[Bien-être /sport] Endurance, Alex Hutchinson

 

41eiJ1XMnCL._SX358_BO1,204,203,200_

Véritable référence dans le milieu de l’athlétisme aux États-Unis, ce livre de l’auteur à succès Alex Hutchinson vous emmène chapitre après chapitre aux frontières de la performance humaine. En adoptant une démarche résolument scientifique, Endurance démystifie certaines modes et croyances, en quête de vérité sur les limites du corps et de l’esprit. Le fil rouge du livre : l’objectif ultime de réussir l’exploit de courir un marathon en moins de deux heures.

Avec un vivier d anecdotes, d’informations scientifiques et de recherches pour tenter de comprendre comment décupler ses capacités et dépasser le champ du possible, Endurance s adresse aux pratiquants sportifs comme aux esprits curieux. « Fascinant (et motivant). Hutchinson met en lumière la manière dont les humains accomplissent nos exploits sportifs les plus absurdes. » Esquire. « Si vous voulez avoir un aperçu de l’esprit des grands athlètes, des aventuriers et des artistes les plus performants, alors préparez-vous à être captivé par Endurance d’Alex Hutchinson. » Bear Grylls. « Hutchinson s’intéresse à l’art et à la science de l’endurance, en mettant l’accent sur la course, mais avec des éléments à retenir pouvant être appliqués à tout projet, mental ou physique. » Globe and Mail.

Mon avis :

Le livre est divisé en trois parties, la première porte sur les liens existants entre le corps et l’esprit, la deuxième est focalisée sur les facteurs limitant nos capacités physiques et sur les limites que notre corps et notre cerveau imposent à chaque sportif quelque soit son niveau et la troisième partie donne des pistes sur les moyens de les dépasser en effectuant un travail mental sur nous-mêmes.

L’auteur se base sur des travaux de recherche depuis les premières découvertes jusqu’aux dernières recherches sur le lien entre performance, cerveau, organisme et nos propres limites/capacités, des recherches réalisées aux quatre coins du globe sur nos capacités d’endurance.

Le livre est très intéressant car l’auteur part souvent dans chacun de ses chapitres d’un évènement « sportif » ou fait divers pour ensuite étayer ses propos et expliquer des théories.

Un livre est très complet sur l’endurance et les sciences,  le lecteur trouvera forcément des informations inédites sur la performance sportive !

Publié aux éditions Amphora !

[Bien être / sport] Daniel’s Running formula, Jack Daniels

 

A933-683x1024

Jack DANIELS est considéré par beaucoup comme le plus grand entraîneur au monde ; sa méthode, validée avec succès sur le terrain depuis 30 ans, est devenue une véritable référence internationale, notamment aux États-Unis où son livre est un best-seller. Accédez enfin à ses secrets d’entraînement en langue française ! Son objectif ? Vous permettre de courir plus longtemps et plus vite. Comment ? Grâce à des séances réalisées à une intensité et des allures optimales, basée sur votre niveau réel via l’indice VDOT. Découvrez dans un premier temps les connaissances physiologiques fondamentales et l’utilisation de l’indice VDOT. Bénéficiez de programmes et de plans d’entraînement dédiés aux différentes distances : 800 mètres, 1500 mètres, 5000 mètres, 10 kilomètres, cross, semi-marathon et marathon. Retrouvez également des chapitres consacrés à la programmation saisonnière, à l’entraînement en altitude ou sur tapis roulant… Que ce soit pour préparer une compétition et performer, pour vous remettre à niveau après un arrêt ou, tout simplement, garder la forme, cette méthode s’adapte au niveau, aux objectifs et au calendrier de chacun. Pour être toujours prêt à courir…

Mon avis :

Voici un livre très complet et utile à tous les coureurs souhaitant préparer une course du 800 mètres jusqu’au marathon. En effet l’auteur propose pour chaque distance un programme d’entrainement complet sur une saison  divisée en 4 phases de 6 semaines chacune, le tout selon le kilométrage hebdomadaire d’entraînement ou le niveau du coureur.

