[Jeunesse – Sainte-Beuve 2018] Aussi loin que possible, Eric Pessan

Antoine et Tony n’ont rien prémédité, rien comploté. Ce matin-là, ils ont fait la course sur le chemin du collège. Comme ça, pour s’amuser, pour savoir qui des deux courait le plus vite. Mais au bout du parking, ils n’ont pas ralenti, ni rebroussé chemin, ils ont continué à petites foulées, sans se concerter. La cité s’est éloignée et ils ont envoyé balader leurs soucis et leurs sombres pensées. Pour Tony, la hantise de se faire expulser vers l’Ukraine et d’avoir à quitter la France.
Pour Antoine, la peur de prendre une nouvelle dérouillée parce que son père a envie de passer ses nerfs sur lui. Depuis ce matin où tout a basculé, ils courent côte à côte, en équipe.
Ils se sentent capables de courir pendant des jours, tant qu’il leur restera une once de force. Fatigués mais terriblement vivants.

Mon avis :

Voici un autre roman de la sélection 2018 du prix Sainte-Beuve, roman qui a déjà reçu le prix NRP de la littérature jeunesse 2015-2016.

Anthony et Tony courent. C’est venu comme ça, un beau matin, après qu’ils aient posé leur sac de cours dans un coin. Ils sont tous les deux en quatrième, plutôt bons élèves, pas vraiment perturbateurs, parfois en retard. L’un s’est mis à courir, l’autre a suivi, d’abord à une vitesse de sprint avant de ralentir à une allure plus raisonnable pour durer. Ils ne parlent pas, ou peu. Les mots sont inutiles pour le moment, ils viennent en temps voulu, avec parcimonie souvent. Ils sentent l’un comme l’autre qu’ils ont besoin de courir. Mais pourquoi ? Envie de se défouler ? Envie de fuir ? Fuir quoi ?

Anthony est battu par son père. Les parents de Tony, sans-papiers, ont reçu l’obligation de quitter le territoire français dans un mois : ils doivent retourner en Ukraine, un pays que le jeune homme ne connait pas. L’un est en colère, l’autre en proie à la tristesse. L’inverse est vrai aussi.

Anthony est le narrateur. Il revient sur leur trajet, leurs arrêts, leurs rencontres, mais c’est aussi lui qui nous révèle ses pensées. Ces dernières ne sont pas linéaires et varient en fonction du rythme de la course. Ils courent d’abord une heure, puis deux, puis plusieurs jours, volant ce qu’il faut pour qu’ils puissent se nourrir, trouvant abri la nuit dans un maison abandonnée ou dans un endroit déserté. Ils ont froid, chaud, des ampoules aux pieds, le corps douloureux mais la tête de plus en plus légère. Et cette douce sensation de liberté, de pouvoir s’échapper…

Un livre surprenant, d’une belle profondeur malgré un sujet qui semble à la base léger. J’ai aimé le rythme de narration parfois mimétique de la foulée des deux adolescents. J’ai remarqué que j’accélérais ma lecture quand, au début, ils étaient proches du sprint, et que j’ai ralenti quand ils en ont fait tout autant.

Autres romans sélectionnés pour le prix Sainte-Beuve :

[Jeunesse – Sainte Beuve 2018] Ma mère, le crabe et moi, Anne Percin

[Jeunesse – Sainte-Beuve] Et mes yeux se sont fermés, Patrick Bard

 

 

 

Publicités

[Jeunesse] Zamir, Josette Wouters

Zamir par Wouters

Dans cette communauté Emmaüs du nord de la France, face à l’Angleterre, ce sont les hommes seuls qu’on accueille. Pourtant, lorsque Zamir débarque avec son père, sa mère et son petit frère, au terme de longs mois d’errance à travers l’Europe, le directeur, Viktor dit le Viking, ne leur refuse pas l’hospitalité. Zamir est fatigué. Il a faim. Il n’est jamais allé à l’école. Mais auprès de ces hommes rudes au grand cœur, une vraie vie d’enfant va commencer pour lui.

Mon avis :

Zamir et sa famille ont quitté leur pays (on imagine que c’est à cause de la guerre) avec un objectif dans la tête des parents : rejoindre l’Angleterre pour avoir une vie meilleure. Or, leur trajet est plus long que prévu, et ils se retrouvent bloqués dans le nord de la France, comme beaucoup de migrants. Ils n’ont plus de papiers : un homme leur a volé en réclamant en échange qu’ils mendient pour eux, ce qu’ils ont refusé. Ils restent des mois et des mois dehors, mangeant peu, ayant froid et surtout peur. Ils survivent.

