[Mes romans jeunesse] Mon cœur en confettis, aux éditions Ravet-Anceau !

Capture.PNG

Demain va sortir mon deuxième roman jeunesse, Mon cœur en confettis. Il verra le jour aux éditions Ravet-Anceau, une maison d’édition que j’aime beaucoup, basée dans le Nord de la France. S’ils sont surtout connus en jeunesse pour leur Polars en Nord (des noms comme Gaylord Kemp, Christine Vauchel, Josette Wouters ou encore Eric Callens doivent vous dire quelque chose) ils s’ouvrent à une littérature jeunesse plus générale.

Ce roman, j’ai commencé à l’écrire il y a deux ans. Il était enfoui dans un tiroir (ou plutôt, dans un fichier 😉 ) depuis un an, jusqu’à ce qu’une éditrice de la maison d’édition me demande si j’ai un texte en stock. On l’a un peu retravaillé, l’histoire est restée la même dans l’ensemble, mais elle a gagné en intensité.

Comme à chaque sortie de roman (dit comme ça, ça fait comme si j’en avais déjà sortis des dizaines alors que je ne suis qu’à trois), j’ai le trac. Trouvera-t-il ses lecteurs ? La maison d’édition a-t-elle raison de croire en  moi ? Les lecteurs l’aimeront-ils ? Et si tout ça n’était qu’une blague  ? Imaginez : demain, en me levant, je reçois un mail dans lequel on m’écrit « haha, tu as vraiment cru qu’on allait te publier ? Retourne te coucher ! »

L’horreur.

Ce roman, il est différent de Phobie, mon premier roman jeunesse qui a pour sujet la phobie scolaire – un sujet plutôt sérieux – ou de Aux livres exquis, une romance contemporaine, axée feel-good. Ici, ce sont les tribulations d’une jeune adolescente, Axelle, qui sont racontées. Elle débarque fraichement dans un nouvel établissement scolaire, suite au divorce de ses parents, et enchaine les catastrophes !

Bref, demain Axelle commence sa nouvelle vie, je vous la confie.

Je reviens vers vous d’ici quelques mois, pour vous donner des nouvelles !

http://edition.ravet-anceau.fr/produit/mon-coeur-en-confettis/

https://www.amazon.fr/Mon-coeur-confettis-Fanny-Vandermeersch/dp/235973699X/ref=asap_bc?ie=UTF8

Publicités

[Jeunesse] L’intrigant Bob Paisley, Journée d’enfer au Touquet, Eric Callens

Polar_junior_25.indd

Cet été, Arthur retrouve son cousin Hugo au Touquet. Les deux collégiens sont prêts à profiter des attractions de la ville et de sa belle plage de sable fin… Mais les vacances prennent une tournure inattendue lorsqu’ils remarquent de menaçants jumeaux aux biceps gros comme des pneus de camion parcourir les rues. Que font-ils dans cette paisible station balnéaire ? Qui est le riche lord anglais avec qui ils discutent ? Arthur découvre bientôt l’impensable : les deux frères ont enlevé un homme ! Le garçon se met alors en tête de le sauver et entraîne son cousin dans une aventure endiablée. Une chose est sûre : les détectives en herbe ne sont pas au bout de leurs surprises !

Mon avis :

Voici une nouvelle enquête à découvrir dans la collection Polars en Nord Junior ! Prenez deux garçons amis en vacances au Touquet, des jumeaux musclés pas commodes, un petit renard affaibli, un homme kidnappé, une statuette cachée, du courage, un peu de chance et vous tomberez sur le dernier roman jeunesse d’Eric Callens !

Le rythme de l’histoire est bien dosé, aucune note d’ennui ne se profile à l’horizon, et on tourne les pages avec hâte et envie, jusqu’à la dernière.

Un chouette roman à découvrir aux éditions Ravet Anceau !

D’autres Polars en Nord Junior :

[Jeunesse] La folle aventure de Marty, Emmanuel Prost

[Jeunesse – policier] Pas de braderie pour Charlie, Josette Wouters

[Jeunesse – Ruralivres] Qui décide, tous les soirs, d’allumer les étoiles ? Carine Bausière

DecideEtoiles_02.indd

Résumé :

Moi, c’est Camille. Je ne peux pas dire que je nage dans le bonheur. Mon père n’y comprend rien aux trucs de filles, mon petit frère Babar me colle constamment et je n’ai toujours pas de chéri. Mais surtout, surtout, je n’ai plus de maman. Elle est morte brutalement et nous a tous laissés complètement déboussolés. Heureusement, je peux compter sur Benjamin pour me remonter le moral avec ses blagues presque drôles. Benjamin, c’est mon meilleur ami. Ce serait aussi mon amoureux idéal s’il ne préférait pas les garçons. J’ai un grand rêve : quitter Roubaix pour découvrir New York, ses buildings et son effervescence permanente. Mais avant de le réaliser, je dois régler mes problèmes. Ça, ce n’est pas une mince affaire.