Avant de pouvoir suivre le programme d’entrainement proposé par l’auteur, le lecteur devra également bien comprendre les allures indiquées par une lettre (L, E, T, I et R) ainsi que la notion de VDOT qui est primordiale.

Petit plus : le livre comporte des graphiques permettant d’illustrer les notions présentées dans chaque chapitre ainsi des tableaux dans lesquels chaque lecteur/coureur pourra trouver des informations nécessaires à son plan d’entraînement.

Pour conlure, je dirai que ce livre est un formidable outil pour celles et ceux qui souhaitent se faire un programme d’entraînement adapté à leur niveau et à leur objectif de course.

J’en profite enfin pour vous joindre ci-dessous un lien internet avec un calculateur qui permet de calculer précisément sa VDOT à partir du temps réalisé en course.

https://runsmartproject.com/calculator/

Un livre paru aux éditions Amphora !

[Jeunesse – Sainte Beuve 2018] Ma mère, le crabe et moi, Anne Percin

CVT_Ma-Mere-le-Crabe-et-Moi_6516.jpeg

J’aurais préféré que ma mère me dise : « Tu sais, je crève de trouille et je ne peux rien te promettre. » Ou bien qu’elle pleure franchement, à gros bouillons. Oui, qu’elle pleure !
Au lieu d’afficher ce sourire de façade. Le sourire « tout-va-bien-je-gère ». J’aurais voulu qu’elle crie, qu’elle hurle, qu’elle se roule par terre en tapant des pieds,
qu’elle fasse un truc pas calculé du tout, un truc qu’on ne voit pas dans les séries françaises à la télé, un truc pas bien élevé, pas conseillé par le guide J’élève mon ado toute seule, au chapitre « Comment lui annoncer votre cancer ?  »

Entre rires et larmes, Tania nous raconte six mois de complicité avec sa mère malade, mais aussi les nouveaux défis qu’elle s’est lancés : devenir championne de cross… et tomber amoureuse.

Mon avis :

Vous avez peut-être déjà entendu parler de ce roman, et c’est une très bonne chose qu’il soit présent dans la sélection Sainte-Beuve. Le cancer, quand on est adolescent, c’est quelque chose de très abstrait, comme la maladie en général et plus encore la mort.

Tania se moque de sa mère au début du roman. Cette dernière donne sur son blog l’image d’une femme heureuse, excellente cuisinière, avec une famille parfaite. Sauf qu’en réalité son mari l’a quittée, ses talents de cuisinière sont encore à démontrer, et elle vit seule avec sa fille. Pourquoi alors se plait-elle à présenter une autre vie ? Tania ne le comprend pas. Elle aussi, elle a un blog, mais il n’a rien à voir avec celui de sa mère. Elle y poste des photos de loup-garou, de vampires et d’autres créatures, et des poèmes tristes.

Un soir, alors que sa mère rentre anormalement tard, Tania décide d’aller lire l’historique de l’ordinateur : elle avait vu peu de temps avant que sa mère était restée longuement sur internet, mais pas sur son blog. Et là, elle comprend aussitôt : sa mère a un cancer, un cancer du sein.

A partir de ce moment, Tania voit les choses différemment. Elle se pose des questions sur le corps de sa mère, sur le sien, sur les causes de la venue d’un cancer dans l’un des seins de sa mère. Une situation injuste. Sa mère devra se faire retirer le sein et suivre une chimiothérapie. Si au début cette dernière semble tenir le coup, rapidement son état se dégradera (fatigue, perte des cheveux, etc…). Tout ça mettra Tania dans un état d’angoisse important. Elle trouvera une solution plutôt étonnante et intelligente pour faire de sa souffrance une force.

