[Jeunesse] Deux secondes en moins, Marie Colot et Nancy Guilbert

 

CVT_Deux-secondes-en-moins_4331

Deux lycéens racontent l’impensable, le drame, la révolte, dans un roman puissant et rempli d’espoir.

Depuis qu’un accident de voiture l’a complètement défiguré, Igor se mure dans le silence. Sa rancune envers son père, responsable de l’accident, est immense, comme sa solitude.

Rhéa sombre dans le chagrin après le suicide de son petit ami. Encore sous le choc, elle ne sait plus à qui ni à quoi se raccrocher dans la ville où elle vient d’emménager.

Pour l’un et l’autre, tout s’est joué à deux secondes. Deux secondes qui auraient pu tout changer…

Et pourtant, Igor et Rhéa reprennent jour après jour goût à la vie en se raccrochant à la musique. Une fantaisie de Schubert et un professeur de piano pas comme les autres vont les réunir et les mener sur un chemin inespéré.

Mon avis :

Généralement, voir le nom de Marie Colot sur une couverture de livre suffit à me donner envie de le lire. Dans ce roman, la quatrième de couverture me plaisait aussi : j’avais l’impression qu’il m’annonçait un roman fort, touchant, que je ne voudrai pas lâcher. C’est exactement ce qu’il s’est passé.

J’ai été très touchée par cette histoire, tellement que j’ai mis longtemps à me lancer dans la rédaction de la chronique, ne sachant quoi écrire.

Igor et Rhéa sont parfaitement bien décrits. On se les imagine de plus en plus précisément au fur et à mesure qu’on avance dans l’histoire, on s’y attache, on veut les garder près de soi.

Ils ont tous les deux un caractère bien trempé, façonné par leurs histoires différentes mais difficiles. Ils ont des points communs : ils se sentent seuls, à des kilomètres des préoccupations ordinaires des autres adolescents de leur âge, incompris, malheureux. Des questions les assaillent régulièrement : comment continuer à vivre après un traumatisme, qu’il soit physique ou mental ? Et même : comment avoir encore envie de continuer à vivre ? Un autre point commun les unit : le professeur de piano. Un homme qui mettra tout en place pour penser les plaies et redonner confiance à ces deux êtres cabossés trop tôt. Un chemin qui sera long et pas toujours facile, mais salutaire.

Côté écriture, les mots sont bien choisis, sans désespoir larmoyant et suffisamment forts pour nous prendre parfois aux tripes et au cœur. On ressent bien deux personnalités différentes qui se complètent parfaitement. C’est d’ailleurs l’un des points forts de ce livre : l’écriture à quatre mains (une auteur pour un personnage).

Un texte qui plaira aux adolescents, mais aussi aux adultes qui peuvent se sentir concernés. De mon côté, j’ai hâte de découvrir d’autres romans de Nancy Guilbert, que je découvre ici.

Aux éditions Magnard.

Retrouvez les avis de Noukette et Jérôme !

D’autres romans de Marie Colot :

[Jeunesse] Quand les poissons rouges auront des dents, Marie Colot

[Chronique jeunesse] Les baleines préfèrent le chocolat, Marie Colot

[Jeunesse] A l’encre rouge, Marie Colot

[Jeunesse] En toutes lettres, Marie Colot

Souvenirs de ma nouvelle vie, Marie Colot

Dans de beaux draps, Marie Colot

 

[Jeunesse] Quand les poissons rouges auront des dents, Marie Colot

La semaine consacrée à Marie Colot touche à son terme. J’espère que l’un de ses titres (ou deux, voire trois ou tous !) vous aura conquis ! Je ne reviens pas sur son roman Dans de beaux draps que j’ai déjà chroniqué il y a quelques semaines (son seul livre dans la collection « tertio »), je vous présente aujourd’hui un livre destiné à un public plus jeune que les précédents (à partir de sept ans) Quand les poissons rouges auront des dents, paru dans la collection Primo l’année dernière. Et c’est encore un coup de cœur !

