[Jeunesse] Vis ton rêve, Roland Godel

CVT_Vis-ton-reve_3096

Présentation de l’éditeur :

Un roman original et optimiste sur un jeune migrant isolé hébergé dans une famille d’accueil en Bretagne.

Quand Nolwenn voit débarquer Hamidou dans sa famille, en Bretagne, il vient de faire un long et périlleux voyage depuis la Guinée. Hamidou a risqué sa vie pour rejoindre la France, mais il n’est pas au bout de ses peines. Au collège, personne ne croit en lui. On lui conseille un métier manuel alors qu’il adore étudier. Mais Hamidou a un rêve et compte s’y accrocher. Nolwenn le soutiendra contre vents et marées, avec toute la force de son cœur.

Mon avis :

A l’origine, une histoire tragique, comme malheureusement tant d’autres : Hamidou est un adolescent mineur. Il vient de Guinée, Boké plus précisément. Il a traversé l’Afrique, la Méditerranée et l’Italie, va errer quelques temps dans les rues en France avant d’être pris en charge par une association. De cette période, nous n’apprenons que quelques informations, qu’Hamidou dévoile progressivement à Nolwenn, sans entrer dans les détails.

Hamidou a la chance de trouver une famille d’accueil,  les Le Goff, qui vit en Bretagne. Ces derniers pensent « que chacun devrait prélever sa goutte d’eau dans l’océan des misères du monde ». Il ne sera pas le seul enfant puisqu’il y a Nolwenn, une fille trois ans plus jeune que lui, mais aussi Briac, Yuan et Anouar, un bébé né en Syrie dont les parents sont morts dans une explosion.

Mais Hamidou est bourré d’envie. Il veut trouver sa place, fonder sa famille, avoir un métier qui le fait rêver : soigner les enfants. Il ne voudra pas écouter quand on lui conseille de s’orienter dans un travail manuel, et il aura raison.

Mais, dans le petit village où vivent les Le Goff, un enfant noir de peau n’est pas bien vu par tous, notamment par leur voisine. Le racisme est là, la méfiance aussi. Alors, Hamidou préfère partir en Belgique, il a l’adresse d’une personne qui pourrait le loger. Il préfère partir plutôt que de causer du tort à la famille qui l’a hébergé, même si cela signifie devoir quitter Nolwenn avec laquelle un lien fort s’est crée.

Hamidou est un personnage fort et solaire. J’admire sa force de caractère. Si le sujet est très difficile, le roman est plein d’émotions et on en sort avec le sourire aux lèvres.  La compréhension de ce texte est facile, le roman pourra être lu dès la sixième, voire CM pour les bons lecteurs.

En ces temps de confinement, n’hésitez pas à lire en numérique ! Le livre est à 5.99 euros, vous pouvez trouver la liste des revendeurs sur le site de la maison d’édition Syros !

[Jeunesse] Prendre son courage à deux mails, Matt7ieu Radenac

9782748526738

L’éditeur :
Les échanges savoureux et décomplexés entre un écrivain et une/un ado qui ne dit pas si elle/il est fille ou garçon. Bonne humeur garantie !
Un jour, par défi, Alex envoie un mail au célèbre auteur Filippe Cavreini… Rapidement, ils deviennent amis et confidents, sans que Filippe sache si Alex est une fille ou un garçon (car Alex ne laisse jamais aucun indice dans ses messages !).Alex et Filippe ont chacun une décision importante à prendre…. Ils vont avoir plus que jamais besoin l’un de l’autre.

Mon avis :

Après le succès de son roman « Des livres et moi », quelle joie de retrouver Alex et Filippe !

Et je me suis régalée ! Alex a muri : on découvre un (ou une ? ) adolescent(e) plus posée, plus mature, qui aime la lecture, même s’il garde une partie de folie.

Si dès le début on sait que le fil conducteur sera l’identité du père d’Alex (il veut, que dis-je, il a besoin de savoir qui est ce dernier pour savoir qui il est lui/elle-même), de nombreux thèmes se greffent à celui-ci, comme l’intérêt de la lecture, la vision de l’avenir, le regard de l’autre, le cinéma, les préjugés, mais aussi l’amouuuuur, à tous les âges !

Les échanges sont vifs et très plaisants à lire. Les deux personnages, malgré leurs âges, sont sur un pied d’égalité puisqu’ils ont besoin des conseils l’un de l’autre. Ce ne sont plus des correspondants, mais de vrais amis.

Enfin, la question qui vous brûle les lèvres…

Apprenons-nous si Alex est un garçon ou une fille ?

