[Jeunesse] Aurélie et son secret, Sabine du Faÿ

ob_82c35e_telechargement-10

Un peu gauche, étourdie, un brin rêveuse et inventive, Aurélie se sent différente depuis qu’elle est toute petite. Même sa sœur jumelle Henriette et son frère François, disent qu’elle est bizarre et ses parents, un médecin et une psychothérapeute, ne comprennent pas ses comportements inattendus et passent leur temps à la gronder. La fillette a bien du mal à se défendre et ne saisit pas toujours les remarques de sa famille. Elle s’isole alors dans son monde à elle. Heureusement, elle sait qu’elle peut compter sur sa grand-mère dont elle est très proche. Elle seule peut la comprendre et surtout croit en elle. Mais un jour, Aurélie fait une découverte qui va changer sa vie.

Mon avis :

Aurélie se retrouve avec son frère et sa soeur chez ses grands-parents suite au divorce de ses parents. La petite fille a du mal à trouver sa place, et sa maladresse légendaire ne l’aide pas à se faire bien voir.  D’ailleurs, tout le monde la trouve bizarre, à part sa grand-mère.

C’est vrai qu’elle est un peu étrange : elle sait parler aux animaux et à la nature en générale, éprouve même de l’empathie pour les fleurs qui se font couper. Pourtant, elle va finir par devenir amie avec Emilie, une jeune fille en fauteuil roulant et rencontrera un étrange chien jaune. Mais, ce n’est pas tout. Aurélie change, elle le sent, elle le voit. Quelque chose pousse dans son dos. Des ailes. Elle n’est définitivement pas comme les autres. Va-t-elle accepter sa différence et apprendre à s’aimer ?

Voici un beau roman, qui traite de la différence et de l’acceptation de soi. Si je n’ai pas été complètement emballée par ma lecture ( j’ai eu du mal à l’ancrer dans notre époque, et pas à cause du côté fantastique) le roman a le mérite de montrer qu’il faut parfois apprendre à accepter qui l’on est vraiment pour se sentir bien.

Un roman  paru aux éditions Oskar.

[Jeunesse] La folle aventure de Marty, Emmanuel Prost

Polar_junior_20.indd

Marty Lockwood, neuf ans un quart, vient d’emménager à Sallaumines. Une petite ville tranquille ? Pas si sûr ! Dès son arrivée, le garçon assiste à une bagarre entre deux clans rivaux étudiant dans des écoles différentes. Marty se rallie aux sympathiques Araignées Centrales qui l’accueillent avec joie. Mais, un peu plus tard, rebelote : un événement incroyable vient déranger sa quiétude. Certains monuments emblématiques de la ville ont disparu. Puis c’est au tour de l’école de se volatiliser. Comment est-ce possible ? Qui les a effacés du paysage ? En enquêtant, Marty et les Araignées Centrales découvrent une réalité surprenante. Pourront-ils redonner à leur ville son visage d’autrefois ?

Mon avis :

Voici un livre aussitôt reçu, aussitôt dévoré ! La faute à son auteur, Emmanuel Prost, que j’ai rencontré lors du salon du livre à Saint-Quentin la semaine dernière, et qui ne voulait pas me révéler pourquoi et comment l’école avait disparu…

Bon, tout d’abord, sachez que je connais enfin la réponse ! Chouette non ? Par contre, je ne vous la donnerai pas (haha !).

Marty emménage avec son père à Sallaumines. A l’école, il se retrouve rapidement dans le clan des Araignées Centrales, surnom donné dans un premier temps aux élèves de son établissement scolaire  (en opposition aux « Epinards », surnom donné aux élèves de l’école voisine) avant de devenir le nom de leur quatuor (composé de Marty, mais aussi de Blaise (alias Bouboule), Léonie (Léo) et Abdel.  C’est tout aussi rapidement qu’ils vont se mettre à enquêter sur un phénomène bien mystérieux : la disparition de certains bâtiments de la ville, dont leur école ! L’enquête sera évidemment résolue, avec brio.

La lecture de ce roman est à la fois facile et très agréable. On suit avec délice la première aventure de Marty et de son groupe, on ne veut pas lâcher le roman avant de lire le mot final. J’ai apprécié découvrir la façon dont les bâtiments ont disparu, mais j’ai aussi surtout adoré le clin d’œil final fait à un des monuments de la ville de Sallaumines… et je promets de garder précieusement le secret !

