit de leur maison, et qu’elle en a été extirpée quelques heures après. Elle apprend de surcroît l’existence d’une soeur homonyme, disparue dans les mêmes circonstances et dont elle serait la réincarnation.
Mariam entreprend alors sa quête de vérité et d’identité par un changement de prénom. Or, cette simple démarche administrative est confrontée au refus du nouveau pouvoir politico-religieux qui voit en la jeune fille une miraculée et cherche à vérifier l’hypothèse de sa résurrection. Les autorités veulent à tout prix lui ravir son pouvoir supposé. Au fil des pages, le dossier de Mariam prend de plus en plus d’importance à leurs yeux. Elles s’efforcent de comprendre les mécanismes d’une telle résurrection afin de remédier aux lourdes pertes humaines sur les champs de bataille de la guerre Iran-Irak. La célèbre parole du Prophète qui en son temps avait proclamé qu’un jour avant la fin du monde quelqu’un de sa descendance ressusciterait les morts trouve une tournure toute pratique en ces circonstances et sert de référence idéologique au chef de la Commission de résurrection pour poursuivre Mariam.
Sur fond de croyances religieuses et de légendes sacrées, s’engage dès lors une course effrénée qui, à travers les méandres de la ville de Téhéran, embarque le lecteur dans des situations singulières et des lieux insolites. Un ancien temple zoroastrien transformé en centre de musculation pour blessés de guerre, une clinique où l’on garde les « foudroyés », autrement dit les soldats choqués par ce qu’ils ont vu au front et qui passent désormais pour visionnaires. Mais aussi des jardins de mosquées, des ruelles, un labyrinthe urbain hanté par une agitation politique et religieuse mêlée d’angoisse et de fureur. Une spirale infernale qui finit par conduire la narratrice et son entourage à la catastrophe.

Animarex, Jean-François Kervéan, Robert Laffont

Animarex.jpg

« Un roman historique, quel enfer. Quelle idée à la con. Tout a été dit sur Quatorze. » Eh bien non : en cette année de tricentenaire, qui sera marquée par de nombreuses célébrations, Jean-François Kervéan, à sa manière iconoclaste et insolente, réinvente la jeunesse du roi en explorant la passion amoureuse qu’il vécut, à vingt ans, avec Marie Mancini, nièce du cardinal Mazarin et soeur d’Olympe, sa favorite officielle. Pour Marie et pour la seule fois de son long règne, Louis voulut abdiquer. C’est aussi à cause d’elle qu’il plongea dans l’unique dépression de sa vie. Et par amour pour elle qu’il lança avec la munificence que l’on sait les grands travaux qui firent de son siècle le Grand Siècle et de son règne, en même temps que la naissance de « l’esprit français », le symbole suprême de la monarchie à la française. Raconter un amour aussi grand que celui de Louis et Marie, princesse insoumise éprise de belles lettres et de sentiments vrais là où la cour n’était qu’ambitions, calculs et trahisons, c’est traquer l’or du temps dans ce qu’il a de plus précieux, sauter par-dessus les siècles parfois à la hussarde pour approcher, ne serait-ce que fugacement, l’âme d’un homme, fût-il roi. Fût-il le Roi-Soleil. Anima rex, l’âme du roi
Quête irrévérencieuse de la vérité intime de Louis XIV, irradiée de désir autant que de solitude, Animarex dépoussière avec une vitalité contagieuse les figures figées et convenues du monarque absolu le plus célèbre de l’Histoire. Un roman détonant, flamboyant, comme ce Grand Siècle dont il ranime sans prendre de gants toute la splendeur et la férocité.

Rentrée littéraire #2 : le 19 août, la suite !

Pour bien commencer la semaine, voici d’autres livres qui n’attendront que vous ce 19 août … et toujours du côté de la littérature française !

Au programme, Sébastien Rongier et Séverine Werba chez Fayard, Alexandre Seurat aux éditions du Rouergue, Sorj Chalandon, Laurent Binet et Charles Dantzig chez Grasset !

78, Sébastien Rongier, Fayard

Rongier.jpg

Il y a cet homme qui a gardé le réflexe de tendre la main sous la table pour caresser son chien, alors que son chien est mort. Cette femme qui boit du Get 27 pour oublier que son amant ne viendra pas. Ce militant d’extrême droite qui cherche à embrigader le patron de la brasserie. À l’abri des regards, dans la cuisine, il y a le rescapé d’une nuit d’octobre. Et puis il y a l’enfant. L’enfant qu’un adulte accompagnait mais qui est seul à présent devant son verre vide. L’enfant qui attend que l’adulte revienne. Nous sommes en 1978, dans une brasserie près de la cathédrale de Sens. C’est un instantané de la France et d’une époque. Mais aussi le récit atemporel et poignant de la perte de l’enfance, dans le bourdonnement indifférent de cette ruche française.

Appartenir, Severine Werba, Fayard

Appartenir.jpg

De la guerre, de la déportation et de la mort de ses proches, Boris, le grand-père de la narratrice, n’a jamais parlé. Autour de lui chacun savait, mais, dans l’appartement du 30, rue de Leningrad, que tout le monde appelait « le 30 », le sujet n’était jamais évoqué. Et puis Boris est mort. La jeune femme a vécu un moment au 30, en attendant que l’appartement soit vendu, elle avait vingt ans, et elle a cédé à une bibliothèque les livres en russe et en yiddish de son grand-père. Plus personne ne parlait ces langues dans la famille. Ce n’est que dix ans plus tard, au moment de devenir mère, que s’est imposé à elle le besoin de combler ce vide et de reprendre le récit familial là où il avait été interrompu. Moins pour reconstituer le drame que pour réinventer des vies. Retrouver les rues de Paris autrefois populaires où vivaient Rosa, la sœur de Boris, avec sa fille Lena, déportées en 1942 ; voir ce village lointain d’où son grand-père était parti pour se créer un avenir qu’il espérait meilleur ; entendre couler cette rivière d’Ukraine sur laquelle, enfant, il patinait l’hiver. Comprendre où ils vécurent et furent assassinés. Alors elle cherche, fouille, interroge, voyage, croisant la mort à chaque pas dans son étrange entreprise de rendre la vie à ces spectres. C’est une quête insensée, perdue d’avance, mais fondamentale : celle d’une identité paradoxale qu’il lui faut affirmer.