Mon avis :

Voici un livre que j’ai lu un peu avant les fêtes, mais j’ai préféré attendre que la nouvelle année passe pour vous le présenter : je sais que la chronique aura plus de visibilité, et ce livre le mérite.

Camille, 13 ans, vient de perdre sa mère brutalement. Elle vit désormais avec son père et son frère, qui ont autant de mal qu’elle à se remettre de cette brutale disparition.

Comment vivre quand on perd l’une des personnes qu’on aime le plus au monde ? Comment vivre sans celle qui nous a mise au monde ?

La question est délicate, et douloureuse. Camille est profondément meurtrie, mais elle fait de son mieux pour réconforter son petit frère, son « faux jumeau » qui est né le même jour qu’elle, à quelques années près. Et pourtant, il le faut. Avec l’aide de son meilleur ami, mais aussi de voisins, elle va découvrir petit à petit que le bonheur est à portée de main, et que sa vie continue. Elle ne sera pas la seule à suivre ce cheminement, et c’est un point fort de ce texte : en effet, nous suivons aussi les souffrances et réactions de son père, qui est décrit avec ses forces et ses faiblesses, chose que j’apprécie vraiment, et celles de son petit frère.

Les émotions sont extrêmement fortes. J’ai pleuré à plusieurs reprises à chaudes larmes en lisant le premier tiers du texte. La souffrance décrite m’a bouleversée. L’incompréhension de Camille face à ce drame nous heurte, on a envie de la cajoler, de la prendre dans nos bras.

Je ne peux pas résister à l’envie de vous mettre un extrait :

« Maman, très sportive, n’aurait pour rien au monde raté son cours de danse moderne du lundi. Ce soir-là, c’était le dernier de la saison, avec l’apéritif entre copines. Elle a pris son sac, a passé la tête dans l’entrée de la chambre et nous a dit : 
– A tout à l’heure ! Soyez prêts pour 20 h 30, je ramène les pizzas !
C’est la dernière fois qu’on l’a vue. Trois quarts d’heure plus tard, on a sonné à la porte. Papa a lâché son pinceau plein de colle en grommelant pour aller ouvrir. J’en ai profité pour me chercher un petit truc à grignoter dans la cuisine. J’avais un verre de lait et un biscuit dans les mains quand je suis arrivée dans le salon. C’est là que je l’ai vu. Appuyé contre le secrétaire, Papa était livide. J’ai senti mon cœur s’emballer. 
– Qu’est-ce qui se passe ? ai-je demandé.
Il n’a pas répondu. Il n’a même pas relevé la tête. 
– Papa, qu’est-ce qu’il y a ?!
J’ai  presque crié. J’ai entendu Babar accourir, inquiété par le bruit. 
– Maman a eu… un malaise. 
J’ai vacillé comme si j’avais pris un coup de poing dans le ventre. J’avais tellement peur d’entendre la suite. Mes oreilles se sont mises à bourdonner de plus en plus fort, j’ai eu l’impression de rapetisser de l’intérieur.
– Maman a eu un malaise, a répété mon père, les mâchoires serrées. Elle… elle ne rentrera pas ce soir. 
Il a fixé Babar, dont les lèvres ont commencé à trembler. Puis, il m’a regardée, le visage tordu de douleur. 
– Elle … est morte. 
Deuxième coup de poing. Plus de souffle. J’ai laissé tomber mon verre. J’aurais voulu crier, dire que ce n’était pas possible, qu’on l’attendait avec les pizzas, qu’elle allait rentrer, forcément, mais je n’ai même pas pu ouvrir la bouche… » page 19.

 

Un roman que devraient dévorer les participants au concours Ruralivres, à retrouver sur le site de la maison d’édition Ravet-Anceau !

 

[Jeunesse] La folle aventure de Marty, Emmanuel Prost

Polar_junior_20.indd

Marty Lockwood, neuf ans un quart, vient d’emménager à Sallaumines. Une petite ville tranquille ? Pas si sûr ! Dès son arrivée, le garçon assiste à une bagarre entre deux clans rivaux étudiant dans des écoles différentes. Marty se rallie aux sympathiques Araignées Centrales qui l’accueillent avec joie. Mais, un peu plus tard, rebelote : un événement incroyable vient déranger sa quiétude. Certains monuments emblématiques de la ville ont disparu. Puis c’est au tour de l’école de se volatiliser. Comment est-ce possible ? Qui les a effacés du paysage ? En enquêtant, Marty et les Araignées Centrales découvrent une réalité surprenante. Pourront-ils redonner à leur ville son visage d’autrefois ?

Mon avis :

Voici un livre aussitôt reçu, aussitôt dévoré ! La faute à son auteur, Emmanuel Prost, que j’ai rencontré lors du salon du livre à Saint-Quentin la semaine dernière, et qui ne voulait pas me révéler pourquoi et comment l’école avait disparu…

Bon, tout d’abord, sachez que je connais enfin la réponse ! Chouette non ? Par contre, je ne vous la donnerai pas (haha !).

