[Mes romans jeunesse] Mon cœur en confettis, aux éditions Ravet-Anceau !

Capture.PNG

Demain va sortir mon deuxième roman jeunesse, Mon cœur en confettis. Il verra le jour aux éditions Ravet-Anceau, une maison d’édition que j’aime beaucoup, basée dans le Nord de la France. S’ils sont surtout connus en jeunesse pour leur Polars en Nord (des noms comme Gaylord Kemp, Christine Vauchel, Josette Wouters ou encore Eric Callens doivent vous dire quelque chose) ils s’ouvrent à une littérature jeunesse plus générale.

Ce roman, j’ai commencé à l’écrire il y a deux ans. Il était enfoui dans un tiroir (ou plutôt, dans un fichier 😉 ) depuis un an, jusqu’à ce qu’une éditrice de la maison d’édition me demande si j’ai un texte en stock. On l’a un peu retravaillé, l’histoire est restée la même dans l’ensemble, mais elle a gagné en intensité.

Comme à chaque sortie de roman (dit comme ça, ça fait comme si j’en avais déjà sortis des dizaines alors que je ne suis qu’à trois), j’ai le trac. Trouvera-t-il ses lecteurs ? La maison d’édition a-t-elle raison de croire en  moi ? Les lecteurs l’aimeront-ils ? Et si tout ça n’était qu’une blague  ? Imaginez : demain, en me levant, je reçois un mail dans lequel on m’écrit « haha, tu as vraiment cru qu’on allait te publier ? Retourne te coucher ! »

L’horreur.

Ce roman, il est différent de Phobie, mon premier roman jeunesse qui a pour sujet la phobie scolaire – un sujet plutôt sérieux – ou de Aux livres exquis, une romance contemporaine, axée feel-good. Ici, ce sont les tribulations d’une jeune adolescente, Axelle, qui sont racontées. Elle débarque fraichement dans un nouvel établissement scolaire, suite au divorce de ses parents, et enchaine les catastrophes !

Bref, demain Axelle commence sa nouvelle vie, je vous la confie.

Je reviens vers vous d’ici quelques mois, pour vous donner des nouvelles !

http://edition.ravet-anceau.fr/produit/mon-coeur-en-confettis/

https://www.amazon.fr/Mon-coeur-confettis-Fanny-Vandermeersch/dp/235973699X/ref=asap_bc?ie=UTF8

Publicités

[Jeunesse] Anna, Journal d’un cygne, Premiers pas à l’école de ballet, Sandrine Beau

51VQAXbfAqL._SY498_BO1,204,203,200_

Présentation de l’éditeur

« Cher journal, J’ai pris la décision de te raconter ma vie parce qu’elle va prendre un tournant incroyable et complètement fou. Je m’appelle Anna Pavlova, j’ai dix ans et, dans deux jours, j’entrerai à la prestigieuse École Impériale de Ballet de Saint-Pétersbourg. »

Dans cette nouvelle série, Anna confie tout à son journal ! Sa passion pour la danse, les leçons avec Mme Korsakov, la préparation de l’examen d’entrée… et ses premiers pas à l’école de ballet.
À travers ce récit historique, c’est la vie de la grande héroïne Anna Pavlova qui est raconté. Reconnue comme la plus grande ballerine de tous les temps et illustre interprète de la Mort du Cygne.

