[BD] Ce que nous sommes, ZEP

Grâce au projet DataBrain, les humains disposent à la naissance d’un second cerveau numérique où sont directement uploadées des connaissances et des expériences virtuelles plus vraies que nature. Avec de simples programmes à télécharger, apprendre de nouvelles langues ou même assimiler la totalité du savoir de l’humanité n’a jamais été aussi simple et rapide. Du moins si, comme Constant, on en a les moyens. Mais un jour, à la suite d’un piratage informatique, il s’évanouit et se réveille en forêt, loin de la ville protégée, en ayant perdu tout son savoir et ses souvenirs. Démuni, il est recueilli par Hazel, jeune femme vivant en marge de la société, qui va l’aider à se reconstruire et à retrouver son passé. Constant va donc partir sur les traces de son identité réelle et découvrir au passage les facultés extraordinaires de son cerveau… humain.

Mon avis :

Au début de l’album, Constant est dans l’eau. Un requin s’approche de lui. Le jeune homme le regarde avec admiration, puis l’inquiétude grimpe : en quelques seconds, il se fait dévorer.

Nous retrouvons ensuite Constant qui discute avec Franz. Nous comprenons que l’attaque n’était pas réelle : c’était une aventure sensorielle, tellement forte qu’il sent encore la douleur. Pour le déjeuner, ils choisissent une pilule qui fait croire à leur cerveau qu’ils mangent un vrai repas.

Alors qu’ils sortent ensemble, Constant se sent mal. Il demande à son ami de l’amener au Data Brain Center : l’heure est grave, il sent qu’il va se déconnecter. Mais Franz n’est pas en état de le faire. Constant s’y rend seul mais ne sait pas comment y entrer. Quand une voiture approche, il se jette dessus et demande de l’aide… avant de tomber évanoui.

Le Data Brain Center, c’est là où est stocké le second cerveau numérique de Constant. Il ne tient pas ses connaissances des apprentissages, mais des chargements. Alors, quand il se réveille, déconnecté, il ne sait plus grand chose.

Le chauffeur rencontré avant son évanouissement l’a amené dans un autre monde : y vivent « les gens de la forêt », ceux qui ne peuvent pas s’acheter un second cerveau numérique. Ils n’ont pas le droit de rejoindre la ville protégée, celle où vivent les « augmentés », dont Constant et Franz font partie. Dans cette zone il n’y a pratiquement pas d’électricité : elle est réservée à la ville protégée puisque les cerveaux numériques sont très gourmands d’un point de vue énergétique.

Nous sommes dans un futur qui ne parait pas si loin que ça (la volonté de fabriquer un cerveau humain numérique est réelle), et c’est ce qui nous interroge. Nous nous appuyons de plus en plus sur le numérique, nous utilisons plus souvent les mémoires de nos téléphones et ordinateurs que notre tête. C’est certainement ça qui m’a fascinée dans cette histoire. Une grande réussite !

Une publication aux éditions Rue de Sèvres !

Un petit mot

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.