Battement d’ailes, Milena Agus

9782253129677-TPrésentation : Un lieu enchanteur en Sardaigne. Sur la colline qui domine la mer, au milieu des terres arrachées au maquis, se tient la maison de Madame, dernier bastion de résistance aux barres à touristes. Seule, décalées dans ses robes bizarres cousues main et dans son naïf refus de l’argent, Madame n’est pas conforme. Quand la nervosité la gagne, que malgré les rites magiques le grand amour se dérobe, elle dévale les deux cents mètres du chemin escarpé jusqu’à la plage et nage vers le large. Madame dérange, mais pas sa jeune et fantasque amie de quatorze ans, pas le grand-père moqueur, ni le fils ainé des voisins, trompettiste incompris des siens. Eux savent…


Mon avis : J’ai découvert Milena Agus avec le livre Mal de pierres, paru en 2007. J’avais trouvé ce livre prenant et surprenant. Battement d’ailes est paru un an plus tard, en 2008. Et c’est à nouveau une belle réussite.

Encore une fois, l’auteur m’a prise au piège : les premières lignes commencées, j’ai eu beaucoup de mal à lâcher le livre. L’écriture de Milena Agus est hypnotique. Elle nous présente Agnese, une vieille femme qui vit seule et qui est plus généralement appelée « Madame ». Son histoire – ainsi que d’autres en filigrane – nous est racontée par une  fille de quatorze ans, voisine de Madame. Madame est étrange,  c’est une femme gentille, douce, qui ne connait pendant des années que le rôle d’amante dans les histoires d’amour, exerçant des rôles plus ou moins loufoques :

« Une fois, il était tard, j’avais oublié un livre chez elle et j’en avais besoin pour réviser. J’ai obtenu que maman et grand-père me laissent y aller avec une torche électrique et mon portable allumé, comme ça ils pouvaient s’assurer à chaque instant que tout allait bien. La maison était plongée dans une obscurité presque totale et on aurait dit qu’il n’y avait personne. Alors j’ai pensé que Madame était chez l’amant  premier ou chez l’amant second, je suis entrée par la porte cochère et j’allais ouvrir avec mes clés quand j’ai aperçu une petite lueur, comme une bougie. J’entendais pleurer à l’intérieur et je me suis accroupie au pied d’une fenêtre qui donne sur la galerie. C’était elle qui les priait de la battre, qui voulait être punie, et on aurait dit que ses tortionnaires la connaissaient depuis longtemps et savaient tout un tas de choses que nous ignorions. Elle avait les mains liées et était nue, étendue sur la longue table basse où on fait le pain; le four à bois était allumé. Ses tortionnaires étaient nus aussi, mais jusqu’à la ceinture et ils la touchaient comme s’ils respectaient un tour de rôle puis ils la frappaient partout tandis qu’elle pleurait et leur disait de continuer … « .

C’est une personne complexe, originale voire excentrique, en souffrance, attachée à sa terre qu’elle refuse de vendre malgré l’insistance des promoteurs immobiliers, qu’elle accueille avec une gentillesse quelque peu excessive … Elle tient une petite maison d’hôte. Sa terre, c’est en Sardaigne (Milena Agus est sarde !) dans un petit coin reculé sur une colline près de la mer. Un petit paradis. On suit aussi les vies de la mère de la narratrice, malade et souvent alitée, de son grand-père, des voisins inquiets pour leur fils qui part jouer de la trompette à Paris … Le père de notre adolescente quant à lui est parti, elle pense qu’il est mort et qu’il vient parfois lui faire signe, de quelques battements d’ailes …

Ce n’est pas un livre facile à écrire, Milena Agus nous transmet beaucoup d’émotions. J’ai aimé la candeur ressentie par cette narration, la force qui s’en dégage sans jamais tomber dans l’excès. Un roman d’une grande puissance évocatrice, et pourtant écrit d’une plume tout en délicatesse …

Publicités

3 commentaires sur « Battement d’ailes, Milena Agus »

Un petit mot

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s