Mon avis :
Chouette ! Encore un roman signé Sandrine Beau ! Aussitôt reçu, aussitôt lu !
Ce livre est le premier tome d’une série consacrée à l’histoire d’Anna Pavlova, une danseuse de ballet russe qui est entrée dans la légende.
Anna, qui écrit dans son journal, a alors dix ans. Elle revient sur le début de son aventure merveilleuse qui l’amène dans l’école prestigieuse de Ballet à Saint-Pétersbourg.
La petite fille vit seule avec sa mère, une femme travailleuse et aimante, dans un petit foyer. Elle passe son temps à danser dans tous les coins et recoins de la maison, même dans les cages d’escalier. Les temps sont parfois durs, l’argent n’est pas toujours au rendez-vous, mais la jeune Anna est heureuse auprès de sa maman. Cette dernière a un talent : la couture.
Un jour, alors que l’épidémie de grippe fait des ravages dans le pays, la mère d’Anna est contactée : on lui demande de confectionner des costumes pour le théâtre Mariinsky, un théâtre très important à Saint-Pétersbourg : les costumières habituelles sont malades. Le talent de la jeune femme est rapidement remarqué, et d’autres commandes arrivent. Un jour, elle reçoit en récompense deux invitations pour assister avec sa fille à la représentation d’un ballet au théâtre : Anna est rapidement ravie, et conquise ! C’est décidé : elle voudra faire de la danse, et elle travaillera dur, très dur, mais avec plaisir pour réaliser son rêve.
Le récit est très bien raconté. On se plonge dans l’histoire d’Anna, un personnage qui nous devient vite sympathique. L’histoire plaira aux enfants : elle est optimiste, traite en plus de la danse de l’amitié, de la rivalité et, surtout, montre que réaliser ses rêves est possible.
Les illustrations, de Cati Baur, sont très réussies et apportent une belle harmonie à l’ensemble. Le petit plus : un marque-page qui représente une paire de chaussons de ballerine ! (le mien a déjà été volé par ma fille).
J’ai hâte de découvrir le tome 2, qui paraitra en août 2018.
Un roman à découvrir aux éditions PlayBac, à dévorer à partir de 8 ans !
D’autres romans de l’auteure :

[Jeunesse] L’intrigant Bob Paisley, Journée d’enfer au Touquet, Eric Callens

Polar_junior_25.indd

Cet été, Arthur retrouve son cousin Hugo au Touquet. Les deux collégiens sont prêts à profiter des attractions de la ville et de sa belle plage de sable fin… Mais les vacances prennent une tournure inattendue lorsqu’ils remarquent de menaçants jumeaux aux biceps gros comme des pneus de camion parcourir les rues. Que font-ils dans cette paisible station balnéaire ? Qui est le riche lord anglais avec qui ils discutent ? Arthur découvre bientôt l’impensable : les deux frères ont enlevé un homme ! Le garçon se met alors en tête de le sauver et entraîne son cousin dans une aventure endiablée. Une chose est sûre : les détectives en herbe ne sont pas au bout de leurs surprises !

Mon avis :

Voici une nouvelle enquête à découvrir dans la collection Polars en Nord Junior ! Prenez deux garçons amis en vacances au Touquet, des jumeaux musclés pas commodes, un petit renard affaibli, un homme kidnappé, une statuette cachée, du courage, un peu de chance et vous tomberez sur le dernier roman jeunesse d’Eric Callens !

Le rythme de l’histoire est bien dosé, aucune note d’ennui ne se profile à l’horizon, et on tourne les pages avec hâte et envie, jusqu’à la dernière.

Un chouette roman à découvrir aux éditions Ravet Anceau !

D’autres Polars en Nord Junior :

[Jeunesse] La folle aventure de Marty, Emmanuel Prost

[Jeunesse – policier] Pas de braderie pour Charlie, Josette Wouters

[Jeunesse] La légende des quatre, Cassandra O’Donnell

CVT_La-legende-des-4-tome-1--le-clan-des-loups_4489

Ils sont quatre, héritiers de leurs clans. Ils doivent s’unir pour survivre. Loup, tigre, serpent, aigle : quatre clans ennemis. Les Yokaïs, créatures tantôt humaines, tantôt animales, vivent dans une harmonie fragile. Maya, l’héritière du clan des loups, et Bregan, du clan des tigres, sont les garants de la paix. Mais pourront-ils résister à leurs instincts profonds pour sauver leurs tribus ?

Mon avis :

La sortie d’un roman de Cassandra O’donnell est toujours un grand moment. Je l’ai découverte avec la série Malenfer que j’ai dévorée, avant d’en faire autant avec Sombreterre. J’ai aussi, dans un autre genre, adoré Les aventures improbables de Julie Dumont. En plus, pour ne rien gâcher, l’auteure est absolument adorable, et très abordable : ses abonnés sur les réseaux sociaux vous le confirmeront !

Ici, nous nous invitons dans le monde des Yokaïs, des êtres qui ont un aspect animal et un autre aspect humain. Ils choisissent la forme sous laquelle ils veulent apparaître, alternant l’un et l’autre selon les besoins.

