[Les petits] Splat et le bébé surprise ! Rob Scotton

sp1.jpg

Splat est ravi ! Sa maman lui a annoncé qu’il y aura bientôt un bébé à la maison. Aussitôt il prépare la chambre, le vieux berceau, avec l’aide de son père (qui l’aide « un peu » beaucoup !).

Mais surprise !

sp2

Ce n’est pas avec un bébé chat que revient la maman de Splat, mais un bébé crocodile ! Et si Splat essayait de devenir son grand frère le temps de son séjour ?

Du rire, de la tendresse, des couleurs et des dessins pleins d’énergie, ce nouvel opus régalera vos enfants dès 3 ans !

Aux Éditions Nathan !

Publicités

[Jeunesse / YA] Les cœurs aimants, Anne Plichota et Cendrine Wolf

 

jioj

– Tu en as envie, Dana.
– Oui.
– Tu sais que je le sais.
– Oui.
– Alors qu’est-ce qui te retient ?
– Rien. Tout. Toi.

À bientôt vingt ans, Dana se sent toujours aussi perdue. Elle ne supporte pas son corps, son image. Cobalt, lui, est un séducteur qui déborde de confiance. Dans le huis clos du centre médical où ils luttent contre leurs démons – les troubles alimentaires pour elle, le cannabis pour lui –, leurs regards n’auraient jamais dû se croiser.

Et pourtant…

Au fil des jours, un lien inattendu se tisse entre eux. Cobalt va amener Dana à lâcher prise, à accepter d’être désirée. Elle qui supporte à peine de se regarder dans un miroir va peu à peu apprendre à aimer.

Et à s’abandonner…

Deux cœurs aimants.

Jusqu’à ce qu’une autre réalité ne vienne fracturer ce miracle si fragile.

Un magnifique roman sur l’acceptation de soi. Une initiation à la sensualité, aussi tendre que passionnée.

Anne Plichota et Cendrine Wolf écrivent ensemble depuis près de dix ans. Leurs romans et séries ont conquis un large public autour de thèmes qui leur sont chers : l’identité, l’amitié, les relations amoureuses à l’adolescence.

Mon avis :

Deux personnages, deux ados : Dana, une anorexique qui en refuse le terme, fragile, perdue, qui ne s’habille qu’en larges vêtements blancs et ne grignote que des aliments de la même couleur et Cobalt, jeune homme sûr de lui en apparence, adepte du cannabis. Ils se rencontrent dans un centre médical réservé aux adolescents en souffrance. Là-bas, ils sont éloignés de leurs proches, le temps de guérir. Un huis clos qui semble parfois allonger les minutes.
On comprend que les deux adolescents vont s’ouvrir l’un à l’autre, et j’ai adoré suivre l’évolution de leur histoire, craignant toujours les dérapages. On s’interroge, tout le long, on espère, on s’attache, on retient son souffle, on soupire : deux âmes écorchées et complexes peuvent-elles être suffisamment fortes pour se découvrir et s’aimer ?

Les thèmes sont variés et donne une belle richesse au texte : l’acceptation de soi, le deuil, l’attirance physique puis charnelle, l’éveil de la sexualité, la découverte de son corps. La psychologie des personnages est bien creusée, les descriptions suffisamment détaillées pour qu’on puisse se représenter mentalement le roman dans son intégralité (et ça, j’adore !).

Petit + pour le personnage haut en couleurs de Rose, que j’ai beaucoup aimé, mais aussi pour celui de Candice, dont on devine des souffrances qui nous sont tues.

http://www.xoeditions.com/livres/les-coeurs-aimants/
.

[Jeunesse] Bye bye Bollywood, Hélène Couturier

 

CVT_Bye-Bye-Bollywood_2023

Présentation de l’éditeur :

Une comédie de mœurs aux bienfaits prodigieux : rire et sagesse garantis !

