L’affaire Margot, Sanaé Lemoine

Août à Paris, sa chaleur écrasante. Margot Louve vient d’avoir 17 ans. Elle est brillante et tous les possibles s’ouvriront à elle bientôt. Mais pour le moment, sa vie lui paraît étriquée. Pire, elle se sent invisible. Dans l’ombre d’une mère, actrice de théâtre en vue cultivant avec elle une distance délibérée et qu’elle rêverait de pouvoir appeler Maman. Fille d’un père dont on ne parle pas, parce qu’il a une autre vie, légitime celle-là. Alors Margot décide de faire craquer les coutures de son monde, de prendre la lumière à son tour. À ce journaliste puissant et respecté qui semble s’intéresser à elle vraiment, elle révèle le secret de sa famille.

L’Affaire Margot est un roman d’apprentissage sensible sur le passage à l’âge adulte. Il explore les détours que prend l’amour entre une mère et sa fille.

Mon avis :

J’ai beaucoup aimé ce livre, qui est un premier roman. Margot vit avec sa mère, Anouk, – ou parfois, plutôt, cohabite. Sa mère est actrice et metteur en scène. Margot est née de l’union avec un homme politique marié – ministre de la culture – , pour lequel la mère a encore des sentiments forts. Un jour, alors qu’elles sont assises à la terrasse d’un café, Anouk se redresse : elle a vu la femme de son amant, du père de Margot. Cette silhouette va hanter la jeune fille et sera l’élément déclencheur de la suite. A force de questions, Margot se dit que le couple que son père forme officiellement avec sa femme n’est important que pour l’apparence, et que si elle ne peut pas changer le passé, elle pourra agir sur le futur, sur leur futur. Mais les actes ont des conséquences, auxquelles on ne s’attend pas, et elles peuvent être dramatiques.

Les relations familiales sont particulières dans ce roman. Margot appelle sa mère par son prénom, Anouk. On trouve cette dernière froide et distante, mais on comprend progressivement que c’est une posture, et que l’amour qu’elle porte à sa fille est réel. Elle exprime ses sentiments à sa manière, de la façon qu’elle est capable de le faire. Il y a ce père, aussi, présent-absent. Il aurait pu s’échapper de leur vie, mais il tient à garder une certaine présence. Il aime Anouk, il aime sa fille.

Evidemment, l’histoire n’est pas sans rappeler celle de l’un de nos hommes politiques français. Mais ce que j’ai aimé surtout c’est l’évolution de Margot. L’adolescente devient une jeune femme et elle est parfois perdue dans ses raisonnements, butée dans ses idées. Elle s’ouvre à l’autre – surtout à un couple – avec une facilité assez déconcertante. Difficile d’en dire plus sans raconter le roman, mais je ne peux que vous invitez à le lire.

Retrouver les premières pages ici