Quand les poissons rouges auront des dents par Colot

Présentation :

Il y a Auguste qui mémorise l’annuaire téléphonique. Il y a Lima qui garde toujours le silence. Il y a Robert Bouchard, le Playmobil. Il y a madame Louise, la maitresse aux grosses lunettes qui les surveille pendant les récréations parce que le poisson Frigolite s’est retrouvé dans la cuvette des toilettes. Et il y a un pays lointain, très lointain. Mais, avec des trottinettes et un peu d’audace, il est peut-être plus proche qu’on croit. Une escapade riche en rebondissements qui confirme que les enfants n’ont pas une cervelle de poisson !

Mon avis :

Auguste est un petit garçon atypique : il aime mémoriser l’annuaire téléphonique, notamment lors de ses fréquentes punition à l’école, a toute une collection de Playmobil – ses amis –  avec lesquels il s’amuse régulièrement. Pour avoir jeté le poisson rouge dans les toilettes, il est puni pendant les récréations et doit rester dans la classe, où se trouve aussi Lima, une jeune fille étrangère arrivée récemment en France. Elle intrigue Auguste par son silence et l’émeut par sa tristesse. Il finira par réussir à entamer une conversation, et prendra une décision : il va aider Lima à retourner auprès de ses parents !

Un court roman drôle, très bien illustré par Philippe de Kemmeter, qui soulève des thèmes importants comme l’homosexualité (Auguste vit avec ses deux papas – il pense d’ailleurs que c’est à cause de ça que sa maitresse ne l’aime pas – mais voit souvent Marjorie, sa mère biologique ), la guerre ou encore l’immigration. Le style est léger, la plume bourrée d’humour et de candeur enfantine. Un gros coup de cœur pour ce livre qui est à mettre dans toutes les petites mains !

 

[Chronique jeunesse] Les baleines préfèrent le chocolat, Marie Colot

Les baleines préfèrent le chocolat par Colot

Présentation :

Burger, c’est la nouvelle de la classe et elle porte ce surnom à cause de ses kilos en trop. A coups de bonbons et de bonne humeur, elle se fait pourtant une chouette bande de copains. Ils partagent son goût débordant de la vie et se mobilisent sans hésiter, et avec une bonne dose d’inventivité, lorsque sa vie est en danger. Une histoire touchante et haute en couleurs qui célèbre le pouvoir de l’amitié, au-delà des apparences, et qui nous révèle que, tant qu’il y a de la vie, il y a peut-être de l’espoir.

Mon avis :

Après vous avoir parlé des romans En toutes lettres, Souvenirs de ma nouvelle vie et A l’encre rouge, c’est un livre coup de coeur que je vous présente aujourd’hui, le 4ème livre de Marie Colot publié aux éditions Alice : Les baleines préfèrent le chocolat.

Angelina Bombardini ne passe pas inaperçue le jour où elle rejoint sa nouvelle classe. Entièrement vêtue de rose, toute ronde, elle suscite rapidement les moqueries et l’hilarité de ses camarades. Ces derniers ne manquent d’ailleurs pas d’imagination pour lui trouver un surnom. Il faut dire qu’elle les encourage : celui qui trouvera le meilleur surnom gagnera une semaine de desserts. C’est celui de Burger qui l’emportera.

Loin de se démonter, Angelina accueille les moqueries avec le sourire, et riposte à coup de bonbons et de chocolats. Même lors des cours de natation, domaine qui n’est vraiment pas son fort, elle ne lâche rien et persévère, même le jour où la bretelle de son maillot cède. Rien ne semble pouvoir gâcher son optimisme. Elle est fan de Marilyn Monroe, trouvera même son prince charmant, aura des ami(e)s, mais gardera des ennemis…

Seulement, un jour, Angelina est retrouvée noyée dans la piscine. Elle se retrouve à l’hôpital, entre la vie et la mort. Si on dit que c’est dans les moments difficiles qu’on trouve ses vrais amis, de toute évidence Angelina en a une belle flopée, prêts à tout pour la faire revenir.

Mais que s’est-il passé dans cette piscine ?