Peut-être que oui. Peut-être que non. Lisez 🙂

Un roman publié aux éditions Syros :

[Jeunesse / ado] Ce qui fait battre nos cœurs, Florence Hinckel

sans-titre

 

Quatre ados en cavale, en quête de leur part d’humanité.

À la moindre émotion, la petite sœur d’Esteban est en danger : elle vit avec un cœur artificiel bas de gamme. En 2030, le marché propose pourtant des organes performants et sûrs, fabriqués par la société Organic… encore faut-il pouvoir se les payer.
Désespéré, Esteban kidnappe Leila, une jeune fille célèbre car « artificielle » à 96 %, ainsi que Noah, le riche héritier d’Organic. Le deal ? Il relâchera les otages s’il obtient un nouveau cœur pour sa sœur.
Commence une nuit de cavale sur les routes de France, retransmise en direct sur les réseaux sociaux.

Mon avis :

La couverture de ce roman m’a attirée dès sa sortie et, quand j’ai vu le nom de Florence Hinckel dessus, je n’ai plus hésité. Pourtant, j’ai attendu pour le lire : la faute à ces 440 pages que je voulais pouvoir savourer tranquillement ! J’ai donc attendu d’être en vacances.

Il faut savoir, tout d’abord, que je ne lis pas beaucoup de récits de science-fiction : ce ne sont pas des textes avec lesquels j’arrive à accrocher sauf, généralement, ceux qui paraissent aux éditions Syros. Une nouvelle fois, la magie a opéré : j’ai adoré ce roman.

Dans ce texte, nous sommes dans un futur assez proche : 2030. Un futur dans lequel certains organes peuvent être remplacés par des prothèses, de plus ou moins bonne qualité, selon l’argent que l’on peut y consacrer.

La famille d’Esteban manque d’argent. Sa petite sœur n’a le droit qu’à un cœur bas de gamme, qui a déjà servi plusieurs fois. S’il était performant, ce ne serait pas gênant… mais ce dernier a des ratés : il s’arrête pour reprendre quelques secondes plus tard. L’angoisse ! Esteban ne supporte plus la situation : il décide d’agir. Après avoir récupéré l’arme d’un de ses amis, il prend en otage Leila, la fameuse « fille artificielle » qui est atteinte d’une maladie dégénérative et dont tous les organes ont été remplacés par des prothèses d’excellente qualité. Seul son cerveau n’a pas été modifié. Il embarque aussi Noah, qui accompagnait Leila. Ce dernier est le fils du président de la société Organic, qui a le monopole dans le domaine de la création d’organes. En chemin, une quatrième adolescente, Maria, qui fuit son oncle, se joindra à eux. Elle a un bras artificiel, qu’elle a augmenté elle-même, c’est-à-dire qu’il dépasse la puissance que devrait avoir un bras naturel, ce qui est interdit.

Rapidement, ils seront recherchés et poursuivis par la police. Il en découlera une cavale surprenante et terriblement addictive pour le lecteur. Les chapitres laissent la voix au quatre personnages, ce qui nous permet de découvrir différents points de vue. Les relations entre les personnages évoluent, et pas forcément comme on s’y attendrait.

Le thème du progrès médical et technologique est au centre du livre. Si à l’heure actuelle tout le monde ne peut bénéficier de la même qualité de soin, cela s’accentue encore avec les implants, puisque seuls ceux qui sont de mauvaise qualité sont remboursés par la sécurité sociale. La puissance et l’importance des réseaux sociaux y est aussi exploitée. Mais, ce n’est pas tout.

En filigrane se pose la question de l’humanité : jusqu’à quel point peut-on, malgré les implants et les prothèses augmentés, se définir encore comme un être humain dans une société ou on peut presque remplacer un de ses membres abimés comme on changerait de chemise ? D’ailleurs dans un tel cas, comment craindre encore la mort ? Doit-on « réparer les vivants », ou accepter de les laisser mourir quand le corps devient défaillant ?

Ce livre est nourri de nombreuses réflexions, et amène à réfléchir. L’histoire, extrêmement bien ficelée, m’a complètement séduite et je dois avouer être très admirative du talent de l’autrice.

En résumé : un roman riche en réflexion, prenant, qu’on dévore. Bravo, Florence !

 

 

 

[Album / ado] Je suis Camille, Jean-Loup Felicioli

sans-titre

Cette rentrée est très importante pour Camille. Rejetée par ses anciens camarades d’école qui n’acceptaient pas sa différence, elle espère se faire de nouveaux amis. Heureusement, elle devient rapidement copine avec Zoé, une fille débordant d’énergie. Mais Camille hésite à lui confier son secret…

Mon avis :

Camille vient de rentrer en France avec sa mère et sa petite soeur, Lila. Son père les rejoindra plus tard, il doit rester encore un peu à Los Angeles. La jeune fille espère plus que tout une chose : une nouvelle vie.

