Otage de ma mémoire, Marilyse Trécourt

9782355362514

En se réveillant ce matin-là dans un lit d’hôpital, tous ses souvenirs ont disparu. Sa voix également.

Qui est-elle ? Que lui est-il arrivé ? Pourquoi personne ne s’inquiète de son absence ? Quelles sont les réelles motivations de ceux qui prétendent l’aider ? Et surtout, pourquoi l’éventualité de retrouver la mémoire l’effraie-t-elle autant ?

On lui propose de lui donner un nom, Arielle. Et de retrouver le fil de sa vie grâce à l’hypnose. Au cours de ces séances, lui reviennent peu à peu des fragments de son identité et des joies et drames qu’elle a vécus. Mais quand les souvenirs et la réalité ne semblent plus concorder, Arielle comprend que le destin s’obstine à l’égarer…

De rebondissement en rebondissement, plongez dans la vie tourmentée de cette jeune femme amnésique où se côtoient amours naissantes et traumatismes surgis du passé. Un récit haletant qui vous prendra en otage jusqu’à la dernière page !

Mon avis :

Je suis particulièrement fière de vous présenter ce livre, qui s’offre une nouvelle vie.  A l’origine, Otage de ma mémoire a été publié sur la plateforme Librinova, dont je vous ai déjà parlé. Le roman a connu un énorme succès (comme les autres romans de l’auteure, dont je vous parlerai plus tard), et ce sont les éditions Carnets Nord qui ont l’honneur de publier en librairie ce très bon roman.

Notre narratrice, prénommée Arielle par les médecins, se réveille à l’hôpital sans savoir qui elle est, mais sans pouvoir émettre le moindre son non plus. Muette et amnésique : la double peine ! Pas de papiers d’identité sur elle. Évidemment, elle fera tout pour essayer de se souvenir de son passé, aidée par un médecin, et le soutien d’une infirmière plutôt sympathique. Mais, comment reconnaitre les autres si on ne se connait pas soi-même ? Peut-on faire confiance à ce que les autres racontent sur nous ?

Lors des séances avec son psy, Arielle découvrira des pans de sa vie passée, nous laissant découvrir une vie pas toujours facile. L’explication de son état se trouve-t-il dans ce passé ?

L’histoire est vraiment prenante, bien écrite, crédible (ce qui est important pour moi). On cherche le moindre indice, comme notre héroïne, on échafaude des hypothèses, et si j’avais trouvé une partie de la réponse finale, il m’en restait une à découvrir dans les dernières pages. Un roman plein de suspens, qui se dévore, une lecture parfaite en ce mois de printemps !

Retrouver Otage de ma mémoire sur le site de la maison d’édition Carnets Nord, qui sort aujourd’hui dans ses nouveaux habits !

[Jeunesse / YA] Fils d’Antigone, Irène Cohen-Janca

9782812611285

Comment conserver la mémoire des morts ? Alors que son père vient de disparaître brutalement, Nat a quatre jours pour convaincre sa mère de l’enterrer et non de procéder à une crémation. Il y arrivera avec le soutien de sa copine et de son grand-père. La revisitation contemporaine d’un drame antique, d’une grande force.

Mon avis :

ÉNORME coup de cœur pour ce livre. Je n’ai pas besoin d’en dire plus sur l’histoire, la présentation est suffisante. L’important dans ce livre n’est pas la richesse des thèmes de la narration mais la puissance avec laquelle cette histoire nous est racontée, l’intensité avec laquelle Nat va se battre pour parvenir à l’enterrement de son père et à faire ainsi fléchir l’avis des membres de sa famille. Ses paroles seront parfois très dures, acerbes, loin de ses véritables pensées, jetées comme un appel à l’aide. Et quelle écriture ! Magnifique. Lisez un peu :

« Je t’appelle. Où est ton portable ? Abandonné dans ta bagnole, ton bureau ? Fracassé avec toi ? Quelques sonneries dans le vide et très vite la messagerie se met en marche. Elle libère ta voix. Identique à elle-même. Reconnaissable entre toutes. Vivante. Inexplicablement vivante. Pas disponible pour le moment. Rappelez plus tard. Laissez un message.

Quand plus tard ?

A quel moment disponible ?

Je hurle dans l’appareil Papa t’es où ? Impossible que tu aies disparu comme ça !

Ton portable devient la lampe magique dans laquelle comme Aladin ta voix est enfermée. Je veux aller la délivrer.
C’est par où le pays des morts ? » page 14.

Je vous en mettrais encore des lignes et des lignes, tellement j’aime cette écriture fluide, percutante, touchante, bourrée d’émotions.

Un roman indispensable sur le deuil, l’amour, la mémoire, les conflits. Retrouvez-le sur le site de la maison d’édition du Rouergue !