Anne Percin réussit avec brio à se coller dans la peau d’une  adolescente (franc-parler et langage familier) et à retranscrire ses émotions (peur, incompréhension, mais aussi l’amour qu’elle porte à sa mère). Tout ne se résume pas au cancer, on suit aussi la vie de Tania, notamment au collège, son rapport avec les autres (les garçons, ses amies) mais aussi les relations avec son père et sa nouvelle compagne. Le ton reste positif et plein d’espoir, aucune dramatisation.

Le roman d’Anne Percin est partenaire de la campagne officielle de sensibilisation de l’Association «Le Cancer du Sein, Parlons-en !». Cette opération a lieu tous les ans en octobre, son symbole officiel est le ruban rose (information sur le dépistage précoce, soutien de la recherche contre le cancer du sein). http://www.cancerdusein.org/

Retrouver le roman sur le site de la maison d’édition Le Rouergue !

Pour en savoir plus sur le prix Sainte-Beuve, c’est là !

Vouloir toucher les étoiles, Mike Horn

9782845636347

Présentation :

« On ne grimpe qu’une fois la montagne de la vie. Il faut savoir faire un pas de côté, vivre ses rêves, ne pas se laisser emprisonner. L’homme ne doit jamais se sentir plus grand que la vie. Chaque jour, je le répète à mes filles : en gardant les pieds sur terre, on peut toucher les étoiles. »

Mike Horn est un aventurier de l’extrême connu dans le monde entier pour repousser les limites du possible. Il a descendu l’Amazone, suivi la ligne d’équateur sur 40 000 kilomètres, bouclé le tour du Pôle Nord durant la longue nuit polaire.
Il a marché sur la glace, parcouru le désert, descendu des rapides, frayé son chemin dans la jungle.

Jusqu’à ce pari fou : gravir, avec trois amis montagnards, quatre 8 000 mètres à la suite dans l’Himalaya. Sans oxygène, sans cordes, en « style alpin » le plus pur, à la seule force de la volonté…

Pour la première fois aussi, ce conquérant de l’impossible se dévoile. Il nous parle de ses motivations profondes, de ses inspirations : son père qui, à l’âge de huit ans, lui a appris à « regarder au-delà du mur » ; Cathy, sa femme, sa Croix du Sud, récemment emportée par la maladie et dont l’esprit accompagne chacun de ses pas.

Mon avis :

Mike Horn commence son dernier livre en dressant un parallèle entre ses aventures en Himalaya et son parcours depuis son enfance en Afrique du Sud jusqu’à aujourd’hui. Le livre est un véritable témoignage sur ce qu’il a vécu et pourquoi il l’a fait. Dans ce récit autobiographique, l’auteur alterne les passages où il narre ses exploits avec des passages plus intimes et touchants sur sa vie personnelle. Le sud africain nous décrit sa vision de l’aventure mêlant un minimum de préparation mais avec toujours une part d’imprévu.

A travers Vouloir toucher les étoiles, Mike Horn souhaite avant tout transmettre au lecteur les valeurs qui l’ont formé, qui continuent à le guider, qui lui permettent d’avance, coûte que coûte. Ce fut notamment le cas lors de sa traversée du pôle nord ou dans les milieux les plus hostiles et dangereux pour l’être humain aux quatre coins du monde. Sans vouloir s’afficher comme un surhomme et se sachant toujours vulnérable face à la nature, l’aventurier sait faire preuve d’humilité face aux éléments dans les conditions les plus extrêmes, c’est ce qui lui a permis d’être encore en vie aujourd’hui malgré ses nombreuses péripéties. Plus qu’une autobiographie, ce livre est un véritable témoignage d’un individu hors-norme et chaque lecteur pourra trouver à travers ce récit des enseignements. A noter qu’au milieu du livre figurent des photos qui illustrent les chapitres du livre et sont un plus non négligeable.

Une belle leçon de vie.

Le livre est paru le 01 octobre, aux éditions XO.