[Jeunesse – premiers romans] Brune du lac et Clodomir Mousqueton

Aujourd’hui je vous présente deux romans jeunesses publiés aux éditions Nathan dans la collection « Premiers romans : les romans faciles à lire tout seul ! ».

Présentation :

Le dénouement des aventures de Brune du Lac !
Brune a retrouvé la trace de sa mère : Dame Isabeau vivrait recluse dans le château de Sire Arnaldur, un étrange seigneur sur lequel courent les pires rumeurs. En ce jour de la Saint-Georges, il ouvre exceptionnellement sa forteresse à qui lui apportera une bête fabuleuse… Brune a un plan : déguiser l’ourson Arthur en bête fabuleuse, puis… improviser ! La jeune chevalière ne mesure pas encore l’étendue du danger… Retrouvera-t-elle sa mère ?
Mon avis :
Nous avons quitté Brune (voir la précédente aventure)  avec une certitude : sa mère était en vie, certainement retenue au château de Sire Arnaldur. C’est en compagnie de ses amis Béatrice et Thibault qu’elle finira par entrer dans le château. Retrouvera-t-elle sa mère ? Pourront-elles vivre ensemble ? Mais, c’est sans compter sur le retour d’un ennemi aux longues oreilles…
Un joli tome qui clôt en beauté cette chouette série !
***********
Autre série, autre roman : la suite des aventures de Clodomir Mousqueton avec un nouvel opus intitulé : Roi de la scène !
Présentation :
Clodomir, metteur en scène ? Ça va faire des étincelles !
Clodomir est invité à assister aux répétitions du club de théâtre de son petit voisin Marcel. Évidemment, le vieux grincheux ne peut éviter de mettre son grain de sel : faites-ci, faites-ça, non, pas comme-ci, comme-ça, nom d’une crotte de limace ! Les enfants l’aiment bien, mais là c’est trop : il faut lui trouver une autre occupation…
Mon avis :
Clodomir est tellement râleur, qu’on l’adore ! Et les plus jeunes aussi. Alors quand il repart du club de théâtre après avoir semé la zizanie pendant la répétition (voulant jusqu’à couper les couettes d’une petite fille), tout grognon (il faut dire qu’il avait un peu trop d’idées étranges), rapidement quelqu’un sonne à sa porte pour lui proposer de revenir… avec un rôle dans la pièce !
Un nouveau tome pétillant, qui fera rire petits et grands !

[Jeunesse – premières lectures] « Le jour où on a mangé tous ensemble » et « Le jour où la France est devenue la France », Thierry Lenain et Thanh Portal

« Le jour où… » est une nouvelle série publiée chez Nathan, dans la collection « Premiers romans ». Leur but ? « Aborder les différentes cultures et le vivre ensemble, voilà le défi que relève la série Le jour où. A travers des histoires mêlant humour et réalisme, Thierry Lenain invite chaque jeune lecteur à penser par lui-même, être à l’écoute de l’autre et le respecter.

Le jour où traite des sujets de société et d’actualité, les rend accessibles à tous et aborde ces thématiques avec des personnages et des situations dans lesquelles chaque écolier pourra se projeter. »

 

Le jour où la France est devenue la France.

Chaque semaine, dans la classe , il y a le moment du Pourquoi. Ce matin, Tovi demande à la maitresse : « Maitresse, pourquoi tu es noire? » Tovi pense qu’il est blanc parce qu’il est français. Mais Miradie est noire et elle est française ! On peut aussi avoir les yeux bridés comme Chizuka et être français, s’appeler Brahim et être français, ou avoir des tâches de rousseur comme Tovi et être français… Est-ce que la France elle-même ne viendrait pas d’ailleurs ?