Ce roman fait partie de la collection « Polars en Nord » d’un chouette éditeur régional, Ravet-Anceau. N’hésitez pas à découvrir leur catalogue !

Autre roman de cette collection :

[Jeunesse – policier] Pas de braderie pour Charlie, Josette Wouters

 

[Jeunesse – policier] Pas de braderie pour Charlie, Josette Wouters

L_BraderiePourCharlie_couv

Présentation :

En septembre, la braderie de Lille représente une fête incontournable pour Charlie, 9 ans. Avec son père, il déniche toutes sortes d’objets en explorant les poubelles de la ville pour pouvoir les vendre. Dans le cagibi de leur résidence, de drôles de trésors s’accumulent. C’est certain, la braderie sera une réussite. Mais un matin, tout a disparu. Un voleur s’est introduit chez eux et a dérobé les précieux biens. Accompagné de ses meilleurs amis, Charlie a peu de temps pour retrouver le coupable…
À partir de 8 ans.

Mon avis :

Je connais surtout Josette Wouters pour ses romans destinés aux adolescents (Zamir et Le père de Louis), mais face à l’engouement des lecteurs dans les salons du livre vers ce petit roman policier de la collection Polars en Nord junior (Ravet-Anceau) , j’ai sauté le pas.

Depuis quelques années, c’est devenu un rituel : Charlie accompagne son père à la braderie de Lille. Toute l’année, ils partent à la recherche de différents objets qu’ils pourront vendre à cette occasion. Quand ils rentrent, ils déposent leurs trésors dans une cabane en dehors de la maison, la mère refusant de voir ces objets qui attirent la poussière chez elle. Or, un jour, la porte de la cabane a été fracturée. Qui a pu faire ça ? Et pourquoi ? Charlie, ses amis et sa famille vont mener l’enquête !

On est tout de suite pris par l’histoire, à côté de Charlie. On se désole lors du vol de la petite cabane, on mène l’enquête avec lui, on cherche des indices…  Les personnages sont nombreux et variés, l’histoire pleine de rebondissements et très chouette à lire : je recommande !

[Jeunesse – Sainte-Beuve 2018] L’anneau de Claddagh, tome 1, Béatrice Nicomède.

L'anneau de Claddagh, Tome 1 : Seamrog par Nicodème

Irlande, comté de Galway, 1846. Keira est la fille d’une cuisinière irlandaise, Arthur le fils d’un grand propriétaire anglais. Ils ne devraient pas se rencontrer, et encore moins s’aimer. Mais le destin les réunit et menace de les séparer. Sur quel avenir commun peuvent-ils compter ? Dans un pays ravagé par la famine, Keira peut s’estimer heureuse d’être employée dans une maison où l’on ne manque de rien. Et l’âme de sa grand-mère veille sur elle grâce à un anneau à la puissance mystérieuse. Saura-t-il la guider parmi les drames qui s’apprêtent à bouleverser son existence ?

Mon avis :

Voici un roman jeunesse sélectionné pour le prix Sainte-Beuve 2018, paru aux éditions Gulf Stream.

Nous plongeons rapidement au cœur de l’Irlande du XIXème siècle, alors que la famine et la maladie font rage. Un fossé se creuse entre les riches propriétaires anglais et les pauvres paysans.

Keira, fille d’une cuisinière, travaille comme femme de chambre au manoir de Ballinrobe. Elle porte toujours sur elle un anneau, héritage de sa grand-mère qu’elle n’a pas connue. Un jour, elle rencontre Arthur, le fils d’une riche famille anglaise, qui rêve de partir pour New-York. L’attirance est immédiate, malgré la différence sociale. Quand il lui propose de partir avec lui, la tentation est forte… mais cela pourra-t-il se réaliser ?

Cette histoire est très intéressante et prenante. Les premières pages s’ouvrent sur un prologue qui nous envoie en 1828 à Galway, lors de la naissance de Keira. J’ai été happée aussitôt, et j’ai tourné les pages. L’immersion est totale : on est aux côtés des paysans, on souffre de leurs maux, rien n’est minimisé (l’histoire de la famille Dunnan est terrifiante). Des histoires de jalousie et de manigances enrichissent l’ensemble.