J’ai ressenti beaucoup de choses à la lecture de ce livre : des émotions, de la joie, de la colère, de la tristesse. Il m’a vraiment bouleversée, bien qu’il s’agisse d’un livre pour les ado. C’est un énorme coup de cœur, et, sans hésiter, mon livre préféré de l’auteure.

Un roman qui porte à réfléchir, à mettre dans tous les CDI et bibliothèques !

 

Souvenirs de ma nouvelle vie, Marie Colot

Hier, je vous ai parlé du premier livre de Marie Colot, En toutes lettres. Aujourd’hui, je vous présente son second livre, Souvenirs de ma nouvelle vie, paru aussi aux éditions Alice, collection Deuzio.

Souvenirs de ma nouvelle vie

Présentation de l’éditeur.

« Ma vie, ces derniers temps, c’est un puzzle géant d’au moins deux mille pièces. Et, aujourd’hui, je place la dernière. C’est un grand jour. Sans doute le plus palpitant de mon existence banale et triste, il faut bien l’admettre. Je vous assure qu’on s’en souviendra tous.»

Depuis « le pire des pires jours », Charlie habite dans un nouvel appartement et est interdite de sortie pour tout l’été. Alors, pour s’occuper, elle décide de rendre visite à ses voisins pour photographier, avec son Polaroïd, la vue depuis chaque étage de cet immense immeuble. Au fil de ses escapades, Charlie découvre des personnes plus surprenantes les unes que les autres dont la vieille écrivain excentrique du troisième étage, Madame Olga. Ensemble, elles comptent bien vivre le plus grand jour de leur vie…

Mon avis :

Encore un livre que j’ai beaucoup aimé.

L’histoire est originale (faire le tour de ses voisins d’immeuble pour prendre des photos), et amène notre héroïne dans des situations parfois cocasses.

24 étages, à douze ans, ce n’est pas une mince affaire ! Mais, cela permet au mois de rompre l’ennui, surtout depuis que Charlie est surveillée par ses parents depuis « le pire des pires jours ». Comment convaincre des inconnus d’ouvrir leur porte à une petite fille ? Charlie a pensé à tout : elle a confectionné des truffes auxquelles ils ne devraient pas résister ! Mais, prendre une photo n’est pas son seul but. A chaque fois, elle souhaite aussi prendre quelque chose qui appartient au résident. Toutes ses photos rejoindront son Carnet d’exploration des étages.

C’est un roman léger, malgré le thème central qui est loin de l’être et qu’on ne découvre qu’au cours de la lecture  (événement qui explique le déménagement et le comportement excessif des parents de Charlie à son égard). Charlie est aussi un personnage attachant et original. Outre le fait de vouloir prendre les photos, vous en connaissez beaucoup des adolescentes qui se servent de leur baignoire comme d’un lit ? La lecture est fluide, intéressante. J’ai déjà prêté le livre à une élève (en 6ème), elle l’a lu en deux jours !

Un deuxième roman très réussi !

 

 

 

[Jeunesse] En toutes lettres, Marie Colot

Si vous vous souvenez, j’ai découvert Marie Colot avec son livre Dans de beaux draps, parus aux éditions Alice, collection Tertio.

En toutes lettres

Présentation :

Agathe et Arthur sont contraints, dans le cadre d’un exercice scolaire, de s’écrire de belles lettres. Ringard, quoi ! Leurs échanges épistolaires deviennent rapidement une succession de moqueries et sarcasmes, chacun voulant épater l’autre et prendre l’ascendant. Un jour, Arthur met au défi Agathe d’élucider le mystère d’une photo sur laquelle figure une femme qui pourrait être sa mère. Leur correspondance se transforme alors en enquête et leur relation change de nature…

Mon avis :

Dans la vie d’Agathe, rien n’est vraiment simple en ce moment. Son père est parti avec une femme plus jeune, sa mère passe ses journées à pleurer toutes les larmes de son corps. Alors, quand on l’oblige en plus à devoir correspondre avec un jeune garçon de son âge, Arthur, et que celui-ci semble incapable d’écrire autre chose que des méchancetés et moqueries, elle ne va pas vraiment y mettre du sien. Néanmoins, l’un comme l’autre vont finir par prendre goût à cet échange épistolaire, notamment à cause d’une photo…

J’ai lu ce livre d’une traite. J’ai beaucoup aimé le sujet, et la façon dont il a été traité.J’ai apprécie les joutes verbales entre les deux enfants, et l’évolution de leur relation. Un livre très intéressant pour travailler l’épistolaire en classe !

