[Jeunesse] Papa est en bas, Sophie Adriansen

 

41oj8o28vml._sx195_

Ça s’est fait petit à petit. A présent, voilà, le papa d’Olivia est en bas, sans trop d’espoir que ça s’arrange. Atteint d’une maladie qu’il surnomme « la tartiflette », il ne peut plus monter l’escalier de la maison. Le quotidien de toute la famille se réorganise autour de lui à mesure que son état s’aggrave. Pourtant, la vie doit continuer pour Olivia, entre fou-rires et larmes, auprès de sa maman, de son chat et surtout de son papa.

Mon avis :

J’ai passé un bon moment à la lecture de ce roman. Nous rentrons dans l’intimité d’une famille qui doit faire face à ce qu’il y a certainement de plus difficile : la mort à venir d’un proche. C’est Olivia qui nous raconte ces instants, entre rires et larmes, tendresse et colère.

Nous suivons l’évolution de la maladie dégénérative qui touche son père, de l’apparition des premières fatigues inexpliquées qui lui feront par exemple arrêter le foot (sans vouloir avouer sa faiblesse) à l’impossibilité pour l’homme de pouvoir monter dans sa chambre (sa mère improvisera alors une nouvelle chambre dans le salon, en bas… )

La maman d’Olivia fera tout pour aider son mari, malgré la fatigue. Olivia voudra aussi aider ses parents, ils accepteront parfois à condition que cela ne nuise pas à sa scolarité, ni à sa santé. Le père d’Olivia se montre courageux, à l’instar du reste de la famille.

Malgré un sujet difficile, le ton reste léger et les touches d’humour présentes. On sait qu’il n’y aura pas une fin heureuse, que la conclusion sera inéluctable. Le style d’écriture est simple et conviendra parfaitement aux enfants dès 10 ans.

Pas de pathos, le simple récit de la vie.

Merci pour ce texte, Sophie Adriansen ! A découvrir aux éditions Nathan.

 

 

Ruralivres 2019 à Fruges : les grignoteurs !

Je vous ai déjà parlé de Ruralivres (2018, 2017, 2016). Cette année j’ai la chance d’y participer avec toujours ma super prof doc, mais aussi avec une classe de 6ème (pour les grignoteurs) et une classe de 4ème (pour les dévoreurs), dont je vous parlerai dans un autre article.

Du côté des grignoteurs, je ne peux m’empêcher de commencer par ce roman :

Phobie, Fanny Vandermeersch

Phobie

Si vous venez régulièrement sur le blog – ou si vous me connaissez – vous avez déjà vu cette petite frimousse quelque part… puisqu’il s’agit de mon premier roman ! Quelle joie et quelle surprise de le trouver dans la sélection !

La présentation :

Sophia est une élève brillante mais, lorsqu’elle fait sa rentrée au collège, tout change. Elle est angoissée, ses amis la laissent de côté et ses notes baissent, au point qu’elle n’arrive plus à passer la grille de l’école. Elle souffre de phobie scolaire.

Lise et les hirondelles, Sophie Adriansen

9782092576069

Sophie Adriansen a écrit notamment « Max et les poissons » que vous connaissez certainement. C’est une autrice très talentueuse et sympathique que je suis ravie de trouver dans la sélection.

Présentation :

Paris, 1942. La passion pour les hirondelles de Lise, 13 ans et juive, ne lui fait pas oublier la rigueur de l’Occupation. Le 16 juillet, toute sa famille est arrêtée et elle parvient de justesse à sauver ses deux petits frères de la rafle du Vel’ d’Hiv’. Sans nouvelles de leurs parents, ils doivent se cacher pour échapper au danger, entre moments d’angoisse, de doute et d’espoir.

Offense dans la cité, Gwladys Constant

51AVrOuRgZL._SX195_

Présentation : Dans son quartier, Morgan et ses amis se font respecter par tout le monde, ou presque. Amédée le vieillard ne craint rien ni personne. Momo n’a plus qu’une idée en tête : lui faire peur.

De cette auteure j’avais adoré  Passionnément … à ma folie, je vais découvrir celui-ci sous peu.

Bye bye Bollywood, Hélène Couturier

CVT_Bye-Bye-Bollywood_2023

Nina, 15 ans, entretient des rapports houleux avec sa mère. Un soir, en rentrant du travail, celle-ci lui annonce qu’elle l’emmène avec sa petite sœur Garance en vacances en Inde. Nina a du mal à contenir sa joie jusqu’au moment où elle réalise que le séjour se passera dans un ashram, entre yoga et méditation, et surtout sans Internet ni portable.