Quand ma mère nous a annoncé qu’on partait en vacances en Inde, ma sœur s’est direct imaginée en mode « Bollywood », façon princesse indienne. Plus mesurée, j’ai pensé que j’avais la meilleure maman du monde, ce qui n’arrive pas souvent. Puis j’ai compris qu’elle nous emmenait dans un ashram. Traduction : délire yoga-méditation, riz complet et partage des tâches ménagères ! Ça m’a anéantie. Et encore, j’ignorais qu’une fois là-bas, il n’y aurait pas de réseau et que le seul jeune de mon âge, Jésus, serait un matheux sans pitié. Mais…
… Comme le dit le proverbe indien : « Tant qu’il y a de l’amour, tout est possible » !

Mon avis :

Ce roman fait partie de la sélection 2019 du prix Ruralivres de Fruges, et je pense qu’il aura un beau succès !

Nina se sent en décalage avec sa famille, que ce soit avec sa petite sœur Garance ou avec sa mère Valentine (ses parents sont séparés). Pourtant, quand sa mère leur annonce qu’elle a réservé un séjour en Inde, la joie est au rendez-vous pour tout le monde… Mais Nina sent que les vacances ne seront pas si idylliques que ça, et que sa mère lui cache quelque chose… et elle a raison ! Pas de New Delhi, de rêve bollywoodien ou d’hôtel au programme, mais un ashram (un lieu spirituel pour se recentrer) dans un petit village…

Mais, on s’en doute, le voyage ne sera pas si pénible que ça. Est-ce à cause des activités ? Grâce à Jésus, un jeune ado de quinze ans venu lui aussi avec sa petite sœur, Zaouïa, et sa mère ? La rencontre avec Sampat Pal (une militante indienne) ? La découverte de Garance en regardant par la fenêtre de sa chambre ?

Un roman frais et agréable à lire qui nous ouvre les yeux sur un univers différent mais qui parle aussi du droit des femmes et des relations mère / fille. De l’amitié, de l’amour, du dépaysement : un très chouette roman !

Aux éditions Syros !

 

 

[Les petits] Ho ho ho, c’est Noël chez Nathan !

Dans un mois, le petit bonhomme au bonnet rouge et au ventre rond arrivera dans toutes les maisons pour donner les cadeaux aux enfants sages…

D’ici là, je vous propose trois livres autour du thème de Noël, pour les petits à partir de six mois !

46894201_1289114617895670_5535630404028989440_o.jpg

Bonjour papa Noël !

C’est le livre en haut, à gauche. Il fait partie de la collection « Mes premières histoires animées ». Les pages cartonnées et épaisses sont parfaites pour les enfants en bas âge. Les pages sont animées et invitent l’enfant à emballer les cadeaux avec les lutins  (photo ci-dessous), à trouver les rennes ou encore à aider le père Noël à se glisser dans la cheminée.

46960612_1289114784562320_4711755526608781312_n

Vive Noël !

Le second livre (le bleu, à droite), convient aux enfants à partir de deux ans. Les pages sont plus fines que le livre précédent et offrent un peu plus d’animations : des languettes à tirer, à faire tourner, etc…  On propose aux enfants de changer les couleurs de la guirlande, à décorer le sapin ou encore à aider le père Noël à faire avancer son traineau ! Des mots de vocabulaire sont aussi donnés à chaque page.

46973043_1289114804562318_3430377021966909440_n

T’choupi, Mes chansons de Noël

Enfin, le dernier présente l’indispensable T’choupi ! Au programme de ce livre sonore, cinq doubles pages et autant de chansons ( Mon beau sapin, Neige blanche, La marche des rois,  La nuit de Noël,  L’as-tu vu ? (le petit bonhomme)). A chaque fois les paroles sont inscrites, elles sont parfois modifiées avec l’insertion du prénom T’choupi. Pour écouter la mélodie, il suffit d’appuyer sur le petit rond gris.

46837306_1289114714562327_6315827169150894080_n

A offrir pour faire patienter, ou à glisser sous le sapin !