C’est  à travers les yeux du jeune garçon clandestin que nous suivons le parcours de cette famille. Un jour, ils sont trouvés et conduits auprès de la communauté Emmaüs où ils seront nourris, logés, blanchis. Si le père s’adapte facilement aux différentes situations, il en va autrement pour la mère qui a perdu le sourire depuis qu’elle a quitté son pays, et parle peu. Ses réactions seront aussi surprenantes face à l’aide que la communauté d’Emmaüs leur proposera. En effet, alors que pour Zamir et son père (son petit-frère est trop petits) sont ravis de ce contenter de ce qu’on leur offre, la mère en veut toujours plus et ne semble jamais comblée… jusqu’à ce qu’un événement la rende mutique. C’est alors que Zamir a une jolie idée… Un indice ? Le voici : harmonica ! (oui, oui, il faudra vous débrouiller avec ça).

C’est un livre qui met en avant la solidarité des personnes entre elles, notamment ceux de la communauté d’Emmaüs (le regard des autres est différent). Zamir est un petit bonhomme plein d’optimisme et de rêve, pour lequel on ne souhaite que le bonheur. Il nous rappelle la valeur de certaines choses simples : être au chaud, manger à sa faim, se rendre à l’école, apprendre.

En bref : un beau roman sur l’immigration, sur ses aspects négatifs, mais aussi l’exemple d’une immigration réussie, avec une fin qui, malheureusement, n’est pas un reflet de ce qui se passe le plus souvent dans la réalité.

Josette Wouters sera présente au Salon du livre de Lumbres le 12 novembre 2017 ! D’ailleurs, je vous parlerai bientôt de ce salon…

[Jeunesse]La peau noire des anges, Yves-Marie Clément

Couverture du livre La peau noire des anges - Yves-Marie Clément - ISBN 9791090685734

Présentation :

Les parents d’Angelina rêvent d’une vie meilleure, loin de la misère de Madagascar. Mais après le naufrage de leur barque au large de Mayotte, la vie d’Angelina et de son petit frère va basculer. Maintenant, elle doit payer la dette de ses parents, afin de rembourser les passeurs.

Elle retourne alors dans son pays, puis part pour Beyrouth, où elle est exploitée pour un salaire de misère. Ses rencontres l’aideront-elles à retrouver sa liberté ?

Mon avis :

Voici un très beau roman qui raconte la vie d’Angélina (principalement) et son frère, deux enfants qui ont perdu leurs parents lors d’une tentative d’immigration qui a tourné au drame. A Mayotte, Angélina « La Malgache » et son frère ne se sentent pas à leur place. Pour vivre, Angélina est bonne dans la famille de Mme Ichati, une grosse dame peu agréable, en échange cette dernière les logeait et les nourrissait. Jusqu’à ce qu’un feu embrase la case : qui pourrait en être responsable, si ce n’est deux étrangers ? Évidemment, Angélina et son frère n’y sont pour rien mais ils doivent fuir la colère et la haine qui s’abattent sur eux, sans raison. Suite à une rencontre, une question taraude Angélina : ses parents sont-ils réellement morts ? Pour en avoir le cœur net, elle va vouloir se rendre à Madagascar. Pour cela, elle devra laisser son frère à Mayotte, avant de venir le retrouver. Mais elle devra aussi travailler et gagner beaucoup d’argent pour payer son voyage, et rembourser la dette de ses parents (ils ont emprunté de l’argent pour payer les passeurs). Ce sera le début d’un long voyage initiatique.

Le texte est facile à comprendre et vraiment intéressant. En effet, je trouve que les conséquences que peut avoir l’immigration sur deux jeunes enfants est un thème important en littérature jeunesse. Non, tout n’est pas toujours rose et Angélina fait preuve d’un courage exemplaire. Elle rencontrera des personnes qui l’abuseront ou qui voudront essayer, mais elle aura aussi la chance de trouver des mains tendues vers elle.

NB : j’ai beaucoup aimé à la fin le « lexique de Célestin » qui reprend les mots dont on ne connait souvent pas la signification (« padzas », « badamier », « camarons »…) pour nous en proposer une définition, parfois illustrée d’une photo.

Retrouvez La peau noire des anges sur le site de la maison d’édition Le Muscadier, collection « rester vivant ».