Marty emménage avec son père à Sallaumines. A l’école, il se retrouve rapidement dans le clan des Araignées Centrales, surnom donné dans un premier temps aux élèves de son établissement scolaire  (en opposition aux « Epinards », surnom donné aux élèves de l’école voisine) avant de devenir le nom de leur quatuor (composé de Marty, mais aussi de Blaise (alias Bouboule), Léonie (Léo) et Abdel.  C’est tout aussi rapidement qu’ils vont se mettre à enquêter sur un phénomène bien mystérieux : la disparition de certains bâtiments de la ville, dont leur école ! L’enquête sera évidemment résolue, avec brio.

La lecture de ce roman est à la fois facile et très agréable. On suit avec délice la première aventure de Marty et de son groupe, on ne veut pas lâcher le roman avant de lire le mot final. J’ai apprécié découvrir la façon dont les bâtiments ont disparu, mais j’ai aussi surtout adoré le clin d’œil final fait à un des monuments de la ville de Sallaumines… et je promets de garder précieusement le secret !

Ce roman fait partie de la collection « Polars en Nord » d’un chouette éditeur régional, Ravet-Anceau. N’hésitez pas à découvrir leur catalogue !

Autre roman de cette collection :

[Jeunesse – policier] Pas de braderie pour Charlie, Josette Wouters

 

Ruralivres 2018 : La sélection !

Cette année, mon collège participe une nouvelle fois au prix Ruralivres ! Je dois dire que je suis particulièrement enthousiaste : la sélection pour cette année est une nouvelle fois géniale !

Petit rappel : comme tous les ans, il y a deux sélections, selon l’âge des ado qui y participent : les grignoteurs (celle à laquelle je participe avec ma super collègue prof doc et une classe de sixième) et celle des dévoreurs, plutôt pour le niveau 4ème.

Du côté des grignoteurs, les heureux sélectionnés sont :

Le goût sucré de la peur, d’Alexandre Chardin, aux éditions Magnard.

9782210962408-g.jpg

Celle qui voulait conduire le train, Catherine Cuenca, aux éditions Talents Hauts

celle-qui-voulait-conduire-le-tram

Les mondes de l’arbre, Sophie Henrionnet, éditions Play Bac

les-mondes-de-l-arbre---celeste-et-la-prophetie---tome-1-880770-264-432

Les hirondelles se posent sur les fils électriques, Gaëtan Serra, éditions du Dahu

51OTcG+u1GL._SX195_

Y a pas de héros dans ma famille, Jo Witek, éditions Actes Sud Junior

9782330072476

Les ombres de Kerohan, N.M. Zimmermann, l’école des loisirs.

9782211224338

Et du côté des dévoreurs ? On se régale aussi !

Qui décide, tous les soirs, d’allumer les étoiles ? Carine Bausière, Ravet Anceau.

DecideEtoiles_02.indd

 

La maison des reflets, Camille Brissot, aux éditions Syros

9782748523256

Hugo de la nuit, Bertrand Santini, Grasset jeunesse

9782246860259-001-T

Lumière, le voyage de Svetlana, Carole Trébor, aux éditions Rageot.

9782700250930-001-GLes valises, Sève Laurent-Fajal, éditions Gallimard

product_9782070587551_195x320

Le collège des éplucheurs de citrouille, Laure Deslandes école des loisirs.

9782211231008

[Jeunesse – policier] Pas de braderie pour Charlie, Josette Wouters

L_BraderiePourCharlie_couv

Présentation :

En septembre, la braderie de Lille représente une fête incontournable pour Charlie, 9 ans. Avec son père, il déniche toutes sortes d’objets en explorant les poubelles de la ville pour pouvoir les vendre. Dans le cagibi de leur résidence, de drôles de trésors s’accumulent. C’est certain, la braderie sera une réussite. Mais un matin, tout a disparu. Un voleur s’est introduit chez eux et a dérobé les précieux biens. Accompagné de ses meilleurs amis, Charlie a peu de temps pour retrouver le coupable…
À partir de 8 ans.

Mon avis :

Je connais surtout Josette Wouters pour ses romans destinés aux adolescents (Zamir et Le père de Louis), mais face à l’engouement des lecteurs dans les salons du livre vers ce petit roman policier de la collection Polars en Nord junior (Ravet-Anceau) , j’ai sauté le pas.

Depuis quelques années, c’est devenu un rituel : Charlie accompagne son père à la braderie de Lille. Toute l’année, ils partent à la recherche de différents objets qu’ils pourront vendre à cette occasion. Quand ils rentrent, ils déposent leurs trésors dans une cabane en dehors de la maison, la mère refusant de voir ces objets qui attirent la poussière chez elle. Or, un jour, la porte de la cabane a été fracturée. Qui a pu faire ça ? Et pourquoi ? Charlie, ses amis et sa famille vont mener l’enquête !

On est tout de suite pris par l’histoire, à côté de Charlie. On se désole lors du vol de la petite cabane, on mène l’enquête avec lui, on cherche des indices…  Les personnages sont nombreux et variés, l’histoire pleine de rebondissements et très chouette à lire : je recommande !