[Jeunesse] Le silence du serpent blanc, Arnaud Tiercelin

 

517Ki4Q14XL._SX195_

Depuis trois ans, dans mon pays, on a un roi. Et on ne parle plus. On ne chante plus. On n’a plus le droit. On murmure à peine quelques mots. Même les oiseaux se taisent. Depuis trois ans, la vie est si triste ici. Et puis, est arrivée Pamina. C’est une nouvelle dans ma classe. Elle est belle et, avec elle, je me sens pousser des ailes. Le silence a trop duré. Je veux combattre notre roi.

Mon avis :

Gros coup de cœur pour ce roman que j’ai dévoré hier soir.

Thibault, à l’instar des autres habitants de son pays, doit vivre dans le silence : la musique est interdite, les rires aussi, et même la parole est modérée : attention à ne pas dépasser le nombre de mots accordés par jour ! Dans chaque maison (même dans les établissements publics et privés) une caméra veille au bon respect des règles. Si un délit est constaté, la caméra vire au rouge, s’affole, et les militaires débarquent.

Thibault n’aime pas cette loi à laquelle tout le monde semble obéir sans oser la remettre en cause . Et qui est ce roi qui vole toutes les libertés ? Et où est parti son père, qui n’est pas rentré depuis plusieurs semaines ?

Mais, un jour, Pamina arrive dans la classe de Thibault. La jolie Pamina, qui se déclare « reine du bruit », qui semble avoir le droit de ne pas respecter les mêmes règles que les autres enfants, et qui intriguera très vite notre narrateur… Serait-elle porteuse d’espoirs ?

Ce texte est très bien construit. On s’interroge tout au long sur Pamina : qui est-elle ? Existe-t-elle vraiment ? Est-elle un être réel ou fantastique ? Bien sûr, on s’interroge aussi sur l’absence du père, qu’on imagine être emprisonné quelque part pour ne pas avoir obéi… Autre interrogation : pourquoi céder si facilement à cette loi qui impose le silence ?

Autre point fort de ce roman : la couverture. Je la trouve magnifique. Elle me fait penser aux univers un peu loufoques de Tim Burton, et elle sied très bien au texte.

Enfin, la musique a une place importante dans ce roman, puisqu’elle est synonyme de liberté et de délivrance. Si j’ai adoré l’histoire, j’ai trouvé la fin magistrale, jusqu’au dernier mot.

Avec Le silence du serpent blanc, Arnaud Tiercelin signe aux éditions Le Muscadier, dans la collection Rester Vivant un excellent roman, aux allures de conte mi-loufoque mi-philosophique.

 

Un petit mot

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.