[Jeunesse] Les hirondelles se posent sur les filles électriques, Gaëtan Serra

51OTcG+u1GL._SX195_

Présentation :

Abigail est une forte tête, habituée des heures de colle. Pour échapper à la sanction qui viendrait encore plus alourdir son dossier, elle accepte un devoir supplémentaire un peu particulier. Waël, le nouveau, aurait besoin de cours de français. Le problème, c’est qu’être avec  Waël,  ça craint pour la réputation.

Mon avis :

Premier livre que je lis de la toute nouvelle maison d’édition, « Les éditions du Dahu », et premier coup de cœur.

Abigail est une de ces filles que tout le monde craint. Avec sa bande de copines, elle aime multiplier les bêtises et est habituée aux sanctions.

Quand Waël, un jeune « mi-grand » se met à l’appeler par erreur « Abi gueule » et à en rire, Abigail, vexée, lui met une gifle. La sanction ne tardera pas à tomber, mais elle aura la particularité d’être originale et utile : Abigail devra passer deux fois une heure avec Waël et lui apprendre du vocabulaire en français. Une sanction que la jeune fille  va d’abord prendre comme une corvée, avant de changer d’avis. Ce qui ne sera pas vu d’un bon œil par tout le monde…

J’ai dévoré ce livre.Il traite de sujets importants au collège : l’immigration, le déracinement, l’intégration, le regard des autres, les rumeurs…
Si Abigail se montre au début peu enthousiaste à l’idée de passer du temps avec Waël, une jolie complicité finit par naître entre eux. J’ai beaucoup aimé suivre ce cheminement. Abigail découvre avec stupeur la vie que Waël menait avant de venir en France, ils s’ouvrent l’un à l’autre. Une situation délicate pour la jeune fille qui voit son statut de chef de groupe se contester et le garçon qui lui plait s’intéresser à une autre.
Une belle histoire qui se lit facilement, réaliste mais sans tomber dans un pathos dérangeant. Les personnages sont touchants, bien décrits.

Un roman à trouver dans toutes les bibliothèques et CDI !

Retrouvez le premier chapitre de ce livre sur le site de l’auteur, et pour découvrir la maison d’édition, c’est là !

[Jeunesse] Quand les poissons rouges auront des dents, Marie Colot

La semaine consacrée à Marie Colot touche à son terme. J’espère que l’un de ses titres (ou deux, voire trois ou tous !) vous aura conquis ! Je ne reviens pas sur son roman Dans de beaux draps que j’ai déjà chroniqué il y a quelques semaines (son seul livre dans la collection « tertio »), je vous présente aujourd’hui un livre destiné à un public plus jeune que les précédents (à partir de sept ans) Quand les poissons rouges auront des dents, paru dans la collection Primo l’année dernière. Et c’est encore un coup de cœur !

Quand les poissons rouges auront des dents par Colot

Présentation :

Il y a Auguste qui mémorise l’annuaire téléphonique. Il y a Lima qui garde toujours le silence. Il y a Robert Bouchard, le Playmobil. Il y a madame Louise, la maitresse aux grosses lunettes qui les surveille pendant les récréations parce que le poisson Frigolite s’est retrouvé dans la cuvette des toilettes. Et il y a un pays lointain, très lointain. Mais, avec des trottinettes et un peu d’audace, il est peut-être plus proche qu’on croit. Une escapade riche en rebondissements qui confirme que les enfants n’ont pas une cervelle de poisson !

Mon avis :

Auguste est un petit garçon atypique : il aime mémoriser l’annuaire téléphonique, notamment lors de ses fréquentes punition à l’école, a toute une collection de Playmobil – ses amis –  avec lesquels il s’amuse régulièrement. Pour avoir jeté le poisson rouge dans les toilettes, il est puni pendant les récréations et doit rester dans la classe, où se trouve aussi Lima, une jeune fille étrangère arrivée récemment en France. Elle intrigue Auguste par son silence et l’émeut par sa tristesse. Il finira par réussir à entamer une conversation, et prendra une décision : il va aider Lima à retourner auprès de ses parents !

Un court roman drôle, très bien illustré par Philippe de Kemmeter, qui soulève des thèmes importants comme l’homosexualité (Auguste vit avec ses deux papas – il pense d’ailleurs que c’est à cause de ça que sa maitresse ne l’aime pas – mais voit souvent Marjorie, sa mère biologique ), la guerre ou encore l’immigration. Le style est léger, la plume bourrée d’humour et de candeur enfantine. Un gros coup de cœur pour ce livre qui est à mettre dans toutes les petites mains !