Camille rentre en sixième. La veille de la rentrée, elle fait un cauchemar, toujours le même : elle est entourée d’une petite foule qui se moque d’elle.

Elle est accompagnée par sa mère et sa petite sœur pour ce premier jour. En classe, Camille se fait rapidement une amie : Zoé. Rapidement, elles deviennent très complices, et vont même monter un groupe de rock ! A la piscine, Camille se contente de regarder ses amis jouer dans l’eau : ils ont décidé de dire qu’elle est allergique au chlore… En réalité, elle ne veut pas se mettre en maillot de bain : elle n’est pas née dans le bon corps.

Car Camille est une jeune fille, née dans un corps de garçon. Ce secret, elle va finir par l’avouer à Zoé, qui le prend très bien. Or, un jour, alors que les deux filles se disputent à cause d’un garçon, Camille n’a qu’une crainte : que Zoé dévoile tout ce qu’elle sait…

C’est un roman touchant, qui met des mots sur un sujet dont on parle encore peu : la transidentité. Toutefois, le sujet ici est survolé – certainement parce que la question de l’identité ne se pose pas pour Camille, elle est sûre d’elle. Le récit est surtout axé sur le bien-être de Camille et la recherche d’une ou de plusieurs amis, ce qu’elle n’avait plus quand elle vivait encore à Los Angeles, ainsi que la tolérance.

Mention spéciale pour les illustrations : j’adore les expressions faciales des personnages !

Je suis Camille est paru aux éditions Syros !

 

[4 ans] Boucle Rousse et les 3 ours, Fabienne Morel et Debora Di Gilio

9782748526578

Une version pittoresque et détonante du conte plébiscité par les enfants : Boucle d’Or et les trois ours !

De part et d’autre de la rivière, les Ours et les Renards sont fâchés depuis très longtemps. Sauf Boucle rousse et Petit Ours, qui s’envoient des baisers depuis leur fenêtre. Un jour, popopopopom… les Ours partent manifester pour sauver les abeilles ! Alors Boucle Rousse, même si « y a pas le droit », traverse la rivière et arrive chez Petit Ours.

Mon avis :

Les Renards et les Ours sont fâchés depuis tellement longtemps qu’ils ne savent plus pourquoi. Pourtant, une petite Renarde, Boucle Rousse, a repéré de l’autre côté de la rivière un ours au regard doux : Petit Ours. Les histoires de grands ? Ils s’en moquent. Ils se contentent de se regarder et de se sourire.

 

br

Un matin, alors que les Ours partent au rassemblement international pour la défense des abeilles, Boucle Rousse se rend au bord de la rivière, plonge, et arrive de l’autre côté ! Elle entre dans la maison de Petit Ours, essaie les trois paires de chaussons, les trois pots pour faire pipi, goute les trois pots de miel, et essaie les trois lits. Elle finit par s’endormir dans celui de Petit Ours, comme dans l’histoire originale. Mais que va-t-il se passer quand la famille de Petit Ours va rentrer ?

Un indice : tout est bien, qui finit bien 🙂

Nous avons pris beaucoup de plaisir à découvrir cette adaptation.

Un album paru aux éditions Syros !

Un tour du côté de la collection Tip Tongue, aux éditions Syros !

 

Voici une collection que j’aime beaucoup : Tip Tongue, des éditions Syros dont voici leur présentation :

Les romans Tip Tongue passent progressivement en anglais (ou en allemand, en espagnol) et font vivre au lecteur, à la lectrice, un véritable voyage linguistique en immersion. Le héros ou l’héroïne de chaque histoire, un.e jeune francophone, part dans un pays anglophone (ou germanophone, hispanophone) et vit une aventure aux côtés de personnes qui parlent… anglais (ou allemand, espagnol) !

Pas besoin de dictionnaire, les personnages et le narrateur sont là pour guider, l’air de rien, le lecteur, la lectrice. Les histoires, écrites par des auteurs, autrices de littérature, mettent en évidence les stratégies que le héros ou l’héroïne doit adopter pour comprendre et se faire comprendre. Et le dernier chapitre du roman est à 100% dans la langue étrangère. Un bain de langue naturel, jubilatoire et efficace : plaisir et confiance en soi pour atteindre les niveaux cibles du CECRL !

La version audio de chaque roman est téléchargeable gratuitement, lue par des comédiens dont les accents sont ceux du pays visité.