Les Aériens, Marie-Catherine Daniel


51B8nKtQfUL._SX195_

Alexandre entre en 5e. Ses amis l’ont laissé tombé car son frère, Romain, est responsable de la mort d’un lycéen dans un accident de moto. Une nouvelle élève, Sarah, lui propose son aide. Chez elle, ils font la connaissance d’un Aérien, une étrange créature qui ressemble à un nuage de particules. Il les prévient que la bande d’un autre Aérien arrive pour détruire la ville.

Des livres et moi, Matt7ieu Radenac


51AaHNkDMWL._SX195_

J’avais adoré ce livre (chronique à lire ici)

Alex décide de contacter par courrier électronique le célèbre écrivain Filippe Cavreini, pour tenter de remonter dans l’estime de son professeur de français. Après six messages laissés sans réponse, Filippe, interloqué par la ténacité du jeune élève, décide à son tour de se mettre au clavier afin d’entamer une correspondance.

 

[Jeunesse] Hors piste, Sophie Adriansen

41IpVjMvtlL._SX195_Une semaine de colo de ski sans téléphone portable ! Voilà ce qui attend Marion. Comment survivre à cette épreuve ? Impossible de tenir une semaine sans contact avec ses amis !

À moins de rencontrer une étonnante camarade, des garçons mystérieux, des animateurs survoltés et de vivre la colo de toutes les expériences, en dehors des sentiers balisés…

Et si un tel programme parvenait à lui faire oublier totalement le collège… et même Grégory ?

Mon avis :

Dans ce roman nous retrouvons Marion, le personnage principal du roman Les grandes jambes de Sophie Adriansen.

Cette fois-ci, notre héroïne aux grandes jambes  doit partir une semaine en colo de ski. Obligée par ses parents, elle n’en a aucune envie. Elle, tout ce qu’elle voudrait, c’est rester au chaud chez elle, à attendre la fête que son amie organise pour son anniversaire, persuadée que ce sera le moment pour elle et Grégory, qui vient de se séparer de sa dernière conquête, de se remettre ensemble. Mais, à quatorze ans, on ne fait toujours pas ce que l’on veut.

Or, contrairement à ce qu’elle craignait, elle passe une merveilleuse semaine notamment grâce à la compagnie de Jordane, une fille plus vieille qu’elle mais avec laquelle elle sympathise naturellement. Elle en oubliera aussi rapidement Grégory…

Un roman intéressant qui nous plonge dans les affres de la vie adolescente. J’ai aimé les références musicales mais, mon seul regret, est qu’elles ne sont pas suffisamment exploitées à mon goût. Cela aurait pu donner plus de force au texte. Quoi qu’il en soit, le roman est très agréable à lire et fera le bonheur des lecteurs !

PS : il n’est pas nécessaire d’avoir lu le premier roman pour comprendre celui-ci alors n’hésitez pas !

 

 

[Chronique jeunesse] Les grandes jambes, Sophie Adriansen

Présentation :

Marion, collégienne en pleine croissance, est obsédée par la longueur de ses jambes qui n’en finissent pas de s’allonger, rendant la recherche d’un jean qui lui aille bien extrêmement délicate. A l’âge des complexes, des premiers émois amoureux et de la construction de l’image de soi, être hors cadre se révèle parfois difficile, voire douloureux. Comment attirer les regards de Grégory, dont elle est amoureuse, avec un pantalon qui lui découvre les chevilles ? Mais alors que le collège part en voyage scolaire à Amsterdam, Marion profite de cette occasion pour élargir son horizon. Elle approfondit sa passion pour l’art, notamment en découvrant in situ le célèbre tableau La Ronde de nuit, et met en perspective ces contrariétés d’adolescente née après l’an 2000 en visitant la maison d’Anne Frank.

Mon avis :

J’avais très envie de découvrir ce nouveau roman de Sophie Adriansen, et je ne suis pas déçue.

Difficile de trouver son bonheur quand on a l’impression de vivre sur des échasses. Marion a des jambes longues. Trop longues. Un problème qui me semblait insignifiant mais qui se relève beaucoup plus compliqué qu’on pourrait l’imaginer. Trouver un pantalon à sa taille est devenu une véritable chasse au trésor alors quand elle en trouve un, il devient presque son ami.

Heureusement, elle a une passion pour la distraire : l’art.

Au détour d’un voyage par Amsterdam, elle se rendra compte que les longues jambes ne sont pas une espèce rare, et que même les grandes filles peuvent trouver l’amour…

Rares sont les jeunes (ou les adultes !) à ne jamais être complexés : trop grand, trop petit, trop mince, trop rond… Ici Sophie Adriansen montre aux jeunes qu’ils ne sont certainement pas les seuls à vivre avec leur « différence », et que cette dernière n’empêche en rien de mener une vie comme tous les autres…

Un roman qui paraît aujourd’hui aux éditions Slalom !