 

[Jeunesse/ado] Je les entends nous suivre, Florence Cadier

9791096935130-755x1024

Quand Léo rencontre Léonore à son cours de boxe, c’est le coup de foudre. Le jour de ses 15 ans, il décide de l’embrasser.

Mais à cette même soirée, il y a Robin, visage fin, yeux d’or. Un Robin envoûtant. Léo se laisse aller entre ses bras. Pourquoi a-t-il succombé, lui qui, une heure auparavant, n’avait d’yeux que pour Léonore ? Comment vivre la relation avec un garçon quand on a peur du regard de sa famille, de ses amis ? Comment accepter cet amour plus fort que tout ? Faut-il le cacher ou le vivre au grand jour ?

Jusqu’au jour où, lors d’un bal de village, Robin et Léo se font agresser par des jeunes à cause de leur liaison…

Il est temps alors de mettre des mots sur cette relation.

Mon avis :

Le texte commence par un court chapitre de deux pages. Deux garçons courent, insultés par d’autres personnes (« salopes », « pédales »). Ils ont peur et ont malheureusement raison : quelques secondes plus tard, ils se font tabasser.

Puis, le texte revient un an plus tôt. Léo, le narrateur, va organiser une fête chez lui pour ses quinze ans. Il sait que ce sera le bon moment pour embrasser Léonore, une amie avec laquelle il boxe, et surtout dont il s’est entiché. La soirée se passe bien, tout le monde s’amuse, l’alcool est présent malgré l’interdiction des parents. Léo parvient enfin à poser ses lèvres sur celles de la jeune fille… jusqu’à ce qu’on l’appelle. Robin, que Léo rencontre pour la première fois, fait un malaise à cause de l’alcool. Léo décide de l’emmener dans sa chambre et renvoie tout le monde chez lui. Puis, tout s’est enchainé, comme si c’était une suite logique : Léo s’est allongé à côté de Robin et les deux garçons se sont embrassés.

« Je fonds. Que m’arrive-t-il ? Jamais encore je n’ai éprouvé aussi fort ce sentiment. Même avec Léonore. C’est donc ça un coup de foudre ? »

Des mois plus tard, Léo et Robin sont toujours ensemble. Si Robin n’a pas peur d’afficher son homosexualité face à ses amis, Léo est mal à l’aise. Le regard des autres le gêne, il ne se sent pas suffisamment fort pour l’affronter. Un décalage se creuse entre les deux garçons. Un jour, alors que Robin a invité Léo chez lui (il l’a présenté comme étant un ami), ce dernier est reparti rapidement quand Robin s’est montré plus entreprenant dans sa chambre : il craignait que quelqu’un entre dans la pièce. Première cassure. Alors, l’histoire entre Robin et Léo va-t-elle survivre à l’attaque dont ils ont été victimes ?

Voici un très bon livre que j’ai dévoré. On sait dès le début du roman que la relation entre Léo et Robin ne sera pas un long fleuve tranquille, simplement parce qu’ils s’aiment et qu’ils sont du même sexe. Nous découvrons ce qui s’est passé avant ce passage à tabac mais aussi après, comment Léo va guérir de ses blessures, physiques et morales (essayer en tout cas).

C’est un roman qui parle de l’homophobie, mais pas seulement. Florence Cadier nous esquisse les contours d’une histoire d’amour, le coup de foudre qui unit deux personnes qui s’aiment profondément et qui se sont trouvés comme si leur histoire était une évidence. L’accent est aussi mis sur le regard des autres : Léonore vivra mal la découverte, ainsi que Lucas, le meilleur ami de Léo, comme si le fait d’aimer un garçon changeait quelque chose à la personnalité de son ami… La réaction des parents de Léo était intéressante à lire aussi.

En résumé : un très bon roman qui parle de l’amour, de l’homosexualité, et du regard des autres.

Le livre est paru aux éditions Le Muscadier, collection Rester Vivant !

Première page à lire ici !