Le jour où on a mangé tous ensemble :

Aujourd’hui la maitresse propose à la classe de pique-niquer tous ensemble. Tom veut apporter du saucisson, mais Tovi n’a pas le droit de manger du cochon. Le saucisson de cheval fait pleurer Alima qui a peur que l’on mange son poney. De toute façon, Malwen doit manger du poisson parce que demain c’est vendredi. Quel casse-tête !

~~~~~~~~~~~~~~~

J’aime beaucoup ces deux romans qui devraient vite trouver leur place dans les établissements scolaires (plutôt 2ème cycle).

Les thèmes de la différence (religion, couleur de peau, habitudes alimentaires, etc…) sont présentés sans clichés, à partir d’un événement de la vie de tous les jours. Ainsi, quand pendant le moment du pourquoi (un temps pendant lequel les enfants peuvent poser toutes les questions qu’ils souhaitent) un élève demande à la maitresse pourquoi elle est noire, d’autres questions découlent naturellement de la conversation (pourquoi tu es blanc ? Pourquoi tu n’es pas d’Afrique si tu es noire ? ), et la maitresse en vient à expliquer l’origine du mot « France ».

Le second roman présente lui les différences alimentaires que la religion peut imposer, mais surtout le moyen de pouvoir tout de même pique-niquer ensemble, et non pas chacun dans son coin.

A découvrir !

[Jeunesse / ado] Quelques romans jeunesse …

Aujourd’hui je vous présente trois romans ado que j’ai lus il y a quelques temps, et qui n’ont pas (encore) eu le droit à leur chronique.

  • Divergente raconté par Quatre, Véronica Roth, aux éditions Nathan
  • Jack Bright, Cédric Janvier, aux éditions Oskar
  • Les prisonniers du musée, Xavier Armange, aux éditions Oskar

Ce sont trois romans que j’ai appréciés, sans être complètement emballée non plus, mais dont je suis certaine qu’ils ont trouvé/ trouveront leurs lecteurs.

Divergente raconté par Quatre

Divergente : Quatre par Roth

Les fans de la série divergente seront ravis par quatre: cinq histoires courtes, « Le transfert», «L’Initié », « Le Fils », « Le Traître » et « Quatre gratuit », qui explorent l’univers de la série à travers les yeux du mystérieux mais charismatique Tobias Eaton, révélant des facettes inconnues de sa personnalité, les trames de fond et ses relations.

Nous sommes quelques années avant que Tris ne vienne bouleverser le système des factions. Lors de la cérémonie du Choix, un jeune Altruiste se dresse contre sa famille et choisit de quitter sa faction pour rejoindre celle des Audacieux. Il abandonne son prénom, Tobias, et devient Quatre. Une nouvelle vie s’offre à lui, faite de liberté, mais aussi de dangers. Car ce qu’il découvre chez les Audacieux est propre à mettre en péril son avenir, et celui de la ville tout entière.

Deux ans plus tard, Quatre est en charge de l’initiation des novices. La première à relever le défi, la première à se jeter dans le vide, est une jeune Altruiste ; elle se prénomme Tris et pourrait bien être celle qui va changer sa vie…

Un tome spin-off raconté du point de vue de Quatre, le héros masculin de DIVERGENTE, qui commence avant les événement du TOME 1 jusqu’à sa rencontre avec Tris.

Jack Bright

Jack Bright par Janvier

Leo et Pierre ne s’attendaient pas à vivre une rentrée en 5e aussi intense. Le très redouté professeur de français, monsieur Dray, féru de piraterie, leur demande d’étudier les aventures de Jack Bright, un pirate sanguinaire. Les deux amis se passionnent à leur tour et découvrent qu’il serait pris au piège dans le livre ensorceleur. Et si ce livre existait vraiment ? Commence alors pour eux un périple plein de mystères et de suspense sur les traces de ce corsaire hors du commun.

-> Un livre qui devrait plaire, un pirate voleur de livre, qui se retrouve avec un étrange livre entre les mains… Une histoire que j’ai appréciée dans les premières pages, mais que j’étais contente de refermer (suite trop facile, sans réelle surprise).

Les prisonniers du musée.

Les prisonniers du musée