En toutes lettres est le premier livre de l’auteur, paru il y a environ 5 ans. D’autres lui ont succédé. Je vous ai déjà parlé de son livre Dans de beaux draps, et je reviens dès demain vous parler d’un autre roman de l’auteure ! Et oui, ce sera une semaine consacrée à Marie Colot !

Retrouvez sur son blog les informations concernant ce livre !

Dans de beaux draps, Marie Colot

« Ma petite théorie, c’est que les catastrophes surgissent pile au moment où on les attend le moins. Comme une crise cardiaque aux toilettes ou un morceau de gâteau coincé dans le gosier d’une vieille dame le jour de ses cents ans. Moi, j’ai 16 ans et je frôle l’étranglement, l’asphyxie et l’arrêt du cœur en même temps. Rodolphe est là, à quelques mètres de moi, derrière la vitre du salon-lavoir. J’ai mal aux yeux tant je les écarquille. »

Lorsque Jade aperçoit par hasard Rodolphe, ses souvenirs reviennent. Ce nouveau demi-frère hyper-craquant. Cette photo postée sur Facebook. Il a suffi de peu pour qu’elle s’embarque dans un mensonge qui la dépasse. Jalousies, moqueries, insultes, menaces. Sur les réseaux sociaux puis au collège. Tout est allé très vite. Trop vite. Jusqu’à ce fameux soir où sa vie a basculé.

Mon avis :

C’est le premier livre que je lis de Marie Colot, et je sais déjà que ça ne sera pas le dernier.

La narration alterne entre le présent, en 2015 au moment où Jade doit se rendre à l’aéroport pour rejoindre son amie Clem qui vit maintenant au Québec, et les souvenirs de ce qu’il s’est passé, quelques années plus tôt, en 2013, suite à l’arrivée de son demi-frère Rodolphe.

Jade vit avec sa mère Katia, son beau-père Eric, son chien Saucisse et son petit frère Cyprien (fruit de sa mère et de son beau-père), à temps complet. De temps en temps viennent s’ajouter Aude et Elise, sœur et sœur par alliance, âgées de 18 ans, qui sont étudiantes, Victor son frère, Elise, sa deuxième sœur par alliance.Une famille plutôt nombreuse, au sein de laquelle Jade se sent pourtant souvent seule. Jusqu’au jour où Rodolphe débarque chez elle, un beau soir de novembre 2013. Il est mignon, agréable, gentil, il trouve tout de suite sa place dans la famille, et Jade l’aime beaucoup.

Un matin, alors que Rodolphe dormait sur le palier, Jade se décide à prendre une photo de lui, endormi, et de la publier sur facebook, sans un mot. Aussitôt les commentaires sont arrivés, pour ses « amis », Jade ne pouvait que publier la photo de son petit-ami, et elle n’a rien démenti par la suite, au contraire. Elle, si transparente aux yeux des autres, devenait tout à coup intéressante, dans le bus, au lycée, sur facebook : on venait lui parler.

Mais.

S’afficher avec un homme, visiblement plus vieux que soi, sur internet, ce n’est pas du goût de tout le monde, encore moins des jaloux. Et Jade paiera son moment de notoriété éphémère.

J’ai beaucoup aimé ce livre. L’histoire se lit facilement, on se retrouve vite dans les Converses de Jade. L’auteure nous dévoile ce qui s’est passé cette année 2013 au fur et à mesure des pages, ce que j’ai apprécié. On retrouve des thèmes essentiels à l’adolescence : les réseaux sociaux et leurs dangers, le harcèlement, la popularité … le tout sur un ton qui ne se veut pas moralisateur, sans clichés, mais avec une écriture juste et parfois percutante.

Dans de beaux draps est paru aux éditions Alice, collection « Tertio ».

Retrouvez l’avis de Noukette et celui de Jérôme !  !