 

 

 

 

 

 

La vérité attendra l’aurore, Akli Tadjer

51qCLCxOxrL._SX195_

C’est dans le Gaîté-Palace, un cinéma de banlieue laissé à l’abandon, que Mohamed, ébéniste au passage du Grand-Cerf, revisite sa vie, celle de ses parents et, surtout celle de son jeune frère, Lyes. Ses souvenirs se figent puis se glacent d’effroi lorsqu’Aïcha, la mère, décide de fêter les vingt ans de Lyes dans son village natal en Algérie, pendant les années barbares. Lyes ne fêtera jamais ses vingt ans. Le jour de son anniversaire, Mohamed et Lyes tombent dans un piège tendu par les Combattants de l’Islam. Et c’est le monde qui bascule. Mohamed réussit à s’enfuir, laissant son frère aux mains des terroristes. Il ne s’est jamais remis de cette disparition. Vingt-cinq ans plus tard, Mohamed reçoit sur son compte Facebook un étrange message de Houria, une jeune femme, qui habite Alger ?

Mon avis :

C’est le premier roman que je lis de l’auteur, et certainement pas le dernier (oui, je sais, j’ai du retard !).

Mohamed se trouve à un moment de la vie où son passé croise son présent. D’anciens visages refont surface et ravivent les douleurs d’une enfance meurtrie par l’horreur de la guerre et ses conséquences. Nous le suivons, pris entre des bribes de souvenirs et sa vie actuelle d’ébéniste parisien.

Ce roman m’a touchée. Les personnages ont pris vie sous mes yeux au fil des pages, je me suis sentie à côté de Mohamed quand il s’est fait arrêté avec son frère, noyée dans la chaux avec son père. J’ai été surprise, notamment par le personnage de Houria que je n’imaginais pas, déçue aussi de l’abandonner là-bas sans être sûre que tout se passe au mieux pour elle. L’écriture d’Akli Tadjer n’y est pas pour rien. Avec des mots simples il nous emporte dans un tourbillon d’émotions et dessine des personnages que nous n’oublions pas une fois le livre fermé.

Un roman paru aux éditions Lattès.

 

[Jeunesse] Esprits maléfiques, la maison des possédés, Ellen Oh

9782092581452

À l’instant où Harper, 12 ans, emménage dans sa nouvelle maison, elle a un mauvais pressentiment. La rumeur dit que la vieille bâtisse est hantée… Harper n’y croit pas vraiment, jusqu’à ce que Michael, son petit frère, se mette à changer brutalement de comportement : il parle avec un ami imaginaire et a des accès de violence.
Les accidents étranges se multiplient, Harper est assaillie de cauchemars et de visions… Aidée de sa nouvelle amie Dayo, elle va devoir découvrir la vérité si elle veut sauver son frère.

Mon avis :

Voici une très chouette histoire fantastique qui fera frémir les adolescents. Harper emménage avec ses parents, sa grande sœur et son frère dans une nouvelle maison. Elle n’en peut plus des cartons. On comprend qu’il lui est arrivé quelque chose de grave quelques semaines plus tôt, sans savoir quoi exactement, on apprend aussi que les enfants n’ont plus de contacts avec leur grand-mère maternelle à cause d’un différent entre la vieille dame et sa fille.

La maison, ancienne, regorge de bruits étranges mais, surtout, de variations de température. Autre chose bizarre, le frère d’Harper, Michael, se trouve un ami imaginaire, qui ne semble pas toujours sympathique avec lui.

Quand Harper part se promener, elle rencontre Dayo, une future copine de classe. Cette dernière lui raconte une partie de l’histoire de la maison, qu’on dit hantée.

Est-ce possible ? Si oui, Michael est-il en danger ? Jusqu’où ces esprits peuvent-ils aller ? Qu’allons-nous découvrir sur le passé de Harper ?

L’histoire est prenante, même pour l’adulte que je suis. Les personnages sont attachants et les adolescents comprendront qu’on peut dépasser nos peurs.

Un roman qui vous fera frissonner, aux éditions Nathan !

Le tome 2, « Les dévoreurs d’âmes » paraitra au printemps 2019 !