Quatre clans existent : les Lupaïs, les Taïgans, les Rapaïs et les Serpaïs, respectivement des loups, des tigres, des aigles et des serpents. Tous ont leur point forts et leurs points faibles, et leurs rapports ne sont pas vraiment amicaux. Ils restent chacun sur leur territoire, et s’ils se rencontrent en terrain neutre, comme à l’école, ils ont interdiction de se parler. A côté vivent les hommes. On comprend que quelques temps plus tôt ces derniers ont été en partie tués, punis pour avoir saccagé les ressources de la terre.

Si les relations sont inexistantes entre les adultes des différentes tribus, il en est autrement pour les héritiers de ces quatre clans… et si la paix règne, les morts d’un Lupaï et d’un Taïgan pourraient bien bouleverser ce fragile équilibre.

Un univers séduisant et riche, pleins de promesses,  qui donne envie à ses lecteurs de savoir la suite !

A découvrir aux éditions Flammarion.

D’autres romans de l’auteure :

Sombreterre, tome 1, Cassandra O’ Donnell

Malenfer tome 3, Cassandra O’Donnell

Le jardin de l’oubli, Clarisse Sabard

Le_jardin_de_l_oubli_c1_large

« Peu à peu, alors que le train avançait, elle se laissa emplir par la douce certitude que, désormais, sa vie lui appartenait. Elle filait vers son destin, là où rien ni personne ne pourrait plus l’entraver. »

1910. La jeune Agathe, repasseuse, fait la connaissance de la Belle Otero, célèbre danseuse, dans la villa dans laquelle elle est employée. Une rencontre qui va bouleverser sa vie, deux destins liés à jamais par le poids d’un secret.

Un siècle plus tard, Faustine, journaliste qui se remet tout juste d’une dépression, se rend dans l’arrière-pays niçois afin d’écrire un article sur la Belle Époque. Sa grand-tante va lui révéler l’histoire d’Agathe, leur aïeule hors du commun. En plongeant dans les secrets de sa famille, la jeune femme va remettre en question son avenir.

« Ce roman est un petit livre doudou, tout comme La Plage de la mariée et Les Lettres de Rose. On prend son temps pour découvrir ces histoires, enroulé dans un plaid, prêt à voyager dans des endroits extraordinaires et à rencontrer des personnages qu’il nous est impossible d’oublier ! »
Marie, du blog Un monde de conteuses

Mon avis :

Il y a des sorties qu’on attend avec impatience. On trace une croix sur notre calendrier, ou on met un rappel sur notre téléphone pour ne pas l’oublier. Clarisse Sabard fait partie de ces auteurs dont j’attends la moindre parution. Et, une nouvelle fois, je me suis régalée.

Ici, les secrets de famille sont une nouvelle fois à l’honneur, et l’histoire est captivante. Alors que Faustine doit rédiger un article qui pourrait lui valoir un CDI, elle ne se doute pas que ses recherches lui permettront de lever le voile sur une partie de l’histoire de sa famille. On découvre avec délice la vie d’Agathe et le portrait de la belle Otero, on se passionne pour son histoire autant qu’on s’intéresse à celle plus actuelle d’Agathe. Car, c’est l’un des points forts de ce roman : Clarisse mêle les deux époques avec une parfaite maitrise, et nous dévorons les pages pour savoir ce qui adviendra des deux femmes.

Si Faustine et Agathe sont les personnages principaux, ils ne sont pas les seuls à attirer la sympathie et la tendresse du lecteur. J’ai beaucoup aimé découvrir Caroline et Gaby, mais aussi Hammad et ses frères, ou encore la sœur de Faustine, pour laquelle j’ai eu un coup de cœur, bien qu’elle soit secondaire (son histoire m’a touchée). Les petites histoires qui se greffent autour de l’histoire principale apportent une belle richesse et ajoutent de nouvelles couleurs à la palette d’émotions qui s’offre à nous.

Enfin, comment ne pas parler de l’écriture de Clarisse ? Ce troisième roman est, pour moi, certainement le mieux écrit. Le style est bien présent, l’écriture poétique à souhait, teintée d’humour quand il le faut, mais aussi de tristesse.

On ne referme le roman qu’avec une envie : se promener dans le Jardin de l’oubli.

Les deux autres romans de l’auteure :

La plage de la mariée

Les lettres de Rose

Les secrets, Amélie Antoine

 

CVT_LES-SECRETS_9066

Vous l’aimez plus que tout au monde.