Un très bon premier tome où se mêlent le mystère, le fantastique, la romance et la tragédie. J’ai hâte de lire le suivant !

PS : un pendentif représentant l’anneau est offert pour l’achat du premier tome !

Autres romans de la sélection Sainte-Beuve 2018 :

[Jeunesse – Sainte-Beuve 2018] Aussi loin que possible, Eric Pessan

[Jeunesse – Sainte Beuve 2018] Ma mère, le crabe et moi, Anne Percin

[Jeunesse – Sainte Beuve 2018] Et mes yeux se sont fermés, Patrick Bard

[Jeunesse] Dyscool, une nouvelle collection aux éditions Nathan

Les livres pour les élèves dyslexiques sont de plus en plus nombreux, et c’est une très bonne chose ! Les éditeurs comprennent la nécessité d’adapter les romans pour les élèves qui ont des difficultés de lecture, c’est notamment le cas des éditions Nathan qui proposent des livres numériques mais aussi des romans en format papier, en commençant par les quatre romans ci dessous, qui connaissent déjà un grand succès auprès des lecteurs lambdas :

21105422_981587175315084_2509492334787319360_n.jpg

Présentation des romans (tous à partir de 7 ans).

Le buveur d’encre :

Le fils du libraire déteste les livres. Un jour, il surprend un curieux voleur qui, muni d’une paille, avale les mots d’un livre entier. Il s’agit d’un vampire qui boit l’encre des livres…

Les aventures d’Anouk et Benji, un carabine dans les sardines :

Dans la petite ville de bord de mer où habite Anouk, un voleur rôde. On raconte qu’il est armé d’une carabine… Mais le plus étrange, c’est le choix de son butin : un énorme stock de sardines en boîtes. Bizarre… Anouk enquête avec Benji, son husky chéri.

Nico, j’ai 30 ans dans mon verre :

Nico, un super héros avec zéro super pouvoir mais de supers histoires ! Tous les copains ont toujours le plus grand âge dans leur verre, jusqu’au jour où Nico joue un tour à sa bande !

Clodomir Mousqueton :

Le livre du petit Marcel est arrivé par erreur chez son voisin, Clodomir Mousqueton. Le vieux grincheux ne lit jamais, mais il refuse de rendre le bouquin : il a enfin réussi à caler sa porte ! Mais le garçon ne va pas se laisser faire. Entre Clodomir et lui, la guerre est déclarée !

En quoi ces romans sont adaptés au dys ?

WP_20170824_003

  • La mise en page est adaptée : longueur des lignes, travail sur la police, place de l’illustration, interlettrage, intermots et interlignages agrandis, texte ferré à gauche, respect des unités de sens par double page.
  • Les phrases complexes sont réécrites mais l’histoire reste identique.
  • Les mots et expressions complexes sont expliqués, les figures de style remplacées ou expliquées.
  • Les personnages sont explicitement nommés.

WP_20170824_004

  • Le choix d’un papier mat et ivoire, plus reposant pour les yeux.
  • Petit plus : il est possible de cocher le chapitre quand il est terminé !WP_20170824_005

Retrouvez toutes les informations sur le site consacré à Dyscool !

[Jeunesse – premiers romans] Brune du lac et Clodomir Mousqueton

Aujourd’hui je vous présente deux romans jeunesses publiés aux éditions Nathan dans la collection « Premiers romans : les romans faciles à lire tout seul ! ».

Présentation :