Des livres jeunesse pour des lecteurs de 8 à 16 ans et au-delà, plébiscités par les enseignants.

Tip Tongue a obtenu en 2015 le Label européen des langues,
récompensant des projets pédagogiques d’excellence en matière
d’apprentissage et d’enseignement innovants des langues étrangères.

De mon côté, j’ai lu un roman de chaque niveau (A1, A2 et B1)

Mon aventure in green – Le journal de Tom

9782748524987

J’ai décidé d’écrire un journal en anglais. Ma motivation : Akira, mon amie écossaise ! Akira is funny, nice, intelligent, Scottish… Je ne savais pas encore qu’un projet avec mon prof de biologie allait m’amener à faire une étonnante découverte. Et que j’allais aussitôt avoir besoin d’Akira… Because Akira’s brother studies ecology at university!

Niveau « Je découvre l’anglais » – A1 Découverte

Nouvelle star in Hollywood – Alex’s journal

9782748524949

Je suis invité par mon amie Diandra à Hollywood !!! Diandra is an American rap star really famous in the USA, and she needs me! J’ai bien l’intention de raconter TOUT mon séjour dans mon journal…in English. But in fact, I met a special girl called Lily. And then she disappeared! I must find Lily.

Niveau « J’ai commencé l’anglais » – A2 Intermédiaire

Love in New York – Callie’s Journal
9782748524703
Je suis dans l’avion qui m’emmène à New York ! Là-bas, je vais retrouver Allen (my secret love story!). And I’ll study Graphic Design! So I need to practice English. And writing a journal is a very good way to practice! Ce que je ne sais pas encore, c’est qu’à mon arrivée, Allen va me présenter… Cilla, la fille qu’il a l’intention d’épouser. So humiliating… Journal, please, help me!
Trois histoires que j’ai beaucoup appréciées, toute teintées d’humour et prenantes. Pris par l’histoire, on ne fait même plus attention à la langue que nous lisons.
Petit point en plus : des rappels de vocabulaire ou grammaire !

Retrouver leur catalogue pour tout connaitre ici !

[Jeunesse] L’heure des chats, Myriam Gallot – chronique de Miss ChaDaNel.

Aujourd’hui j’ai la chance de vous présenter une chronique écrite par Miss ChaDaNel, une collégienne passionnée par la lecture. J’espère que vous apprécierez autant que moi !

9782748510539

Présentation de l’éditeur :

Le dernier été d’une petite fille dans son village, avant d’entrer au collège où elle sera interne. Un premier roman particulièrement prometteur.

Élise voudrait que cet été ne finisse jamais… À la rentrée, tout va changer pour elle puisqu’elle rentre en sixième et sera interne au collège. Les autres enfants du village qui sont partis là-bas en sont tous revenus changés. D’ailleurs Basile, l’amoureux d’Élise depuis la maternelle, a déjà commencé à changer un peu, riant de façon servile aux plaisanteries des grands. Et, bien sûr, Basile n’a que faire de la vieille aux chats, cette très vieille femme solitaire à propos de laquelle courent toutes sortes de rumeurs, et qui va confier à Élise la responsabilité de s’occuper d’un tout petit chaton nouveau-né…

L’avis de Miss ChaDaNel :

C’est l’histoire d’une fille qui s’appelle Elise. C’est la fin des grandes vacances. Après, elle rentre au collège où elle sera pensionnaire ; elle ne verra ses parents que le week-end. Elise et ses parents habitent dans un village où les adolescents pétaradent à longueur de journée sur leurs mobylettes ; et les bruits de mobylettes énervent la mère d’Elise, tandis que son père part en déplacement toutes les semaines, elle le voit seulement le week-end.
Au fond du village, il y a un cimetière avec des centaines de chats. Qui les nourrit ? C’est la vieille aux chats, elle les nourrit vers 4h30 du matin pour ne pas se montrer car tout le monde la déteste. Les gens pensent qu’elle a empoisonné son mari. Est-ce vrai ? Puis la journée, ses volets sont clos. Pour quelle raison sont-ils fermés ?

Pour le savoir il faut lire le livre !

– Dans le livre il y a beaucoup de dialogues, c’est super pour le suspense !
– Ça se lit vite, je l’ai lu en une journée !
– Les chapitres sont courts à lire et ils s’enchainent rapidement.

C’est un livre très prenant.

J’ai adoré ce livre car les personnages sont très attachants, il y a du suspense mais pas trop : comme
j’aime ! Je le recommande aux enfants de 9 ans ou + ; pour les garçons comme pour les filles.

Le 14/04/19 Miss ChaDaNel

Un livre paru en 2012 aux éditions Syros !