Alors qu’ils visitent un musée avec leur classe, Marion et Victor s’aperçoivent que les tableaux bougent et qu’on les observe. Et si ce lieu étrange était hanté par des personnages hors du commun ? Pour en avoir le cour net, les deux collégiens vont traverser le miroir de l’éternité. Commencera alors pour eux un dangereux périple, peuplé de rencontres improbables dans le monde de l’art, qui les entraînera jusqu’à New York dans un des plus grands musées du monde..

-> J’aime l’idée de faire découvrir l’univers des Arts au plus jeunes ! Mais l’histoire ne m’a pas emballée. Je le conseillerai pourtant, car il est vraiment ludique.

Point fort : le dossier en fin d’ouvrage qui nous présente de grands artistes.

[Les petits] Max et Lapin, tome 1 et 2 Astrid Desbordes et Pauline Martin

La série Max et Lapin nous plonge dans le quotidien de Max, petit garçon plein de vie, qui découvre la vie au côté de son amie Ginger et son doudou répondant au nom de Lapin.

La tarte à la colère

Max et sa copine Ginger sont fâchés et très en colère. La maman de Max a une idée, et s’ils fabriquaient une tarte à la colère ?

Max n’est pas très content quand Ginger arrive et arrose le gâteau de sable qu’il vient de terminer. Il râle sur Ginger qui se met en colère à son tour. Mais quand la mère de Max arrive, elle leur propose en traçant un cercle dans le sable de confectionner une tarte à la colère ! Des feuilles, du sable et des cailloux et voilà une belle tarte bien garnie ! Alors pour l’aplatir, Max et Ginger sautent de toute leur force sur la tarte, qui finit toute plate. La colère a disparu !

Les grands coureurs vont sur le pot

Max et Ginger font la course dans le jardin, mais Max est gêné par sa couche pour courir.
Et si passer au pot lui permettait d’aller plus vite ?

Max et Ginger veulent faire une course pour trouver qui a les meilleures baskets. Juste avant le départ, Ginger va sur le pot. Quand ils s’élancent, Max se rend compte qu’il est gêné par sa couche, et Ginger gagne. Alors, il est décidé : maintenant, c’est fini les couches, il ira sur le pot comme les grands coureurs !

 

J’adore ces deux albums, et ma petite fille aussi (j’ai dû les lire et relire, nommer les personnages, encore et encore  … 😀 ) pour leurs histoires ludiques, faciles à comprendre pour les enfants (et utiles !), avec une astuce pour la maman que je suis (pourquoi ne pas reprendre l’idée cet été, si l’occasion se présente, de la tarte à la colère ?) mais aussi pour les illustrations qui ont tout de suite conquis mon enfant.

Bref : j’adopte !

Retrouvez la collection « Max et le lapin » sur le site de la maison d’édition Nathan !

 

[Jeunesse] L’école des dresseurs de dragons et Brune du Lac

15555016_825696407570829_2055619200_n

Bonjour,

Aujourd’hui je vous présente trois petits romans parus aux éditions Nathan ! Ils sont destinés aux enfants dès l’âge de 8 ans.

L’école des dresseurs de dragons :

Auteurs : Marc Cantin et Isabel, illustrateur : Paul Drouin.

Aux confins du Haut Monde de Drâ, trois enfants élèvent trois dragons dans les plus grands secrets. Leur refuge : l’école des dresseurs de dragons.

« L’épreuve de la néonite » amène nos trois dresseurs de dragons juniors en dehors de l’école, où ils s’ennuient. Les druides leur demandent d’aller chercher une plante rare, la néonite. Impatients, ils se lancent dans l’aventure, sans chercher à écouter toutes les consignes données par leurs professeurs, ni même s’inquiéter du temps très brumeux. Évidemment, la néonite sera trouvée (avec une grosse bestiole en prime qui m’a écœurée). Mais par qui et après quelles péripéties ?

Avec « Le réveil du géant », une autre mission capitale attend Loane, Thos et Arthur : ils doivent secourir les habitants d’un village menacé par un troll géant, à l’aide des druides de leur école. Or, les villageois détestent les dragons. Et s’ils parvenaient à les faire changer d’avis ? La chose n’est pas impossible, mais un secret risque de tout faire échouer.

Brune du lac :

« Une mystérieuse disparition » raconte la disparition de Béatrice, alors qu’elle était seule dans une chambre d’auberge à Saint-Pierre-de-Vours. Brune et ses amis y sont partis espérant y trouver un remède pour soigner Béatrice qui ne parvient plus à marcher. C’est aussi l’occasion pour Brune de rechercher des informations sur sa mère, sa famille était originaire de cette ville.