Vous lui faites aveuglément confiance.

Vous ne rêvez que d’une chose : fonder une famille ensemble.

Mais rien ne se passe comme prévu.

Jusqu’où iriez-vous pour éviter de tout perdre ?

Une histoire racontée à rebours, car il n’y a qu’en démêlant

les fils du passé que l’on peut comprendre le présent.

Mon avis :

Voici un roman que j’ai eu beaucoup de plaisir à découvrir. Il mélange différentes histoires, qui finiront par se rassembler, le temps d’un compte à rebours inversé. En effet, le roman commence par la fin de l’histoire et, au fil des pages – qui sont numérotées à l’envers – nous découvrons ce qui nous conduit à cette issue, en apparence heureuse.

Mathilde, 36 ans, vit avec son conjoint depuis plus de dix ans. Ensemble, ils veulent fonder une famille, mais Mathilde ne tombe pas enceinte. Cela devient une obsession pour la jeune femme, qui rythme les ébats du couple au rythme de son ovulation, qui plonge dans des pensées sombres dès l’apparition de ses règles. Parfois, elle s’imagine maman. C’est d’ailleurs le rôle qu’elle se donne dans le groupe de théâtre qu’elle a rejoint.

Yasha a 25 ans. Il vit seul mais s’occupe parfois de sa petite fille, amenée par son ancienne compagne. Il est amoureux de Mahaut, une femme rencontrée alors qu’il conduisait son taxi, et qu’il voit de temps en temps. Il semble plus attachée à elle qu’elle à lui.

Évidemment, les chemins vont se croiser et nous révéler l’ampleur des conséquences que peut avoir un petit événement.

Les non-dits, les secrets sont au cœur de ces histoires qui n’en font au final qu’une seule. On  voit comme ils peuvent ronger le corps et le cœur, Amélie Antoine dissèque à la perfection le mécanisme de ces mensonges. En parallèle, le roman offre aussi une réflexion sur la maternité, le désir et son absence.

Un livre qui sonne juste, qui cherche une nouvelle fois à mettre à nu la psychologie des personnages et qu’on a plaisir à suivre jusqu’à la dernière page.

A retrouver sur le site de la maison d’édition Michel Lafon !

Le vol du gerfaut, Jean Contrucci

$

Jean-Gabriel Lesparres ne publiera pas son dernier roman.
Son éditeur, ses lecteurs, la presse et le monde de l’édition le lui réclament depuis dix ans, mais il ne cèdera pas. « Au terme d’une carrière littéraire et mondaine qui a fait de moi une éminence grise dotée du pouvoir de faire ou défaire les réputations, je me trouvais dans la peau de celui à qui on vient de retourner son manuscrit. Sauf que j’étais à la fois le candidat et l’examinateur. »
Pour ne pas éditer ce « livre de trop », Lesparres décide d’organiser le vol de son manuscrit. Tout se passe à peu près comme prévu, jusqu’au jour où l’auteur reçoit les épreuves de son fameux roman.
Sous le nom d’un autre…

Mon avis :

Quand on m’a proposé ce roman, j’ai rapidement été tentée par l’histoire : s’arranger pour que son dernier manuscrit soit volé, j’ai trouvé l’idée vraiment étrange et originale. Alors, j’ai voulu en savoir plus : comment l’auteur en est-il arrivé à ça ? Pourquoi ? Quels moyens trouvera-t-il pour mettre son plan à exécution ? L’idée que ce manuscrit revienne sous le nom d’un autre auteur m’a interpellée aussi : je me suis dit que l’intrigue sentait la manipulation, ce que j’aime assez.

Globalement, je n’ai pas été déçue par l’histoire : l’intrigue est bien ficelée, quoique complexe parfois, je lui ai par contre trouvé quelques lenteurs. Parallèlement, je n’ai pas réussi à éprouver la moindre empathie pour un des personnages. Si ce n’est pas étonnant venant des personnalités qui appartiennent au monde de l’édition ( dont il est fait une peinture très acide et mordante), il en est de même pour le personnage principal, ce qui m’a un peu plus gênée.

En résumé, une lecture en demi-teinte pour moi, mais ce roman devrait trouver ses lecteurs !