Le dénouement des aventures de Brune du Lac !
Brune a retrouvé la trace de sa mère : Dame Isabeau vivrait recluse dans le château de Sire Arnaldur, un étrange seigneur sur lequel courent les pires rumeurs. En ce jour de la Saint-Georges, il ouvre exceptionnellement sa forteresse à qui lui apportera une bête fabuleuse… Brune a un plan : déguiser l’ourson Arthur en bête fabuleuse, puis… improviser ! La jeune chevalière ne mesure pas encore l’étendue du danger… Retrouvera-t-elle sa mère ?
Mon avis :
Nous avons quitté Brune (voir la précédente aventure)  avec une certitude : sa mère était en vie, certainement retenue au château de Sire Arnaldur. C’est en compagnie de ses amis Béatrice et Thibault qu’elle finira par entrer dans le château. Retrouvera-t-elle sa mère ? Pourront-elles vivre ensemble ? Mais, c’est sans compter sur le retour d’un ennemi aux longues oreilles…
Un joli tome qui clôt en beauté cette chouette série !
***********
Autre série, autre roman : la suite des aventures de Clodomir Mousqueton avec un nouvel opus intitulé : Roi de la scène !
Présentation :
Clodomir, metteur en scène ? Ça va faire des étincelles !
Clodomir est invité à assister aux répétitions du club de théâtre de son petit voisin Marcel. Évidemment, le vieux grincheux ne peut éviter de mettre son grain de sel : faites-ci, faites-ça, non, pas comme-ci, comme-ça, nom d’une crotte de limace ! Les enfants l’aiment bien, mais là c’est trop : il faut lui trouver une autre occupation…
Mon avis :
Clodomir est tellement râleur, qu’on l’adore ! Et les plus jeunes aussi. Alors quand il repart du club de théâtre après avoir semé la zizanie pendant la répétition (voulant jusqu’à couper les couettes d’une petite fille), tout grognon (il faut dire qu’il avait un peu trop d’idées étranges), rapidement quelqu’un sonne à sa porte pour lui proposer de revenir… avec un rôle dans la pièce !
Un nouveau tome pétillant, qui fera rire petits et grands !

[Jeunesse / ado] Le lien du faucon, Delphine Laurent

Le lien du faucon par Laurent

 

Mélissandre rêve de devenir maître fauconnier. Son stage à la Volerie des Rapaces du château de Kratzberg va lui permettre de concrétiser son vœu le plus cher. Alors qu’elle prend soin de Gemma, une vieille fauconne qui semble habiter les lieux depuis toujours, la jeune fille découvre un journal de dressage rédigé trois siècles auparavant par un fauconnier du nom de Louis. Que cache ce carnet dont de nouvelles pages s’écrivent chaque nuit, comme par enchantement ? Et si, défiant les siècles et unis par la même passion, les destins de Mélissandre et de Louis étaient liés à celui de Gemma ?

Mon avis :

Voici le second roman de Delphine Laurent. Comme j’avais aimé le premier (Nous sommes ceux du refuge), j’avais hâte de découvrir ce nouveau roman, publié aussi aux éditions Oskar.

Mélissandre, Louis, deux époques (21ème siècle et 18ème) un même lieu : le château de Katzberg. Alors que la première vient d’arrêter ses études et souhaite plus que tout devenir fauconnier, le second connait déjà le métier, excelle en sa matière, et rêve de servir le roi de France.

Quand Mélissandre rejoint la fauconnerie, elle sent que son rêve se rapproche. Si le premier jour elle a déjà l’honneur de porter le gant et d’y recevoir un faucon, la suite s’annonce moins intéressante : elle sera essentiellement chargée des basses besognes, notamment celle de nettoyer la cage d’une vieille fauconne.

Rapidement, elle comprendra que la fauconne est bien plus qu’un simple oiseau et qu’une aura magique l’entoure : qui est ce Louis, ce jeune homme dont elle a trouvé le journal et qui lui apparait chaque soir ?

De son côté Louis s’étonne aussi de l’apparition magique de cette fille, plutôt jolie, du futur. Il ne pense plus qu’à elle. Alors quand on lui offrira l’opportunité de rejoindre le roi de France, sera-t-il toujours intéressé ?

L’histoire est bien menée, habilement construite et originale. On a envie de connaitre l’évolution de l’histoire entre Mélissandre et Louis mais aussi le rôle que va avoir un troisième intervenant, Thomas, dont je ne parlerai pas plus ici pour vous laisser la surprise.

J’ai aimé les variations de langage entre les deux personnages principaux (on ne parle pas de la même façon quand des siècles nous séparent), j’ai accepté de me laisser bercer par la magie et, même si des points me semblent trop faciles et peu crédibles (le coup de foudre un peu trop rapide entre les deux personnages, l’aveu qui sort tout à coup de la bouche de Matthias  , etc…) le tout donne une très agréable lecture.