Auteur : Christelle Chatel, illustrateur : Sébastien Pélon.

Ce livre appartient à la collection « Premiers Romans », qui a pour but de conforter les enfants dans leur apprentissage lorsqu’ils sont fin prêts pour lire des « livres de grands« .

Ce sont trois livres que les plus jeunes liront avec plaisir : les histoires sont faciles à comprendre, tout en étant recherchées, on s’imagine facilement les déambulations des personnages, et on s’attache à eux (notamment parce qu’on les suit le temps de plusieurs tomes). La première collection est tournée vers l’imaginaire et le fantastique, la seconde plus vers l’histoire et les récits de vie. Les héros sont courageux mais ont aussi leurs défauts, ce qui les rendra proches des enfants. De quoi trouver son bonheur !

[Jeunesse] Rouge bonbon, Cathy Cassidy

Lorsque Scarlett, 12 ans, est à nouveau exclue d’un collège, sa mère l’envoie vivre chez son père, en pleine campagne irlandaise.
Scarlett est folle de rage. Depuis que son père a quitté sa mère, elle refuse de lui parler. Alors vivre avec lui ! Sans compter qu’elle devra aussi cohabiter avec une belle-mère et une demi-sœur…
Scarlett va-t-elle mourir d’ennui et tout détruire autour d’elle, comme elle sait si bien le faire ? Peut-être que Kian, un mystérieux garçon, pourra l’aider à trouver la réponse…

Mon avis :

Les livres de Cathy Cassidy s’enchainent … et cartonnent. Ce roman trouvera, une nouvelle fois, son public.

Scarlett est une jeune adolescente perdue, aux cheveux rouge. Pour cacher son mal-être, elle se crée un personnage de fille original, provocante, qui ne pleure jamais. Elle a été exclue de plusieurs établissements et, à bout, sa mère finit par l’envoyer vivre chez son père en Irlande, avec une demi-soeur et une belle mère enceinte, qu’elle voudrait détester, mais qu’elle finit par aimer.

Car Scarlett, comme beaucoup d’enfants de son âge, a surtout besoin qu’on s’occupe d’elle et qu’on l’aime. Ainsi, la carapace qu’elle s’est forgée finit par se fissurer, notamment grâce à l’attention d’un mystérieux jeune homme à cheval qui apparait aussi rapidement qu’il disparait : Kian.

Un nouveau Cathy Cassidy qui plaira aux enfants, dès le collège !

La collection Kididoc ! Imagiers sonores et documentaire interactif !

Aujourd’hui, je vous présente trois livres pour enfants de la collection Kididoc.

Tout d’abord, voici deux imagiers sonores avec des animations, à partir de six mois.

Houuuuuuuuu ! Mon imagier sonore des animaux :

Les sons des animaux (le loup, la grenouille, le pivert et le sanglier) à animer et à écouter et un jeu d’imitation à faire.

Vroum ! Mon imagier sonore de la ville :

Les sons de la ville (la voiture, le camion de pompier, les pigeons, la sonnette du vélo) à animer et à écouter et un jeu d’imitation à faire.

Dans chaque livre, des sons sont à découvrir en rapport avec le thème (un loup, une grenouille, un pivert et un sanglier pour l’imagier des animaux, une voiture, un camion de pompier, des pigeons, une sonnette de vélo pour le second). Personnellement, ma fille a une préférence pour le son du camion de pompier 😉 Dans chaque livre on peut découvrir une tirette à actionner, qui laisse  découvrir la petite pastille argentée sur laquelle il faut appuyer pour activer le son.

 

Enfin, un livre pour plus grand, dès 3 ans, qui ravira les amateurs (et amatrices !) de véhicule :  Je conduis comme un grand !

Des animations nombreuses et variées pour découvrir le fonctionnement des véhicules. Sur chaque double page, un véhicule à conduire comme un grand : le camion des pompiers, le train, le bateau, la voiture et l’avion !

En résumé : trois livres appréciés par les enfants, les deux premiers livres plaisant également à des enfants âgés de plus de 18 mois ! Le troisième livre plaira aussi aux plus jeunes, mais je vois que ma fille de deux ans serait plus intéressée par tout abimer plutôt que de profiter des boutons, cadrans, leviers et manettes ! Elle attendra donc quelques mois !