La maladroite, Alexandre Seurat, Le Rouergue : 1er roman !

couv-maladroite-ok.indd

Tout commence par un avis de recherche, diffusé à la suite de la disparition d’une enfant de huit ans. La photo produit un choc chez une institutrice qui a bien connu Diana. D’emblée, elle n’a aucun doute. La gamine n’a pas été enlevée, ses parents sont responsables de sa « disparition ».
Remontant sa courte vie jusqu’au temps même de sa conception, le roman égrène les témoignages de ceux qui l’ont côtoyée. Enseignants ou médecins scolaires, gendarmes, assistantes sociales, et jusqu’à la grand-mère ou le demi-frère de la victime : toutes et tous viennent prendre la parole, dire, dans la stupeur et l’urgence de s’exprimer, ce qui s’est noué sous leurs yeux, qui les a alertés, sans que jamais ils ne puissent enrayer le dénouement fatal. Peu à peu, ils cernent les zones aveugles de cette histoire ainsi que les failles d’un système pourtant dédié à la protection et l’épanouissement de l’enfance. Inspiré d’un fait divers récent, ce roman choral tient volontairement à distance tout effet de style, et évite la surenchère émotionnelle et compassionnelle.
Seulement les faits, et les faits connus par les témoins extérieurs : autour du trou noir de ce que fut le martyre de celle qui est appelée Diana dans le livre, l’auteur conserve le plus parfait silence.

Profession du père, Sorj Chalandon, Grasset

Profession_du_pere.jpg

Tu connais ton père », disait la mère d’Emile.
Un jour, il était parachutiste. Le lendemain, habillé en pasteur, il obligeait son fils à s’agenouiller pour être exorcisé. Et le soir, il lui avouait à voix basse être un agent secret américain. En pleine nuit, le père d’Emile s’est réveillé rebelle. Soldat clandestin chargé d’une mission supérieure : assassiner De Gaulle. Mais pour tuer le général, il fallait être deux. C’est comme ça qu’Emile a été enrôlé par son père dans l’organisation » secrète » ». Alors, il était heureux, Emile. De plaire à son père, de ne plus être battu. Mais aussi, il avait terriblement peur. Parce qu’à 13 ans, c’est lourd un pistolet. C’est pour ça qu’il a demandé à Luca de rejoindre le complot. Luca était Pied-Noir. Tout juste rapatrié d’Algérie, le collégien voulait se venger du général. « Tout ça, c’est des bêtises », disait la mère d’Emile. Pour rassurer son enfant, elle lui répétait: « Tu sais bien que ton père est malade ». Non, Emile ne le savait pas. Le père était tellement malade que même le fils a failli en mourir.

La septième fonction du langage, Laurent Binet, Grasset

La_fonction_du_langage.jpg

Le 25 février 1980, Roland Barthes se fait écraser par une camionnette, alors qu’il sort d’un déjeuner avec François Mitterrand. C’est un assassinat. Le mobile : Barthes avait sur lui un document inédit de Jakobson, la septième fonction du langage, une fonction qui permet à celui qui la maitrise de convaincre n’importe qui de n’importe quoi dans toutes les situations.
Le commissaire Jacques Bayard, vieux réac peu porté sur le structuralisme, embauche Simon Herzog, jeune gauchiste sémiologue, pour mener l’enquête. Leur mission, assignée par Giscard qui prépare sa réélection, est de retrouver cette septième fonction. Cela implique d’interroger la crème du milieu intellectuel français : Michel Foucault, Gilles Deleuze, Julia Kristeva, Philippe Sollers, Louis Althusser, etc. Le couple d’enquêteurs découvre l’existence du Logos Club, une puissante société secrète où l’on se livre à des joutes oratoires féroces. La piste du Logos Club les emmène à la rencontre d’Umberto Eco à Bologne, puis sur un campus américain, où Derrida et Searle s’affrontent dans un combat mortel, et à Venise, où doit avoir lieu l’ultime joute. L’enquête s’achèvera à Paris, le 10 mai 1981.
Au fil du récit, Simon Herzog révèle des qualités de Sherlock Holmes et de James Bond. Bayard, quant à lui, se découvre un intérêt inattendu pour la French Theory. Mais Simon développe aussi une paranoïa qui le fait s’interroger sur son statut ontologique : et s’il n’était, au fond, qu’un personnage de roman ?

Histoire de l’amour et de la haine, Charles Dantzig, Grasset

Histoire_de_l_amour_et_de_la_Haine.jpg

Voici sept personnages à un moment de l’Histoire de France, qui s’ouvre avec les premières manifestations contre le « mariage pour tous » à Paris et s’achève avec les dernières. Il y a Ferdinand, garçon de vingt ans qui souffre de la vulgarité de son père, le député Furnesse, vedette homophobe des médias et fier de l’être ; Armand et Aron, qui vivent en couple et partagent un grand appartement avec Anne, belle et victime de sa beauté ; Pierre, grand écrivain qui n’écrit plus et entreprend une histoire d’amour avec Ginevra. Et bien des personnages secondaires, tous apportant leur voix à ce concert de l’amour et de la haine qui a retenti dans la ville pendant ces quelques mois.