A découvrir !

D’autres romans publiés aux éditions Oskar :

[Jeunesse] Zamir, Josette Wouters

[Jeunesse / YA] Fani, Christophe Léon

[Jeunesse] Je suis boloss, mais je me soigne, Arthur Ténor

[Jeunesse] 20 ans pour devenir Nelson Mandela, Rolande Causse

[Chronique jeunesse] L’enfant mitrailleuse, Fabien Fernandez

 

 

[Jeunesse / ado] Quelques romans jeunesse …

Aujourd’hui je vous présente trois romans ado que j’ai lus il y a quelques temps, et qui n’ont pas (encore) eu le droit à leur chronique.

  • Divergente raconté par Quatre, Véronica Roth, aux éditions Nathan
  • Jack Bright, Cédric Janvier, aux éditions Oskar
  • Les prisonniers du musée, Xavier Armange, aux éditions Oskar

Ce sont trois romans que j’ai appréciés, sans être complètement emballée non plus, mais dont je suis certaine qu’ils ont trouvé/ trouveront leurs lecteurs.

Divergente raconté par Quatre

Divergente : Quatre par Roth

Les fans de la série divergente seront ravis par quatre: cinq histoires courtes, « Le transfert», «L’Initié », « Le Fils », « Le Traître » et « Quatre gratuit », qui explorent l’univers de la série à travers les yeux du mystérieux mais charismatique Tobias Eaton, révélant des facettes inconnues de sa personnalité, les trames de fond et ses relations.

Nous sommes quelques années avant que Tris ne vienne bouleverser le système des factions. Lors de la cérémonie du Choix, un jeune Altruiste se dresse contre sa famille et choisit de quitter sa faction pour rejoindre celle des Audacieux. Il abandonne son prénom, Tobias, et devient Quatre. Une nouvelle vie s’offre à lui, faite de liberté, mais aussi de dangers. Car ce qu’il découvre chez les Audacieux est propre à mettre en péril son avenir, et celui de la ville tout entière.

Deux ans plus tard, Quatre est en charge de l’initiation des novices. La première à relever le défi, la première à se jeter dans le vide, est une jeune Altruiste ; elle se prénomme Tris et pourrait bien être celle qui va changer sa vie…

Un tome spin-off raconté du point de vue de Quatre, le héros masculin de DIVERGENTE, qui commence avant les événement du TOME 1 jusqu’à sa rencontre avec Tris.

Jack Bright

Jack Bright par Janvier

Leo et Pierre ne s’attendaient pas à vivre une rentrée en 5e aussi intense. Le très redouté professeur de français, monsieur Dray, féru de piraterie, leur demande d’étudier les aventures de Jack Bright, un pirate sanguinaire. Les deux amis se passionnent à leur tour et découvrent qu’il serait pris au piège dans le livre ensorceleur. Et si ce livre existait vraiment ? Commence alors pour eux un périple plein de mystères et de suspense sur les traces de ce corsaire hors du commun.

-> Un livre qui devrait plaire, un pirate voleur de livre, qui se retrouve avec un étrange livre entre les mains… Une histoire que j’ai appréciée dans les premières pages, mais que j’étais contente de refermer (suite trop facile, sans réelle surprise).

Les prisonniers du musée.

Les prisonniers du musée

Alors qu’ils visitent un musée avec leur classe, Marion et Victor s’aperçoivent que les tableaux bougent et qu’on les observe. Et si ce lieu étrange était hanté par des personnages hors du commun ? Pour en avoir le cour net, les deux collégiens vont traverser le miroir de l’éternité. Commencera alors pour eux un dangereux périple, peuplé de rencontres improbables dans le monde de l’art, qui les entraînera jusqu’à New York dans un des plus grands musées du monde..

-> J’aime l’idée de faire découvrir l’univers des Arts au plus jeunes ! Mais l’histoire ne m’a pas emballée. Je le conseillerai pourtant, car il est vraiment ludique.

Point fort : le dossier en fin d’ouvrage qui nous présente de grands artistes.

[Jeunesse] Traquées, Sandrine Beau

Maman avait tout préparé, le sac de voyage, l’itinéraire… Au cas où elle ne reviendrait plus, m’avait elle dit. J’ai toujours pensé que cela n’arriverait pas. Jusqu’à aujourd’hui. Me voilà seule avec ma petite sœur, toutes les deux sur la route pour retrouver maman, avec un tueur à nos trousses…

Mon avis :

Sandrine Beau va bientôt devenir, je pense, l’auteure que j’aurai le plus chroniqué sur ce blog. Il faut dire que ses livres se suivent et ne se ressemblent pas, excepté sur un point : la qualité. Dans Traquées, elle s’attaque à un nouveau genre : le roman policier.

Annabelle et Marjolaine sont sans nouvelles de leur mère depuis deux jours. Annabelle, la plus grande, sait ce que cela veut dire : elle doit partir, avec sa sœur, et vite. L’itinéraire, elle le connait, elle l’a appris. Il faut dire que sa mère lui avait déjà plusieurs fois évoqué la possibilité qu’elles soient obligées de fuir, mais Annabelle espérait de tout cœur que cela n’arriverait pas. Et voilà qu’une petite fille se retrouve sur les routes, accompagnée de sa petite sœur et de son doudou Pimpim, pour rejoindre un premier lieu qui l’éclairera sur la suite. Mais la peur les a retardées et un homme dans une voiture blanche les a repérées et est à leur recherche. Va-t-il réussir à les capturer ? Pourquoi le souhaite-t-il ? Où est partie leur mère ? Beaucoup de mystères et d’angoisses pour deux enfants.

L’histoire est crédible, et intéressante à lire. On tremble pour les petites filles, jusqu’à la fin, on a envie de museler Marjolaine tant elle est parfois pénible (comme toutes les filles de son âge !), mais aussi de la prendre dans nos bras pour lui donner du courage, Annabelle aussi.  Évidemment, on souhaite aussi découvrir la fin de l’histoire, espérant de tout cœur que tout finira bien.

Encore un roman réussi pour l’auteure, un policier prenant à mettre dans les petites mains dès 11 ans !

Traquées est paru aux éditions Alice, collection Deuzio !

 

 

[Les petits] Deux albums jeunesse : « Nanouk l’ourson paresseux » de Leana Gey et « Crottes de Libellule » de Sandrine Beau !

Nanouk, l’ourson paresseux

Résultat de recherche d'images pour "leana gey"

L’histoire est de Leana Gey (le premier album de l’auteure, une amie que j’aime beaucoup : je lui en souhaite beaucoup d’autres !) et les illustrations d’Emmanuel Toullat.

Nanouk ne veut plus faire de corvées, il préfère paresser : et s’il allait voir ailleurs si c’était mieux ? Le petit ourson se met en tête d’explorer la banquise, rencontrant des morses, des lemmings ou encore des pingouins. Mais pas un seul animal avec lequel s’amuser : ils sont tous très occupés ! Et si finalement l’herbe n’était pas plus verte ailleurs ?

L’histoire est très belle, joliment racontée, avec une belle morale finale. Les dessins sont colorées dans les mêmes tons que la couverture, ce que j’aime beaucoup. J’ai un coup de cœur pour les expressions de visage de Nanouk qui sont vraiment bien faites !

Retrouver Nanouk sur le site de la maison d’édition Demdel !

 Crottes de Libellule

Crottes de libellule par Beau

Une histoire de Sandrine Beau (vous savez déjà que j’adore cette auteure) illustrée par Nicolas Gouny.

Ce matin-là, dans un pays très lointain, rien ne va : la souris fait un caca de rhinocéros, le rhinocéros fais un caca de lapin, le lapin fait un caca de hyène, la hyène fait un caca de mouche… Pourtant, tout le monde a l’air de trouver cela très drôle. mais qu’a-t-il bien pu se passer ?

Crottes de Libellule fait partie de la collection « la tête sur l’oreiller », une collection qui regroupe « des albums drôles ou poétiques pour développer l’imaginaire dès 2 ans 1/2. »

L’histoire est bien racontée, et surtout assez drôle. Les illustrations attirent les regards des enfants : je dois cacher l’album pour que ma fille ne se jette pas dessus !

Retrouvez-le sur le site de la maison d’édition Les ptits bérets !

En résumé : deux bels albums que je conseille !